Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Raoul Marc JENNAR : BOLKESTEIN - LES PREUVES

de : Raoul Marc JENNAR
mercredi 2 mars 2005 - 01h44 - Signaler aux modérateurs
GIF - 11.3 ko

BOLKESTEIN : LES PREUVES

de Raoul Marc JENNAR

Suite à ma note intitulée « Quelques vérités sur Bolkestein » , certains hommes politiques, en particulier ceux qui promettaient de « faire de la politique autrement, » ne supportent pas que j’aie rendu compte des documents officiels et publics du Parlement européen qui fournissent les textes adoptés et le détail des votes.

Signe navrant du déclin de nos pratiques démocratiques, les élus, comptables de leurs propos et de leurs actes devant les citoyennes et les citoyens, ne supportent pas qu’on rappelle les positions qu’ils ont adoptées. Si cette résolution n’a que la force d’un vou, pourquoi prendre le risque qu’elle puisse ensuite être invoquée dans l’exposé des motifs d’une proposition de directive que l’on réclame ? Si, par hasard, ils ignorent le contenu de ce qu’ils votent, on peut s’interroger sur la manière dont ils exercent leur mandat. S’ils invoquent les multiples sollicitations dont ils sont l’objet, il convient de leur rappeler un principe de droit : « nul ne peut invoquer ses propres turpitudes ».

Afin de lever les ambiguïtés qu’ils s’emploient à créer pour dissimuler leurs responsabilités, voici le texte de la résolution ainsi que le détail des votes tels qu’on peut les consulter sur le site Internet du Parlement européen. Les paragraphes en cause portent les numéros 35 et 39. C’est en page 7 de l’exposé des motifs que la proposition Bolkestein y fait explicitement allusion :

« En février 2003, le Parlement européen s’est aussi félicité du rapport de la Commission et a souligné qu’il "insiste pour que le Conseil ’Compétitivité’ réaffirme le respect des États membres des principes du pays d’origine et de la reconnaissance mutuelle, en tant que base essentielle pour l’achèvement du Marché intérieur des biens et des services". Enfin, le Parlement "se félicite des propositions visant à créer un instrument horizontal pour garantir la libre circulation des services sous forme de reconnaissance mutuelle (reconnaissance dont le caractère automatique doit être promu dans toute la mesure du possible), de coopération administrative et, lorsque cela est strictement nécessaire, en recourant à l’harmonisation".

Ceci suffit pour répondre à des commentaires embarrassés et embrouillés.

Et je ne suis en rien solidaire de ceux qui appellent à la solidarité entre les adversaires du néolibéralisme, mais commencent par vouloir imposer à notre génération, à celles de nos enfants et petits enfants une Constitution néolibérale.

Raoul Marc JENNAR

Chercheur

Animateur de l’URFIG

01.03.2005


LA RESOLUTION

Résolution du Parlement européen sur la communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social et au Comité des régions : Réactualisation 2002 sur la stratégie pour le marché intérieur - Tenir les engagements (COM(2002) 171 - C5-0283/2002 - 2002/2143(COS))

Le Parlement européen,

 vu la communication de la Commission (COM(2002) 171 - C5-0283/2002[1]),

 vu le rapport de la Commission sur le document de travail des services de la Commission - tableau d’affichage du marché intérieur (mai 2002) (SEC(2002) 569)[2],

 vu le rapport de la Commission au Conseil, au Parlement européen et au Comité économique et social sur le deuxième rapport biennal sur l’application du principe de reconnaissance mutuelle au sein du marché intérieur (COM(2002) 419)[3],

 vu le rapport de la Commission au Conseil et au Parlement européen sur l’état du marché intérieur des services, présenté dans le cadre de la première phase de la stratégie pour le marché intérieur des services (COM(2002) 441)[4],

 vu le document de travail des services de la Commission - Tableau d’affichage du marché intérieur n° 11 (SEC(2002) 1243),

 vu les propositions de résolution déposées par :

a) José Manuel García-Margallo y Marfil, sur l’amélioration de l’environnement des micro-entreprises (B5-0683/2001),

b) Cristiana Muscardini, sur la nécessité d’harmoniser les diverses réglementations nationales en matière de sécurité privée (B5-0313/2001),

 vu les préoccupations exprimées dans ses résolutions du 4 octobre 2001 sur la communication de la Commission : Stratégie pour le marché intérieur des services[5] et du 13 avril 2000 sur la communication sur la stratégie pour le marché intérieur européen[6],

 vu l’avis du Comité économique et social (CES 871/2002)[7],

 vu l’article 14 du traité,

 vu l’article 47, paragraphe 1, de son règlement,

 vu le rapport de la JURIcommission juridique et du marché intérieur et l’avis de la ECONcommission économique et monétaire (A5-0026/2003),

A. considérant que le marché intérieur constitue la pierre angulaire de l’Union et représente une réalisation politique et économique majeure ; le dernier tableau d’affichage confirme en effet les bénéfices substantiels du marché intérieur pour les consommateurs et les entreprises dans le domaine de la qualité, du choix et des niveaux de prix,

B. considérant qu’un marché intérieur des biens et des services pleinement opérationnel fait partie intégrante des objectifs de réforme économique de Lisbonne et que la mise en place d’un marché intérieur des services a été définie comme le prochain objectif majeur,

C. considérant que, selon une récente étude de la Commission, la création du marché intérieur dans les services financiers apporterait un surcroît de croissance de 1,1 % dans l’Union européenne, tandis que l’économie de l’UE connaîtrait un volume d’affaires supplémentaire de l’ordre de ? 130 milliards,

D. considérant que l’achèvement du marché intérieur doit s’accompagner de la prise en compte des obligations énoncées dans le traité, notamment à l’article 158, en vue de l’instauration de la cohésion économique et sociale dans toute l’Europe,

E. considérant que l’article 153 garantit un niveau élevé de protection des consommateurs dans le marché intérieur,

F. considérant que la Charte européenne des petites entreprises, adoptée lors du sommet de Lisbonne, souligne la nécessité de réformes visant à la réalisation d’un véritable marché intérieur qui soit favorable aux petites entreprises ;

G. considérant que, parmi les principaux obstacles, dont certaines restrictions à la liberté de circulation et d’installation, identifiés dans le marché des services, beaucoup découlent de la réglementation nationale, régionale ou locale,

H. considérant que la transposition et l’application de la législation relative au marché intérieur mettent en lumière de profondes divergences, certains États membres faisant piètre figure et marquant le pas,

I. considérant que l’invocation de clauses de sauvegarde par des États membres peut porter préjudice à l’uniformité de la législation communautaire ; que, de surcroît, les garanties de procédure applicables à l’invocation de clauses de sauvegarde et leur contrôle sont insuffisants, de sorte que le risque existe que toutes les parties concernées ne soient pas associées à l’établissement de la clause de sauvegarde par les États membres ;

J. considérant qu’en l’absence de normes uniques européennes ou d’application de la reconnaissance mutuelle, la nécessité de procéder localement à des tests et certifications constitue un surcoût important pour les entreprises et entrave l’achèvement du marché intérieur,

K. considérant que les États membres ont décidé au Sommet de Feira d’accélérer les programmes concernant la création d’entreprises à moindre coût et dans des délais plus brefs ;

L. considérant que depuis 1999, la Commission a élaboré une feuille de route concernant l’action à entreprendre pour développer la politique du marché intérieur, mais que les progrès demeurent insuffisants,

M. considérant que les États membres sont généralement réticents à poursuivre l’achèvement du marché intérieur en dehors de l’initiative de la Commission et du Parlement,

Soutien de la stratégie du marché intérieur

1. réaffirme soutenir résolument la stratégie du marché intérieur et demande au Conseil et à la Commission d’inscrire l’achèvement du marché intérieur et le lancement de l’initiative du marché intérieur des services en tant que priorités absolues du Sommet économique de 2003 ;

2. exprime ses vives préoccupations quant à l’écart existant entre l’adhésion du Conseil aux objectifs de Lisbonne et la réticence des États membres à mettre en ouvre les réformes ; considère que la priorité absolue doit être accordée à une initiative majeure pour pallier ce déficit, engageant toutes les institutions européennes, les organisations de consommateurs et les organisations professionnelles dans un véritable partenariat ;

3. se félicite de la création du Conseil "Concurrence", est persuadé que cela représente un changement de priorité politique et ne traduit pas seulement une opportunité administrative, et insiste pour que les États membres inscrivent résolument les questions relevant du marché intérieur dans le cadre global des réformes économiques ;

4. demande à tous les États membres d’accélérer la transposition des directives relatives au marché intérieur, tout en déplorant que, selon le tableau d’affichage du marché intérieur le plus récent, publié en novembre 2002, les États accusent un retard sur les calendriers de mise en ouvre, les textes en attente de transposition représentant 2,1 % de la législation ; fait en outre observer que deux des économies les plus importantes, à savoir les économies française et allemande, figurent parmi celles qui sont le plus loin du compte ;

5. invite la Commission à entreprendre une évaluation stricte des causes de l’incapacité des États membres à mettre en oeuvre la législation communautaire et des obstacles qui s’opposent à la mise en oeuvre de cette législation, et estime que les État membres devraient rendre compte de cette incapacité de mettre en oeuvre la législation dans un rapport à la Commission, qui serait présenté et examiné lors de chaque sommet économique ;

6. appelle les États membres, lorsqu’ils invoquent des clauses de sauvegarde, à se limiter au minimum, et invite la Commission à veiller à ce que suffisamment de garanties soient instaurées pour l’établissement des clauses de sauvegarde et leur contrôle par les États membres ;

7. prie instamment la Commission de rechercher en premier lieu des solutions pratiques au problème du déficit de mise en ouvre et, en même temps, d’améliorer le rythme et l’efficacité du traitement des cas d’infraction et de collaborer avec le tribunal de première instance pour mettre au point des procédures rapides, étayées le cas échéant par des sanctions, et pour concrétiser les propositions adoptées par lui-même à ce sujet ;

8. juge nécessaire de s’interroger sur l’efficacité du système de sanctions et d’amendes appliqué par la Cour, afin de renforcer ce système, d’assurer l’instruction rapide des cas prioritaires et de fixer des délais de mise en ouvre assortis de procédures permettant d’imposer des amendes à brève échéance ;

9. considère qu’il convient d’incorporer un test de compatibilité du marché intérieur dans les tests auxquels doit être soumise l’ensemble de la législation de l’UE et dans les plans d’action visant à simplifier et à améliorer la législation communautaire (meilleure réglementation) ; soutient les initiatives visant à améliorer la transposition des mesures relatives au marché intérieur et à éliminer les transpositions trop complexes (surréglementation) ; invite les parlements nationaux à s’employer davantage à garantir la mise en ouvre opportune et fidèle des directives relatives au marché intérieur ;

10. estime que l’application déterminée, sur les plans européen et national, des règles de la concurrence est indispensable pour permettre aux entreprises, et particulièrement aux petites entreprises, de disposer des plus larges possibilités de développement de leurs activités et de se livrer une concurrence loyale en tous points du marché intérieur ;

11. est d’avis que les citoyens et les consommateurs doivent bénéficier d’informations plus précises au sujet du défaut de mise en ouvre par les États membres de la législation relative au marché intérieur ;

12. estime que le Parlement, la Commission et les États membres, en partenariat avec les organisations de consommateurs, les travailleurs et les organisations professionnelles, devraient coopérer pour promouvoir les bénéfices du marché intérieur et encourager les entreprises à tirer parti des possibilités qu’offre ce dernier ;

13. rejette l’affirmation de la Commission selon laquelle le Parlement et le Conseil ont une responsabilité partagée pour un certain nombre d’objectifs non atteints ; souligne dans ce contexte que les objectifs indiqués par la Commission comme n’ayant pas été atteints ne l’ont pas été presque exclusivement en raison de la lenteur de la procédure au sein du Conseil ;

14. invite la Commission à s’accorder avec les États membres pour la définition de stratégies cohérentes de mise en ouvre de la législation relative au marché intérieur ; souligne, en particulier, la nécessité d’appliquer d’une manière cohérente les nouveaux cadres juridiques régissant le commerce électronique, les communications électroniques, le droit d’auteur et la protection des données ;

15. soutient la stratégie de la Commission visant à aider les pays candidats dans leur préparation en vue du marché intérieur ; souligne notamment l’importance des programmes de formation pour les fonctionnaires des pays candidats et rappelle que la participation active des pays candidats en ce qui concerne les questions relatives au marché intérieur revêt une importance primordiale ;

Actions spécifiques visant à soutenir la stratégie du marché intérieur

16. invite les États membres à accorder la priorité absolue à la mise en ouvre correcte et non discriminatoire des règles du marché intérieur et à mettre en place une logistique en vue d’aider les citoyens et les entreprises à exercer leurs droits dans le cadre du marché intérieur ;

17. invite la Commission à être particulièrement attentive pour veiller à ce que la législation adoptée dans le cadre du plan d’action pour les services financiers (PASF) soit transposée dans les délais prévus, dans la mesure où, dans le cas contraire, il ne serait pas possible de réaliser le plein potentiel d’un marché financier intégré ;

18. souligne l’importance, pour le bon fonctionnement du marché intérieur, de règles et de procédures cohérentes en matière de protection des données ; prie instamment la Commission de se prononcer, lors de la prochaine révision de la directive générale concernant la protection des données, en faveur du marché intérieur de la circulation et de la transmission de données ; demande, en particulier, la mise au point de stratégies cohérentes à l’égard des notices destinées aux consommateurs et de procédures communes simples pour ce qui est de la notification aux autorités chargées de la protection des données ;

19. confirme son soutien sans réserve à SOLVIT et à la relance du service de signalisation du citoyen ; suggère que le Conseil "Concurrence" reçoive sur une base régulière les rapports de ces réseaux et s’emploie rapidement à résoudre les problèmes ainsi détectés ;

20. prend acte des mesures spécifiques énoncées dans la stratégie de la Commission pour la réalisation de ces objectifs, début 2004 et confirme qu’il est disposé à coopérer avec la Commission et le Conseil pour atteindre ces objectifs ;

21. affirme toutefois qu’il ne suffit pas de demander aux États membres d’adopter, avant juin 2003, des mesures visant à garantir la création de sociétés à responsabilité limitée plus rapidement et moyennant des frais et des capitaux réduits et qu’il faut aussi se pencher sur les obstacles qui entravent actuellement la création de toutes les petites entreprises, dont les entreprises individuelles, et lancer des initiatives pour surmonter lesdits obstacles, grâce notamment à la télématique et à l’Internet ;

22. se félicite des progrès récemment accomplis quant à la libéralisation des marchés du gaz et de l’électricité et à la réglementation du transport aérien, progrès qui permettront d’atteindre quelques-uns des objectifs les plus importants définis par le Conseil européen à Barcelone ;

23. demande au Conseil de conclure sans délai l’examen du brevet communautaire ;

24. invite la Commission à accélérer ses travaux pour simplifier le système particulièrement lourd de la TVA et faire en sorte que l’impact réel sur les entreprises, en particulier sur les PME, fasse l’objet d’une évaluation plus approfondie lors de la proposition d’une nouvelle législation ;

25. prie la Commission de présenter dans les futurs rapports contenant les tableaux d’affichage une analyse coût-avantages de la mise en ouvre de la législation relative au marché intérieur en termes d’emploi, de croissance, de PIB et de compétitivité de l’économie de l’UE, en chiffrant les coûts du déficit de mise en ouvre de cette législation ;

26. invite la Commission à coopérer avec le Parlement pour organiser un deuxième forum du marché intérieur de façon à permettre aux citoyens et à l’industrie, notamment aux PME, d’exprimer leurs préoccupations et d’examiner des solutions ;

27. invite les États membres à réaffirmer, lors du sommet économique de 2003, leur volonté d’achever le marché intérieur pour le dixième anniversaire de celui-ci, en souscrivant à une déclaration solennelle visant à améliorer et accélérer la réalisation du marché intérieur des marchandises et des services, et ce pour le bénéfice des citoyens ;

28. invite la Convention sur l’avenir de l’Europe à traiter du problème que pose le défaut de mise en ouvre de la législation communautaire et à proposer des solutions à cet égard ;

Marché intérieur des services

29. soutient vigoureusement les initiatives destinées à créer un marché intérieur des services, conformément à la résolution du Parlement sur la communication de la Commission (COM(2000) 888) ;

30. se félicite de l’analyse exhaustive de la Commission sur l’état du marché intérieur des services (COM(2002) 441), tout en exprimant sa préoccupation quant à l’étendue et à la complexité des obstacles identifiés, qui affectent l’ensemble de l’économie européenne ;

31. note qu’un marché intérieur des services pleinement opérationnel élargira le choix des consommateurs et leur permettra de bénéficier des services d’autres États membres, notamment des services de santé ; concernant l’éventuelle évolution d’un marché intérieur des services de santé, attend les résultats du processus de réflexion entrepris à haut niveau sur la mobilité des patients et l’évolution des soins de santé publique, qui devrait s’achever en 2003 ;

32. relève que, des quatre libertés instaurées par le marché intérieur, la libre circulation des personnes a rencontré le moins de succès ; engage, par conséquent, les États membres, le Parlement et la Commission à agir avec hardiesse en vue de faciliter la reconnaissance des diplômes acquis dans d’autres États membres ; estime qu’il importe de clarifier les directives énonçant les règles à appliquer aux travailleurs détachés dans d’autres États membres ;

33. se félicite de la position nouvellement exprimée par la Commission au sujet des obstacles de fait à la libre circulation des personnes que constituent les différences entre les régimes fiscaux applicables aux pensions et aux automobiles ; prie instamment la Commission de mettre en ouvre les mesures prévues dans les communications publiées sur ces questions ;

34. invite le Conseil à présenter sans délai au Parlement une position commune sur le règlement relatif à la promotion des ventes ; demande à la Commission d’étayer le travail du Conseil par des études permanentes portant sur les avantages que procure le marché intérieur en matière de promotion des ventes, et mettant plus particulièrement l’accent sur les PME et les consommateurs ;

35. se félicite des propositions visant à créer un instrument horizontal pour garantir la libre circulation des services sous forme de reconnaissance mutuelle (reconnaissance dont le caractère automatique doit être promu dans toute la mesure du possible), de coopération administrative et, lorsque cela est strictement nécessaire, en recourant à l’harmonisation ;

36. considère que les États membres devraient engager sans délai la révision de leur législation concernant les fournisseurs de services en vue d’éliminer les pratiques protectionnistes discriminatoires et discrétionnaires ainsi que les procédures complexes ou non transparentes ; invite le Conseil "Concurrence" à s’engager en ce sens et souligne que les pays candidats doivent faire de même ;

37. considère que les États membres devraient encourager la liberté d’établissement et faciliter la création d’entreprises, y compris des filiales, en modernisant et en simplifiant leur législation et en encourageant l’esprit d’entreprise, de façon à stimuler notablement le marché intérieur des services ;

38. invite la Commission à proposer, dans son futur Livre vert, des mesures concernant l’esprit d’entreprise, de façon à encourager les PME à tirer profit du marché intérieur des services ;

Reconnaissance mutuelle

39. estime que, si les principes du pays d’origine et de la reconnaissance mutuelle sont essentiels à l’achèvement du marché intérieur des biens et des services, les objectifs d’intérêt public, et en particulier la protection du consommateur, doivent être sauvegardés, lorsque la chose est nécessaire, grâce à une harmonisation des règles nationales ;

40. convient que la reconnaissance mutuelle pourrait être un instrument encore plus efficace du marché intérieur si les États membres appliquaient dûment ce principe et éliminaient les dispositions faisant double emploi dan la législation nationale ;

41. se déclare favorable à la reconnaissance mutuelle des codes de conduite d’entreprise ou de branche définis afin de compléter ou de mettre en ouvre la législation de l’UE ;

42. affirme le rôle essentiel que joue la reconnaissance mutuelle pour la création d’un marché intérieur des services ; réaffirme son soutien en faveur de la reconnaissance mutuelle des services financiers, comme le montre l’adhésion qu’il a accordée au plan d’action des services financiers et à la communication de la Commission sur le commerce en ligne et les services financiers ;

43. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission et aux gouvernements des États membres.

LES VOTES

La résolution a été approuvée par 304 pour, 17 contre et 24 abstentions.

1. Harbour report A5-0026/2003 - resolution 13/02/2003 12:06:36

304 Pour

EDD : Belder, Blokland, van Dam

ELDR : Andreasen, Attwooll, Beysen, Boogerd-Quaak, van den Bos, Busk, Caveri, Clegg, Costa Paolo, Davies, De Clercq, Ducarme, Dybkjær, Flesch, Formentini, Gasòliba i Böhm, Jensen, Lynne, Maaten, Manders, Mulder, Nordmann, Olsson, Paulsen, Pesälä, Pohjamo, Ries, Riis-Jørgensen, Sánchez García, Sanders-ten Holte, Schmidt, Sterckx, Sørensen, Väyrynen, Vallvé, Van Hecke, Vermeer

NI : Hager, Raschhofer, Sichrovsky

PPE-DE : Almeida Garrett, Arvidsson, Averoff, Balfe, Banotti, Bastos, Bayona de Perogordo, Beazley, von Boetticher, Bowis, Bradbourn, Brienza, Bushill-Matthews, Callanan, Camisón Asensio, Chichester, Coelho, Cornillet, Corrie, Cushnahan, Daul, Deprez, Descamps, Deva, De Veyrac, Doorn, Dover, Ebner, Fernández Martín, Fiori, Flemming, Foster, Fourtou, Gahler, Garriga Polledo, Gemelli, Gil-Robles Gil-Delgado, Glase, Goepel, Gomolka, Goodwill, Graça Moura, Grosch, Grossetête, Hannan, Harbour, Heaton-Harris, Helmer, Hermange, Hernández Mollar, Herranz García, Hieronymi, Inglewood, Jarzembowski, Keppelhoff-Wiechert, Khanbhai, Kirkhope, Klamt, Klaß, Korhola, Lamassoure, Liese, Lisi, Maat, McCartin, Marinos, Marques, Martens, Martin Hugues, Matikainen-Kallström, Mauro, Mayer Hans-Peter, Mayer Xaver, Mennitti, Menrad, Mombaur, Moreira Da Silva, Morillon, Müller Emilia Franziska, Musotto, Naranjo Escobar, Nicholson, Niebler, Ojeda Sanz, Pacheco Pereira, Parish, Pastorelli, Peijs, Pérez Álvarez, Pirker, Piscarreta, Podestà, Posselt, Pronk, Rack, Redondo Jiménez, Ripoll y Martínez de Bedoya, Rübig, Sacrédeus, Santer, Sartori, Schaffner, Schleicher, Schmitt, Schröder Jürgen, Smet, Sommer, Stauner, Stenmarck, Stenzel, Stevenson, Sudre, Suominen, Tajani, Tannock, Theato, Trakatellis, Valdivielso de Cué, Van Orden, Vidal-Quadras Roca, Wachtmeister, Wenzel-Perillo, Xarchakos, Zabell, Zacharakis, Zappalà, Zissener

PSE : Adam, Andersson, Aparicio Sánchez, Baltas, Berenguer Fuster, Bösch, Bullmann, Campos, Carlotti, Carnero González, Carrilho, Casaca, Cashman, Cercas, Colom i Naval, Corbett, Corbey, Darras, Dehousse, De Rossa, Dührkop Dührkop, Duhamel, Ettl, Evans Robert J.E., Färm, Ford, Garot, Gebhardt, Ghilardotti, Gill, Gillig, Goebbels, Guy-Quint, Haug, Hoff, Honeyball, Howitt, van Hulten, Iivari, Karamanou, Katiforis, Kindermann, Krehl, Kreissl-Dörfler, Kuckelkorn, Kuhne, Lage, Lalumière, Lange, Linkohr, Lund, McNally, Malliori, Martin David W., Martínez Martínez, Mastorakis, Medina Ortega, Menéndez del Valle, Miguélez Ramos, Miller, Moraes, Müller Rosemarie, Murphy, Myller, Napoletano, Obiols i Germà, O’Toole, Paasilinna, Paciotti, Pérez Royo, Pittella, Poos, Prets, Read, Rocard, Rodríguez Ramos, Roth-Behrendt, Rothe, Rothley, Roure, Sacconi, Sakellariou, Sandberg-Fries, dos Santos, Sauquillo Pérez del Arco, Sornosa Martínez, Souladakis, Sousa Pinto, Stihler, Stockmann, Swiebel, Swoboda, Terrón i Cusí, Theorin, Thorning-Schmidt, Titley, Tsatsos, Vairinhos, Van Brempt, Van Lancker, Volcic, Weiler, Westendorp y Cabeza, Wiersma, Wynn, Zorba, Zrihen

UEN : Camre, Collins, Hyland, Mussa, Nobilia, Ó Neachtain

Verts/ALE : Auroi, Bouwman, Buitenweg, Celli, Dhaene, Echerer, Evans Jillian, Flautre, Hudghton, Lagendijk, Lannoye, Maes, Onesta, Piétrasanta, de Roo, Rühle, Schroedter, Sörensen, Staes, Wuori, Wyn

17 Contre

EDD : Abitbol, Bernié, Butel, Esclopé, Farage, Raymond, Saint-Josse, Titford

GUE/NGL : Bordes, Cauquil, Figueiredo, Laguiller

NI : Berthu, de Gaulle, Lang, de La Perriere, Souchet

24 Abstention

EDD : Sandbæk

GUE/NGL : Ainardi, Bakopoulos, Boudjenah, Caudron, Di Lello Finuoli, Jové Peres, Kaufmann, Koulourianos, Krarup, Manisco, Meijer, Miranda, Modrow, Naïr, Papayannakis, Puerta, Seppänen

NI : Della Vedova, Vanhecke

UEN : Ribeiro e Castro

Verts/ALE : Gahrton, McKenna, Schörling

[1] JO C non encore publié au JO.
[2] JO non encore publié au JO.
[3] JO non encore publié au JO.
[4] JO non encore publié au JO.
[5] JO C 87 E du 11.4.2002, p. 159.
[6] JO C 40 du 7.2.2001 p. 164.
[7] JO C 241 du 7.10.2002, p. 180.
Word - 92 ko
BOLKESTEIN LES PREUVES

Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite