Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !


de : joclaude
dimanche 20 septembre 2020 - 16h31 - Signaler aux modérateurs

Le petit fils d’Allende se bat au Venezuela Source : Blog Histoire et Société DANIELLE BLEITRACH17 SEPTEMBRE 2020CIVILISATION

Ben Norton de Grayzone a interviewé le petit-fils de Salvador Allende, Pablo Sepúlveda Allende, à Caracas, au Venezuela, en 2019. Depuis ce moment en 1973 où le Capital a déclenché sa contrerévolution néo-libérale, le combat continue et les petits enfants reprennent le flambeau des aïeuls… Encourageant, mais s’il faut aller au bout de l’analyse, ce qui distingue le Chili du Venezuela, c’est le rôle de l’armée (c’est-à-dire que même dans un choix du socialisme par les urnes, le rôle insurrectionnel et des armes n’est jamais absent). A partir d’une armée populaire, liée à son peuple représentée à sa manière par Chavez, il y a eu aussi capacité de transformer les militants et les forces populaires en forces révolutionnaires malgré les difficultés à avoir un personnel politique à la hauteur des assauts impérialistes (note et traduction de danielle Bleitrach)

LE PETIT-FILS DU PRÉSIDENT CHILIEN RENVERSÉ SALVADOR ALLENDE DÉFEND LE VENEZUELA CONTRE LA TENTATIVE DE COUP D’ÉTAT AMÉRICAIN BEN NORTONLE 12 SEPTEMBRE 2020CHILIVENEZUELA

Le petit-fils de l’ancien président socialiste élu du Chili Salvador Allende, renversé par un coup d’État militaire orchestré par la CIA en 1973, vit au Venezuela depuis 10 ans. Ben Norton de Grayzone a interviewé Pablo Sepúlveda Allende à Caracas. Sepúlveda Allende a parlé des nombreuses similitudes entre les révolutions démocratiques au Chili et au Venezuela, et pourquoi il pense qu’Hugo Chavez et Nicolás Maduro suivent les traces de son grand-père.https://www.youtube.com/embed/3MD7L...

Transcription BEN NORTON : Le 11 septembre est une date sombre non seulement aux États-Unis, mais aussi dans la nation sud-américaine du Chili.

La première attaque du 11 septembre a eu lieu en 1973, lorsque la CIA a orchestré un coup d’État pour renverser le gouvernement du président socialiste démocratiquement élu du Chili, Salvador Allende. Les États-Unis ont ensuite installé une dictature militaire d’extrême droite brutalement répressive dirigée par l’infâme général Augusto Pinochet.

Lors d’un rassemblement politique à Caracas en 2019, j’ai rencontré le petit-fils de Salvador Allende, qui a parlé de l’héritage de son grand-père martyrisé, et pourquoi il voit des échos historiques au Venezuela aujourd’hui.

***

L’un des militants ici aujourd’hui est Pablo Sepúlveda Allende. Il est un activiste et révolutionnaire, et un médecin, ici au Venezuela, qui vit ici dans ce pays depuis 10 ans. Il est également le petit-fils du défunt dirigeant socialiste chilien Salvador Allende. Merci de vous joindre à nous, Pablo.

Et ce moment est en fait très important politiquement, parce que les échos du coup d’État orchestré par la CIA en 1973 au Chili pèsent beaucoup sur l’esprit des Vénézuéliens en ce moment. Pouvez-vous donc parler des ramifications historiques importantes et de ce que cela signifie pour le Venezuela et d’autres gouvernements socialistes à travers le monde aujourd’hui ?

PABLO SEPÚLVEDA ALLENDE : Oui, il y a beaucoup de similitudes, de parallèles, dans les deux processus. Tout d’abord, parce que le gouvernement de Salvador Allende était le premier gouvernement socialiste, qui s’appelait socialiste, qui voulait avoir une révolution pacifiquement, et démocratiquement. Toutes les autres révolutions ont toujours été armées.

La stratégie des États-Unis pour renverser et tuer Salvador Allende a également des similitudes, les formes d’attaque, avec ce qui s’est passé ici au Venezuela : une guerre économique, un blocus économique, la création d’une crise économique et sociale, qui était l’excuse, ou la justification, que les troupes chiliennes ont utilisée pour mener le coup d’État. Tout avec les États-Unis, avec la CIA derrière elle.

Et Nixon a dit, Richard Nixon, le président américain, a déclaré : Nous devons « faire hurler l’économie » au Chili. Il y avait un plan pour détruire l’économie, pour créer une crise, de sorte que cela pourrait être l’excuse d’un coup d’État.

Ici aussi, le Venezuela, Hugo Chávez, a également entrepris de faire une révolution démocratique ; il a pris ces mêmes idées, de Salvador Allende, pour mener une révolution par le chemin démocratique et pacifique.

Et pour cette raison, il a été élu en 1998. Et en 2002, il y a eu un coup d’État contre Hugo Chávez.

La différence est dans l’armée du Chili et du Venezuela. Les officiers de l’armée chilienne, les hauts responsables militaires, sont de la classe supérieure. Au Venezuela, la composition des classes sociales de l’armée est différente.

Pour cette raison, par exemple, Hugo Chávez, issu d’un milieu modeste, fils d’enseignants, humble, a pu devenir lieutenant-colonel. Ainsi, dans la composition des classes de l’armée vénézuélienne, il y a plus de conscience de la classe ouvrière, en plus de l’histoire de Simón Bolívar, de la libération des pays (du colonialisme espagnol).

Cela a donc contribué à l’échec du coup d’État. Il y avait une partie des forces armées qui n’était pas d’accord, et ils ont restauré Hugo Chávez. Et après que le peuple a rempli les rues pour exiger son retour, et les forces armées, surtout les jeunes soldats, ont fait pression pour qu’il revienne, le coup d’État a été renversé – quelque chose de sans précédent dans l’histoire.

Et après, les attaques économiques sont très similaires. La guerre économique, le blocus financier et commercial, en particulier ces dernières années, est également très similaire à ce qui s’est passé au Chili : les grands propriétaires d’entreprises qui thésaurisent de la nourriture, les médicaments, les produits de base ; ils les cachent ; ils ne les mettent pas sur le marché ; ils les placent dans un marché parallèle.

Et la surfacturation, la hausse des prix, la contrebande, tout cela est une guerre économique très similaire. Ce qui ici au Venezuela, la crise économique est la justification d’une intervention militaire.

Et une autre leçon historique que Chávez a apprise, qu’il a toujours dite, en se souvenant d’Allende, il a dit : « Nous sommes une révolution pacifique, comme celle d’Allende, mais nous ne sommes pas désarmés. C’est-à-dire que nous sommes capables de résister.

Allende n’avait pas l’armée ; ils ont trahi leur patrie, leur devoir, et ont exécuté le coup d’État.

Soit dit en passant, la seule fois où l’armée de l’air chilienne a fait une action, il l’a faite contre son propre peuple, bombardant la Moneda (palais présidentiel du Chili). C’est la seule fois où l’armée de l’air chilienne a fait quelque chose, et elle bombardait son palais gouvernemental – la trahison de sa patrie.

Il y a donc beaucoup de similitudes.

Maintenant, au Venezuela, c’est beaucoup plus complexe, beaucoup plus sophistiqué, l’intervention, la déstabilisation. Maintenant, nous voyons comment il a aussi des facteurs similaires à ceux de la Libye, de ne pas reconnaître un gouvernement, le gouvernement actuel, de Nicolás Maduro, qui a été démocratiquement élu, avec plus de 6 millions de voix, à laquelle, oui, l’opposition a participé ; où, oui, il y avait des organisations internationales qui surveillaient les élections.

Mais les États-Unis et les autres pays, on dit que ce n’était pas une élection légitime ; ils n’ont donc pas reconnu le gouvernement actuel, et ils reconnaissent un gouvernement parallèle.

Alors oui, avec celui d’Allende, il y a beaucoup de similitudes, en termes de coups d’État, de guerre économique, et aussi la réponse du gouvernement a également été similaire.

À l’époque d’Allende, les organisations locales se sont réunies, la base, les gens organisés, pour distribuer les produits qui étaient amassés.

Ils sont eux-mêmes allés dans les entrepôts, où la nourriture était amassée, et ils l’ont récupérée et redistribuée.

Ici, le gouvernement bolivarien (vénézuélien) donne le CLAP (boîtes alimentaires) aux gens organisés, les comités locaux pour l’approvisionnement et la production (CLAP), et il leur donne la nourriture mensuelle, et ils la partagent entre les gens. Parce qu’ils ont un recensement, une liste du nombre de familles, quels sont leurs besoins ; ils donnent plus de nourriture aux grandes familles, à ceux qui ont des maladies chroniques.

Il y a donc l’organisation du pouvoir des gens, avec l’aide du gouvernement, pour atténuer cette situation.

Cela est distribué mensuellement à 6 millions de familles , c’est-à-dire si chaque famille compte 3 ou 4 personnes, soit environ 80 pour cent de la population vénézuélienne.

Et une partie du blocus américain consiste à entraver cela. Il existe de nombreux exemples de la façon dont ils ont empêché cette nourriture d’arriver au Venezuela, dans le but d’aggraver la situation.

Récemment, ils n’ont pas permis à Iberia, une compagnie aérienne, d’apporter de la nourriture au Venezuela. Les États-Unis sanctionnent les entreprises qui vendent de la nourriture au Venezuela, ou même des médicaments. Tout cela fait partie de ce blocus, pour créer la crise.

Les sanctions, le blocus, c’est du vol. Le gouvernement américain vole des actifs vénézuéliens, vole les actifs internationaux du Venezuela, des milliards et des milliards de dollars.

La Banque d’Angleterre a confisqué, en or, les réserves internationales du Venezuela, soit l’équivalent de 1,2 milliard de dollars d’or. Et les États-Unis, la branche de (la compagnie pétrolière d’État) PDVSA aux États-Unis, Citgo a 11 milliards de dollars d’actifs aux États-Unis.

Cela va fortement affecter l’économie vénézuélienne, très fortement, encore plus qu’auparavant. Précisément pour que l’État vénézuélien ne puisse pas essayer d’atténuer ou de faire face à la crise, afin qu’il ne puisse pas sortir de la crise. Le Venezuela serait en mesure de sortir de la crise par lui-même.

Mais ici, il y a un peuple qui est organisé et conscient ; ils sont sortis et ont montré à maintes reprises que, malgré les difficultés, ils savent clairement qui est à l’origine de la crise, la majorité du moins.

Pour cette raison, à chaque élection, aux récentes élections des dernières années, le gouvernement les a de beaucoup remportées. Parce que les gens ont montré beaucoup de conscience.

Et parce que l’armée vénézuélienne n’a pas été corrompue, et n’a pas trahi son peuple. Ils sont restés fidèles à la constitution et aux élections populaires, à ce que le peuple a choisi.

BEN NORTON : Et en fait, dans le ministère des Affaires étrangères ici au Venezuela, il y a une salle dédiée à Salvador Allende.

PABLO SEPÚLVEDA ALLENDE : Oui, oui il y a une salle importante qui porte le nom de Salvador Allende. Il y a une école de médecine nommée d’après Salvador Allende. Il y a une rue, et un monument, avec un pont, qui porte son nom.

Beaucoup d’exilés chiliens sont venus ici aussi, au Venezuela dans les années 1970. La figure de Salvador Allende est donc très présente ici.

BEN NORTON : Et pouvez-vous parler de l’important héritage historique de votre grand-père, Salvador Allende ? Comment vous a-t-il influencé, vous et votre lutte pour la justice ? Et comment a-t-il influencé les socialistes ici au Venezuela, et les gens du monde entier ?

PABLO SEPÚLVEDA ALLENDE : Oui, j’ai un dicton, paraphrasant Allende, il avait un adage qui disait : Être jeune et ne pas être révolutionnaire est une contradiction biologique. Et je dis : Être un Allendista et ne pas être un Chavista est une contradiction idéologique.

Oui, il y a beaucoup de similitudes. Ce sont des figures uniques ; ce sont des groupes différents, mais l’essence de la lutte est la même. Tous deux, Maduro et Chavez, comme Allende, luttent pour une société juste, contre le capitalisme, contre le néolibéralisme.

C’est la même lutte. Et les ennemis sont les mêmes : grand capital, oligarchie mondiale ou ploutocratie, représenté par l’impérialisme.

Pour quelqu’un qui prétend être à gauche, au Chili ou dans le monde, qui dit croire au socialisme, ou dit qu’ils font partie de la gauche, il est honteux et contradictoire pour eux de prétendre que le Venezuela est une dictature.

Je pense que cela fait partie de la stratégie de diviser la gauche, de séparer la gauche du Venezuela. Et cela doit être dénoncé..

Et moi, à cause de cela – merci de me donner l’occasion de le dire – Allende serait un grand ami de Chavez, quand Hugo Chavez était au pouvoir, et Maduro aussi. Et il serait ici à se battre de toutes ses forces pour que ce processus, afin que la crise soit surmontée, pour que la Révolution bolivarienne aille de l’avant, et que nous puissions vaincre l’impérialisme américain et mondial.

BEN NORTON : Pouvez-vous parler de votre travail politique ? Car vous vivez ici au Venezuela depuis 10 ans. Pouvez-vous vous dire pourquoi vous êtes venu ici ?

PABLO SEPÚLVEDA ALLENDE : Eh bien pour moi personnellement, cela m’a beaucoup touché. Je suis né au Mexique. Mes parents ont été exilés à cause du coup d’État. Et ils se sont réfugiés au Mexique.

Et j’ai toujours entendu des histoires sur tout ce qui s’est passé, mais ça m’a beaucoup ému. Quand nous sommes retournés au Chili, j’avais 15 ans. Et j’ai vu, j’ai rencontré des gens du peuple et j’ai vu l’énorme admiration qu’ils avaient pour Salvador Allende, et l’amour envers Salvador Allende. Et ça m’a beaucoup ému.

Et j’ai commencé à étudier plus, tout ce qui s’est passé. Et comment cela m’a-t-il affecté ? Eh bien, je pense que c’est en partie pourquoi je suis un médecin. C’est une profession qui essaie d’alléger la souffrance des gens.

Et en politique, tout son travail politique, sa carrière politique, était d’aider ceux qui en avaient besoin, en comprenant que c’est un système économique et politique qui opprime et exploite la majorité de la population, au profit de quelques personnes.

Et il a compris que c’était cela, avec beaucoup d’autres révolutionnaires dans le monde. Cela m’a donc d’abord inspiré à devenir médecin et à travailler pour essayer de suivre son exemple.

Et je pense que c’est aussi pour cela que je suis au Venezuela, ici je pense que je vis à travers ce qui était l’Unidad Popular (coalition d’Allende) au Chili, sous une certaine forme. C’est un processus qui est très semblable à bien des égards.

Depuis que j’ai entendu parler de la révolution bolivarienne, je voulais venir la connaître. Et bien, je suis arrivé il y a 10 ans, aussi pour vivre de première main un peu de ce qui était vécu au Chili à cette époque.

Et pour soutenir, pour lutter dans ce que je peux pour que nous gagnions, pour que ce qui s’est passé au Chili ne se produise pas ici, pour que cette tragédie ne se répète pas ici.

Et maintenant est un moment très critique, et le but est que, un bain de sang, un coup d’État, une invasion, qui se termine par une tragédie. Et nous nous battrons ici pour nous assurer que cela n’arrive pas.

Et comment a-t-il influencé le Venezuela ? Le Venezuela est le pays, je crois, plus que tout autre pays dans le monde qui veut justifier la figure de Salvador Allende, et le processus de sa coalition unité populaire.

Et je ressens beaucoup d’honneur ici, pour voir comment, quand les gens découvrent que mon grand-père était Salvador Allende, la gentillesse du peuple est énorme. Parce qu’ils savent qu’ils vivent quelque chose de semblable à ce qui s’est passé là-bas.

Et ils comprennent qu’ils doivent lutter pour que ce qui s’est passé là-bas ne se produise pas ici, donc cela ne se termine pas par la défaite de leur révolution et l’installation d’un gouvernement fasciste, qui tuera les gens.

Il est probable que cela ne se produira pas ici. Mais si cela arrive, et que la droite arrive au pouvoir ici, ce qu’ils vont faire, c’est sûrement qu’ils vont persécuter tous les Chavistes, persécuter tous les révolutionnaires, sous une forme fasciste.

Et nous devons être, nous sommes prêts à cela, à affronter cela dans tous les sens, que ce soit de bonnes façons, ou si nous devons sacrifier nos vies en résistant.



Imprimer cet article





Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
1 commentaire
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
3 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
2 commentaires
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
samedi 17 - 15h33
de : Luc JACOB
1 commentaire
Refus du séparatisme des riches actionnaires (17 octobre)
samedi 17 - 10h39
de : Christian Delarue
2 commentaires
quelques infos sur l’organisation de la marche des sans-papiers en Ile de France
vendredi 16 - 21h04
de : jean1
Propos scandaleux de M. Reda : solidarité avec le GISTI
vendredi 16 - 20h08
de : Christian Delarue (MRAP)
3 commentaires
Communiqué de presse des Mutuelles de France : Encore un coup fourré en macronie !
vendredi 16 - 12h11
de : joclaude
Toulouse : couvre-feu et situation sanitaire décuplent la colère des soignants
vendredi 16 - 12h09
BOLIVIE : Second coup d’Etat ou fraude électorale ?
vendredi 16 - 11h52
de : joclaude
3 commentaires
COVID19:Perquisitions chez Edouard Philippe et Olivier Véran
vendredi 16 - 11h36
de : joclaude
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
vendredi 16 - 09h27
de : Luc JACOB
2 commentaires
Manipulation sur le séparatisme avec un Robert Ménard raciste.
vendredi 16 - 09h02
de : Christian Delarue (MRAP)
1 commentaire
Cuba est élu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (pour la 5° fois)
jeudi 15 - 17h11
de : joclaude
’Urgence de vous’ ou l’urgence de parler le 21/10 à Bruxelles
jeudi 15 - 15h51
BOLIVIE : Autre démonstration de félonie du régime capitalisme !
jeudi 15 - 12h00
de : joclaude
TROISIEME RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH !
jeudi 15 - 11h32
de : jean clement
Arkéa se met au dopage, il manquait plus que ça !
jeudi 15 - 09h37
de : Breton En Colère
La grande distribution - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 14 - 20h56
de : Hdm
1 commentaire
« Vous avez aimé la première vague et le confinement … ?
mercredi 14 - 19h25
de : Lepotier
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite