Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’insécurité dont on ne parle pas (3) : Laxisme face au racisme


de : Pierre Tévanian
lundi 14 novembre 2005 - 02h45 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 75.3 ko

de Pierre Tévanian

Parmi les salariés, certains sont plus touchés par la violence et l’insécurité que d’autres : les femmes par exemple. Nous l’avons déjà mentionné : à qualification égale, les salaires des femmes sont encore en moyenne inférieurs d’un tiers à ceux des hommes, et leurs carrières sont en général moins prestigieuses. Les lignes qui suivent donnent un aperçu de cette violence qui bénéficie d’une large impunité.

Parmi les premières victimes de la violence au travail figurent les étrangers et les Français d’origine étrangère, en particulier ceux que le sociologue Abdelmalek Sayad a nommés les "jeunes issus de la colonisation" [1]. La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme et le Haut Conseil à l’Intégration ont fini par le reconnaître : "le monde du travail est devenu un lieu d’expression privilégié des discriminations " [2].

S’il est souvent difficile, au cas par cas, de produire des preuves, il existe en revanche des indices multiples qui permettent d’établir l’existence massive de cette discrimination. Au-delà des témoignages de victimes, qui sont innombrables, certains chiffres sont parlants :

 le taux de chômage est actuellement trois fois plus élevé chez les étrangers non-européens que chez les Français (29,3% contre 9,5%) ;

 chez les jeunes de 22-29 ans dont les deux parents sont nés en Algérie, il est près de quatre fois plus élevé que chez les autres Français du même âge (42% contre 11%) [3] ;

 de 1975 à 1990, 40% des postes de travail occupés par les étrangers dans l’industrie ont été supprimés, ce qui correspond au licenciement de plus d’un demi million de salariés ;

 de 1980 à 1984, le chômage a augmenté de 5% pour les Français et de 18% pour les étrangers.

Tous les chiffres indiquent la même chose : les immigrés ou leurs enfants ont été et sont encore les premiers licenciés et les derniers embauchés [4]. Et pourtant, chaque année, les condamnations pour discrimination à l’embauche se comptent sur les doigts de la main : deux en 1992, 1994 et 1995, une seule en 1993, zéro en 1995 [5], guère plus en 1999 et 2000 [6]. Quant aux sanctions, elles sont on-ne-peut-plus légères, quand on les mesure au préjudice causé à la victime : la privation d’un emploi. Il s’agit généralement

 d’amendes d’un montant qui varie entre 2500 et 10000 francs (soit : entre 380 et 1500 euros) ;

 de peines de prison avec sursis relativement rares et ne dépassant pas trois mois ;

 de dommages et intérêts d’un montant qui varie entre 2000 et 6000 francs (soit : entre 300 et 900 euros) ;

Pas plus. La privation des droits civiques n’est jamais prononcée, ni la prison ferme. Il faut se rendre à l’évidence : la discrimination est largement tolérée [7]. Et le gouvernement Jospin ne s’est guère montré disposé à changer les choses : il y a eu des déclarations d’intention, mais aucune mesure concrète n’a été adoptée. La discrimination est un délit grave, et Martine Aubry, lorsqu’elle était ministre des affaires sociales, n’a parlé que de "sensibiliser" les coupables et de "parrainer" les victimes.

La ministre l’a d’ailleurs dit clairement, sans mesurer le caractère scandaleux de cet aveu : l’action que le gouvernement est disposé à mener est essentiellement préventive : il s’agit d’"enseigner, démontrer et expliquer" aux employeurs "qu’on ne peut juger les qualités, notamment professionnelles, d’une personne avec pour premier critère sa couleur, son nom, sa nationalité".

Ce que ne mesurent pas les dirigeants qui parlent ainsi, c’est que changer les esprits prend du temps et que par conséquent, mettre l’accent sur la prévention, quand la répression est quasi-inexistante, revient à sacrifier toute une génération (ou plus).

De vraies solutions existent pourtant, dont n’ont jamais parlé ni Martine Aubry, ni ses successeurs aux Affaires sociales, ni les rapports du Haut Commissariat à l’Intégration. En particulier le système du testing, qui est pratiqué en Grande-Bretagne, et qui consiste à envoyer des faux candidats aux offres d’emploi, afin de vérifier le bien-fondé des plaintes qui sont déposées. Ce système permet d’établir des flagrants délits, et donc de sanctionner et de dissuader. En France, SOS Racisme a commencé à pratiquer le testing dans des boîtes de nuit, avec succès [8]. Mais l’association n’a pas les moyens de s’attaquer à une délinquance répandue, tant dans les boîtes de nuit que chez les employeurs et dans les agences immobilières. Il faut une police de la discrimination, avec des moyens [9].

Au bout du compte, le constat est amer : une délinquance grave et massive, une impunité quasi-totale, et des solutions qui existent mais dont on ne veut pas parler [10]. Les victimes de la discrimination sont donc priées d’attendre patiemment que les mentalités évoluent, et que les patrons comprennent qu’il ne faut pas avoir "peur de l’autre".

Outrage à agent et outrage à immigré

Il en va de même pour la discrimination au logement, qui est tout aussi massive qu’à l’embauche, ou encore pour les contrôles d’identité au faciès, qui sont devenus routiniers. Et non seulement on ne voit guère de policiers condamnés pour contrôle d’identité abusif, mais la Justice se retourne même contre les victimes lorsque celles-ci sortent de leur "devoir de réserve" : dans la multitude des condamnations pour "outrage" ou "rébellion", une partie difficilement mesurable, mais certainement non-négligeable, frappe des jeunes qui se sont effectivement "rebellés", mais légitimement, face à des propos ou des comportements insultants de la part des policiers [11].

On est même tenté de dire qu’on risque moins d’être poursuivi lorsqu’on se rend coupable d’un contrôle d’identité au faciès que lorsqu’on dénonce ce contrôle au faciès : le Syndicat de la magistrature en a fait l’amère expérience en décembre 2001, en se retrouvant poursuivi pour "diffamation contre la police nationale" par le ministre de l’intérieur socialiste, Daniel Vaillant. Le propos jugé diffamatoire était ce simple constat :

"Les contrôles d’identité au faciès, bien qu’illégaux, se sont multipliés" [12].

Si l’injure raciste fait partie de ces violences rarement sanctionnées, en partie parce qu’il manque le plus souvent un témoin ou une preuve, le problème de la preuve ne se pose pas, en revanche, face aux propos racistes tenus en public, éventuellement devant des caméras, notamment par les dirigeants politiques : ces incivilités tombent sous le coup de la loi contre l’injure raciste et l’incitation à la haine raciale. Mais bizarrement, là encore, la Justice est souvent d’une grande indulgence.

En janvier 1983, par exemple, Maurice Arreckx, maire de Toulon, ouvre sa campagne municipale en déclarant : " il faut réduire d’un million le nombre de travailleurs immigrés en France ", " il faut refuser d’être la poubelle de l’Europe ". Le tribunal estime que les propos de M. Arreckx " ne dépassent pas la limite de la polémique admissible ou de la discussion dans la matière ", et relaxe l’inculpé [13].

De même, en 1997, un professeur vitupère dans un journal conre les " hordes musulmanes inassimilables qui nous envahissent ", avec leurs " arrogantes gamines " ; le Tribunal de Dijon relaxe le professeur [14].

Il serait bien sûr exagéré de dire qu’il règne face à l’injure raciste une complète impunité. Il y a des condamnations, et même plus sans doute qu’il y a quelques années. Mais elles sont encore loin d’être aussi systématiques que, par exemple, les condamnations pour outrage à agent. On n’en dénombre que quelques dizaines par an [15].

Et il y a aussi tous ceux qui ne sont pas poursuivis du tout : le ministre de l’intérieur Jean-Louis Debré, par exemple, a pu être pris en flagrant délit de mensonge grave en mars 1997 (il avait accusé nommément, devant la France entière, un sans-papiers expulsé d’avoir vendu de la drogue à des enfants), sans être inquiété par la Justice [16].

Pierre Tévanian

Ce texte est extrait du Ministère de la peur. Réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire, paru aux éditions L’esprit frappeur en novembre 2003.

Notes

[1] A. Sayad, "Les maux à mots de l’immigration", Politix, 12, 1990

[2] Les six paragraphes qui suivent sont une version abrégée du texte "Quelle lutte contre quelle discrimination ?", paru dans P. Tévanian, Le racisme républicain, Réflexions sur le modèle français de discrimination, L’esprit frappeur, 2002

[3] Des écarts aussi importants ne peuvent pas être expliqués seulement par la différence de qualification, qui est loin d’être aussi importante

[4] Cf. CERC (Connaissance de l’Emploi, des Revenus et des Coûts), Immigration, emploi et chômage, n°3, 1999, S. Bouamama et A. Benyachi, Les discriminations dans l’emploi et leurs impacts. L’exemple roubaisien, Voix de nanas, 2000. Cf. aussi Haut Conseil à l’Intégration, Rapport sur la discrimination, La Documentation française, juin 1999

[5] Cf. HCI, Rapport sur la discrimination, op. cit., juin 1999

[6] Cf. Groupe d’études et de lutte contre les discriminations, Le recours au droit dans la lutte contre les discriminations : la question de la preuve, octobre 2000.

[7] Elle a même été longtemps encouragée par les plus hautes autorités du pays : dès le début de la crise économique, les premiers ministres Chirac et Barre ont appelé publiquement les entreprises à " substituer la main d’oeuvre nationale à celle des immigrés ". Cf. A. Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, De Boeck, 1991

[8] Sur 120 établissements testés, plus de 50 flagrants délits ont été enregistrés. Cf. Libération, 01/05/1999, 27/07/2000 et 24/10/2000

[9] Il faudrait également durcir la loi, de manière à empêcher les Parquets de classer sans suite les plaintes étayées par des preuves, comme cela a souvent été le cas jusqu’à aujourd’hui. Cf. Le Monde, 12/10/2000 et Libération, 27/07/2000.

[10] Les gouvernements " oublient " aussi de traiter le problème des discriminations légales : près de sept millions d’emplois sont aujourd’hui interdits aux étrangers "extra-communautaires" - soit près d’un tiers des emplois disponibles. Sur cette question, cf. le rapport du CERC-Association, disponible sur le site http://bok.net/pajol

[11] Sur les contrôles d’identité abusifs, cf. Syndicat de la magistrature, Vos papiers ! Que faire face à un contrôle d’identité ?, L’esprit frappeur, 2001. Sur l’usage abusif de la procédure d’outrage et rébellion, cf. P. Smolar, "Les délits d’outrages et rébellion, parade contre les plaintes", Le Monde, 221/03/2003

[12] Syndicat de la magistrature, Vos papiers ! Que faire face à un contrôle d’identité ?, L’esprit frappeur, 2001. L’affaire n’a pas encore été jugée.

[13] Exemple tiré de R. Rappoport, in P.-A. Taguieff (dir.), Face au racisme, La Découverte, 1991

[14] Cf. Le Monde et Libération, 12 et 13/12/1997

[15] Entre 53 et 66 par an, pendant la période 1992-1996. Cf. CNCDH, Lutter contre le racisme, La Documentation française, 1997

[16] Dans notre Dictionnaire de la lepénisation des esprits, nous donnons des centaines d’exemples de ces propos stupides, haineux ou méprisants sur les immigrés, les maghrébins ou les musulmans, dont une partie non négligeable pourrait aisément tomber sous le coup de la loi.

http://lmsi.net/article.php3?id_art...



Imprimer cet article





Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
1 commentaire
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
1 commentaire
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
1 commentaire
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
1 commentaire
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
samedi 17 - 15h33
de : Luc JACOB
1 commentaire
Refus du séparatisme des riches actionnaires (17 octobre)
samedi 17 - 10h39
de : Christian Delarue
2 commentaires
quelques infos sur l’organisation de la marche des sans-papiers en Ile de France
vendredi 16 - 21h04
de : jean1
Propos scandaleux de M. Reda : solidarité avec le GISTI
vendredi 16 - 20h08
de : Christian Delarue (MRAP)
3 commentaires
Communiqué de presse des Mutuelles de France : Encore un coup fourré en macronie !
vendredi 16 - 12h11
de : joclaude
Toulouse : couvre-feu et situation sanitaire décuplent la colère des soignants
vendredi 16 - 12h09
BOLIVIE : Second coup d’Etat ou fraude électorale ?
vendredi 16 - 11h52
de : joclaude
3 commentaires
COVID19:Perquisitions chez Edouard Philippe et Olivier Véran
vendredi 16 - 11h36
de : joclaude
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
vendredi 16 - 09h27
de : Luc JACOB
2 commentaires
Manipulation sur le séparatisme avec un Robert Ménard raciste.
vendredi 16 - 09h02
de : Christian Delarue (MRAP)
1 commentaire
Cuba est élu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (pour la 5° fois)
jeudi 15 - 17h11
de : joclaude
’Urgence de vous’ ou l’urgence de parler le 21/10 à Bruxelles
jeudi 15 - 15h51
BOLIVIE : Autre démonstration de félonie du régime capitalisme !
jeudi 15 - 12h00
de : joclaude
TROISIEME RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH !
jeudi 15 - 11h32
de : jean clement
Arkéa se met au dopage, il manquait plus que ça !
jeudi 15 - 09h37
de : Breton En Colère
La grande distribution - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 14 - 20h56
de : Hdm
1 commentaire
« Vous avez aimé la première vague et le confinement … ?
mercredi 14 - 19h25
de : Lepotier
3 commentaires
Sujets sociaux : cinq syndicats réclament des réponses à Jean Castex
mercredi 14 - 16h07
2 commentaires
Etrange... ! Corée du Nord : pourquoi tout le monde est maintenant masqué
mardi 13 - 16h40
de : nazairien
1 commentaire
Répression : la mobilisation pour les 4 de Melle prend une ampleur nationale
lundi 12 - 14h52

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite