Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

NON à Bolkestein, NON à la constitution

de : PCF
jeudi 17 mars 2005 - 21h37 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 12.6 ko

José Barroso, président de la Commission européenne a défendu le principe selon lequel une entreprise pourra exercer ses activités partout en Europe, en restant soumise aux réglementations du pays où elle est établie.

« Nous n’abandonnerons pas le principe du pays d’origine », a affirmé le commissaire européen José Barroso au sujet de la directive sur les services, ou « directive Bolkestein » du nom de son auteur, l’ancien commissaire européen au Marché intérieur de la Commission que présidait Romano Prodi.

Seillière, Bolkestein même combat

Ce texte, qui vise à doper le marché des services transfrontaliers au sein de l’Union européenne s’articule autour du « principe du pays d’origine » selon lequel une entreprise pourrait exercer ses activités partout en Europe, en restant soumise aux réglementations du pays où elle est établie (lieu du siège social). S’il fallait en définir les effets les plus certains ils seraient :
 dumping social
 concurrence acharnée des salariés et des entreprises
 et au bout du compte harmonisation des salaires et des droits sociaux par le bas.

Quand vous entendez Ernest Antoine Seillière, président du Medef et postulant au poste de président du patronat européen, vitupérer contre le Smic trop élevé ou contre les augmentations des salaires ou contre le droit du travail « affreusement tatillon » en France n’entendez vous pas Bolkestein ? Ou plutôt Bolkestein, n’est-ce pas la voix des patrons européens, comme Raffarin chez nous est la voix du Medef.

Il faut dire la vérité

Ce texte, approuvé par Michel Barnier alors commissaire européen sous la présidence Prodi comme par le socialiste Pascal Lamy serait devenu à quelques semaines du référendum, la boule dans le jeu de quilles des arguments bien rangés en faveur du oui.

 Ainsi, la droite feint de découvrir les effets catastrophiques de la directive,
 Quant au Ps, il fait flèche de tout bois pour tenter de prouver que directive Bolkestein et projet de traité constitutionnel, « ça n’a rien à voir ».

La réalité est tout autre.

Ce qui caractérise cette directive que la Commission veut à toute force maintenir, c’est précisément qu’elle découle de l’acte unique européen et du traité de Maastricht qui établissent quatre obligations fondamentales pour l’Europe que reprend mot à mot le projet de traité constitutionnel :

Article 1-4 « la libre circulation des personnes, des services, des marchandises et des capitaux ainsi que la liberté d’établissement sont garanties par l’Union et à l’intérieur de celle-ci conformément à la constitution ». La Directive Bolkestein stipule : « la présente directive établit les dispositions générales permettant de faciliter la liberté d’établissement des prestataires de services ainsi que la libre circulation des services ».

Les articles III-137 et 138 de la constitution consacrent cette « liberté d’établissement ».

Et l’article 147 énonce que « la loi cadre européenne (ce à quoi est destinée la directive Bolkestein ) établit les mesures pour réaliser la libéralisation d’un service déterminé ».

Quant à l’article 148, il demande que « Les Etats membres s’efforcent de procéder à la libéralisation des services au-delà de la mesure qui est obligatoire en vertu de la loi-cadre européenne, adoptée en application de l’article 147 ».

Prenons le principe central que pose la directive Bolkestein et que confirme le président de la commission Barroso : « Nous n’abandonnerons pas le principe du pays d’origine », ce principe est conforme à l’article 144 de la constitution qui en fait une règle cardinale puisque « les restrictions à la libre prestation des services à l’intérieur de l’Union sont interdites ».

Il n’est pas trop tard pour faire barrage à cette logique destructrice.

Si on veut se débarrasser définitivement de la directive Bolkestein et éviter qu’elle ne réapparaisse au mois de juin 2005, il y a une solution efficace : utiliser le vote « non » le 29 mai. C’est le moyen le plus sûr de dresser un barrage antilibéral et de jeter les bases d’un traité social, incluant une directive pour un grand service public européen.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite