Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le virage centriste des promoteurs socialistes du "oui", par Arnaud Montebourg

de : Arnaud Montebourg lundi 22 novembre 2004 - 18h06 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Arnaud Montebourg

Il n’est pas une semaine où je ne repense à ceux qui ont pleuré de colère, ce triste soir du 21 avril 2002. Ces larmes ont été fondatrices, parce qu’elles ont conduit des centaines de milliers de militants, de citoyens, de dirigeants en France à changer d’attitude, et promettre de ne pas refaire les mêmes erreurs.

Nous avons vu ce soir-là le fleuve de l’adhésion populaire se détourner lentement des socialistes pour prendre la route de l’extrême droite, selon un scénario déjà à l’œuvre dans la plupart des pays européens. Sous les symptômes électoraux d’une crise civique et sociale qui attaque dans les têtes la croyance dans la démocratie, apparaissait la condamnation populaire de l’impuissance du politique, incapable de contenir la force destructrice et antisociale des marchés mondialisés.

L’impuissance politique, fléau destructeur de la gauche, s’est incarnée en 2002 dans les réponses désinvoltes aux ouvriers de Lu Danone, entreprise prospère qui délocalisa ses ateliers en Pologne. Elle a pris force de symbole dans les rapprochements des droites et des gauches européennes au sommet de Barcelone sur la gestion des retraites.

L’impuissance politique, c’est cette idée installée au cœur des grands partis de la gauche européenne que seule la politique d’accompagnement des exigences du marché est possible et que toute confrontation avec celles-ci serait trop périlleuse. C’est l’alignement par le bas des politiques économiques et sociales sous la pression du dumping fiscal et social qui sanctionne ces mauvais compétiteurs que sont les Etats-providence, tenus pour trop généreux avec les services publics, les prestations sociales, et trop gourmands dans leurs appels de cotisation au capital.

Nous tenons là les carburants du populisme européen, que la gauche européenne a pour mission historique d’assécher sous peine de disparaître elle-même.

Les socialistes français ont fait tous ensemble cette analyse au congrès de Dijon. La majorité du PS, conduite par François Hollande, défendait elle-même la nécessité de "réorienter la construction européenne". Cette exigence de réorientation n’était pas que la conclusion inévitable du 21 avril 2002. Cette critique de la construction européenne, faite au nom de l’Europe et pour les citoyens européens, reprenait en héritage les critiques récurrentes que les socialistes français ont constamment accumulées depuis le traité de Maastricht, dont ils avaient dû accepter à contrecœur le déséquilibre excessif en faveur des intérêts et des valeurs de nos adversaires. Ces critiques constantes, reprises à Dijon par François Hollande, sont au nombre de quatre.

1) Le fonctionnement de l’Union accorde sa toute-puissance au modèle de la concurrence, menaçant les services publics et interdisant l’émergence de groupes industriels européens de taille à affronter les champions mondiaux. Les socialistes ont défendu avec constance depuis Maastricht l’exigence de règles encadrant le modèle de la concurrence et protégeant juridiquement les services publics européens.

2) Au lieu d’organiser la coopération fiscale et sociale, les pays européens se livrent entre eux une compétition acharnée qui tire les statuts sociaux vers le bas, attaque la fiscalité sur le capital, réduit les marges de manœuvre financières des Etats. Voilà pourquoi les socialistes ont toujours demandé que l’harmonisation fiscale et sociale soit mise en œuvre au sein de l’UE à la majorité qualifiée des pays membres et non plus à l’unanimité, qui garantit un scandaleux droit de veto aux paradis fiscaux et aux Etats antisociaux pratiquant le dumping. Récemment, Dominique Strauss-Kahn et Bertrand Delanoë ne disaient-ils pas à juste titre que le maintien de l’unanimité en matière fiscale "faisait courir le risque de dumping, entraînant des délocalisations d’entreprises et affectant gravement la situation de l’emploi" ?

3) Depuis Maastricht, les socialistes ont critiqué avec la même constance l’indépendance de la Banque centrale européenne, dont les statuts ne contiennent pas d’autres priorités que la stabilité des prix, ignorant la promotion de la croissance et la lutte contre le chômage. Voilà pourquoi les socialistes, depuis plus de dix ans, exigent une révision des statuts de cet organe, comme le faisait une nouvelle fois apparaître le texte signé à Dijon par François Hollande : "Le plein emploi et la cohésion sociale sont des objectifs prioritaires, ce qui suppose un véritable gouvernement européen sur le plan économique. Les statuts de la BCE doivent être révisés dans cette perspective".

4) Forts de l’absence de démocratie européenne, les gouvernements nationaux conservent le pouvoir réel dans l’UE en dehors du moindre contrôle politique des citoyens. C’est la critique de l’intergouvernementalisme, que rappelle le texte majoritaire au congrès de Dijon : "La logique fédérale signifie que les décisions à la majorité deviendront la règle dans tous les domaines qui relèvent de la compétence de l’Union et qu’aucun Etat ne pourra plus, par le jeu de l’unanimité, bloquer le processus décisionnel." C’est l’appel à la naissance, même embryonnaire, du fédéralisme, qui se construit par la démocratie majoritaire et non pas unanimitaire.

Ces quatre exigences européennes constituent le cœur fondamental de l’identité des socialistes français. Sans leur réalisation, les politiques nationales inspirées par les gouvernements de gauche sont condamnées à subir les sanctions de plus en plus rudes des marchés. La vitesse de destruction des Etats-providence est en effet devenue fulgurante, pendant que la vitesse de construction des mécanismes protecteurs est au point mort.

En observant que le traité constitutionnel est le projet des droites européennes au pouvoir dans dix-neuf gouvernements sur vingt-cinq pays signataires, on comprend pourquoi aucune de nos quatre exigences n’a été exaucée : aucune protection constitutionnelle des services publics ; prohibition explicite de toute harmonisation fiscale et sociale ; absence de portée contraignante de la charte des droits fondamentaux ; constitutionnalisation de l’objectif unique de stabilité des prix dans les statuts de la Banque centrale européenne ; l’intergouvernementalisme maintenu comme mécanisme principal des décisions européennes.

Nous voici contraints d’engager un bras de fer avec ce projet de Constitution. Parce que les compromis d’après-guerre entre les sociaux-démocrates et les démocrates-chrétiens, qui ont bâti l’Europe dans laquelle les promoteurs du "oui" raisonnent encore, ont été remplacés par les coups de force des droites européennes, désormais libérales, souvent ultra.

Ne pas s’opposer à l’interdiction constitutionnelle de construire l’Europe politique, c’est abandonner nos textes, nos exigences, nos électeurs, nos engagements même, qui proclamaient il y a encore quatre mois : "Et maintenant l’Europe sociale !" Ce sont quinze années de combat pour une Europe où il sera encore permis d’être socialiste qu’on efface. Car si le projet de traité constitutionnalise les traités précédents, que nous toujours avons critiqués, il constitutionnalise aussi tous les problèmes considérables que nous posaient déjà ces traités.

Ces problèmes n’ont pas disparu dans la Constitution. Les refus exprimés par Pierre Mendès France au moment du traité de Rome, les réticences de Lionel Jospin au moment de Maastricht, les refus de vote exprimés par Jack Lang et Julien Dray au moment d’Amsterdam ont toujours été apaisés par la croyance que le traité suivant apporterait l’atténuation des inconvénients du précédent. Cet espoir fut donc un mensonge. Et voici qu’on propose une Constitution reprenant les mêmes termes inacceptables, mais cette fois conçue, selon les récentes prédictions de Valéry Giscard d’Estaing lui-même, "pour cinquante ans", irrévisable sauf à la double unanimité des vingt-cinq gouvernements et des vingt-cinq Parlements nationaux, soit cinquante décisions conformes !

Il y a ainsi dans le "oui de combat" de François Hollande un indiscutable virage centriste qui l’amène à tourner le dos à ses propres choix, c’est-à-dire à nos convictions, partagées depuis plus de dix ans. L’Europe actuelle a décidément la force magnétique d’un aimant qui attire sur sa droite les partis des sociaux-démocrates comme des têtes d’épingles. C’est Michel Rocard qui a le mieux théorisé ce virage. A la question "refuser une Europe trop libérale et pas assez sociale, ce n’est pourtant pas illégitime ?", il répondait : "C’est du baratin. Il n’y a pas de solution alternative. L’espoir de remplacer cette Europe-là par une autre est un espoir nul." Dominique Strauss-Kahn a ajouté sa propre pierre à cet aggiornamento qui semble se réaliser sous son impulsion, en déclarant que nous n’étions "pas un parti de résistance". Dernièrement, il annonçait ainsi que le "oui" permettrait de s’intéresser "à ce petit supplément d’électeurs centristes".

Jean-Marc Ayrault s’est engagé quant à lui dans l’apologie de nos partenaires sociaux-démocrates, dont il nous conseillait de "les connaître mieux que nous ne le faisons, ne pas les décourager en leur faisant la leçon, en nous présentant comme les dépositaires de la ligne pure quand tant d’autres se plairaient dans la compromission". Cette curieuse réhabilitation, dont à coup sûr il se serait bien gardé devant les 700 000 adhérents du SPD de Gerhard Schröder qui viennent de déchirer leur carte, ne signe pas une glissade involontaire, mais bien un changement de ligne théorisé, soutenu et préparé.

Est-il alors permis de dire qu’on ne change pas la ligne fixée depuis quinze ans par notre parti à la faveur d’un référendum provoqué par l’actuel résident de l’Elysée et que cette volte-face, si elle doit avoir lieu, ne peut s’organiser que sous le contrôle des adhérents, en en mesurant avec soin les conséquences ?

La triste vérité de ce virage est que l’orgueil provoqué par plusieurs victoires électorales a malheureusement ressurgi. Le 21 avril 2002 l’avait enseveli sous l’humilité et la panique de n’avoir pas su voir la réalité sociale et civile de notre pays comme celle des autres pays européens.

Mais qui a vu qu’aux élections régionales, où nous avons enregistré une victoire éclatante, le parti de Jean-Marie Le Pen a obtenu 292 000 suffrages de plus ? Les 21 avril sont malheureusement devant nous et menacent encore dans toute l’Europe, même dans un pays comme l’Allemagne, où un parti qui se présente devant les électeurs comme le renouveau du nazisme obtient près de 10 % dans certains Lãnder de l’ex-RDA.

Le "non" que nous défendons est celui de la re-négociation de la Constitution.

Lorsque Margaret Thatcher a crié à la face des pays de l’UE "I want my money back", elle a obtenu ce qu’elle voulait. Lorsque le général de Gaulle a proclamé son désaccord en 1966, il a arraché le compromis de Luxembourg. Ces crises de nerfs étaient dictées à l’époque par des exigences nationales. Mais aujourd’hui ce ne sont plus les Etats mais les citoyens européens qui ont la chance historique d’imposer grâce à l’arme référendaire l’amélioration de cette Constitution que les droites entendent faire passer dans un magistral coup de force. Qui croira qu’on rediscutera de la Constitution après l’avoir naïvement ointe de suffrage universel et avoir proclamé fièrement notre accord à la face de dix-neuf gouvernements de droite sur vingt-cinq qui sauront se servir de cette faiblesse ? Cette Constitution n’a aucune espèce de chance de voir le jour, faute de trouver une base politique majoritaire parmi les 452 millions de citoyens européens. Car sur la dizaine de référendums programmés, plusieurs ont toutes les chances d’échouer.

C’est donc à nous qu’il revient de livrer l’interprétation du "non" pour éviter de la laisser aux "non" anti-européens et souverainistes. En cas d’échec de la ratification, ce "non" des socialistes français rassemblera l’essentiel des forces sociales-démocrates européennes, car si elles ont aujourd’hui signé cette Constitution, elles n’ont aucune raison de ne pas soutenir demain la rediscussion d’un projet plus favorable à nos intérêts communs.

L’échec programmé de cette Constitution, c’est la chronique pressentie de l’échec de ce centrisme européen de gauche qui aligne les politiques nationales des Européens sur un poids moyen libéral en économie, et sociétal plutôt que social.

Ce centrisme prétend discrètement que les plus démunis ont quitté les urnes et qu’il faudrait reporter nos efforts de conviction sur les classes moyennes éduquées, politisées et mondialisées, abandonnant à d’autres le porte-parolat des damnés et des victimes en nombre de l’économie libérale.

Ce centrisme européen de gauche est un cul-de-sac stratégique, parce qu’il laisse durablement à la droite la captation électorale des couches populaires sur d’autres valeurs que le projet social.

Il est une programmation du désespoir puisqu’il organise la disparition progressive de tout choix politique.

Il est surtout un champ d’explosifs dans lequel viendra s’autodétruire doucement l’UE sous les coups des extrémismes qu’on aura laissé triompher. Voilà pourquoi le devoir historique de dire "non" nous tend la main. Espérons que ce ne sera pas la dernière fois.

Arnaud Montebourg est député (ps) de saône-et-loire, cofondateur de nouveau parti socialiste.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Le virage centriste des promoteurs socialistes du "oui", par Arnaud Montebourg
2 février 2005 - 18h50

Pourquoi les promoteurs socialistes du "non" ne quitteraient-ils pas le PS, comme des dizaines de milliers de syndiqués l’ont fait avec le "partenaire social" chapeauté par Chérèque ?

Ce serait une cinglante réponse aux bobos restants, et cela affaiblirait considérablement le camp du oui.

Le jeu en vaudrait la chandelle.

Mais il faudrait du courage pour faire cela, et une conception de la politique fondée sur les idées et non les carrières...






Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite