Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

« C’est nous les gars de la Marine… »

de : JP Garnier Via LL
lundi 2 juillet 2012 - 22h28 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Histoires de pirateries électorales

"Face à la tourmente financière que François Hollande allait devoir affronter s’il était élu président de la République, selon Jean-Luc Mélenchon il faisait figure, avec ses propositions floues sur le plan économique, de « capitaine de pédalo ».

Ce qui n’empêchera pas le grand timonier du Front de gauche, sitôt connus les résultats du premier tour de la présidentielle, de lui lancer une bouée de sauvetage en sommant ses propres électeurs de voter au second tour pour Hollande « sans rien demander en échange » ni « traîner les pieds ». De fait, sans ce report de voix pour le renflouer, le « capitaine de pédalo » aurait bel et bien coulé avec son embarcation.

Cependant, n’en déplaise à Mélenchon, point n’était besoin pour Hollande de disposer d’un plan de bataille contre les pirates des « marchés » puisque son dessein n’était autre que de voguer de conserve avec eux. Le cap avait déjà été fixé depuis longtemps : à la manœuvre, les plus émérites d’entre eux, soit une trentaine d’entrepreneurs du CAC 40 regroupés dans le Cercle de l’Industrie. Représentant les intérêts des trusts français à l’échelle européenne, partenaire du MEDEF, de l’Institut de l’Entreprise et de la Table ronde des Industriels européens, ce lobby patronal avait jusqu’à récemment pour vice–président Pierre Moscovici, un énarque et politicien arborant le fanion rose « socialiste ».

Or, c’est à celui-ci que Hollande avait fait appel comme directeur de campagne pour l’aider aller sus à « la finance », comme il l’avait promis pour mobiliser ses troupes. Proche du milieu des affaires, comme on dit, au point d’en faire partie, Moscovici était secondé, à moins que ce ne soit l’inverse, par un autre forban diplômé, Michel Sapin, dont les états de service au service de l’État, notamment comme ministre de l’Économie et des Finances (1992-93) – en réalité, de la « désinflation compétitive » – laissait augurer le meilleur, aux yeux des marchés, du « projet présidentiel » dont Hollande lui avait confié la responsabilité. Lequel, sitôt arrivé à bon port, c’est-à-dire à l’Élysée, s’empressera de propulser Moscovici et Sapin respectivement à la tête du ministère des Finances et de celui du Travail, postes stratégiques pour lancer les opérations de piraterie sociales-libérales à venir.

Pour mener à bien ce « changement » sans créer trop de remous, ce fut le branle-bas de combat général. Non pour envoyer par le fond les galions européens surchargés des richesses accumulées depuis trois décennies de surexploitation et de spéculation mais pour les maintenir coûte que coûte à flots. Tout le (beau) monde des affaires se retrouva sur le pont. À commencer par les matelots brevetés en économie néo-libérale dont Hollande s’était entouré durant sa campagne, les mêmes (Philippe Aghion, Elie Cohen, Jean-Hervé Lorenzi, Daniel Cohen, Jean-Paul Fitoussi, etc.) qui avaient déjà conseillé les gouvernants de droite, et qui, sans doute pour le faire oublier, s’étaient publiquement en déclarés en faveur du candidat Hollande peu avant l’échéance électorale. Le navire sarkozien commençant déjà à faire eau de toutes part, il était effectivement temps pour eux d’opérer un transbordement. Mais, pas question de virer de bord : plus que jamais, on prétextera la « crise finances publiques » pour convaincre les travailleurs de se résoudre à galérer indéfiniment entre austérité et régression sociale. En hissant toutefois à leur intention un pavillon de complaisance susceptible de calmer leurs apprehensions et même de leur redonner du cœur au ventre, avec inscrit en grosses lettres le mot « croissance ».

Les pirates sociaux-libéraux auraient pu naviguer sans encombre sur une mer un peu calmée si une flibustière d’origine bretonne n’avait choisi de s’embusquer non loin des rivages nordiques pour semer la confusion. Depuis des mois, elle avait pris les devants en canonnant sans répit contre le « système ultra-libéral » et les grandes compagnies qui mettaient sur la paille les prolétaires restés à terre. Bien plus, elle tirait à boulets rouges-bruns contre les « complices rosâtres » de ce système, n’hésitant pas à subtiliser une partie de ses munitions au Front de gauche, lui-même (dis)qualifié de « leurre » et de « rabatteur de voix au profit du PS » par la bougresse, qui gagnait de la sorte une popularité indéniable parmi la populace. Résultat : un score très honorable pour elle au premier tour de la présidentielle, qui fit l’effet d’un coup de semonce.

Tandis que les vigies perchées sur les hunes médiatiques signalaient aussitôt le risque d’une bourrasque « extrémiste » dans quelques zones délaissée de l’Hexagone, on ressortit à la hâte des malles « républicaines » le drapeau noir de l’ordre brun (pas mal défraîchi à force d’avoir trop servi comme épouvantail durant les années Mitterrand), pour effrayer une fois de plus le « peuple de gauche » devenu sceptique à l’égard du « socialisme de gouvernement », et l’inciter à voter malgré tout pour ses représentants afin de « barrer la route au fascisme ». Avec un certain succès, même si la vague rose attendue n’eut pas l’ampleur escomptée et si l’importance des défections dans l’électorat (plus de 43 % sans compter les bulletins blancs ou nuls, pour ne rien dire des 12 % de non inscrits) en réduisit la portée. Est-ce à dire que la flibusterie frontiste n’est plus à redouter ? On pourrait en douter.

Lors des législatives, quelques craquements désagréables s’étaient fait entendre dans la mâture du côté de l’aile gauche de la flotte sociale-libérale. Habitués à nager entre deux eaux, les Verts étaient non seulement parvenus à placer l’une des leurs sur le pont supérieur du navire amiral alors que le rafiot écologiste était loin d’avoir fait le plein des voix ; mais, grâce à une alliance tactique nouée au quartier général de Solferino, ils étaient assurés de voir nombre de leurs candidats surnager aux élections suivantes. Ce qui eut le don d’énerver les corsaires mélenchoniens, forts des suffrages glanés par leur chef au premier tour de la présidentielle.

Il faut dire que le navire du Front de gauche n’avait pas tardé à donner sérieusement de la bande, déstabilisé par les dissensions au sein de l’équipage. Tandis que les vieux briscards du PCF étaient tentés une fois de plus de baisser leur pavillon rouge délavé pour s’accrocher à leur tour au vaisseau amiral du PS et conserver ainsi les derniers sièges que leur avaient laissés les législatives, certains jeunes loups de mer du Parti de gauche se demandaient s’il ne valait pas mieux au contraire mettre résolument la barre à l’extrême gauche. Pour éviter de sombrer, au lieu de prendre le « fascisme » pour cible prioritaire, ils étaient partisans de faire feu à nouveau sur « les marchés » par tous les sabords.

Peine perdue, leur grand Timonier était bien décidé à débarquer au beau milieu du fief de Marine la Flibustière pour l’affronter dans un duel homérique, quitte à bousculer au passage un maire PS qui occupait déjà la place. Ce qui donna lieu à un curieux chassé-croisé, le Front de Gauche accusant le Front national de piller son argumentaire anticapitaliste alors que celui-ci accusait celui-là d’être une force d’appoint au social-libéralisme.

Ce qui devait arriver arriva : alors qu’il avait rêvé de jeter Marine par-dessus bord, ce fut Mélenchon qui tomba à l’eau. « Votre incapacité à vous passer de moi relève de la psychiatrie », avait rétorqué la première au second durant un débat télévisé à couteaux tirés. En réalité, la flibustière savait fort bien à quoi tenait cette incapacité. Sans voir qu’il contribuerait à renforcer le prestige de celle qu’il était allé imprudemment défier, le Grand Timonier du Front de gauche avait besoin d’un adversaire à sa taille pour s’imposer comme un corsaire d’envergure face aux pirates sociaux-libéraux qu’il avait fait mine de combattre tout en se préparant à voler à leur secours.

On sait ce qu’il en advint. Pour faire pièce au Front National dans une bourgade devenue emblématique, un « Front républicain » fut constitué. Un véritable front national, en fait, puisqu’il regroupait, outre le PS, Les Verts et le Front de gauche, le Modem et l’UMP. Et Marine fut éliminée. Mais les pirates de gauche et de droite qui se sont ligués pour se débarrasser d’elle ne devraient pas trop pavoiser. La piraterie capitaliste à laquelle ils ne manqueront pas de se livrer de plus belle dans l’avenir pourrait bien à la longue faire passer, aux yeux de peuple dont ils se réclament, la flibustière pour une justicière."

Jean-Pierre Garnier

—— Jean-Pierre Garnier a publié aux éditions Agone : Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite-bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires (2010).

A SUIVRE SUR AGONE


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
« C’est nous les gars de la Marine… »
3 juillet 2012 - 11h21

vieille rengaine qui consiste à taper sur les cocos s’en avoir le courage de s’attaquer au FN qui défend le capitalisme, pathétique !!!



« C’est nous les gars de la Marine… »
3 juillet 2012 - 18h53 - Posté par

Ah bon ??

Ou t’as vu que JP Garnier tapait "sur les cocos" toi ???

Moi j’ai vu qu’il en mettait plein la gueule à Méchanlong et à la stratégie FDG et avec justesse d’ailleurs, selon moi, il a parfaitement bien résumé et le but et l’échec et ses conséquences probable,s hélas, je le crains....

Alors si pour toi JLM et le FDG ce sont "les cocos" beh putaing cong...

LL


« C’est nous les gars de la Marine… »
4 juillet 2012 - 10h38 - Posté par RICHARD PALAO

D ’accord avec toi LL , il n y a rien d’anti-cocos dans ce texte , toutefois je lui reproche d ’être essentiellement "concentré " sur le FDG , qui dans quelque temps n ’apparaitra plus que comme une péripétie de la lutte des classes ....

c ’est HOLLANDE et pas MELENCHON qui dirige le pays , c’est le PS qui est majoritaire à l ’asemblée , pas le PCF/FDG qui a perdu la moitié de Ses députés et qui devra se contenter de gesticulations en guise d’opposition ...

Certes il ne faut pas rater MELENCHON et le FDG quand ils le méritent et ne pas hésiter à rappeler leur asservissement au PS , mais c’est la politique d’austérité de HOLLANDE qu’il faut dénoncer , c ’est cette politique qu’il faut combattre sans tarder car tout indique que les promesses ne seront pas tenues et qu’au contraire âu nom de la lutte contre la dette ce sont les travailleurs qui vont de nouveau être appelé à se serrer la ceinture .



« C’est nous les gars de la Marine… »
4 juillet 2012 - 12h37 - Posté par

Salut Richard

Oui c’est vrai il oublie le PS MAIS il cible surtout Mélenchon car c’est le FDG qui a contribué le plus à mettre ainsi le FN dans la lumière d’un combat de chefs des "fronts" (raté en plus qu ia servi à cirer les grolles de la Marine) et qui a selon lui été un appoint décisif au PS pour son élection... enfin c’est ce que j’a icru comprendre... A +

LL






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite