Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

ITER : coûteux pour la France mais rentable pour les entreprises étrangères ?

de : Maxime Benardo mardi 11 septembre 2012 - 10h33 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Célébrée à l’origine comme une victoire pour la France, l’implantation d’ITER sur notre territoire se révèle finalement financièrement ruineuse et sans réel effet sur le tissu économique local et national. Ce grave écueil résulte du véritable piège dans lequel sont tombés la France et l’Union européenne en souhaitant obtenir à tout prix l’installation du projet à Cadarache. Paradoxalement, ce sont les entreprises étrangères qui raflent la mise alors que les entreprises françaises de haute technologie sont la plupart du temps oubliées.

« C’est un grand succès pour la France et pour l’Europe », proclamait le communiqué de l’Elysée. Il est vrai qu’en juin 2005, lorsque la France a obtenu que le projet ITER soit implanté sur son territoire, les Français pouvaient se sentir légitimement fiers. Après des années d’âpres négociations, le site de Cadarache (Bouches-du-Rhône) l’emportait enfin sur ceux de Clarington (Canada), Rokkasho (Japon) et Vandellos (Espagne).

Théoriquement ne s’agissait d’ailleurs pas seulement d’une question d’orgueil et de prestige mais d’une belle opportunité de développement économique national et local. Les 10 milliards d’euros investis sur 40 ans dans le projet – c’était le budget initial – devaient en effet, selon les études alors mises en avant, permettre de créer environ 3000 emplois indirects pendant la phase de construction et autant durant la phase d’exploitation, essentiellement dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Surtout, on espérait que l’implantation d’ITER aurait un effet d’entraînement, donnant naissance à une sorte de « Silicon Valley des nouvelles énergies ». Doués d’un sens certain de la communication, certains promoteurs d’ITER dépeignaient alors la Provence comme une « nouvelle Californie » !

Moins de dix ans plus tard, c’est pourtant la désillusion qui domine. D’abord parce qu’à mesure que le projet prenait du retard, son budget a littéralement explosé. De 10 milliards, on est ainsi passé, selon les estimations, à 12, 16 ou même 20 milliards d’euros. Or, l’essentiel de cette augmentation repose sur la France et l’Union européenne. Tout récemment encore - en avril dernier -, le Parlement européen a donné son accord au déblocage d’une aide supplémentaire de 650 millions d’euros au projet. Si bien que la contribution de l’Union Européenne, initialement fixée à 2,7 milliards, atteint désormais à 6,6 milliards d’euros, dont 1,4 milliards d’euros pour le seul budget 2012-2013 !

Certains estiment que cette dérive budgétaire était parfaitement prévisible, les coûts de construction et de réalisation ayant été volontairement minorés de façon obtenir la participation de nouveaux partenaires au projet, à commencer par les Etats-Unis qui s’en étaient éloigné à la fin des années 90, précisément pour des motifs de coûts trop élevés. En revanche, moins prudentes, la France et l’Union européenne avaient, par avance, accepté de prendre à leur compte l’essentiel des coûts. Dès 2004, le gouvernement français avait en effet pris l’initiative de doubler la mise du financement français du programme. Dans un courrier adressé à la présidence de l’Union européenne, le ministre de la Recherche, François d’Aubert, écrivait : « La France, qui assumait 457 millions d’euros dans le projet initial, est prête à financer jusqu’à 20 % du coût de la construction, soit 914 millions d’euros ».

Une telle générosité s’expliquait bien sûr par la volonté de voir le site de Cadarache retenu, ce qui, pensait-on, permettrait à la France de récupérer l’essentiel des retombées économiques, sociales et scientifiques du projet. Après tout il pouvait être avisé de dépenser de telles sommes si, en retour, cet investissement permet de donner naissance à un pôle de développement économique et technologique de premier plan ! Mais c’était compter sans les talents de négociateurs des autres partenaires et tout particulièrement du Japon.

Au fil de la négociation entre les différentes parties prenantes du projet, deux sites se sont retrouvés en concurrence. D’une part, le site de Cadarache, soutenu par l’Union européenne (après le retrait du site espagnol), le Canada, la Chine et la Russie. D’autre part, le site japonais, soutenu par la Corée du Sud et les Etats-Unis, notamment pour faire payer à la France son opposition à leur aventure militaire en Irak. Il en résultait une situation bloquée dont Tokyo a su habilement tirer profit.

Le 5 mai 2005, le Japon accepte de retirer son site de la compétition. Mais en échange, il obtient de substantielles compensations : 20 % des contrats industriels pour la construction et 20 % des effectifs permanents d’ITER ; un programme complémentaire de recherche d’un montant de 700 millions d’euros financé à moitié par le pays hôte et non-hôte ; la construction d’un centre d’étude de matériaux pour la paroi d’ITER, baptisé International Fusion Materials Irradiation Facility (IFMIF), ainsi que le soutien du pays hôte à sa candidature pour le poste de directeur général d’ITER. Plus significatif encore : l’accord prévoyait que le pays hôte assumerait 40 % du prix de construction d’ITER…

Si l’on ajoute à cela que les autres membres contribuent essentiellement au projet sous forme de livraison de matériel, cela signifie, in fine, que la France et l’Union européenne se voient ravalées au rang d’hôte et de principaux bailleurs de fonds, tandis que les autres membres se voient réserver la conception et la fabrication des principaux éléments de haute technologie comme le reconnaît d’ailleurs le site Internet officiel d’ITER.

Profondément inéquitable – en même temps que non conformes au principe de libre concurrence - ces règles d’attribution des marchés ruinent tout espoir de voir la l’implantation d’ITER déboucher sur un pôle de compétences à proximité de Cadarache. En effet, comme l’essentiel de ses composants de haute technologie sont produits aux antipodes avant d’être acheminés par bateau, ITER est en quelque sorte un centre de recherche hors sol, littéralement coupé de son environnement immédiat. Si bien que les milliards investis jusqu’ici ont profité à des entreprises de haute technologie américaines, russes, indiennes, chinoises, japonaises et coréennes ne trouvant aucun intérêt à s’implanter dans les Bouches-du-Rhône, mais pas aux entreprises françaises et européennes, exclues de fait de l’essentiel des contrats…

Pourtant, dès l’origine, les experts soulignaient qu’au plan économique et social, le véritable enjeu d’ITER résidait dans la capacité à inciter d’autres entreprises du secteur à s’implanter à proximité, comme ce fut par exemple le cas pour les industries aéronautiques à Toulouse. Dans une étude de 2004, l’économiste Maurice Catin, directeur du Centre de Recherche en Economie Régionale et Industrielle (CRERI) estimait que l’impact de la construction du réacteur et du fonctionnement du pôle de recherche associé sur l’emploi étaient majorés par les promoteurs du projets et peu importants, même à l’échelle départementale… Et il conseillait de « mettre l’accent sur les effets d’entraînement technologique et le rôle attracteur que ITER peut procurer à terme pouvant faire émerger dans la région un véritable système scientifico-industriel local dans la lignée des expériences de la Silicon Valley ou simplement de Grenoble ou Toulouse, et qui pourrait être un des ressorts majeurs du développement de la région ».

C’est précisément cet objectif stratégique qui a été réduit à néant par les règles de fonctionnement d’ITER et les concessions consenties par le gouvernement français et, à sa suite, par les instances de l’Union européenne. Il convient en effet de souligner l’absurdité de la position du gouvernement français d’alors, faisant d’immenses concessions pour obtenir une implantation dont l’intérêt était justement réduit à néant par ces mêmes concessions… Reste maintenant une question : le gouvernement actuel (et ses partenaires européens) aura-t-il le courage de sortir de ce piège ou va-t-il le laisser perdurer ? Financer un tel projet doit s’assortir de solides compensations. Les retombées doivent s’inscrire dans une politique industrielle globale. Les entreprises françaises de haute technologie auraient du profiter davantage des contrats d’ITER ce qui aurait eu pour effet de les booster sur beaucoup d’autres marchés. Alors que faire ? Il y a quelques jours, le 31 aout, aux Universités du MEDEF Arnaud Montebourg Ministre du redressement productif faisait un discours sur le thème du patriotisme économique. Espérons que cette formule ne soit pas une énième gesticulation politique mais qu’elle se traduise concrètement sur le terrain. Sur le dossier ITER, peut être qu’une mobilisation des acteurs publics français pour défendre les entreprises tricolores pourrait infléchir ce bilan peu brillant. Alors que le cap des 3 millions de chômeurs vient d’être franchi dans notre pays, une chose est sûre : chaque euro dépensé par la puissance publique sera examiné à l’aune de son impact en terme économique et social !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
ITER : coûteux pour la France mais rentable pour les entreprises étrangères ?
30 septembre 2012 - 13h30

Bonjour etant au coeur du sujet il serait aussi interressant de regarder l attribution des marchés btp...
beaucoup d entreprises locales esperent avoir des chantiers et au contraire de cela des sous traitants espagnol polonais roumains leurs prennent des marchés en sous evaluants les couts de l ordre de - 40%.....pour exemple une tranchz de travaux estimée aux alentour de 10mllions d euros par les deux grands groupes francais leader du btp est en passe d etre gagner par une societe espagnole qui propose 4millions d euros....cherchez l erreur






Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite