Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Au Nom de la Mère : "Speedy Mata"

de : Séverine Capeille
lundi 27 décembre 2004 - 23h58 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Franca Maï, Le cherche midi, sortie : le 5 janvier 2005 dans les librairies.

Elle. Il n’y a qu’elle dans la vie de Mata. Une mère qui remplit l’univers, comme un soleil qui chauffe, réchauffe toujours plus fort, et ne brûle pas. La mère dans le désert, un « roc » que rien ne peut casser, un oiseau dans la tempête, un refuge solitaire où les rêves se mélangent au sable et à la pureté. Une mère dans un HLM de cité. Seule. Le père s’est tiré. Il y a « elle » et Mata. La mère et la fille, la fille-mère et la mère-fille. La féminité. L’amour inconditionnel, l’amour à mort, l’amour au milieu des absences et des tombes alignées.

de Séverine Capeille

Speedy Mata se lit à travers des silences. Ceux qui précèdent les sommeils où les beautés se révèlent, où les questions s’effacent dans l’inconscient. Il y a le silence asphyxiant, le silence primaire qui entoure le nom du père, indifférent. Le silence des symboliques qui s’éparpillent au vent. Le silence sur le nom de la mère, qui a oublié d’être femme, qui donne, porte et emporte la vie, qui est la « maman » jusque dans l’infini de l’âme. Et tous les silences de la nuit. Le silence des cris étouffés, des sommeils éternels...

Le silence des licenciés qui montent au ciel. Le silence de la chute d’un oiseau, celui des pactes d’amour, des gris-gris de l’espoir et celui des plus beaux cadeaux... Le silence des lettres cachées, du fric que l’on donne en taisant les errances pour le trouver... Le silence qui tue, sans trace, entre les dents serrées... Ce roman se comprend dans les silences de la dignité. Ceux que le lecteur doit interpréter, lire avant que la fenêtre ne s’ouvre, avant que la mère ne se jette dans le vide pour un très long sommeil. La mère, ou toute l’humanité. C’est pareil.

Il y a trop de silence. Mata va tuer, signer la distance parmi les désassortis de la société. Elle va mordre, elle va arracher de ses dents les injustices et les vies saccagées, emballées dans les cartons des huissiers, des menteurs et des croques coeurs toujours pressés. Elle va répondre aux seaux jetés, aux larmes salées, aux bruits de pas dans l’escalier. Elle va donner la mort. Il fait si froid quand on lit Speedy Mata. Il y a la sirène des pompiers en fond sonore. Et tout va très vite. Les possibles s’asphyxient au rythme des trains que la lycéenne regarde pour voyager, au rythme de la chute libre d’une femme défenestrée. Une balle touche le lecteur.

L’injustice s’hérisse, la peau est transpercée. Mata tombe dans les hommes. Sa maman s’est suicidée. Le rêve de propreté baigne dans son sang, abandonné. Ils ont menti, ils n’ont pas tenus compte de la fatigue, de la vie sacrifiée dans l’usine. Ils ont fermé. Speedy Mata, c’est la vitesse et la tristesse des promesses piétinées. C’est un « M » écrit sur le papier. Une majuscule avant le souffle coupé : Maman. Avec un point final désespéré. Un « M » formé de deux montagnes fières, inséparables, élevées au-dessus des bassesses de la société. Une lettre écrite au scalpel, dans la fièvre et l’insomnie. Pour ne pas oublier.

Franca Maï parle de l’existence qui se glace au rythme des impayés, de la mort qui se déguise en vacances quand l’espoir a fugué. De la souffrance et de la force, dans la même proportion. Elle observe l’indifférence, la vengeance, l’humiliation... Elle répond à la question qui se dit tout bas : « Comment peut-on en arriver là ? ». Elle y répond et elle montre du doigt. La seule vraie question ne serait pas « Comment », mais bien plutôt « Pourquoi ».

http://sistoeurs.net/ss/article.php...


MATA MORT

de Frédéric Viniale

Un drame brutal à la pleine face livide de l’inhumanité. Un roman sociétal sur la vie crevée des Anges. Une fille de seize ans, qui a le don de l’Ecriture, lutte dans son école surpeuplée de bourges pour la Lutte des Classes. Pour sortir de son milieu il faut aller à l’Extrême, si l’on n’est pas bien né. Il faut prendre le Gauche, et les chemins d’Ouest pour traverser les tempêtes intérieures et renaître à soi-même. Briser la chaîne.

Jeunesse suicidée au pays de la virginité impossible. Un champs de fleurs déjà salies.

Franca Maï fait d’une histoire banale d’adolescente, d’un mauvais scénario d’apprentissage, de la trame d’un téléfilm à l’eau de rose, un attentat poétique saisissant.

Punkette surdouée au corps sculputural convoité, Mata passe une à une les étapes pour échapper à son destin de pondeuse programmée, soumise et sans goût, pour ne pas entrer à l’Usine comme sa génitrice, pour ne pas être dominée comme toutes celles qui sont les esclaves de leur condition.

Trouver la force, pour l’Amour d’un brun ténébreux qui fait papillonner les filles et la beauté du geste, forcément fantasmé. Romantisme macabre, équilibriste précaire.

Sa mère à elle, une Reine qui est aimée à l’infini pluriel laisse traîner ses serviettes hygiéniques pour marquer son territoire. Ca pulse oblique. Il ne faut pas toucher à la Matrice. On ne désacralise pas la Mère. Alors Mata va se faire violence et trouver l’apaisement dans le sang versé, dans l’Acte insensé. Au risque de pourrir toute sa vie en taule. Rien n’est pire que l’immobilisme ou le renoncement. La peine, le malheur et la douleur excusent le meurtre salvateur.

« Speedy Mata » se lit d’un jet, comme un bon rail de coke qui mènerait vers des lendemains qui chantent. Ou qui refuseraient de déchanter encore.

Faire la pute devant les huissiers, ne se donner corps et âme qu’au nom d’un idéal, croire à l’Amour dans un pays gris comme une peau de souris. Speedy Mata est un testament littéraire d’une mère pour sa fille.

Un roman matriarcal qui se passerait de femme en femme pour la nuit des temps.

Entre réalité et affliction, Olivier Besancenot en facteur guest star, une folie onirique qui trouve son rythme et son souffle malgré l’apreté des enjeux.

Une histoire de femelle au ventre qui accuse les coups de triques comme les coups de sang, qui engendre l’envie ou la vie. Le désir sordide ou beau sous fond de Révolution latente.

Une écriture juste, une énergie justicière, des froids dans le dos, des traces de vomissures et des interrogations. Un style rock and roll entre érudition et éructation du verbe. Un nouveau langage, une prose furieuse et inclassable qui lutte pour exister et qui en dit long sur la société des receptacles. Rapide, mais intense.

http://www.lemague.net/dyn/article....


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Au Nom de la Mère : "Speedy Mata"
11 janvier 2005 - 02h16

l’article de viniale est plus pertinent et mieux écrit que le premier. C’est un métier, critique littéraire, y’a pas à dire.

En lisant une seule je n ’aurais pas eu envie de lire avec la même force.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test 13 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite