Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Gaza : « Plutôt mourir que revenir à la situation antérieure »


jeudi 21 août 2014 - 10h14 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Près de 2 000 morts, plus de 10 000 blessés, plus de 400 000 déplacés, des dizaines de milliers de bâtiments détruits ou endommagés… Le bilan de l’agression israélienne contre Gaza s’alourdit, malgré les « trêves » et autres « cessez-le-feu », de jour en jour. Il s’agit tout simplement, en termes de bilans humain et matériel, de la plus violente offensive israélienne dans les territoires palestiniens depuis la guerre de juin 1967.

À l’heure actuelle, l’attention se polarise sur les « négociations » en cours au Caire, en vue d’un cessez-le-feu durable. Ces négociations aboutiront-elles ? Rien n’est moins sûr. Et quand bien même elles aboutiraient, rien ne sera réellement réglé.

Un « cessez-le feu » ?

Le récit politique et médiatique dominant demeure imprégné du point de vue israélien. Les « hostilités » se résumeraient aux bombardements sur Gaza et aux tirs de roquettes palestiniens. Une « sortie de crise » passerait donc par un accord permettant de mettre un terme aux uns et aux autres. Les dirigeants et les médias occidentaux pourraient ainsi respirer un grand coup et passer à une autre actualité, en attendant que dans un an ou deux, une nouvelle campagne militaire israélienne ait lieu au prétexte des tirs de roquettes, et chacun s’interrogerait et tenterait de comprendre pourquoi la « trêve » n’a pas duré…

Les données du problème sont pourtant simples. La première des hostilités dont sont victimes la bande de Gaza et ses habitants est le blocus illégal et inhumain imposé à la petite enclave côtière, avec la complicité de l’Égypte, depuis plus de 8 ans. Ce blocus a détruit la vie au sein de Gaza et menace chaque jour un peu plus ses habitants d’une véritable tragédie humanitaire. Un rapport de l’ONU publié en 2012 indiquait ainsi que la bande de Gaza ne serait « plus vivable » en 2020, en raison du manque d’infrastructures (au moins 800 hôpitaux supplémentaires devraient être construits, le nombre d’écoles devrait être doublé) et de la pénurie de ressources essentielles (avant l’agression actuelle, la moitié des habitants de Gaza n’avaient pas un accès régulier à l’eau potable et près de 80 % de la population devait se contenter de 4 heures d’électricité par jour).

L’opération israélienne en cours a aggravé encore un peu plus la situation, avec des dégâts estimés entre 5 et 6 milliards de dollars (soit environ 3000 dollars par habitant). La seule centrale électrique de Gaza a été détruite et les officiels annoncent qu’il faudra au moins un an pour la réhabiliter ; des milliers de bâtiments ont été endommagés ou détruits, parmi lesquels des écoles, des hôpitaux et des établissements industriels indispensables ; le nombre d’habitants dépendant de l’aide alimentaire internationale a encore augmenté, pour atteindre plus de 75% de la population. Selon un responsable de l’ONG israélienne Gisha, qui fait notamment campagne pour la liberté de circulation des biens et des personnes depuis et vers Gaza, sans levée du blocus, « cela prendrait 100 ans de reconstruire Gaza » si le blocus n’est pas levé, qui empêche notamment les matériaux de construction d’entrer dans la Bande.

« Plutôt mourir que revenir à la situation antérieure »

Les demandes palestiniennes pour la signature d’un accord de cessez-le-feu ne sont absolument pas, dans de telles conditions, et ce contrairement au récit dominant des négociations en cours, « maximalistes » ou « radicales ». Elles font d’ailleurs consensus chez l’ensemble des forces palestiniennes, y compris la très docile Autorité Palestinienne de Ramallah, dirigée par un Mahmoud Abbas dont on connaît pourtant la tendance au « compromis », ou plutôt à la compromission. On pourrait s’étonner du fait que quasiment personne, chez ceux qui vantent la « modération » d’Abbas pour mieux l’opposer à la « radicalité » du Hamas, n’ait souligné ce fait, si l’on ne savait pas déjà que ce genre de propos est avant tout destiné à affaiblir la partie palestinienne.

Quelles sont ces demandes ? La levée du blocus, évidemment, qui passe notamment par l’ouverture des frontières avec Israël et avec l’Égypte, la réhabilitation du port et de l’aéroport de Gaza (détruit et fermé depuis la fin de l’année 2000), l’extension à 10 kilomètres de la zone de pêche au large de Gaza. Comme le souligne la juriste Francesca Albanese, qui a travaillé durant 8 ans pour l’ONU, « Aucune de ces revendications n’est nouvelle. Les Nations Unies, entre autres, ont régulièrement exigé la levée du siège, siège illégal selon la législation internationale, comme une condition nécessaire pour mettre fin à la situation humanitaire désastreuse dans la Bande. Faciliter les mouvements des marchandises et des gens entre la Cisjordanie et la Bande de Gaza avait déjà été stipulé dans l’Agrément sur le Mouvement et l’Accès (AMA) signé entre le gouvernement d’Israël et l’Autorité Palestinienne en 2005. Même la construction d’un port et la possibilité d’un aéroport à Gaza avaient déjà été stipulées dans l’AMA, alors que leur réalisation effective n’a jamais suivi. La demande d’élargissement de la zone de pêche autorisée est inférieure à celle envisagée en 1994 dans les Accords d’Oslo et elle faisait déjà partie de l’arrangement du cessez-le-feu en 2012 »

Rien de « maximaliste » ou de « radical » dans de telles exigences, qui correspondent tout simplement au minimum vital pour la population de Gaza, et qui sont reconnues comme légitimes par l’ensemble des organismes internationaux. Ce sont ces revendications qu’Israël refuse d’entendre, démontrant une fois de plus que ce que la puissance occupante refuse au nom de sa prétendue sécurité n’est pas la satisfaction des droits nationaux des Palestiniens (eux aussi consacrés par le droit international) mais l’établissement des conditions de la satisfaction de leurs besoins les plus élémentaires : circuler, se loger, se soigner, se nourrir convenablement, s’éduquer. D’où l’exaspération de la population de Gaza et des organisations de la résistance palestinienne, et ce sentiment de plus en plus répandu chez les habitants de l’enclave, et ce malgré la violence de l’agression actuelle, tel que le résume Raji Sourani du Palestinian Center for Human Rights (PCHR) : « Plutôt mourir que revenir à la situation antérieure ».

Sans justice, pas de paix !

Nulle intransigeance donc de la part des Palestiniens, mais au contraire une certaine modération puisque nulle organisation ne demande aujourd’hui la satisfaction de l’ensemble des droits nationaux des Palestiniens (fin de l’occupation civile et militaire, droit à l’autodétermination et droit au retour des réfugiés) en échange d’un cessez-le-feu, mais seulement des droits basiques et un peu d’oxygène. L’intransigeance est à situer, une fois de plus du côté de l’État d’Israël, qui démontre à qui voulait l’oublier qu’il poursuit, au nom de sa soi-disant « sécurité », une entreprise méticuleuse de destruction de la société palestinienne afin de l’empêcher de pouvoir revendiquer collectivement ses droits. Tel est l’un des objectifs inavoués de l’agression contre Gaza : renvoyer la petite bande côtière à l’âge de pierre afin que les préoccupations de la population ne soient pas liées à la lutte pour la fin de l’occupation mais à la lutte pour la reconstruction et la survie.

C’est pourquoi, dans les négociations actuelles, Israël refuse d’entendre parler d’une véritable levée du blocus, qui permettrait en effet aux Gazaouis de respirer un peu et, à terme, de se réorganiser pour combattre l’occupation. On serait tenté de dire que l’État d’Israël aurait tort de se priver d’agir de la sorte dans la mesure où personne, dans les chancelleries occidentales, ne formule de quelconques exigences à son égard et ne considère qu’il faudrait exercer de quelconques pressions à son encontre. Bien au contraire, on accuse les Palestiniens d’être responsables de l’échec des soi-disant « trêves » et on exige qu’ils cessent de revendiquer leurs droits, les plus élémentaires, en échange d’une « accalmie », entendre la fin des bombardements massifs.

Dès lors, il est plus qu’urgent d’entendre les appels répétés des organisations palestiniennes, qu’il s’agisse des organisations palestiniennes ou des structures de la société civile, qui ne cessent de répéter que l’urgence est aujourd’hui à l’imposition de véritables sanctions contre Israël, avec l’extension de la campagne BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions), seule à même d’exercer de véritables pressions sur Israël, de contribuer à son isolement et de modifier le rapport de forces en faveur des Palestiniens. Comme le soulignaient dès le 15 juillet plusieurs organisations de la société civile de Gaza, « sans pression et sans isolement, le régime israélien n’a cessé de prouver qu’il continuera à perpétrer des massacres tels que ceux auxquels nous assistons pour l’instant et qu’il n’a nullement l’intention de mettre un terme à des décennies d’épuration ethnique, d’occupation militaire et de politique d’apartheid. (…) Nous vous invitons à rallier la campagne sans cesse croissante de Boycott, Désinvestissement et Sanctions afin de demander des comptes à cet État voyou qui se révèle une fois de plus si violent tout en bénéficiant pourtant de la plus grande impunité ».

Le meilleur service à rendre aux Palestiniens est donc de faire preuve d’au moins autant de détermination et d’obstination qu’eux en faisant payer le prix des souffrances qui leur sont infligées à l’État d’Israël et à tous ceux qui le soutiennent, entre autres et notamment le gouvernement Hollande-Valls. Trêve durable ou pas, la lutte devra se poursuivre afin d’éviter qu’Israël ne se sente libre, à l’avenir, de bombarder, d’emprisonner, d’expulser, de tuer et de coloniser. Qu’il s’agisse de leurs droits nationaux ou de leurs droits les plus élémentaires, les droits des Palestiniens ne sont pas négociables et ne peuvent être sacrifiés sur l’autel des intérêts de l’État d’Israël et de ses alliés occidentaux et arabes. En d’autres termes, et comme le répètent depuis des décennies les Palestiniens et tous ceux qui sont authentiquement solidaires de leur cause : sans justice, il n’y aura pas de paix.

Julien Salingue

http://www.npa2009.org/actualite/ga...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Gaza : « Plutôt mourir que revenir à la situation antérieure »
21 août 2014 - 13h35

Le temps des discours futés non suivis d’action est passé depuis longtemps, et ceux qui restent indulgents, « soft » avec Israël, pour une ou l’autre raison, n’ont pas leur place dans ce qui devient un mouvement mondial avec des revendications sans compromis : cesser l’occupation, punir ses suppôts, mettre fin au nettoyage ethnique et au génocide, terminer le blocus et faire comparaître Israël et ses complices devant la cour pénale internationale pour leurs crimes de guerre massifs et leurs crimes contre l’humanité.






la mouchardisation en plus de la marchandisation
samedi 16 - 23h00
de : reporterre
Affaire Duhamel : des réseaux de pouvoir ? Vraiment ?
vendredi 15 - 11h30
de : joclaude
1 commentaire
MACRON : Drôle de SMS, on les aura ... !
vendredi 15 - 10h49
de : joclaude
Dépistage covid massif à Roubaix une réussite ! Beaucoup plus de testeurs que de testés. Des chiffres étranges
jeudi 14 - 19h45
de : France 3 Régions
3 commentaires
CHINE : Visite de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS)
jeudi 14 - 17h37
de : joclaude
2 commentaires
Etats-Unis : des centaines de personnes aux urgences après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19
jeudi 14 - 17h31
de : joclaude
Affaire Pfizer-Nigeria : les victimes attendent toujours leur dédommagement
jeudi 14 - 17h14
de : Jeune Afrique - 03 février 2011
La maison carrée ronde
mercredi 13 - 20h15
de : jy.D
Carnaval funèbre - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 17h43
de : Hdm
CHiNE : un Médecin Français à Wuhan, s’exprime !
mercredi 13 - 11h27
de : joclaude
5 commentaires
Schneider Electric : « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice »
lundi 11 - 15h31
Une certaine idée de la souffrance.
dimanche 10 - 15h58
de : jy.D
MEETING de SOLIDARITE ANTI-IMPERIALISTE
samedi 9 - 19h02
de : Jean Clément
Bravo Antoine
samedi 9 - 15h20
de : jean1
Gérants du capitalisme : plus zélé que moi tu meurs !
samedi 9 - 14h41
de : joclaude
Sale année.
vendredi 8 - 17h45
de : jy.D
2 commentaires
Le boomerang des « révolutions de couleur »
vendredi 8 - 17h42
de : joclaude
1 commentaire
A Shijiazhuang (mégapole de 11 millions d’habitants) on renoue avec le meme scénario qu’à Wuhan en janvier 2020 (vidéo)
vendredi 8 - 15h29
de : nazairien
4 commentaires
COVID 19 : A vous faire froid dans le dos !
jeudi 7 - 16h38
de : joclaude
4 commentaires
Mali : La France annonce avoir tué des jihadistes, des villageois évoquent des victimes civiles
jeudi 7 - 12h11
de : joclaude
2 commentaires
B117 et V2, ces inquiétants variants du coronavirus préoccupent les autorités sanitaires
jeudi 7 - 11h24
de : nazairien
1 commentaire
Les USA en naufrage
jeudi 7 - 10h02
de : Jean-Luc Mélenchon
6 commentaires
L’année de l’mettre, c’est l’heure de l’mettre
mercredi 6 - 19h49
de : Hdm
Que se passe t il en France ?
mardi 5 - 11h21
de : azard
2 commentaires
Mort de Cédric Chouviat : révélations du "journaliste" sotto au 20 h. de france 2 le 03 01 2021
lundi 4 - 12h39
de : jean1
Pour un 2021 de résistance
dimanche 3 - 23h47
3 commentaires
Marche blanche pour Cédric Chouviat
dimanche 3 - 11h28
de : jean1
Mouvements sociaux : 9 dates à retenir début 2021
dimanche 3 - 09h31
CELA RESSEMBLE AU COMPORTEMENT DE BEAUCOUP DE JOURNALISTES FRANCAIS
samedi 2 - 18h15
de : jean1
2 commentaires
Ephémérides et Chansons 2020, la compil - C’est l’heure de le mettre !
vendredi 1er - 13h35
de : Hdm
Chronique sur le vif d’un récit de fin d’année macroniste !
jeudi 31 - 21h28
de : joclaude
Le Droit de manifester n’existe plus !
jeudi 31 - 16h50
de : joclaude
Bon an mal an ! C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 31 - 05h57
de : Hdm
STEVEN, 27 ANS, COUVREUR, MORT AU TRAVAIL
mercredi 30 - 14h45
de : joclaude
Macron et l’UE poursuivent la destruction de l’hôpital public
mardi 29 - 16h58
de : joclaude
IL Y A DU SANG DANS NOS SMARTPHONES : dans l’ombre des multinationales !
mardi 29 - 11h22
de : joclaude
2 commentaires
L’arrestation de la blogueuse Zhang Zhan, va permettre à certains de faire de la propagande anticommuniste
mardi 29 - 01h24
de : nazairien
4 commentaires
Évadé.
lundi 28 - 17h53
de : jy.D
Un maire rocardien pour Marseille : Combinaison prévue !
dimanche 27 - 16h54
de : joclaude
VIOLENCES POLICIERES : Autre Témoignage !
dimanche 27 - 14h11
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite