Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

[Grèce] « Pourquoi nous occupons notre hôpital »

vendredi 9 mars 2012 - 16h13 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Une lettre d’un médecin de l’hôpital de Kilkis, occupé par ses travailleurs

Lettre de Leta Zotaki, présidente du syndicat des médecins ENIK de l’hôpital de Kilkis

Bonjour à tous.

Merci beaucoup pour votre intérêt et votre soutien.

L’occupation de l’hôpital de Kilkis par ses travailleurs a commencé le mardi 20 février, à 8h30. Cette occupation ne nous concerne pas seulement nous, médecins et personnel de l’hôpital de Kilkis. Il ne s’agit pas non plus seulement du Système National de Santé Grec (ESY) qui s’effondre, en effet. Nous sommes en lutte parce que maintenant ce sont les droits humains qui se trouvent réellement menacés. Et cette menace ne plane pas seulement sur une nation, sur une poignée de pays, ou quelques groupes sociaux spécifiques, mais elle vise toutes les classes populaires et moyennes en Europe, aux États-Unis, en Asie, en Afrique, dans le monde entier. La Grèce d’aujourd’hui, c’est l’image de demain du Portugal, de l’Espagne, de l’Italie et du reste du monde.

Les travailleurs de l’Hôpital de Kilkis et de la plupart des centres de santé grecs ne sont plus payés dans les temps et certains d’entre eux voient leurs salaires réduits à pratiquement zéro. Un de mes collègues et camarade a été transféré à la clinique de cardiologie en état de choc, après s’être aperçu qu’au lieu de recevoir sa paye mensuelle de 800 euros (oui, c’est ça son salaire mensuel), il y avait une note précisant non seulement qu’il ne percevrait aucun salaire ce mois-ci, mais qu’il serait astreint à un remboursement de 170 euros. D’autres travailleurs ont été payés seulement 9€ (neuf euros) ce dernier mois. Ceux d’entre nous qui continuent à recevoir un revenu quelconque vont les soutenir dans la mesure de nos possibilités.

C’est une guerre contre le peuple, contre toute la communauté. Ceux qui disent que la dette publique de la Grèce est la dette du peuple grec, mentent. Ce n’est pas la dette du peuple. Elle a été créée de toutes pièces par les gouvernements, en collaboration avec les banquiers, afin d’asservir les peuples. Les prêts à la Grèce ne sont pas utilisés pour les salaires, les retraites ou la santé publique. C’est tout le contraire : les salaires, les retraites et la sécurité sociale sont utilisés pour payer les banquiers. Ils mentent. Contrairement à ce qu’ils déclarent, ils ne veulent pas d’une société libérée de la dette.

Ils créent eux-mêmes la dette (avec l’aide de gouvernements et de politiciens corrompus) pour leur propre bénéfice. Ils ont fourni à la Grèce un banquier comme premier ministre pour s’assurer que le “job” sera exécuté correctement. Notre Premier ministre, Lucas Papademos, n’a pas été élu. Il a été nommé par la BCE et par les banquiers, avec l’aide de politiciens européens et grecs corrompus. C’est cela leur interprétation du terme de “démocratie” !

Les dettes sont créées par les banques qui fabriquent de l’argent à partir de rien et en retirent des intérêts uniquement parce que nos gouvernements leur ont donné le droit de le faire. Ils continuent à dire que ces dettes, c’est toi et moi et nos enfants et nos petits-enfants, que nous devons les payer avec nos biens personnels et nationaux, avec nos vies. Nous ne leur devons rien. Au contraire, ils doivent au peuple la plus grande partie des fortunes qu’ils ont accumulées grâce à la corruption politique.

Si nous n’ouvrons pas grand les yeux sur cette vérité, nous allons tous devenir des esclaves, travaillant pour 200 euros par mois, ou moins. Et ça c’est pour ceux d’entre nous qui pourront trouver un travail ! Sans soins médicaux, sans retraite, sans maison et affamés, comme c’est le cas aujourd’hui pour mes concitoyens en Grèce. Des milliers d’entre eux vivent dehors avec la faim au ventre.

Nous n’avons aucune intention de peindre notre réalité avec des couleurs sombres, mais c’est la vérité. Cette situation n’est pas due à un incident financier ou monétaire, ou à une erreur. C’est le début de la phase hideuse d’un long processus qui suit un plan soigneusement élaboré, un processus qui a commencé il y a plusieurs décennies.

Nous devons combattre ensemble ce projet néo-libéral. C’est ce que, à Kilkis et dans de nombreuses villes dans le monde entier, nous faisons maintenant.

Pour le moment, nous n’envisageons pas l’ouverture d’un compte pour recevoir des dons. Nous pourrions cependant avoir besoin d’y recourir dans quelques mois ou même semaines, si la situation s’aggrave. Ce dont nous avons surtout besoin aujourd’hui, c’est d’un soutien moral et de la publicité. Les luttes locales du monde entier doivent se propager et obtenir un soutien massif si nous voulons gagner la guerre contre ce système corrompu. Si vous pouvez penser à d’autres moyens éventuels pour diffuser nos informations et idées, ce serait génial.

Vous pouvez nous contacter à : enosi.kilkis@yahoo.gr

Encore une fois, nous ne pouvons vous remercier suffisamment pour vos pensées et vos paroles bienveillantes.

Avec mes meilleures salutations.

Leta Zotaki, directrice du département de radiologie, hôpital de Kilkis, membre de l’assemblée générale des travailleurs, présidente du Syndicat des Médecins Hospitaliers de Kilkis (ENIK).

Publié ici : http://oclibertaire.free.fr/spip.php?breve428


Source : http://www.occupiedlondon.org/blog/2012/03/05/why-we-occupied-our-hospital-an-open-letter-by-a-hospital-doctor-at-the-workers-run-hospital-of-kilkis/

Précédente information :

http://oclibertaire.free.fr/spip.php?breve419


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
[Grèce] « Pourquoi nous occupons notre hôpital »
9 mars 2012 - 18h24 - Posté par Zangao




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite