Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

G8 d’Évian Annemasse ne lèvera pas le pont-levis

vendredi 30 mai 2003 - 04h11 - Signaler aux modérateurs

Rassemblés lundi soir, les commerçants d’Annemasse ne se laissent pas complètement gagner par une psychose aux accents racistes, complaisamment alimentée par les médias locaux.

Annemasse (Haute-Savoie),

envoyé spécial.

On s’attend à entendre vomir sur les altermondialistes, abhorrer la terre entière, maudire la mondialisation et l’antimondialisation, le capitalisme et l’anticapitalisme, Chirac et Bové, le G8 et les " casseurs ", tous autant qu’ils sont étrangers. Et puis non, enfin pas vraiment, en tout cas pas à la hauteur du pari - même prévenu, on croit toujours un peu ce que disent les journaux (lire ci-dessous). Lundi soir, à Gaillard, dans l’agglomération d’Annemasse, plusieurs centaines de commerçants et membres de professions libérales sont venus écouter et, au besoin, interpeller Jean-François Carenco, le préfet de la Haute- Savoie, et Robert Borrel, le maire apparenté PS de la ville. " Nous avons l’obligation d’accueillir ceux qui veulent exprimer une opinion opposée à celles des gouvernants, plaide en ouverture Jean-François Carenco. Le travail mené avec la partie visible de l’iceberg, les antimondialistes du CHARG8, porte ses fruits. Nous avons établi, je crois, des rapports de confiance réciproque. À ce stade, tout est prévu et si tout se passe bien, il y a juste 50 000 consommateurs en plus dans la ville. " Brouhaha incrédule dans la salle. " Je ne peux pas vous donner de détails, reprend-il, mais je peux vous assurer que vous n’aurez jamais vu autant de compagnies de CRS dans cette ville. À l’intérieur de l’agglomération, je donne pour consignes de ne pas faire de contrôles d’identité, mais d’assurer une surveillance étroite avec des policiers en civil notamment. En cas de dégradations sérieuses et de menaces sur les personnes, je ne plaisante pas : interpellations, transfert au parquet ou reconduite à la frontière. Soyons sereins et confiants ! Nous aurons peut-être quelques casseurs, mais je peux témoigner que l’écrasante majorité des gens qui viendront ne seront pas là pour ça, bien au contraire ! "

" On n’est plus au Moyen ¶ge "

Au premier rang, Joëlle se dresse, comme une seule femme, dès la fin du laïus préfectoral. " Moi, je suis commerçante et depuis la dernière rencontre, j’ai été amenée à réfléchir. On ne peut pas imaginer une ville morte, avec tous les rideaux de fer baissés, avec tous les magasins barricadés. Ce serait épouvantable, hostile. Oui, c’est ça, c’est nous qui, dans ce cas, nous ouvririons les hostilités face à nos hôtes. On les agresserait, il faut bien le mesurer. On n’est plus au Moyen ¶ge, on ne peut pas relever le pont-levis quand des étrangers viennent chez nous. On est des gens normaux ; on peut accueillir du monde. À titre individuel, je ne sais pas trop ce que c’est un anticapitaliste ou un altermondialiste ; par contre, je connais des humains, des femmes, des hommes, des touristes ! " Une partie de la salle applaudit. " Franchement, je ne veux pas vous donner de conseil, argue Jean-François Carenco, mais je partage complètement la position de madame. "

" Vendez des cagoules ! "

Un marchand de fringues expliquant qu’il n’a pas vraiment peur, mais qu’il n’aura pas de clients " à cause de la psychose et des difficultés de circulation ", envisage de fermer et demande des précisions sur les conditions d’indemnisation. " Vendez des cagoules ! ricane le préfet quand le naturel revient au galop. Je peux vous payer si vous subissez une perte d’exploitation, mais je ne vais pas vous financer des vacances quand même. " Au fond, un autre se lève : " Moi, je suis d’accord pour rester ouvert, mais bon, je ne suis pas très loin des campements et je représente une enseigne que les antimondialistes exècrent. Pas la première, mais la deuxième ou la troisième. En faisant des hamburgers, on représente la mondialisation par excellence. Alors qu’est-ce que je fais ? " Pour Robert Borrel, " c’est vrai que les altermondialistes exècrent vos steaks hachés, mais ils ne cassent pas ; ceux qui cassent, ce sont les gens qui aiment vos produits. " Et Jean-François Carenco de surenchérir : " Autour des villages d’accueil et des centres de convergence, on a pu constater que les manifestants n’étaient jamais violents ; et puis, vous savez, Gênes a fait beaucoup de mal aux antimondialistes. " Très mal, en effet, moins en termes d’images politiques qu’en termes de violences physiques et psychiques : Carlo Giuliani abattu, entre six cents et mille blessés graves, une entreprise de tabassage de masse, des humiliations et des tortures dans les lieux de détention. La réunion s’achève, sans fracas, dans le ronron révisant l’histoire de la répression génoise. C’est un souvenir solitaire, mais au fond partagé par des milliers de manifestants cabossés, qui surgit à ce moment-là, celui d’un petit kiosque à journaux, ouvert à tous les vents lacrymogènes, avec un patron pourvoyeur de pansements et d’eau fraîche pour les blessés, intact dans la boucherie et le chaos sciemment planifiés par la police et le gouvernement italiens.

Thomas Lemahieu


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite