Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La Dame de fiel

de : Philippe Marlière
jeudi 2 février 2012 - 13h24 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Sorti sur les écrans britanniques en janvier, La Dame de fer est un « biopic » (biographical motion picture) qui mêle des événements historiques à des épisodes imaginaires de la vie de Margaret Thatcher. L’ex-première ministre est mise en scène telle que l’auteure du film l’imagine aujourd’hui. On sait que l’octogénaire souffre de troubles mémoriels et de démence depuis 2001. Chaperonnée par une gouvernante, recevant les visites de sa fille Carol, elle vit cloîtrée dans son appartement londonien. Depuis 2002, elle limite ses apparitions publiques. Cette vieillarde déboussolée n’est que l’ombre de la femme qui domina la vie politique britannique entre 1979 et 1990. Très affectée par le décès de Dennis, son mari, en 2003, Thatcher continue de « partager sa vie ». La caméra la filme conversant, déjeunant ou partageant le lit conjugal avec cet homme jovial et effacé. Dennis est bien mort ; Carol le lui rappelle régulièrement, mais Thatcher hallucine et oublie tout, y compris que son mari a disparu.

Un portrait intimiste critiquable

La vieillesse, la déchéance physique et intellectuelle, la mort des siens, la nostalgie du passé : Phyllida Lloyd, la metteuse en scène, a choisi de retracer la vie de Margaret Thatcher à travers ce prime intimiste et œcuménique. La demeure de la vieille dame est le point de départ de multiples flash-backs sur sa vie ; des allées et venues mémorielles provoquées par une nouvelle entendue à la radio, une vidéo familiale visionnée ou un bruit parvenu de la rue. La trajectoire est subjectivée par le regard d’une Maggie trébuchante et pitoyable. Le rôle est incarné de manière très convaincante par Meryl Streep, qui a une réputation de « liberal » à Hollywood. Lloyd, qui se présente comme « plutôt de gauche », avait déjà travaillé avec Streep dans Mama Mia, une comédie musicale qui a connu un très grand succès commercial.

Cette approche volontairement « humaniste » met mal à l’aise, voire importune tous ceux qui ont en mémoire ce que fit l’ex-locataire de Downing street. De brefs clips renvoient aux événements politiques décisifs de son leadership : les grèves de la faim des membres de l’IRA en 1981, la guerre des Malouines en 1982, la grève des mineurs et l’attentat de Brighton en 1984 ou encore les révoltes de la Poll Tax et son inévitable départ en 1990. Il est regrettable que ces faits soient mis en scène trop hâtivement, car ils n’apportent aucune plus-value pédagogique au récit. A son corps défendant ou pas, Lloyd a réalisé une fresque épique ; le combat d’une femme contre les establishments de tout poil : le monde machiste de la politique ; le danger représenté par un Etat tentaculaire ou encore le militantisme de syndicats bolchévisés. Dans l’adversité, Margaret se bat, perd, persévère, gagne, puis de nouveau connaît la défaite. C’est une Thatcher étrangement humanisée et dépolitisée qui nous est révélée. Comment ne pas être ému de la voir ainsi diminuée ? comment ne pas avoir pitié de sa solitude et de son déclin ?

A quelques rares moment du film, on permet à Meryl Streep de dévoiler la « vraie » Thatcher. A un dîner donné en son honneur, un convive lui demande son opinion à propos d’un attentat sanglant en Asie. Impériale, la Dame de fer laisse s’installer un long silence avant de répondre. Avec cette diction ampoulée si caractéristique, la Dame de fer se lance enfin dans une diatribe contre les « Forces du Mal ». Il s’agit, selon elle, d’une lutte à mort entre la « civilisation occidentale » et le terrorisme international. Thatcher fut subjuguée par Ronald Reagan, le combattant anticommuniste. Elle aurait également été séduite par George W. Bush, le croisé de Bagdad. Ce « biopic » pose un regard tendre sur la plus froide et déterminée des personnalités politiques britanniques de l’après-guerre. Ce faisant, le film délaisse l’animal politique, trait pourtant quintessentiel du personnage, et se concentre sur l’éphémère : la vieillesse d’une femme. Le sujet est certes intéressant, mais pourquoi avoir posé le regard sur une personne aussi controversée ? On peut éprouver de la compassion pour toute personne atteinte de démence, mais le mal dont est affligé Margaret Thatcher justifie-t-il de passer sous silence les souffrances et les injustices que sa politique a infligées à des millions d’individus ?

Une conservatrice de combat

Margaret Thatcher incarne de manière idéal-typique les « valeurs » de la Middle England, cette Angleterre blanche des classes moyennes laborieuses qui lit le Daily Mail et vote conservateur. Elle est provinciale, pingre, aigre, anti-intellectuelle, europhobe, anti-syndicaliste, individualiste effrénée et, last but not least, dénuée de tout sens de l’humour. Effort, ordre et self-help : avec Thatcher, ce sont les valeurs victoriennes de son père ultraconservateur qui parviennent au pouvoir. A l’université, elle découvre les penseurs néolibéraux. Au pouvoir, elle s’inspire des théories économiques de l’Ecole monétariste de Chicago animée par Milton Friedman et de l’Ecole autrichienne de Friedrich Hayek. Les fondations de la « révolution conservatrice » qu’elle co-pilote avec Ronald Reagan sont posées. Elle réduit les dépenses publiques, mène des politiques d’austérité draconiennes, baisse les impôts des riches et des entreprises, privatise, abandonne le secteur industriel à son déclin, favorise l’ouverture économique aux capitaux étrangers ou encore décide de la fin du contrôle étatique des taux de change. Elle contribue de manière décisive à l’édification d’une société profondément inégalitaire, violente et matérialiste.

La Dame de fer ne ménage pas ses ennemis, nombreux et divers. Elle combat sur le plan interne les socialistes, les syndicats et les fonctionnaires. Elle n’épargne pas les ministres de son gouvernement qu’elle traite avec dédain et qui se vengeront d’elle en 1990. Sur la scène internationale, elle est à la tête du combat anticommuniste. Elle s’oppose aux sanctions économiques contre le régime d’Apartheid et se déclare l’ami du président Botha. Elle se méfie de ses partenaires européens qu’elle ne comprend ni n’apprécie. Martiale, elle conduit une guerre douteuse pour reprendre aux Argentins les Malouines, un archipel sans valeur économique ou géopolitique. A cette occasion, elle déclare vouloir en découdre avec les « voyous fascistes » de Buenos Aires. Ironie de l’histoire, elle sera seule à prendre la défense du général Pinochet, autre voyou fasciste. En mars 1999, Thatcher lui rend visite dans sa résidence surveillée au Royaume-Uni. Pinochet est sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé par le juge espagnol Baltasar Garzón pour violation des droits de l’homme dans son pays. Elle demande sa libération et, devant les télévisions, elle lui confie : « Je suis bien consciente que vous êtes celui qui a amené la démocratie au Chili, vous avez établi une constitution appropriée à la démocratie, vous l’avez mise en œuvre, des élections ont été tenues, et enfin, conformément aux résultats, vous avez quitté le pouvoir » (lire l’article de la BBC).

Après en avoir souffert dans un premier temps, Margaret Thatcher intégra le monde machiste de la politique sans état d’âme. Dominatrice le jour au gouvernement, elle était une épouse-modèle le soir au foyer. Des témoins racontent qu’elle quittait précipitamment Downing street pour aller cuisiner les repas de son mari. Elle ne supportait pas la présence de femmes autour d’elle (une seule femme siégea dans ses gouvernements pendant onze ans). La Dame de fer ne fit absolument rien pour promouvoir ou améliorer la situation des femmes. Que Phyllida Lloyd et Meryl Streep, deux femmes « progressistes », soient à l’origine de la réhabilitation d’un personnage aussi trouble laisse songeur.

http://blogs.mediapart.fr/blog/phil...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h01

Un grand un immense merci, Philippe, pour avoir remis les choses à leur place et pour nous livrer cette critique de ce film dont "tout le monde parle".

Personnellement, et ta critique n’a fait que me le confirmer, je n’irai pas voir ce film.

(De même que je ne suis pas allée voir "la Chute".)

J’aurais trop l’impression de plonger mes mains dans le sang et les larmes de tout ceux que Thatcher a martyrisé directement ou indirectement.

Et au passage, que Meryl Streep, qui est (et reste) une GRANDE actrice, (et c’est vrai plutôt "liberal") ait collaboré à un tel film me navre profondément. Ce qui prouve qu’on peut avoir un immense talent (d’actrice, d’auteur ou de chanteur) et finalement ne pas toujours être très perspicace ni suffisamment intelligente pour prendre du recul sur les conséquences politiques d’un film. C’est dommage. Mais ce n’est pas la première ni la dernière.

J’effacerai donc cette collaboration pour mieux me rappeler ses interprétations magistrales dans "Out of africa", "Le choix de sophie" ou "Sur la route de Madison".

Quant à Thatcher, savoir que cette vieille s.... va mourir dans son lit, rien que pour elle, j’espère qu’il y a une vie après la mort et que l’Enfer existe car elle y a toute sa place.

Comme Papon.

Comme tous ces salopards, elle j’aurais trouvé plus que juste et plaisant qu’elle eut été arrêtée, jugée et condamnée.

A plus min fieu ;-)

LL



La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h47 - Posté par

merci m’file ! Ch’est ti l’plus braf !


La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h50 - Posté par

vainon àa soit être eul ’ froid à c’t’heure mais je crois ben que j’ai po écrit français à la fin !!!!!!!!! ah ah ah

LL


La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h59 - Posté par

Bin ch’est du biau ! Té va pas t’laicher abatte ? Ch’ti la, ch’eune sacrée amusette !


La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h46 - Posté par robin des bois

qu’elle créve la vieille pourriture,les vers auront ta peau



La Dame de fiel
2 février 2012 - 20h57 - Posté par manouchian

Robin des bois,c’est pas sympa’ pour les vers,ils risquent d’attraper

une maladie..


La Dame de fiel
2 février 2012 - 23h26 - Posté par

J’irai même pas l’voir sur mégaupload na !






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite