Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Parti de la Gauche européenne : la responsabilité du renouveau


de : Roberto Ferrario
lundi 9 juillet 2007 - 08h38 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 49.5 ko

Intervention collective : Forum pour la Gauche Européenne/Socialisme XXI – Turin. Participants à l’assemblée de Rome 16/17 juin 2007

de Franco Cilenti, Giulia Bertelli, Dorino Piras, Elio Limberti, Marco Scavino, Luigi Sulla traduit de l’italien par Karl&Rosa

En tant que Forum de la Gauche Européenne/Socialisme XXI – Turin, nous pensons qu’il est important, au moment où la Gauche Européenne se constitue formellement, de rappeler les éléments de fond du débat à partir duquel ce projet a commencé. En effet, l’idée de donner vie à un nouveau sujet politique avait deux racines, strictement liées entre elles : d’un côté la réflexion sur l’inaptitude, dans la phase politique actuelle, de la "forme parti" traditionnelle, de l’autre la critique (qui propose et qui participe) des mouvements qui se sont manifestés ces dernières années contre la précarité de l’emploi, contre la guerre, contre le racisme et pour la défense de l’environnement.

Les formes prises par les processus de globalisation du capitalisme ces vingt/trente dernières années – disait-on – imposent aussi un saut de qualité aux formes sociales et politiques de l’action collective anticapitaliste, à travers lequel opérer une redéfinition (ou une réinvention) de la politique, entendue dans sa signification la plus large.

L’exigence, en somme, était de se donner les instruments pour s’attaquer avec courage (et avec sens des responsabilités) aux grandes questions venues à la surface ces dernières années : les changements de la composition des classes laborieuses, la fragmentation et la dispersion des luttes, la difficulté de mettre en communication entre eux les mouvements et les partis, de faire interagir positivement les mille subjectivités dont se composent les mouvements et les différentes couches politiques et les organisations qui oeuvrent dans la Gauche anticapitaliste. En dépassant aussi bien la sclérose des formes « classiques » d’organisation (le parti et le syndicat) que la sclérose (aussi dangereuse) des mouvements eux-mêmes.

Dans un cadre politique comme celui d’aujourd’hui, caractérisé par l’existence d’une myriade de partis et de petits partis, de groupes, de mouvements, d’associations politiques et sociales, Gauche Européenne pourra donc être un élément d’agrégation, dans la mesure où elle saura vraiment représenter une façon nouvelle et différente d’entendre (et de pratiquer) la politique.

Une façon de faire la politique qui commence, en premier lieu, par les capacités d’entreprendre une sorte de « Observation participée » des réalités sociales, où nous, les observateurs, sommes une partie du contexte de l’observation, mais où nous sommes en même temps aussi un élément actif de confrontation avec les sujets qui composent ce contexte. Nous pensons que les partis qui oeuvrent aujourd’hui dans les institutions ont perdu, hélas, cette capacité, non pas à cause d’un refus intrinsèque, mais d’une réelle difficulté et incapacité à être duels : forme représentative et en même temps participée dans la dynamique des transformations sociales. On raisonne par macro évènements, par macro institutions, on n’arrive plus à saisir le micro, à cause d’une perte d’intérêt pour l’enquête, pour la connaissance directe, pour l’exploration de tout ce qui nous entoure.

Au contraire, le défi de la Gauche Européenne doit être justement celui de changer ce modus operandi, en dialoguant sans cesse avec la société, avec les mouvements, avec les réalités locales, avec toutes les coordinations oeuvrant en Italie et ailleurs, en s’adressant en somme à l’ouverture, au dialogue, au renouveau. Si telles sont les bases de Gauche Européenne, des femmes et des hommes s’engageront dans ce projet, ils commenceront un travail politique au large souffle, en entrant en contact avec tous, en ayant surtout la capacité de dialoguer avec tous. Nous venons tous d’expériences différentes, avec une contribution personnelle importante, qui ne doit pas être réduite mais, au contraire, acheminée dans une trame plus large que toutes les expériences des participants.

A la lumière de ce qui a été dit, nous ne pouvons pas nous abstenir d’une critique et d’une proposition sur un point de notre pré statut de la Gauche Européenne, précisément celui qui s’intitule « Pour une nouvelle gauche en Italie ». En effet, la logique qui semble émerger de ce texte nous semble être encore celle de la politique politicienne, de la préoccupation pour les alliances et les agrégations de la classe politique traditionnelle, spécialement là où l’on analyse les effets prévisibles de la disparition des Démocrates de Gauche et où l’on parle d’ « un défi au Parti Démocrate », d’ « une responsabilité supplémentaire » qui reviendrait à Gauche Européenne.

Le risque, nous semble-t-il, est de continuer à raisonner en termes de contexte de politique des partis plutôt qu’en termes de renouveau global de la politique. Nous, en tant que Gauche Européenne, sommes déjà – par notre composition, nos caractéristiques, notre culture, notre opérativité – une réalité différente des partis traditionnels, nous devons suppléer aux échecs d’autrui, nous devons plutôt représenter l’alternative à une façon de « être parti » qui, au fil des dernières décennies, n’a produit que des dégâts et de la passivité, parce qu’elle a fini par éloigner la très grande majorité des personnes de la participation, de la lutte, de la pratique directe de la démocratie.

Gauche Européenne, autrement dit, n’est pas (et elle ne veut pas l’être) la pure et simple agrégation de quelques secteurs de la classe politique de la Gauche anticapitaliste, qu’ils soient liés aux partis, aux syndicats ou aux mouvements. Au contraire, Gauche Européenne veut commencer par cet élément d’agrégation formelle, pourtant nécessaire et indispensable, pour mettre en route une expérience sociale et politique d’un nouveau genre, capable en premier lieu de récupérer un rapport (qui apparaît aujourd’hui gravement affaibli, sinon presque complètement absent) avec les groupes sociaux les plus touchés par la restructuration capitaliste.

Et pour aller dans cette direction, il est indispensable que Gauche Européenne (au moment où elle ira s’implanter, concrètement, dans les différentes villes et réalités territoriales) mette au centre de ses initiatives et même de sa façon de se présenter, une activité finalisée à l’agrégation du plus grand nombre possible de forces dans les mouvements mais aussi (et peut-être surtout) dans cette zone très vaste de camarades qui ont choisi ces dernières années de rester aux marges des différentes formes organisées de la Gauche. Dans chacune des réalités locales, Gauche Européenne ne peut et ne doit pas se présenter comme un « récipient » de ce qui existe déjà aujourd’hui (en termes de partis, de groupes, de fractions de vieille classe politique à la recherche d’une nouvelle collocation) mais comme un élément d’agrégation à partir d’une série de contenus, comme un instrument d’action politique pour favoriser l’ouverture d’un nouveau cycle de luttes anticapitalistes.

Si nous ne savons pas représenter et pratiquer cette alternative, si nous sommes l’énième proposition d’un sujet politique qui se propose comme « caste », désuet et aphasique, nous ne serons utiles à personne mais surtout – croyons-nous – nous trahirions la raison pour laquelle nous nous trouvons ici, avec des délégations de provenance différente (culturelle et idéale), unis pas la volonté de définir, à travers la confrontation et l’échange réciproques, ce que nous sommes, ce que nous voulons être, comment nous voulons être représentés, de quels espaces physiques nous devons nous équiper dans les territoires, quels doivent être nos principes et nos valeurs, comment nous voulons communiquer au monde extérieur (mais aussi à l’intérieur de nous-mêmes) notre volonté d’alternative.

En ce sens, nous tenons à souligner aussi la signification du choix d’adopter – comme Gauche Européenne – une forme d’organisation du type fédératif, pluraliste et ouverte au rapport/confrontation avec tous ceux qui se battent, dans la phase historique actuelle, contre le capitalisme néolibéral, les guerres impérialistes, la dévastation de l’environnement, le racisme et le sexisme. Un choix qui n’a pas été dicté – nous voulons le rappeler – par des raisons contingentes, de procédure du processus constituant, mais par une conception précise de ce que Gauche Européenne veut être, en soi, comme nouveau sujet politique et qu’il s’agit maintenant de souligner et de renforcer, en garantissant aussi (à tous les niveaux) un max de démocratie dans les processus d’élaboration politique et de formation des décisions.

La question de genre

Dans la pratique politique des 60 dernières années, même à l’intérieur des partis et des organisations de gauche, la participation de la femme a été à bien des égards contrariée par des visions machistes discriminatoires, rétrogrades et opportunistes. Tandis que nombre de femmes ont agi dans l’ombre de motivations politiques, en créant une énormité de propositions et de solutions à différents problèmes.

Les filles de cet état des choses prétendent aujourd’hui, et pour cause, compter et être concrètement présentes dans les institutions, dans les rôles-clé et surtout aux tables de discussion liées au monde politique.

Nous croyons que le problème n’est absolument pas dépassé, aujourd’hui encore, et que cette vision mono sexuée de la politique est dure à s’éteindre, mais nous croyons aussi en même temps que la meilleure façon de la contraster n’est pas celle – un peu opportuniste – des « discriminations en positif ». La femme n’est pas un monde à part, n’est pas un sujet séparé, elle pense, agit, propose autant que l’autre moitié du genre humain et c’est pour cette raison qu’elle doit être mise en valeur et non pas au nom d’une rhétorique stérile sur la « tutelle » qui risque d’être écoeurante, instrumentale et – à notre avis – dépassée en plus d’être subtilement humiliante pour les femmes elles-mêmes. Nous voulons qu’on passe d’un père patron à un tuteur légal.

Notre conviction est que Gauche Européenne doit garantir un maximum de représentation à toutes les figures qui veulent y participer, aussi bien des femmes que des hommes. Et que le droit des femmes à faire de la politique n’est pas tellement garanti par une norme statutaire mais qu’il passe plutôt par l’adoption d’un style de travail et d’une façon de faire interne (pour ainsi dire) dont soient abolis les préjugés machistes et les prévarications quotidiennes. Voilà ce que doit être, à notre avis, un engagement précis que Gauche Européenne assume formellement, comme papier de tournesol de sa capacité d’être vraiment une force politique nouvelle. Des femmes et des hommes avec des droits égaux, pouvoirs égaux, égale dignité, ensemble pour créer, pour sensibiliser, pour construire. Le critère de la représentation de genre à 50% peut être une stimulation en ce sens, mais il ne constitue en soi aucune garantie d’un renouveau effectif, sur lequel les camarades devront, au contraire, être vigilantes et se battre, s’il le faut.



Imprimer cet article





VIOLENCES POLICIERES : A deux doigts de la mort (video choc)
lundi 30 - 16h39
de : joclaude
ENTREPRISOCENE avec OLIGARCHISATION du monde contre chaque peuple-classe
dimanche 29 - 19h22
Paris 28 Novembre : le Déconfinement en photos et vidéos
samedi 28 - 23h23
de : nazairien
1 commentaire
Ploutocraties liberticides de droite : Macron le Bonaparte II après Sarkozy !
samedi 28 - 19h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Décès de Diego Maradona vu par l’Elysée !
vendredi 27 - 14h25
de : joclaude
1 commentaire
Communiqué de la CGT:Le Conseil d’Etat confirme la liberté de déplacement
vendredi 27 - 10h06
de : joclaude
S’organiser pour la défense des libertés publiques menacées.
jeudi 26 - 23h08
de : Christian Delarue
1 commentaire
Passage à tabac d’un producteur à Paris : quatre policiers...
jeudi 26 - 22h49
de : Christian D-
4 commentaires
Un cadeau pour l’article 24
jeudi 26 - 17h59
South Koréa et Japan craignent une 3ème vague : South Korea virus cases hit highest level since March
jeudi 26 - 11h25
de : nazairien
1 commentaire
Philippe Oberlé, La pandémie est nucléaire, 2020
mercredi 25 - 21h18
de : sniadecki via jyp
À l’ONU l’Italie s’abstient sur le nazisme
mercredi 25 - 21h01
de : Manlio Dinucci via Jyp
2 commentaires
La réforme de l’assurance chômage cassée par le Conseil d’État
mercredi 25 - 19h16
Champ de mines - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 25 - 18h24
de : Hdm
BOLIVIE:Génial ! L’ex-présidente de fait, arrêtée par le peuple… !
mercredi 25 - 16h31
de : joclaude
A Lyon, la grève se durcit chez General Electric
mardi 24 - 17h36
La Commission européenne met fin aux indemnités de licenciement en Belgique avec une trouvaille juridique
mardi 24 - 09h54
de : Bruno Schmitz
Etats-Unis : Même les morts chez les Pauvres sont encore trop chers !
lundi 23 - 14h59
de : joclaude
1 commentaire
ISLAM, MUSULMAN, VOILE : Pas d’essentialisme, mais triple critique maintenue
dimanche 22 - 23h24
de : Christian Delarue
6 commentaires
Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !
dimanche 22 - 16h43
Non à l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan
dimanche 22 - 16h36
de : CNT relations medias
Les Gilets Jaunes et la loi Sécurité Globale (Video) !
dimanche 22 - 14h49
de : joclaude
Racisme post-colonial et intégrismes religieux (I)
vendredi 20 - 22h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Appel aux autorités françaises à favoriser la paix au Haut-Karabakh
vendredi 20 - 20h47
de : Christian Delarue
La communauté internationale doit assurer l’exercice du droit à l’autodétermination du Peuple sahraoui
vendredi 20 - 20h39
de : Christian Delarue
Stop EDF Mexique refusons la transition énergétique coloniale !
vendredi 20 - 18h33
de : AMASSADA
L’EMPRISE, un concept critique de l’intégrisme
vendredi 20 - 17h19
de : Christian Delarue
2 commentaires
Communiqué de presse de la C.G.T.
jeudi 19 - 15h41
de : joclaude
Médicos cubanos - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 18 - 21h33
de : Hdm
Contrôles ciblés à Pôle emploi pendant le confinement
mercredi 18 - 19h16
LES ANGLES MORTS DE CLÉMENTINE AUTAIN
mardi 17 - 20h24
de : Christian DLR
5 commentaires
Voté au Sénat : Recul de l’âge légal de la retraite à 63 ans !
mardi 17 - 15h02
de : joclaude
2 commentaires
Marwan Muhammad, une plateforme inclusive des intégristes musulmans
lundi 16 - 20h32
de : Christian Delarue
7 commentaires
Contre la loi de "sécurité globale"
lundi 16 - 17h19
de : CNT relations médias
« La faiblesse de la croissance impose la sortie du capitalisme »
lundi 16 - 15h59
Crise du coronavirus aux États-Unis. 90 000 emplois supprimés dans le secteur aérien
lundi 16 - 15h22
de : nazairien
partage avec Edgar Morin
lundi 16 - 09h26
de : jean1
3 commentaires
MRAP :Menaces sur les droits et les libertés : la protestation monte
lundi 16 - 09h21
de : Christian Delarue (CN du MRAP)
La pudeur ou l’enfermement des religions abrahamiques
dimanche 15 - 13h59
de : Christian Delarue
1 commentaire
ICEBERG RACISTE et INTEGRISME
samedi 14 - 19h41
de : Christian Delarue
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite