Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Guérilla champêtre à notre dame des landes ? Retour sur les forages des 6 & 7/06

jeudi 9 juin 2011 - 19h47 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Le dimanche 5 juin 2011, 17 heures, chacun chacune arrive au « RDV barricades ».Le ciel est gris, bas, et la pluie tombe sans arrêt. Alors voilà, c’est lui, le fameux champs. De bataille. Il est très grand !

Sous un hangar les chaises sont disposées en cercle, prettes à accueillir les 3 heures de parlottes traditionnelles. Pourtant, malgré la tentative des plus bavardes, après quelques conseils organisationnels, la grande majorité enfilent bottes et cirés et s’attaquent à la construction des barricades protectrices. Avec 5 entrées, il y a de quoi faire et les matériaux accumulés là ont du demander bien des efforts.Bravo. Sous les cirés, ça s’active : sa creuse, ca cloue, ca attache, ca soude, et les barricades se montent avec chacune le charme de ses créateurstrices. Chacune est une œuvre d’art à part entière .

C’est déjà l’heure de se rassembler pour discuter des meilleurs moyens de protéger des foreuses ce carré de verdure. A une petite centaine, on écoute un résumé du contexte, et on réfléchie à une résistance collective efficace sans pour autant forcément bien se connaître, ou se reconnaître C’est bientôt à peut prêt en place pour l’installation de notre défense, en espérant une résistance la plus longue possible. Et si les matraques pénètrent sur le stade, chacun chacune jugera de sa réaction, mais sans jamais s’isoler des autres. Il est déjà bien tard, la nuit va être courte, le réveil est prévu pour 5 heures. Et il reste la 5ème barricade à monter, celle qui doit permettre le passage de notre soutien à cornes, les 80 vaches qui ont sur ce pré leurs petites habitudes !

C’est l’heure, d’abord il faut rejoindre le champs de bataille. Il fait encore nuit noire. Dans les chemins de préférences, parfois sur la route, où sans savoir qui arrivent en face, il paraît plus sage de se dissimuler dans les fossés avant de continuer. La pluie a cessée, et le son des tronçonneuses se repend dans le noir, annonçant le sacrifice de quelques arbres pour en sauver plusieurs milliers . ça ne doit plus être loin ! Frissons.

Sur place, le café est chaud, et chacun chacune observe silencieusement, se rassurant un petit mieux à chaque nouvelle arrivée ! Surtout qu’il faudra encore se séparer en 5 groupes de soutien au 5 barricades+tripodes, 3 perches reliées en tipi par dessus les barricades et permettant à l’un ou l’une de s’y fixer au sommet, dans une posture bien plus que précaire ! Mais la précarité, c’est bien bon pour nous, soit disant ?

Toutes et tous en place, c’est l’attente. Collectivement, on est prêt. Alors chacun chacune s’affairent à son équipement. Le numéro des avocats circule, le citron est frais pressé de chez leclerc, les capuches, cagoules, écharpes sont de sortie. Et c’est calme, et c’est paisible, et c’est beau. Même avec beaucoup d’imagination tordue, impossible de matérialiser là cette tour de 45 mètres, le béton, les parkings, le bruit des réacteurs, le bitume, le kérosène Impossible.

La première saloperie, c’est pourtant par les airs qu’elle arrive, c’est l’hélicoptère. En survol bas, il analyse la situation. Comme en réaction, montent dans le ciel les fumées noires des barricades sur les routes d’accès !!! bien !!! Au loin, des chiens policiers, ou plutôt des chiens de policiers, aboient leur agressivité. Dans le champs, on est à peu près aussi rassuré qu’une poignée d’enfants abandonnée dans les bois du moyen-âge avec une meute de loups au cul

C’est dans cette ambiance tendue qu’arrive notre troupeau de camarades de lutte. De lutte syndicale bien sur, une devant et toutes derrière qui marchent sans savoir pour aller où !!! On doit ouvrir sur le côté d’une barricade, et nos copines sont pas moins stressées que nous . Mais elles entrent quand même, en frôlant les pieds du tripode. On aurait préféré 80 paysansanes avec leurs tracteurs, mais ça fait du bien quand même.

Pas pour longtemps, les machines arrivent : avec en tête une pelleteuse, et des flics par centaines, et des jeeps, et des camions militaires par dizaines, et des fourgons, et les foreuses . Toute cette ferraille entre dans le pré voisin, où une cavalière essaie avec courage de zigzaguer entre pour freiner un peu la catastrophe. Mais la pelleteuse avance, et arrache la haie d’arbres entre 2 barricades, protégée par une pluie de gaz lacrimos. Chacun chacune doit abandonner les tripodes, déjà les casques à pointes franchissent la haie et canardent à tout va ! A ce moment, on ne sait toujours pas si ils vont chargés et nous évacués les ununes après les autres, les gaz sont partout !!!

Dans le sillage de la pelleteuse, la flicaille rentre en convoi et se dispose en arc de cercle, qu’ils élargissent petit à petit à grand coup de gaz. A la frontière du respirable, le cordon d’opposition s’étire donc petit à petit. Et on voit bien qu’ils veulent nous repousser comme ça aux limites du champs, c’est un déluge de gaz qui nous tombe sur la tête ! Tout est là, parfaite symbolique : en élargissant leur territoire de violence et de feu, ils finissent par limiter celui des vaches qui, a moitié folles de panique, les oeils exorbités, les naseaux palpitants, foncent et perforent le cordon policier, sous nos cris d’encouragement ! Ce que les vaches ont fait, plus nombreuxses, on l’aurait fait aussi ! Et on le refera ! Mais en attendant, on pleure et on étouffe. Les gaz et la colère.

Dans le champs, la pelleteuse détruit la tente collective de la nuit, ce qui est trop d’émotion pour un habitant d’une maison voisine, qui voyant ce qui bientôt arrivera aussi à la maison où il vit encore si heureux, craque et courre vers la machine de guerre. Plaqué au sol, menotté, puis maintenu par les flics comme un trophée de chasse dans une position humiliante, il ne sera relâché que plusieurs heures plus tard. Courage à toi.

Dans le champs, les bombardements de gaz nous expulsent jusqu’à la parcelle de maïs voisin, plus caillouteuse. On entend les camions militaires se rapprochés encore derrière la fumée. Là, les pierres volent maintenant en rang serré, et les véhicules reculent. Pareil, on reçoit un déluge de gaz. Mais on s’accrochent, et canardent. Certain certaine sont maintenant allongées au sol, d’autres à genoux dans la terre nourricière, ils suffoquent. Un est choppé là, et mis en garde à vue pour rébellion. Et oui, dans cette belle démocratie, si vous manifestez en tournant en rond, ça va, mais si vous manifestez après sommations, vous êtes un rebelle bon pour une cellule. Il y passera 6 heures.

C’est maintenant irrespirable, et derrière le maïs, on se réfugie dans une épaisse forêt, la plus belle du secteur condamné par VINCI. Pas facile de reprendre son souffle, pourtant ici tout est calme et paisible .alors que là bas, les foreuses commencent à cracher leur venin.

Il est 10 heures et demi. Si maintenant on pouvait passer le relai à une autre centaine de résistantstes lève-tard, fraîche et motivée ! Mais vous êtes où ??? Partout, c’est la fatigue. Normal. Et même dans le champs, la nature environnante réussie malgré tout à diffuser son atmosphère particulière. C’est l’ heure pour les papets et ugolins du secteur pour aller discuter leur version à la presse. Pas des avions, des œillets ! Et de la monnaie.

Le lundi soir, les foreuses repartent par le même chemin, avec la moitié de leur échantillon. Donc mardi, le cirque « casques à pointe » nous promet une seconde représentation. Ça tombe bien, comme on est fans, on avait pris 2 billets !!!

Le mardi matin, RDV est pris à 6 heures. Bien plus nombreuxses que la veille, tant mieux ! Mais l’action prévue tombe à l’eau, et on décide de retourner sur les forages soutenir la poignée qui a décidé de redormir sur place. Sauf que sans barricades, le cordon policier est en place nettement plus tôt, et quadrille le secteur. Comme des rats, ses crevards de flics découpent les pneus aux sécateurs de tous les vélos qu’ils trouvent. Il faut marcher à pied, connaître le secteur, ou avoir une carte du coin dans la poche ! Le résultat, c’est qu’on est qu’une quarantaine a atteindre les forages, et il est 7 h 30 quand le convoi funéraire réapparait, reprenant le même chemin que la veille, avec en plus de quoi évacuer les barricades côté route.

2 des nôtres choisissent le harcèlement oral, qui consiste à répéter pendant des heures un appel à discuter avec les ouvriers des foreuses, pas habitués à travailler dans ces conditions. Phrase du style : « eh la casquette, t’as du café ? Il paraît qu’à une dizaine, cette technique de déstabilisation est particulièrement efficace parce que très chiante. A force. C’est un peu comme si vous écoutiez par malchance une chanson de djonny que vous n’aimez pas tout en sachant qu’elle va vous rester dans le tête toute la journée .c’est vrai que c’est chiant.

Et vers 10 heures, branle-bas de combat chez les bleus. Casques, matraques, flash-balls, boucliers,gazs, chiens de combat, treillis, tout est là. En 2 groupes de 25, ils se dirigent vers nous, dans le champs de maïs. On recule avec prudence, et on les voit piétiner les plants de maïs, un crime pour un poulet, et escorter dans chaque groupe un jeune abruti de chez biotop, l’organisme « indépendant » sensé faire ses propres prélèvement de terre un peu partout. La caution verte. Du goudron bio et des plumes de pigeon bio pour ses traîtres !!!

Les 2 escadrons de la mort finissent par entrer dans l’épaisse foret. C’est ça la mégalopole. Un jour un champs, le lendemain c’est déjà trop petit qu’on colonise la forêt voisine mais pourquoi ???

En voyant ça, une vingtaine décide de prendre le risque de la confrontation forestière. Un quart d’heure après, tans pis pour les chiens, on se réfugiera dans les arbres, on attaque de front. Et on retrouve vite un des escadrons au milieu des fougères, des ronces et des arbres, pas à l’aise du tout les échecs scolaires ! A peine arrivée, sous les insultes, tout ce ptit monde plie bagages et rebrousse chemin vitesse LGV direction le champs de forage. Encouragé, on trace en courant trouver l’autre escadron, toujours occuper à tarauder l’humus à champignons. Plus agressifves encore, on les encercle et comme une meute de loups à la chasse au poulet rôti, on les expédie des bois ! Fallait les voir ses bons à rien reculer dans les racines, les ronces et les branches des châtaigniers ! Pas facile la reculade dans un bois ! Fallait voir leurs visages rongés par la peur, en sachant que le premier groupe n’était plus là pour leur venir en renfort . On les a badgés d’autocollants « police partouze,justice en cavale », on les a empalé sur les barbelés en lisière, incapables avec leur boucliers de se dépêtrer ! Plus nombreuxses Dommage, partout dans le bois d’autres était là, mais cachées, croyant d’après les cris que les bleus nous coursaient dans les bois. Imagination et communication, comme me disait la veille une camarade vache, sont 2 mamelles du pis de la victoire !!

A 14 heures, autre RDV, l’après-midi s’annonce chaude comme la braise. Laissons les foreuses forer, mais jusque tard dans la nuit . . Ça sera blocage des routes, et barricades de feu ! Départ en ptit groupe, c’est grand 2000 hectares de guérilla champêtre, marche à pied, pied au cul, cul de bouteille, bouteille molotov !!!! ouais.

Branches, pneus, feux. Partout sur la ZAD (zone à défendre), ça flambe et le goudron fume . Les biotopbiocops dans le goudron ! Les pompiers tournent en rond, les flics restent à distance, et font la circulation. Après tout, on ne leur en demande pas plus. Il fait chaud sous les cagoules, et ça fait chaud au cœur aussi. On est entre nous, on sait pourquoi on est là, et on vous attend parce que votre place est là aussi ! Le soir, détente collective, rires et sourires, visages fatigués mais pas résignés. La lutte continue, jusqu’à la victoire !!!!!!

Il est prévu d’accueillir sur un grand camps au mois de juillet tous et toutes les volontaires ! Plus de détails sur le net où sur place. ON VOUS ATTENDS.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Guérilla champêtre à notre dame des landes ? Retour sur les forages des 6 & 7/06
9 juin 2011 - 21h14

Chapeau les mecs ! et mes encouragements !



Guérilla champêtre à notre dame des landes ? Retour sur les forages des 6 & 7/06
10 juin 2011 - 13h30

Quand l’armée est là pour défendre le capital, c’est la guerre cvile, comme en Birmanie, par exemple.

Rectif : "Imagination et communication, comme me disait la veille une camarade vache, sont les 2 pis de la mamelle de la victoire !!"



Guérilla champêtre à notre dame des landes ? Retour sur les forages des 6 & 7/06
10 juin 2011 - 14h37 - Posté par Mico Le Rouge 44

A quand une visite dans le bureau du fêlon G. Bontemps. L’homme soit disant de gôôche rose.



Guérilla champêtre à notre dame des landes ? Retour sur les forages des 6 & 7/06
10 juin 2011 - 15h07 - Posté par Humana Libertad

Merci, pour cette magnifique retransmission. J’y étais lundi, et cette barbarie policière était comme c’est écrit. Emouvant, à en avoir les larmes aux yeux.






Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
2 commentaires
Un seul cri : Libérez le Professeur Fourtillan !
dimanche 18 - 17h32
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque : Fin de l’ENA et vive l’ISP : CQFD !
dimanche 18 - 17h15
de : joclaude
1 commentaire
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Crise du Covid-19, une aubaine pour "l’oligarchie mondialiste" ?
dimanche 18 - 16h19
de : joclaude
1 commentaire
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite