Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Élections TPE/PME un naufrage appelé abstention
jeudi 22 avril
1 commentaire
Propos très justes d’un camarade qui porte là une analyse qui serait tellement utile pour sortir d’une situation mortifère Si la CGT obtient la première place, ce qu’il faut retenir c’est le taux d’abstention de plus de 94%... Et bizarrement cela ne choque pas les centrales, qui sont touchées comme le reste des appareils par une défiance historique. .. J’ai ma petite idée sur le pourquoi, aujourd’hui les syndicats sont devenus des partenaires, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

L’AGCS, après l’accord du 31 juillet à l’OMC

de : Raoul Marc JENNAR
mercredi 20 octobre 2004 - 19h55 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

L’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS), signé à Marrakech le 14 avril 1994 et ratifié par les Etats fin 1994, est entré en vigueur le 1er janvier 1995. Toutefois, il est à ce point ambitieux, que sa mise en œuvre doit faire l’objet de " séries de négociations successives " (art. XIX,1). Il s’agit en effet pas moins que de libéraliser " tous les services de tous les secteurs " (art. I, 3b).

La négociation de l’AGCS lui-même s’est accompagnée en 1993-1994 d’une première série de négociations au cours de laquelle, certains pays (essentiellement les pays industrialisés) ont pris les premiers engagements d’appliquer certaines dispositions de l’AGCS à certains secteurs. En 1997, un accord partiel est intervenu sur la libéralisation des services financiers. Conformément à l’article XIX, 1, une seconde série a débuté " cinq ans après l’entrée en vigueur ", soit en 2000. Elle est toujours en cours.

Lors de la 4e conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), à Doha, en novembre 2001, l’Union européenne, considérant que ces négociations n’avançaient pas vite assez, a proposé et obtenu la mise en place d’un mécanisme de demandes et d’offres : chaque pays adresse à chacun des autres Etats la liste des secteurs de services qu’il veut voir libéraliser chez eux (ce sont les demandes) et chaque pays annonce la liste des secteurs de services qu’il est disposé à libéraliser chez lui (ce sont les offres).

Ce mécanisme met fin à la pleine liberté des Etats de protéger tel ou tel secteur, en fonction de choix de société. Il introduit une dose de bilatéralisme dans une institution qui a pour devoir de privilégier les relations multilatérales, puisque après le dépôt des demandes et des offres, des négociations bilatérales doivent se tenir avant de " multilatéraliser " les résultats. Aux échéances fixées à Doha pour le dépôt des demandes (30 juin 2002) et des offres (31 mars 2003), il est apparu que, à l’exception des pays industrialisés et de quelques pays émergents, la grande majorité des pays en développement refusaient d’entrer dans cette mécanique des demandes-offres exposant ces pays à des négociations bilatérales. A ce jour, après bien des pressions américaines et européennes, seulement 60 pays ont formulé des demandes et 42 des offres (sur 147 Etats membres).

En dépit de l’insistance des gouvernements occidentaux, rappelés régulièrement à l’ordre par les grands groupes de pression du monde des affaires (European Services Forum, US Coalition of Services Industries, Australian Services Roundtable, Japan Services Network, etc.), les négociations sur la mise en œuvre de l’AGCS ont connu peu de progrès.

Pour cette raison, en vue de la 5e conférence ministérielle de l’OMC, à Cancun, en septembre 2003, l’Union européenne a soutenu un projet de déclaration ministérielle en trois points :

1.- forcer les pays qui n’ont pas présenté d’offres à le faire et certains autres dont les offres étaient limitées à les augmenter et fixer une échéance ;

2.- adopter rapidement les "disciplines" dans le domaine des subventions et des réglementations intérieures avec une date précise pour la fin de ces négociations. Ces " disciplines " désignent les subventions désormais considérées comme des distorsions à la concurrence commerciale, ainsi que les dispositions qui, dans nos lois et règlements, à chaque niveau (de l’Etat à la Commune) seront considérées comme plus rigoureuses que nécessaires par rapport aux règles de la concurrence commerciale. Sont ici visées les normes en matière de droits humains fondamentaux, les normes sociales, les normes environnementales, les critères de qualification professionnelle, etc. ;

3.- affirmer que les négociations de l’AGCS doivent " obtenir une élévation progressive des niveaux de libéralisation sans qu’aucun secteur de service ou mode de fourniture ne soit exclu a priori ".

La partie AGCS du projet de déclaration ministérielle n’a pas fait l’objet de la moindre négociation à Cancun. Comme on le sait, aucune déclaration ministérielle n’a été adoptée. Mais en décembre 2003, le Conseil des ministres de l’Union européenne a " fait sienne " l’analyse de la Commission sur les négociations à l’OMC, analyse qui reprend les trois points de Cancun.

Au terme des négociations qui ont abouti à la décision du Conseil général de l’OMC du 31 juillet 2004, les trois points de Cancun sont cette fois adoptés. Aux négociations sur les disciplines, on a même ajouté des négociations sur les mesures de sauvegarde d’urgence et sur les marchés publics. Les offres doivent être présentées " aussi vite que possible " et feront l’objet d’une appréciation par l’OMC en mai 2005. Ensuite auront lieu les négociations bilatérales devant déboucher sur des listes de secteurs à libéraliser. La négociation sur les disciplines est relancée. Une référence explicite au mode 4 est insérée dans le texte (voir in fine). L’ensemble de la négociation entamée en 2000 - en ce compris celle sur les services environnementaux - fera l’objet d’une évaluation avant la prochaine conférence ministérielle de l’OMC qui se tiendra en décembre 2005. On peut donc considérer que la seconde série des négociations pour la mise en œuvre de l’AGCS débouchera sur des décisions fin 2005.

La décision du 31 juillet ouvre donc une période particulièrement critique pour la portée de l’application de l’AGCS à partir de 2006. Quatre questions se posent.

1.- Quelles sont les activités de services auxquelles l’AGCS va s’appliquer ?

Il faut garder à l’esprit que le texte du 31 juillet n’exclut à priori aucun secteur, ni aucun mode de fourniture et qu’il appelle à " une haute qualité d’offres " et un " niveau élevé de libéralisation ". Il ne fait aucun doute que l’Union européenne et les Etats-Unis vont pousser à la libéralisation du plus grand nombre possible de secteurs avec, de la part de l’Union européenne, une attention toute particulière pour le service de l’eau. Le sort des services de l’enseignement, de la santé (en ce compris les services sociaux) et de la culture reste incertain puisqu’il est soumis à la mécanique des demandes et des offres et que certains pays ont formulé des demandes dans ces secteurs.

2.- Que vont devenir les exemptions de 1994 ?

Un enjeu important des négociations est systématiquement passé sous silence par les gouvernements et la Commission européenne : le sort des exemptions de 1994. En effet, comme on l’a vu, lors de cette première série de négociations, les pays de l’Union européenne ont décidé d’appliquer l’AGCS à un certain nombre de services (on peut les trouver via le site web de l’OMC :
http://www.wto.org/french/tratop_f/... ).

Ils ont toutefois protégé certains de ces services de l’application de certaines obligations en les exemptant de celles-ci. Mais les exemptions ne sont pas éternelles. Certaines ne durent que dix ans. D’autres peuvent être soumises à tout instant aux aléas de la négociation. On sait les pays anglo-saxons particulièrement hostiles à ces exemptions. On connaît la duplicité traditionnelle de la Commission européenne. On peut compter sur la nouvelle Commission, présidée par le néolibéral et atlantiste Barroso, pour accéder aux demandes de ces pays. Dans la mesure où les exemptions de 1994 concernent en particulier l’enseignement, la santé et les services sociaux ainsi que la culture, les plus grandes craintes sont permises.

3.- Quelle sera la portée des décisions sur les disciplines, les mesures de sauvegarde et les marchés publics ?

L’opacité la plus totale existe sur les négociations en cours sur ces questions. Il est impossible aux citoyens ou aux élus de disposer de la moindre information sur les choix et les positions de la Commission européenne (négociateur unique au nom des 25 Etats de l’Union) en la matière. Quatre articles de l’AGCS sont concernés :

a) article VI, 4 : il s’agit des réglementations intérieures, c’est-à-dire des lois, décrets, règlements, arrêtés et de toute décision prise par les autorités au niveau national, régional ou local en matière de qualifications, de normes techniques, de licences. Celles-ci ne peuvent pas constituer des " obstacles non nécessaires au commerce des services " et ne doivent pas être " plus rigoureuses que nécessaires ". Quelles sont ces réglementations qui vont être " disciplinées " ? Nul ne le sait. Les pouvoirs publics vont-ils être obligés de renoncer au profit des firmes privées, par exemple, au droit de déterminer les critères de qualification professionnelle, les normes de sécurité sur les lieux de travail, la définition de la potabilité de l’eau ? Des propositions en ce sens sont sur la table des négociations.

b) article X : les mesures de sauvegarde d’urgence : il s’agit des dispositions qu’un gouvernement adopte pour protéger un secteur de services soudainement menacé par un fournisseur étranger ; cet article prévoit des négociations " fondées sur le principe de non discrimination ".

c) article XIII : les marchés publics : les procédures d’achat de services par les gouvernements devraient répondre à des règles identiques, transparentes et non discriminatoires afin d’ouvrir les marchés publics de services à la concurrence internationale privant ainsi les gouvernements d’un outil de politique économique.

d) article XV : les subventions : les gouvernements qui ont négocié l’AGCS ont reconnu que " dans certaines circonstances les subventions peuvent avoir des effets de distorsion sur le commerce des services ". Dans ce domaine également des disciplines vont être arrêtées, c’est-à-dire des listes de subventions considérées désormais comme inacceptables. Quelles sont les subventions que la Commission européenne propose d’interdire ; quelles sont celles qu’elle protège ? Nul ne le sait. C’est cela la démocratie européenne et la future Constitution ne modifiera pas les pouvoirs de la Commission en ce domaine pas plus que son opacité.

Il est trop tôt pour spéculer sur les résultats des négociations en l’absence d’informations précises sur leur contenu.

Il faut toutefois garder à l’esprit qu’une fois les disciplines adoptées, les firmes privées seront en mesure d’introduire des plaintes contre les pouvoirs publics (Etat, Régions, Départe-ments/Provinces, Communes) qui ne s’y conformeraient pas. En effet, l’article VI, 2a fait obligation aux Etats d’offrir aux fournisseurs privés des juridictions leur permettant d’introduire des actions en justice contre les pouvoirs publics considérés comme défaillants.

4.- Que faire ?

Quatre réunions consacrées à l’AGCS auront lieu à l’OMC d’ici à la fin de cette année : les 20-23 sept ; 1 oct., 22-26 nov. et 3 déc.

a) il est indispensable d’interpeller les élus nationaux et européens ainsi que les gouvernements sur les négociations en cours, sur leur portée et sur les positions défendues par la Commission européenne ;

b) il est nécessaire d’exiger une révision du mandat extrêmement néolibéral de la Commission européenne, négociateur unique, d’autant que celle qui va entrer en fonction le 1 novembre sera encore plus marquée idéologiquement que l’actuelle ;

c) une mobilisation européenne des associations, des ONG, des syndicats et des partis politiques effectivement attachés aux valeurs de solidarité, au principe de l’égalité des chances et à la notion de service public s’impose. Elle doit se traduire par des actions concrètes. Il faut bloquer l’AGCS.

Il y a urgence.

Raoul Marc JENNAR

Chercheur auprès d’Oxfam Solidarité (Belgique) et de l’Unité de Recherche, de Formation et d’Information sur la Globalisation (France)

www.oxfamsol.be

www.urfig.org

source :
Reproduction autorisée sous couvert de la mention
Courriel d’information ATTAC - http://attac.org/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> OMC - AGCS : comment lutter ? questions sans réponses
6 décembre 2004 - 08h55

Bonjour,

Un ami vient de m’adresser ce message. Nous sommes le 6 décembre. Les 4 réunions annoncées dans l’article sont passées.

Que faire aujourd’hui, quand on est un citoyen lambda interpellé haut plus au point par ces questions, mais vivant dans une région où les élus locaux auraient plutôt tendance à voir d’un très bon oeil OMC, et compagnie ?

S’engager, dans des mouvements divers et variés, prendre position dans ses actes de consommation quotidiens : boycoter les marques réputées "sales" (celles que l’on connaît, mais les autres...) prilégier le commerce équitable (tous les produits de consommation courante n’y sont pas disponibles...) opter pour l’agriculture bio de proximité, (encore faut-il connaître des producteurs bio...) etc... C’est un début, certes, mais cela changera t’il grand chose ?

Si tout le monde, je dis bien TOUS LES CONSOMMATEURS ne prennent pas conscience des enjeux de l’OMC ou de l’AGCS, si TOUS ne font pas l’effort de résister aux tentations et autres facilités de la société de surconsommation dans laquelle nous évoluons, que feront une poignée de convaincus résistants dans leur coin ?

Ors, l’OMC, tout le monde en a entendu parler, mais qui sait ce que cela signifie, qui sait ce que cela implique ? alors l’AGCS...

Le pouvoir des firmes, sociétés internationales ou autres institutions n’existe que parce qu’il pèse sur l’ensemble des populations. Que deviendrai COCA COLA si plus personne n’achetait la moindre boisson, le moindre bibelot, le moindre vêtement commercialisé sous la marque ou sous une filiale ? Le problème, outre l’identification des produits ou services à boycotter par exemple, il y a la sensibilisation des publics et cela me paraît perdu d’avance... Hélas !

Cela ne m’empêche pas de continuer à agir dans mon petit coin, mais je suis bien consciente que parfois je me casse un peu la tête, me prive beaucoup (même si c’est sans difficultés) enquiquine ou inquiète quelquefois mon propre entourage, pour pas grand chose, si ce n’est (au combien précieuse) une certaine quiétude vis vis de ma conscience...






Élections TPE/PME un naufrage appelé abstention
jeudi 22 - 11h44
1 commentaire
1.2.3 JUIN à BAR-LE-DUC contre Cigéo, le nucléaire et la criminalisation de nos luttes !
mercredi 21 - 22h54
de : BureBureinfo
L’œil du tigre.
mercredi 21 - 18h56
Avoir 20 ans en 2021 - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 21 - 16h25
de : Hdm
Déconfinement : Emmanuel Macron nous prépare un été gâché par le Covid-19
mercredi 21 - 15h33
FORGES SBFM⚡FDB
mercredi 21 - 12h11
de : Pierre Le Ménahes
Le Ménilmontant FC 1871 et la Commune de Paris
mercredi 21 - 11h46
de : Par le FC Sankt Pauli
Saccage des Jardins de l’Engrenage : des CRS et des bulldozers contre des arbres fruitiers et des plants de tomates
mercredi 21 - 11h34
de : jean1
Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
7 commentaires
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Élections TPE/PME un naufrage appelé abstention
jeudi 22 avril
1 commentaire
Propos très justes d’un camarade qui porte là une analyse qui serait tellement utile pour sortir d’une situation mortifère Si la CGT obtient la première place, ce qu’il faut retenir c’est le taux d’abstention de plus de 94%... Et bizarrement cela ne choque pas les centrales, qui sont touchées comme le reste des appareils par une défiance historique. .. J’ai ma petite idée sur le pourquoi, aujourd’hui les syndicats sont devenus des partenaires, (...)
Lire la suite
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite