Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La folle vie d’Eva Joly


de : PPJNP
mercredi 9 juillet 2003 - 00h38 - Signaler aux modérateurs

L’Affaire ELF-Exclusif

La folle vie d’Eva Joly

Comment Gro Farseth, fille de tailleur à Oslo, en est-elle arrivée à devenir en France la juge d’instruction qui a porté le fer au cour des puissants ? Dans un livre-document, « Eva ou la justice est un roman »*, dont nous publions des extraits, Marie-France Etchegoin et Matthieu Aron livrent les secrets de cette femme hors norme

*********************

Oslo
Ce 5 décembre 1943, dans une maternité d’Oslo, Eyvind Farseth peste contre les infirmières qui veulent ouvrir les fenêtres de la chambre. « Vous allez me la tuer ! » Sa première fille, qui ne s’appelle pas encore Eva mais Gro, vient de voir le jour, l’une des pires années de la guerre. Les Allemands, qui ont envahi le pays trois ans plus tôt, occupent toute la Norvège, et les températures sont polaires. Dans les rues, on retrouve les corps de soldats transformés en blocs de glace. Dans les maisons, les gens meurent de froid.
Comme tous ses compatriotes, Eyvind se débrouille comme il peut pour nourrir sa famille avec quelques kilos de patates rationnées. Il est concierge à Motzfeldts Gate, l’un des quartiers les plus pauvres d’Oslo. Parfois, l’ épicier du coin, un brave homme, lui donne un ouf ou deux. [.] Et de l’huile de foie de morue. Un trésor qu’il garde pour sa fille. Dans ces années de misère, Elsa, sa femme, use d’autres stratagèmes pour protéger l’enfance de Gro. Lors des bombardements, quand il faut se réfugier dans la cave, elle emporte ses châles et déguise sa fille en princesse. Gro et sa mère oublient le hurlement des sirènes et s’inventent des jours meilleurs. Loin de la guerre, loin aussi de leur sinistre immeuble où une voisine se prostitue pour ne pas mourir de faim. [.]

Belle-famille
C’est un ordre écrit. Une lettre envoyée par Jean-Paul Joly à son fils Pascal qui, en cet automne 1965, la lit et la relit, atterré. Voici ce qu’ elle dit : « Tu ne dois pas te marier avec Gro [venue à l’âge de 21 ans comme jeune fille au pair à Paris]. Nous ne savons pas d’où elle vient. Nous ne savons pas qui est sa famille. De plus, elle n’est pas riche et elle n’a aucun espoir de le devenir. Pense à la rudesse de ses traits. Dans notre famille, nous avons toujours été beaux depuis des générations. Si tu te maries avec Gro, tes enfants auront des traits grossiers. » Pascal ose à peine y croire. Il se précipite pour montrer à Gro cette missive qu’il conservera toute sa vie. Gro est blessée mais à peine surprise. Elle connaît bien, elle, les sentiments que nourrit à son égard le père de Pascal. Elle sait qu’à ses yeux elle n’est que la « petite Scandinave » de passage, juste autorisée à divertir le fils de famille, comme les bonnes d’autrefois dans les grandes maisons. Cette blessure se refermera-t-elle jamais ? Quarante ans plus tard, quand elle s’attaquera au gotha de la finance et de la politique,
certains de ses mis en examen célèbres y verront l’unique raison de son « acharnement ». « Ce n’est qu’une boniche qui se prend pour une bourgeoise », dit encore aujourd’hui un avocat parisien, lui-même héritier d’une grande famille.

Révolution chez Barclay
Gro est embauchée, en mars 1970, dans la maison de disques d’Eddie Barclay. A l’époque, M. Eddie règne sur la variété française. [.] Le chasseur de stars a commis une erreur avec sa dernière recrue. Il a à peine regardé la jeune femme blonde qui vient d’entrer au service du personnel. Il ne se doute pas que, bientôt, elle va mettre le feu dans sa maison. [.] Debout sur son bureau, Gro harangue ses collègues médusés. Elle les appelle à se mutiner contre la direction. Et elle leur propose de créer une section CFDT.
Dans cette entreprise où jamais un syndicaliste n’a mis les pieds ! Ce n’est pas parce que le patron est un yéyé, leur dit-elle, qu’il faut renoncer à vos droits. [.] Gro dénonce les coupes claires dans le personnel. A la lumière de ses cours de droit, elle a épluché aussi les contrats que la maison de production fait signer aux jeunes artistes. Elle est scandalisée.
Alors, elle tente de sensibiliser les quinze directeurs artistiques de la société. Ils la trouvent touchante avec son accent norvégien, mais ils lui conseillent gentiment de s’occuper de ses affaires. [.] « J’ai nourri un serpent en mon sein », se lamente son chef de service le jour où elle dépose les statuts du syndicat. Il a juré d’avoir sa peau. [.]

La leçon de Jean-Maxime Levêque
Le banquier la regarde avec un air un peu dégoûté, tel un académicien dépositaire de l’orthodoxie linguistique. Avec lui, elle se sent presque comme une sans-papiers sortie de son cours d’alphabétisation. Chaque fois qu ’il s’assoit dans son cabinet d’instruction, sanglé dans son costume à la coupe impeccable, il relève une à une toutes ses incorrections grammaticales et corrige mot à mot chacun de ses procès-verbaux. Et puis un jour, il lui lâche : « Madame, veuillez, s’il vous plaît, reformuler votre question en français. » Eva Joly a l’impression qu’on vient de lui demander sa carte de séjour. Depuis qu’elle est au palais de justice, personne ne lui avait encore fait cet affront. Elle serre les dents. [.] Elle comprend que Jean-Maxime Levêque [.] s’amuse de déclencher en elle un tel « retour du refoulé ». C’est sa façon de lui rappeler qu’il l’a croisée dans une autre vie.
Le 29 mai 1997 [.], entre les deux tours des élections législatives, elle a fait incarcérer Jean-Maxime Levêque, fidèle compagnon du RPR. Il restera près de quatre mois à la Santé. A 73 ans, il est son plus vieux détenu.
Devant elle, il met un point d’honneur à ne jamais se plaindre et à se présenter toujours en costume-cravate. Il se fait un plaisir surtout de lui donner des leçons de français. Il est comme un fantôme du passé.
Ami du beau-père de la juge, le docteur Joly, il a fréquenté l’hôtel particulier de la rue Garancière au temps où Eva s’appelait Gro. Au temps où cette femme puissante et sûre d’elle, qui l’a envoyé à la Santé, était une petite baby-sitter. Aujourd’hui, il est à la merci de l’ex-employée de maison. Lui, l’inspecteur des finances, l’ancien conseiller du général de Gaulle, l’ex-président du Crédit commercial de France et du Crédit lyonnais, l’un des hiérarques des milieux économiques et politiques. Et il sait qu’ elle n’a pas toujours été « la juge qui fait trembler le gotha ». Mais aussi celle qui a voulu y être admise. [.]

Menaces
Un matin de juillet, elle est arrivée au bureau avec son aspirateur sous le bras. Et elle s’est mise à faire le ménage. Devant son greffier, le fidèle Serge, le militaire de carrière tellement à cheval sur les convenances : « Mais, que faites-vous, madame Joly ? Il y a des gens pour cela. - Désormais, nous ne laisserons plus la clé du cabinet au personnel de service. C’est trop risqué, trop dangereux ! »
Dans le vrombissement de son engin électrique, elle s’active avec rage. La veille, son bureau a été fouillé. Les intrus n’ont pas eu besoin de fracturer la porte. Et ils ont laissé une carte de visite macabre. Un petit papier, posé bien en évidence, sur lequel ils ont écrit le nom de plusieurs juges d’instruction. En premier lieu, sur la liste, vient celui de François Renaud, le magistrat assassiné à Marseille en 1975. Rayé d’un coup de crayon. En deuxième position est inscrit : « Eva Joly ». Dans les semaines précédentes, un étrange paquet avait aussi été déposé au domicile de la juge : il contenait un petit cercueil. [.]
Comment décrire cette angoisse diffuse qui s’installe peu à peu quand la missive d’un corbeau fait allusion à vos enfants, ce crabe qui vous ronge le ventre quand on vous dit « de source très bien informée » qu’un contrat a été passé sur votre tête, ces brusques moments de panique quand le téléphone sonne sans cesse et qu’il n’y a personne au bout du fil ? [.] Qui essaie de lui faire peur ? Les « Africains » ? Les « Corses » ? Ce grand patron qu’elle a mis en examen, des policiers véreux, des réseaux mafieux, les services secrets ?

La « compassion » de Roland Dumas
Eva Joly attend Roland Dumas, enfermée dans son cabinet d’instruction du palais de justice de Paris. [.] La porte du cabinet s’ouvre enfin et Jean-René Farthouat regarde son illustre client s’engouffrer dans la pièce.
L’ancien ministre se précipite sur Eva Joly, lui prend les mains, plante ses yeux dans les siens et, collé à son visage, souffle, ému : « Chère madame, rassurez-moi, j’espère que ce n’est pas trop grave ? » Eva Joly devient livide. Les mots de Dumas sont des coups de poignard. Et ses mains qui la serrent un étau. Elle cherche à se dégager et répond, les dents serrées : « Non, non. Tout va bien. » Se ressaisir. Ne rien montrer. Commencer l’ interrogatoire. Le terminer. Saluer ses « visiteurs » comme si rien ne s’était passé.
Maintenant, elle est seule pour penser. Comment Roland Dumas a-t-il su ? Comment a-t-il su si vite ? Et comment a-t-il osé lui signifier qu’il savait ?
Elle se remémore le cauchemar qu’elle vient de vivre. Quelque temps avant son interrogatoire, son mari, Pascal, a été hospitalisé d’urgence. En pleine nuit, elle a composé le 17 pour appeler les secours. Pascal était dans le coma, les médecins réservaient leur pronostic.
Aujourd’hui, elle est encore rongée par l’angoisse, anéantie par les heures sans sommeil. Et voilà que Roland Dumas réveille sa blessure la plus intime et la plus douloureuse : un époux qui souffre depuis longtemps de dépression, qui est entre la vie et la mort à l’hôpital d’Arpajon, que les médecins vont sauver de justesse.

Sirven et le cocotier
En novembre 2001, Eva Joly voit enfin entrer dans son bureau celui qui s’est tant fait désirer [.]. « Monsieur Sirven, je voudrais d’abord vous remettre quelque chose. Je l’ai ici depuis longtemps et j’espérais pouvoir vous le donner plus tôt. » Elle lui tend une boîte de ses précieux cigares, que les policiers lui avaient confisquée lors de son arrestation. « Servez-vous. »
Sirven, sevré de havanes en prison, salive déjà. Mais il résiste à la tentation. « Je dois d’abord vous dire ce que je pense de vous. » Et il déverse sa litanie de griefs. Tout et n’importe quoi. L’« acharnement » dont elle a fait preuve avec lui lors de son arrestation [.], sa supposée connivence avec Philippe Jaffré ou avec les pouvoirs occultes qui ont organisé sa fuite, jusqu’aux émargements à la CIA de la Mata Hari norvégienne ! [.] Tout sourire, elle lui fait alors cette réponse : « Vous savez, monsieur Sirven, j’ai la culotte propre, je peux grimper au cocotier. » [.] Les avocats de Sirven en restent bouche bée. Comment un magistrat peut-il s’exprimer ainsi ?

Loïk Le Floch-Prigent et son lit solaire
Dans sa tête, il est toujours le « roi du pétrole ». Mais, physiquement, il a abdiqué. Il apparaît le plus souvent le visage couvert de rougeurs. Depuis des années, il souffre de psoriasis, une maladie de peau aggravée par le stress qui déclenche de fortes éruptions sur tout le corps. Sa mère, Gabrielle, a même écrit au Premier ministre, Alain Juppé, pour l’alerter sur « ses lésions qui se sont ouvertes, ont saigné, suppuré ». Eva Joly s’agace de cette contre-offensive larmoyante : « Le Floch a passé son bac avec son psoriasis, dit-elle. Il a dirigé Rhône-Poulenc avec son psoriasis. Il a pris Elf et la SNCF avec son psoriasis. » [...]
Ce 21 octobre, Loïk Le Floch-Prigent refuse la chaise sur laquelle Eva Joly l’invite à prendre place. [.] Il reste debout pendant tout l’interrogatoire, les lèvres serrées, le regard fixe. Telle une statue de souffrance et de réprobation, vivante allégorie du prisonnier brisé face à son bourreau. Le lendemain, Eva Joly appelle son avocat Olivier Metzner et lui dit très sérieusement : « J’ai trouvé une solution. Votre client est riche. Achetez-lui un lit solaire avec un appareil à UVA. Je ferai un bon pour le faire entrer à la prison ! » L’avocat, qui se garde évidemment de suivre cet étonnant conseil, se dit que le duel entre Le Floch et la juge devient irrationnel.
Plus le PDG joue les victimes, plus la magistrate se durcit. Ce qui ne l’ empêche pas parfois de manifester de brusques élans d’empathie. Cette idée incongrue de « lit solaire » ! Olivier Metzner note aussi que, lors des pauses-déjeuner pendant les longs interrogatoires, Eva Joly met à la disposition du patron déchu une petite pièce près de son cabinet. Il s’y fait livrer les plateaux Dalloyau qu’il a été autorisé à commander, plutôt que le sandwich et la pomme prévus par l’administration pour les détenus déférés devant un juge.

investigateur.com :

DOCTEUR JOLY
LA TRISTE HISTOIRE DU DOCTEUR JOLY

Depuis son plus jeune âge, Pascal Joly n’a jamais eu à se poser de questions à propos de son avenir. Il serait médecin comme son père et son grand - père. En 1964, il a 22 ans et ne pense qu’à ses chères études. Il ne sait pas encore que sa vie va basculer avec l’arrivée de Gro Farseth, une petite tornade blonde aux yeux bleus, la nouvelle fille au pair de la famille Joly.

Deux ans plus tard, ils sont mariés et vivent dans un petit studio près du Panthéon. Pascal finit ses études et Eva -son deuxième prénom, parce que Gro, en français...- travaille comme secrétaire la journée et poursuit ses études de droit le soir.

En 1973, la petite famille s’installe dans l’Essonne. Pascal s’établit comme médecin généraliste à Saint-Vrain, Eva trouve une place de conseil juridique dans un hôpital psychiatrique de la région. En 198l, elle passe le concours extérieur de l’Ecole de la Magistrature.

Pascal, lui, devient une figure de Saint-Vrain, petit village tranquille de l’Essonne. Il voit de moins en moins sa femme trouver le temps de soigner ses rosiers En 1982, elle est substitut à Orléans. En 1983, substitut à Evry. Et en 1992, elle intègre la Galerie Financière du Palais de justice de Paris. En 1999 elle y est nommée premier juge et ne se promène plus qu’avec deux "rambos".

"Cette année là, se souvient Didier, le fleuriste de la place de l’Eglise de Saint - Vrain, le docteur Joly est venu me commander un bouquet pour la Saint Valentin. Il m’a demandé de les livrer à sa femme, dans leur maison de Lardy en me disant de faire attention, de bien dire que je venais de sa part, de Pascal. Arrivé chez eux, les deux cerbères qui étaient devant la porte m’ont ordonné de poser le bouquet et de partir. Le lendemain matin, lorsque le docteur est passé devant la boutique, je lui ai raconté la scène. Il a éclaté de rire. "

Les deux enfants du couple Joly sont grands : Caroline, la fille, est avocate, le fils, Julien, finit des études d’architecte. Le docteur Joly mène son bout de vie, tranquille, loin des médias et de la vie agitée de son épouse. Aimé de ses patients, i1 surprend ceux-ci en stoppant brusquement toute activité en octobre 2000, à 58 ans.

"Il est passé devant ma boutique, je lui ai dit alors Docteur, on est en retard, les patients vont attendre ! Il m’a répondu, amer, que les patients n’attendraient plus longtemps car il fermait le cabinet deux jours plus tard. Cela m’a choqué. Je lui ai dit qu’il allait pouvoir profiter de sa retraite. Mais la façon dont il m’a répondu m’a surpris : on va essayer mais rien n’est moins sûr ! Son cabinet est â 20 mètres du magasin, je le voyais tous les jours et je n’étais pas au courant. Et le docteur Joly a disparu. Il passait. bien sûr au village, de temps en temps.

Une de mes clientes m’a expliqué qu’elle l’avait vu à l’hôpital à Villejuif il y a quinze jours. Pâle, amaigri, lorsqu’elle lui a demandé si il allait bien, il avait répondu : pas fort en se moment avant de tourner les talons."

Un suicide tenu secret et un enterrement en deux actes

Tout cela, je me le suis rappelé lorsque j’ai appris par une de ses voisines qu’il s’était suicidé dimanche dernier. dans la soirée, elle a vu les pompiers puis les gendarmes et le SAMU devant leur pavillon ".

Vendredi 2 mars 2001, église de Saint-Vrain.

Foule nombreuse. Dans la boutique du fleuriste, une cliente effondrée achète une fleur avant la messe d’enterrement, la cinquantaine, brune :

` Je l’ai eu au téléphone 48 heures avant qu’il fasse cela, qu’il se suicide, il était au bout du rouleau. Il est mort seul et abandonné de tous  ! "

Surprenante réunion que celle qui se passe ce jour là au cimetière. Eva Joly, digne, pas effondrée du tout, y serre les mains de dizaines de collègues des institutions judiciaires parisiennes, dont d’ailleurs le Procureur Davenas. A part l’actrice Sylvie Joly, sour du défunt, aucun membre de la famille directe du mari de Mme Joly est présent. Auraient-ils donc laissé enterrer leur fils, frère, beau frère, oncle, cousin etc sans se rendre à la cérémonie ? Ou est-ce que nous sommes en présence d’un second enterrement, pour la galerie ? D’une cérémonie de famille déchirée ? Lourd silence de plomb, tout comme il y eut ce silence de plomb ayant pesé sur le suicide de Monsieur Joly.

Semaine du jeudi 14 novembre 2002 - n°1984 - Notre époque



Imprimer cet article





Curieux, les médias officiels changent de ton. Ils se sont aperçu que même leurs fidèles lecteurs ne les croyaient plus
vendredi 14 - 12h00
de : André
1 commentaire
Structure de l’impérialisme : le schéma.
jeudi 13 - 20h53
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Referendum contre la monarchie et pour une République des peuples d’Espagne.
mardi 11 - 16h42
de : jodez
1 commentaire
POLITIQUE ETRANGERE
mardi 11 - 15h24
de : Nemo3637
1 commentaire
SEXYPHOBIE à condamner, généralisation raciste aussi !
mardi 11 - 08h29
de : Christian Delarue
1 commentaire
La CGT cheminots a renoué avec Cuba socialiste
mardi 11 - 06h58
de : jodez
1 commentaire
RASSEMBLEMENT D’ÉTÉ ZADENVIES NDDL et semaine intergalactique !
dimanche 9 - 22h32
de : Sala Mandre
Pour une masculinité non prédatrice
dimanche 9 - 14h29
de : Christian Delarue
3 commentaires
Injustice mondiale : le schéma de la coupe de champagne
vendredi 7 - 21h29
de : Christian DELARUE
4 commentaires
La France en passe d’être sous-développée !
vendredi 7 - 12h02
de : Claude Janvier
5 commentaires
Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
2 commentaires
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
2 commentaires
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite