Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Torquémada et Les défenseurs de l’hôpital de Carhaix...

de : Carland
vendredi 6 janvier 2012 - 02h14 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 54.7 ko

Depuis près de 4 ans les défenseurs de l’hôpital de Carhaix sont harcelés pour avoir défendu leur hôpital. L’Etat Français use de tous les moyens à sa disposition pour faire payer aux défenseurs de l’hôpital sa double défaite : Le jugement du Tribunal Administratif qui à condamné le dit « Etat » et surtout, surtout se venger des habitants du Centre Bretagne qui ont eu le front de renvoyer dans ses cordes un gouvernement de voyous.

Ce ne sont pas des délinquants qui étaient jugés en appel à Rennes ce 5 janvier. Ce sont des militants d’une cause noble qui consiste à se battre contre l’arbitraire d’une décision inique imposée par un état voyou. La mort d’un hôpital et la mort de tout un pays. Des militants qu’un procureur transfiguré pour l’occasion en Torquémada de la Sarkozye s’est efforcé sans succès, mais avec une hargne sans limite à transformer en délinquant.

De là à vouloir les faire passer pour des incendiaires, il y a un pas que seule la volonté de criminaliser une action pacifique pouvait faire franchir à Torquémada. « Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage », c’est ce proverbe que le procureur met poussivement et laborieusement en œuvre. Qu’importe si les faits et le simple bon sens lui donne tort, il s’obstine prisonnier de ses œillères contraintes où volontaires.

Car enfin, faut-il rappeler à Torquémada le sélectif que nous étions une soixantaine à avoir enjambé le mur de la sous préfecture de Châteaulin pour pacifiquement et symboliquement – il n’y avait plus de sous préfet depuis plusieurs mois- dénoncer l’autisme et la violence d’un gouvernement prêt à saccager la vie des habitants du Centre Bretagne (dans le cadre de la casse des services publics menée au pas de charge par la clique au pouvoir) comme l’a d’ailleurs rappelé le Tribunal Administratif qui en ordonnant la réouverture immédiate de l’hôpital le 25 juin 2008 a de fait légitimé le combat pour la sauvegarde de l’hôpital.

L’occupation des jardins de la sous préfecture fut bon enfant (si les gendarmes pouvaient m’envoyer un exemplaire de la photo de groupe, je suis preneur). Oui des feux (modestes) furent allumés, et alors depuis quand faire un feu de joie fait de vous un incendiaire ? Monsieur le procureur dérape gravement coincé entre les ordres du pouvoir politique et encore ce foutu bon sens qui veut que faire un feu de joie n’est pas considéré comme un acte terroriste par les gens sains d’esprits.

Mais plus inquiétant vient du choix des victimes de la vindicte de l’état. Car enfin pourquoi eux et pas nous ? Sans doute par pudeur, Torquémada oublie de préciser que l’une de ses deux victimes est aussi un militant Breton et que l’autre est adjoint au Maire de Carhaix. Ces détails précisés, l’on comprend mieux que l’on a affaire là à un procès politique. Plus précisément d’un coup politique à plusieurs bandes. Un exemple de plus de l’instrumentalisation de la justice par la bande du Fouquet’s

4 mois ferme, pour l’un, 6 mois avec sursis assorti de 5 000 euros pour le second. C’est l’hallucinant réquisitoire de Torquémada.

Soit ils sont coupables et NOUS sommes tous coupables, NOUS, la soixantaine de personnes présentes ce jour là. OU ils sont innocents comme NOUS tous. Il ne peut y avoir d’autres alternatives. Ce qu’ils ont fait ce jour là, je l’ai fait, nous l’avons tous fait. Les condamner serait affirmer aux yeux de tous que l’arbitraire est devenu la norme d’un état qui n’a plus rien à voir avec le droit.

Gageons que le juge saura faire la différence entre les vitupérations d’un procureur aux ordres et la justice qui veut que l’on ne condamne pas des innocents pour de basses raisons politiques et des dégradations qui n’ont jamais eu lieu. Gageons que le juge ne tombe pas dans le traquenard que lui tend le représentant de la Sarkozye qui exige de lui de condamner deux parmi soixante pour en faire des exemples d’une injustice flagrante et odieuse.

La raison des gouvernants n’est pas la justice !

Carland


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite