Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

LA RÉPONSE SOCIALE N’EST PAS À LA HAUTEUR DE LA CRISE


de : Armando García
lundi 22 mars 2010 - 20h52 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 20.1 ko

Entretien avec Éric Toussaint, président du CADTM, par Manuel Torres [1]

Comment évaluez-vous la situation des mouvements sociaux ?

Problématique. Il est fondamental d’avoir un diagnostic correct de la situation qui, à mon avis, est la suivante. Nous avons la plus grande crise du système capitaliste depuis 80 ans et les réponses sociales ne sont pas à la hauteur. Lorsque la crise a éclaté, en 2007-2008, les intellectuels pro-capitalistes ont tremblé car il se sont rendu compte qu’il s’agissait d’un crise systémique. On a parlé de crise capitaliste, de refonder le capitalisme parce qu’ils craignaient réellement une réponse de grande ampleur -et cela ne s’est pas encore produit. 

C’est vrai qu’il y a des signes positifs comme ceux donnés à Belén au Forum Social Mondial (FSM) en janvier 2009 : 14.000 participants, la grande majorité des jeunes qui cherchaient à participer dans les ateliers les plus radicaux. Les déclarations finales des mouvements indigènes, des femmes, de justice globale, etc... sont très radicales. Mais ce ne sera pas un forum social mondial qui pourra changer la corrélation de forces, mais plutôt les luttes réelles dans les pays où la crise est plus forte, dans ceux qui ont un poids dans l’économie mondiale. A ce niveau, les réponses sociales aux Etats-Unis et en Europe sont jusqu’à présent limitées, comme si les gens étaient paralysés par les coups qu’ils reçoivent, par le chômage, etc.

C’est un diagnostic préoccupant !

Oui, et cela pousse à l’action les mouvements sociaux qui constituent une force réelle (Via Campesina, des réseaux comme la marche mondiale des femmes, le Comité pour l’Annulation de la Dette dans le Tiers Monde (CADTM), les organisations indigènes, etc.). Ils ont le très grand défi d’organiser des stratégies d’actions. On n’y est pas encore arrivé, mais il y a eu, à la fin janvier, la réunion mondiale des mouvements sociaux à San Paulo, hors du contexte des forums sociaux, où a été organisé un séminaire [1] pour faire une balance de nos stratégies et pour impulser un mouvement.

Les gouvernements de gauche les plus avancés, comme ceux de Bolivie, Équateur ou Venezuela, n’ont pas pris non plus de fortes initiatives. Ils ont émis des déclarations intéressantes comme celle du Sommet de Copenhague, mais on est en train de perdre un temps précieux pour, par exemple, lancer la Banque du Sud sur des critères cohérents, ou avancer avec le SUCRE (système unique de compensation régionale qui éliminerait l’influence du dollar sur les pays de l’ALBA), ou donner plus de cohérence à l’ALBA. Il y a beau de discours et de rhétorique, mais les faits et les décisions ne suivent pas cette ligne.

Que manque-t-il pour qu’il y ait une mobilisation convaincante en cette époque de crise du système ?

Si nous parlons de l’Europe ou des Etats-Unis, le mouvement syndical joue un rôle important pour mobiliser ou ne pas le faire. En Europe la Confédération des syndicats, en Espagne les CCOO et UGT, en France la CGT et la CFTD, les syndicats anglais : aucun ne veut de grandes mobilisations. Ils pensent que s’ils mettent en marche le train des luttes, celles-ci prendront un caractère plus radical qu’à d’autres époques. Les directions syndicales ne sont pas prêtes à assumer les risques d’une confrontation avec les gouvernements. Ils s’accrochent à l’espoir que les plans de sauvetage des banques vont réussir à sortir de la crise en une ou deux années, et cela c’est une erreur.

Nous avons vu un exemple au début 2009 dans les mobilisations en France qui ont eu une participation similaire à celles obtenues en mai 68. Les gens voulaient continuer avec les mobilisations et les directions syndicales ont décidé que non. Il y eut beaucoup de frustration, pourtant les gens n’ont pas été capables de se convoquer eux-mêmes au niveau de tout un pays en coordonnant les secteurs publics et privés.

Il existe une disposition à la mobilisation s’il y a un plan d’action de la part des directions syndicales. Sans une participation syndicale forte et sans grands mouvements spontanés comme il y a eu à la fin des années 60, début des années 70, qui étaient la fin de la grande ère de prospérité économique, les gens pouvaient aller en grève avec l’idée de vaincre. A présent, pour vaincre, il manque un plan d’action fort.

Il n’y a nulle part de capacité d’action ?

Les endroits où il y a une grande mobilisation sont les pays périphériques comme en Amérique Latine qui, pour moi, constituent l’épicentre de la résistance, comme les organisations indigènes en Équateur ou au Pérou. La stratégie nous oblige à faire un travail de sensibilisaion, à ouvrir le débat sur la stratégie dans le contexte du FSM, même avec les confédérations syndicales qui en font partie. Les organisations paysannes doivent aussi proposer une solution à la crise alimentaire au niveau international en implémentant des politiques de souveraineté alimentaire.

Croyez-vous que la passivité des syndicats européens est due à la crainte de sortir d’un modèle de production lié à la consommation, ce qui impliquerait un changement radical dans la forme de travailler et de s’organiser ?

Je ne crois pas que ce soit cela la raison principale. Je pense que celle-ci se trouve dans les directions bureaucratiques qui ne veulent prendre aucun risque et préfèrent chercher la voie de la négociation et, comme ils craignent la dynamique que preuvent prendre de grandes mobilisations, ils préfèrent essayer de négocier avec le patronat et les gouvernements. Ce n’est pas tellement leur vision du mode de production, parce qu’à présent tout le monde se rend compte que ce modèle de consommation, ce modèle extractiviste -qui produit même un changement climatique- n’est pas bon. Ce qui se passe, c’est que les gens ne sont pas très révolutionnaires au niveau des idées. Le problème principal est de se rendre compte que maintenant, pour arriver à quelque chose, cela implique un niveau d’affrontement. Je ne parle de prendre le pouvoir mais bien de mener de longues grèves d’opposition frontale au patronat ou, même, de renverser un gouvernement -ce qui ne se fait pas depuis 30 ou 40 ans.

Il y a aussi eu des déroutes importantes...

Dans le contexte du FSM, nous avons eu des problèmes depuis 2003 jusqu’à l’année passée (et nous n’en sommes pas encore sortis). Deux pays clés dans la construction du mouvement altermondialiste sont l’Italie et le Brésil. En Italie, le parti de la Refondation Communiste est entré dans le gouvernement de Romani Prodi, de caractère social-libéral. Cela a provoqué une démoralisation et une déroute politique de la Refondation Communiste qui a perdu la représentation parlementaire. Les mouvements sociaux italiens n’ont pas la même capacité que lorqu’on a lancé le premier forum social européen en novembre 2002 à Florence, avec une marche d’un demi-million [de participants] contre la guerre. Ou à Genève en 2001. Ou au Brésil où la ligne de Lula, appuyée par le principal syndicat, est de caractère social-libéral. Cela a eu des conséquences au FSM mais aussi au niveau de la fédération des mouvements sociaux, qui est plus radicale mais qui a été affectée par l’orientation politique des gouvernements et les déroutes politiques de ces mouvements sociaux.

L’introduction dans des gouvernements de gauche en Amérique Latine de personnes liées aux mouvements sociaux n’entraîne pas un abandon du modèle extractiviste. Cela vaut la peine, au vu de ces résultats, qu’ils entrent pour faire partie d’un gouvernement ?

Il est fondamental, pour les mouvements sociaux dans des pays comme la Bolivie, le Venezuela ou l ’Équateur, de maintenir une capacité de mobilisation indépendante vis-à-vis du gouvernement pour être capable d’exercer une pression sur lui. Ce doit être possible sans s’affronter, mais plutôt en exerçant une pression sur lui, le stimuler en l’incitant à adopter des initiatives plus avancées. Mais si cela ne fonctionne pas, il faut alors affronter la politique du gouvernement. Les personnes des mouvements sociaux ne devraient pas accepter de charges ministérielles pour maintenir ainsi la capacité de mobilisation.

Il faudrait chercher une relation dialectique constructive d’appui et de pression pour aller dans la bonne direction. Si cela ne fonctionne pas, ils doivent se mobiliser comme l’a fait la CONAIE en Équateur lorsque le gouvernement n’a pas pris en compte la position des indigènes. Les mouvements sont obligés de consulter leurs bases et, si celles-ci le décident, de se mobiliser. Même si on tente d’impliquer les mouvements sociaux dans des tentatives de renversements -ce qui est une stratégie de Correa. Si le gouvernement n’écoute pas lorsque les putschistes décident d’agir, les mouvements sociaux ne l’appuyeront pas. Il y a un secteur du gouvernement qui le comprend mais, pour l’instant, il est influencé par la secteur plus conservateur. On peut signer des accords et appuyer les bonnes résolutions d’un gouvernement, mais on doit exercer une pression et, si c’est nécessaire, l’affronter pour obtenir un changement d’orientation politique.

Quelles alternatives existe-t-il au-delà des mobilisations et de l’affrontement ? Est-il nécessaire d’arrêter de reconnaître la structure de l’Etat et d’appliquer le modèle approprié de développement des peuples ?

Non. Je crois qu’une stratégie comme par exemple celle des Zapatistes correspond à une organisation qui de fait -bien que ce ne fût pas leur souhait- est marginale dans la vie politique de Mexico et est dans une situation d’autodéfense plus que de défense. Une stratégie de mobilisation non seulement me paraît fondamentale, mais il faut aussi construire des instruments de pouvoir populaire venant de la base -dans le style, là oui, des Zapatistes, ou des indigènes organisés au sein de la CONAIE. Mais aussi d’autres secteurs comme par exemple les travailleurs de manufactures, qui doivent avoir une politique de contrôle ouvrier. Cela implique de tenter de créer une dualité de pouvoir dans l’entreprise capitaliste. Questionner de manière structurelle et permanente le pouvoir de décision des chefs d’entreprises -qu’elle soient privées ou de l’Etat. Dans le cas de gouvernements qui nationalisent les entreprises, la production doit être organisée par les travailleurs -et non une bureaucratie ou les technocrates.

Eric Toussaint

[1]. Dans Els Quaderns d’Illacrua a la Directa n° 171
[2]. Séminaire sur l’Assemblée des Mouvements Sociaux, São Paulo, Brésil, 21-23 Jan 10

Traduction : Armando García
Source : Amérique Latine des peuples

Quelques-unes des oeuvres d’Eric Toussaint :
La Bourse ou la vie. La finance contre les peuples
Banque mondiale : le coup d’Etat permanent
Banque du Sud et nouvelle crise internationale
L’Équateur à la croisée des chemins. Abolir la dette pour libérer le développement humain (en espagnol)
60 questions, 60 réponses sur la dette, le FMI et la Banque Mondiale
[NdT. Pour plus de renseignements, consulter le site du CADTM > Publications > Livres et brochures]




Imprimer cet article





Hommage à Giorgio Forti
dimanche 7 - 10h57
de : UJFP
Message urgent des occupants du théatre de l’Odéon
samedi 6 - 23h51
de : Alain Collet
Les sables radiologiques du désert
samedi 6 - 21h50
de : AIPRI
1 commentaire
Dossier : Penser et lutter avec Rosa Luxemburg
samedi 6 - 21h08
de : contretemps
3 commentaires
Regards sur CUBA, pays des Humbles et Humaniste !
samedi 6 - 10h51
de : joclaude
L’économie « post-covid » : Neuve ou d’occasion ??? – “Le Crime du Garagiste” – Le Casse Banco-centraliste !
vendredi 5 - 16h16
de : Lepotier
3 commentaires
Rojava : la révolution des femmes
jeudi 4 - 20h51
de : jean1
Radio praxis : C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 4 - 05h59
de : Hdm
Affaire « Bismuth » : Nicolas Sarkozy est condamné pour corruption
mercredi 3 - 16h03
de : joclaude
La députée irlandaise Claire Daly a décidé de protéger la Russie d’un flot d’accusations ridicules
mercredi 3 - 15h12
de : joclaude
1 commentaire
L’hégémonie culturelle selon Gramsci Par Aurélien Berthier
mercredi 3 - 09h28
de : Roberto Ferrario
« Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »
mardi 2 - 21h24
de : jean1
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
1 commentaire
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
1 commentaire
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
4 commentaires
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite