Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La Gauche Européenne face à l’avenir. Va-t-on à présent au-delà de "Rifondazione" ?


de : Roberto Ferrario
jeudi 28 juin 2007 - 18h15 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 31.3 ko

L’assemblée constituante, dimanche, a lancé la nouvelle association politique (SE). L’intervention du président Fausto Bertinotti ouvre à nouveau les discussions sur les perpectives. Comment construire un nouveau sujet de gauche ? Quand ? Sous quelle formes ? Avec quelles idées ? Avec qui

de Angela Mauro traduit de l’italien par Karl&Rosa

"Pour apprendre à nager, il faut se jeter à l’eau". Finissons-en avec les atermoiements et les réticences. Fausto Bertinotti arrive à l’assemblée qui donne le jour à la section italienne de la Gauche européenne plein de ce qu’il a vécu la veille à Berlin : la naissance de Die Linke, fusion du Pds (surtout fort à l’Est) et de la gauche démocratique de la Wasg (Lafontaine).

Le président de la Sinistra europea (charge qu’il laissera au prochain congrès d’octobre) la montre en exemple : c’est la démonstration de la manière de "saisir une opportunité à partir d’une conjoncture politique". Et alors : en Italie aussi il y a une crise de la politique, la gauche est "à risque", que l’on ait donc le courage de "commencer" par travailler à une "force neuve sans mur ni barrière". Bertinotti bénit la section italienne de la Sinistra europea "précieuse expérience qui nous a appris à ne pas juger", mais elle doit être à présent une "porte" qui regarde vers la perspective du "socialisme du XXI° siècle" et aille au-delà.

Même au-delà de Rifondazione ? Le raisonnement de Bertinotti ne montre aucune crainte en ce sens. Et la question devient un argument à débattre, dans l’assemblée de la Sinistra europea elle-même et dans les interviews que Liberazione publie aujourd’hui.

Partons du discours de Bertinotti. Respectueux de son rôle institutionnel, le président de la Chambre ne parle "ni de gouvernement, ni de partis". Mais de l’état de la Gauche il dit beaucoup de choses, y compris les indications sur les perspectives futures. En Italie et en Europe, "l’existence et l’avenir de la gauche est à risque" explique-t-il, parlant de la "crise de la politique", de la "désaffection, issue des processus dominants depuis un quart de siècle", à savoir le capitalisme et sa prétention à "effacer la discrimination entre droite et gauche pour imposer une supposée neutralité derrière laquelle se trouve la domination de l’entreprise et du marché". Bertinotti cite Montezemolo ("Cela n’a pas d’importance de savoir combien de voix il représente, ce qui est utile, plutôt, c’est de saisir le sens profond de son défi"), parle de la crise de la gauche dans "le vote en France et en Italie du nord", évoque une gauche occupée à la "recherche d’une petite identité et d’une droite forte d’une idée de société, mauvaise mais forte". Première invitation : "Interrogeons-nous sur ce risque". On peut regarder en direction de l’Amérique Latine et de son "nouveau pacte entre la gauche et les peuples". Mais le point essentiel est que "pour y arriver, les correctifs de l’existant ou les logiques identitaires ne suffisent pas : il faut tracer une grande opération politique alternative pour endiguer la vague de dépolitisation".

"L’esprit critique, les luttes, les mouvements ne suffisent pas car nous courrons le risque d’une américanisation de la politique en Europe", dit Bertinotti, et à ce moment-là "les luttes sont réduites à la marginalité car ce sont d’autres sujets qui font la politique". Fin de l’analyse du "drame", début de la partie "construens". Les éléments de départ sont là, continue Bertinotti, et avant tout "le refus de la guerre et du terrorisme". Maintenant plus que jamais cependant, il est "nécessaire de construire une masse critique, une culture politique" car "il ne suffit pas d’avoir raison : il faut une force en mesure de remotiver une perspective, une force neuve qui ne se fait pas seulement avec la raison mais aussi avec la passion et les sentiments". Le président de la Sinistra europea cite Leopardi : "Si la raison devient passion, la connaissance est possible" et lance un pont imaginaire avec Gramsci et pas seulement lui : "Lui aussi pensait ainsi, de même que la pensée féministe". En somme, nous devrions avoir appris la leçon".

Bertinotti admet que "un processus de construction de l’unité n’est pas indolore" et que le thème du rapport avec les mouvements, la question du gouvernement ("un choix et pas une obligation") sont des problèmes réels et difficiles qui se résolvent si on les affronte". Mais, prévient-il, "ce n’est que si un sujet de gauche s’avère fort, large, pluriel qu’il y aura la possibilité de se relier aux mouvements et à la société". Le président de la Sinistra europea est clair : "Nous nous trouvons face au thème du socialisme du XXI° siècle" et doivent y travailler ensemble "les communistes, les socialistes, les catholiques, les nouvelles cultures en mouvement", en ayant rencontré le féminisme et l’écologie critique". En tant que creuset de réalités différentes, "la Gauche Européenne est une expérience précieuse" qui nous a, continue Bertinotti, "appris à ne pas juger". La SE "peut être une occasion pour changer : nous devons comprendre sa leçon non comme la fin d’un chemin, mais comme une porte à ouvrir en grand pour la construction d’une gauche plus large". La fente : "On ne peut plus différer l’objectif d’un sujet pluriel de la gauche en Europe et en Italie". Il y a une large gamme de moyens pour le faire (Bertinotti cite aussi le modèle Flm [Fédération des travailleurs de la métallurgie, Ndt] comme un des exemples possibles) mais l’important est d’agir. "La Gauche Européenne – explique-t-il encore – doit s’ouvrir à la confrontation avec toutes les gauches, sans murs, ni barrières, ni à gauche, ni dans la culture modérée, pour se demander ensemble s’il existe un destin commun des gauches, aussi différentes soient-elles en Europe". Assez de bavardages ! "Nous ne devons pas commencer par nous demander où cela aboutira, nous ne devons pas commencer par avoir un projet précis", spécifie Bertinotti. Le sujet pluriel et unitaire de la gauche "sera ce qu’en feront les participants". L’autre invite, centrale : "L’époque ne permet pas de différer, la tâche est difficile mais je vous invite à l’accomplir dans cette direction". Parce que "il y a deux exigences : primo, accomplir des actes politiques nouveaux à gauche qui soient visibles et significatifs et qui encouragent le peuple de gauche ; secondo, poursuivre la recherche pour la refondation de la culture et de la praxis pour la transformation de la société capitaliste". La conclusion et le congé à l’assemblée : "Vous savez comment le faire, je vous invite seulement à le faire. Faites-le tous ensemble, unis. L’ambition et la difficulté de la tâche pourront être de bons conseillers pour réaliser cette aventure commune". Applaudissements. Un nuage de journalistes, de cameramen et de camarades le suit jusqu’à la sortie.

Les travaux se poursuivent. C’est au tour du Palestinien Ali Rashid, député du Prc, de prendre la parole sur la scène qui, avec une affiche, annonce la "Gauche Européenne en Italie". L’attention se déplace ainsi sur un scénario décidément plus dramatique que le nôtre : "Au Moyen-Orient, la situation est triste et sans issue : 60 ans de conflits sont beaucoup", dit Rashid rappelant "les raisons de la non-violence car la violence abîme non seulement ceux qui la subissent mais aussi ceux qui s’en servent". L’intervention du journaliste palestinien est un appel du cœur : "Je vous prie tous de croire au dialogue, dans la confrontation et dans le respect réciproque même quand les conditions n’en semblent pas réunies. Nous ne devons pas abandonner les Palestiniens avec un gouvernement qui s’est montré incapable de gouverner et une opposition qui n’est pas démocratique". La vérité, c’est que "les Palestiniens n’ont pas revu leurs positions depuis que Arafat est mort", ajoute-t-il, rappelant ce qu’a dit avant lui la députée de Rifondazione Graziella Mascia.

L’assemblée réunie au Palafiera de Rome [grande salle des congrès, Ndt] arrive cependant à l’intervention de Bertinotti à travers les nombreux rapports des représentants de la réalité de la Gauche Européenne en Italie (entre autres, Riccardo Petrella du Contrat mondial pour l’eau, Danielle Mazzonis de la Liberassociazioone, Domenico Rizzuti de la Sinistra Euromediterranea, Jacob Torres De Leon de la Fuerza bolivariana de Trabajadores) et d’hommes politiques au long cours. Il y a Achille Occhetto qui exprime une autocritique : "En 1989, nous devions sortir de la crise du communisme par la gauche et non par la droite, comme dit Bertinotti par un socialisme de gauche et non de droite". Le père du "virage de la Bolognina" [référence à son intervention du 12/11/1989 qui amorça la transformation du PCI et aboutit à la création du PDS, Ndt] montre ensuite du doigt ses ex camarades de parti, faisant allusion au cas Unipol : "Si les partis, au lieu de rester au-dessus du marché et de dicter les règles font corps avec l’un ou l’autre, s’accoquinant avec la droite, nous allons vers une économie de type féodal".

Aujourd’hui qu’il est le père de "Il Cantiere", réalité qui tente un dialogue entre diverses gauches, Occhetto invite à "dépasser les erreurs du passé" et à "prendre en main le drapeau de l’unification à gauche : il ne s’agit pas de refonder le Pci ou le Psi mais de refonder la gauche, pas une gauche radicale, mais une vraie gauche dans le sens de la tradition du socialisme et de la démocratie". On ne peut pas être plus clair…

Le président de l’Ars (Association pour le Renouveau de la gauche), Aldo Tortorella, échauffe les esprits si bien que l’assemblée proteste quand le modérateur Sergio Bellucci tapote sur le micro pour lui signaler le temps écoulé (au maximum sept minutes pour chaque intervention). Ancien combattant historique du groupe dirigeant communiste, Tortorella critique âprement le dernier secrétaire du Pci, rappelant la "liquidation en hâte" du patrimoine culturel et historique du parti et admonestant : "Cette fois, il ne suffira pas de répéter les mots d’ordre de la Révolution française", autre citation un peu fourbe de l’un des "virages" proclamés par Occhetto. Cependant, évidemment, l’intention n’est pas de revenir aux vieux duels, mais plutôt de se mesurer aux nouveaux horizons (droits et/ou monde du travail) et d’indiquer les priorités. Tortorella part de Marx ("Il avait raison : le capitalisme est une histoire incessante de modifications") et il insiste sur l’attention aux ouvriers : "Ils votent pour Forza Italia et pour la Lega. Il n’y a pas d’adhésion automatique des exploités aux idées de gauche, aujourd’hui moins que jamais". Il reçoit à la fin une standing ovation.

Roberto Musacchio aussi, parlementaire européen du Prc-Se, veut amener avec lui, dans le chemin à gauche, cette part du XX° siècle qui est "le travail et les mouvements ouvriers". Autre flèche décochée aux Ds : "Il y en a qui pensent qu’avoir pour amie une banque sert à changer la société. Nous, nous ne parlons pas de banque mais de travail". Il fait référence à la bataille, en cours au parlement européen, contre la "flexsecurity, idée du travail subordonné à l’entreprise".

Et Giovanni Alleva, du centre des droits "Pietro Alo’", auteur d’une proposition de loi contre la précarité, "déjà signée par plus de cent parlementaires" exhorte : "Nous devons continuer sur cette voie. La gauche se regroupe autour de la protection de la dignité des travailleurs". C’est Lea Melandri, féministe historique, qui se charge de ramener l’attention sur les femmes qui, dans l’histoire, même à gauche, "ont dû s’adapter et sont souvent devenues un duplicata des hommes". La critique : "Je ne vois pas de trace de la pensée féministe, j’ai seulement entendu dire : ’le féminisme compte beaucoup’. Les femmes ne sont pas disposées à être la cerise sur le gâteau de la Gauche européenne".

C’est aussi dans ce sens qu’Elisabetta Piccolotti, coordinatrice nationale des Jeunes Communistes insiste sur la "réforme de la politique" en condamnant ces "mécanismes du XX° siècle de ceux qui pensaient qu’un parti devait se mouvoir comme un seul homme, justement : pas comme une seule femme".

Les mesures de l’Internationale accompagnent les derniers moments d’une journée chargée d’attentes pour l’avenir. Rendez-vous le 8 juillet pour la réunion du "petit parlement" de la Gauche Européenne en Italie, c’est-à-dire l’assemblée (190 membres) qui sera élue aux assises de dimanche avec le groupe national de coordination (environ 30 personnes). Ce sont tous les deux des organismes provisoires, en vie jusqu’à l’année prochaine, où se tiendra le premier congrès de la Gauche Européenne en Italie, assises auxquelles participeront aussi les représentants des "réseaux horizontaux" (territoriaux) qui se formeront petit à petit, appuyant les réseaux "verticaux" (nationaux) déjà existants.



Imprimer cet article





ENTREPRISOCENE avec OLIGARCHISATION du monde contre chaque peuple-classe
dimanche 29 - 19h22
Paris 28 Novembre : le Déconfinement en photos et vidéos
samedi 28 - 23h23
de : nazairien
1 commentaire
Ploutocraties liberticides de droite : Macron le Bonaparte II après Sarkozy !
samedi 28 - 19h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Décès de Diego Maradona vu par l’Elysée !
vendredi 27 - 14h25
de : joclaude
1 commentaire
Communiqué de la CGT:Le Conseil d’Etat confirme la liberté de déplacement
vendredi 27 - 10h06
de : joclaude
S’organiser pour la défense des libertés publiques menacées.
jeudi 26 - 23h08
de : Christian Delarue
1 commentaire
Passage à tabac d’un producteur à Paris : quatre policiers...
jeudi 26 - 22h49
de : Christian D-
4 commentaires
Un cadeau pour l’article 24
jeudi 26 - 17h59
South Koréa et Japan craignent une 3ème vague : South Korea virus cases hit highest level since March
jeudi 26 - 11h25
de : nazairien
1 commentaire
Philippe Oberlé, La pandémie est nucléaire, 2020
mercredi 25 - 21h18
de : sniadecki via jyp
À l’ONU l’Italie s’abstient sur le nazisme
mercredi 25 - 21h01
de : Manlio Dinucci via Jyp
2 commentaires
La réforme de l’assurance chômage cassée par le Conseil d’État
mercredi 25 - 19h16
Champ de mines - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 25 - 18h24
de : Hdm
BOLIVIE:Génial ! L’ex-présidente de fait, arrêtée par le peuple… !
mercredi 25 - 16h31
de : joclaude
A Lyon, la grève se durcit chez General Electric
mardi 24 - 17h36
La Commission européenne met fin aux indemnités de licenciement en Belgique avec une trouvaille juridique
mardi 24 - 09h54
de : Bruno Schmitz
Etats-Unis : Même les morts chez les Pauvres sont encore trop chers !
lundi 23 - 14h59
de : joclaude
1 commentaire
ISLAM, MUSULMAN, VOILE : Pas d’essentialisme, mais triple critique maintenue
dimanche 22 - 23h24
de : Christian Delarue
6 commentaires
Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !
dimanche 22 - 16h43
Non à l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan
dimanche 22 - 16h36
de : CNT relations medias
Les Gilets Jaunes et la loi Sécurité Globale (Video) !
dimanche 22 - 14h49
de : joclaude
Racisme post-colonial et intégrismes religieux (I)
vendredi 20 - 22h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Appel aux autorités françaises à favoriser la paix au Haut-Karabakh
vendredi 20 - 20h47
de : Christian Delarue
La communauté internationale doit assurer l’exercice du droit à l’autodétermination du Peuple sahraoui
vendredi 20 - 20h39
de : Christian Delarue
Stop EDF Mexique refusons la transition énergétique coloniale !
vendredi 20 - 18h33
de : AMASSADA
L’EMPRISE, un concept critique de l’intégrisme
vendredi 20 - 17h19
de : Christian Delarue
2 commentaires
Communiqué de presse de la C.G.T.
jeudi 19 - 15h41
de : joclaude
Médicos cubanos - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 18 - 21h33
de : Hdm
Contrôles ciblés à Pôle emploi pendant le confinement
mercredi 18 - 19h16
LES ANGLES MORTS DE CLÉMENTINE AUTAIN
mardi 17 - 20h24
de : Christian DLR
5 commentaires
Voté au Sénat : Recul de l’âge légal de la retraite à 63 ans !
mardi 17 - 15h02
de : joclaude
2 commentaires
Marwan Muhammad, une plateforme inclusive des intégristes musulmans
lundi 16 - 20h32
de : Christian Delarue
7 commentaires
Contre la loi de "sécurité globale"
lundi 16 - 17h19
de : CNT relations médias
« La faiblesse de la croissance impose la sortie du capitalisme »
lundi 16 - 15h59
Crise du coronavirus aux États-Unis. 90 000 emplois supprimés dans le secteur aérien
lundi 16 - 15h22
de : nazairien
partage avec Edgar Morin
lundi 16 - 09h26
de : jean1
3 commentaires
MRAP :Menaces sur les droits et les libertés : la protestation monte
lundi 16 - 09h21
de : Christian Delarue (CN du MRAP)
La pudeur ou l’enfermement des religions abrahamiques
dimanche 15 - 13h59
de : Christian Delarue
1 commentaire
ICEBERG RACISTE et INTEGRISME
samedi 14 - 19h41
de : Christian Delarue
3 commentaires
Bolivie : Discours du vice président David Choquehuanca pour l’investiture du président Luis Arce
samedi 14 - 15h29
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite