Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

POUR LES DROITS SOCIAUX NON A LA CONSTITUTION EUROPEENNE

de : CGT-E
lundi 21 mars 2005 - 00h31 - Signaler aux modérateurs

NON au traité de constitution !

Texte traduit de l’espagnol, journal Rojo y Negro, transmis pour information par Jean Luc.

Avec la CGT-E de part notre lutte pour une société établie sur des relations de justice, de solidarité, d’autogestion et d’égalité nous nous affrontons régulièrement à l’Etat et au Capitalisme, qui engendrent des lois qui flexibilisent le marché du travail, précarisent le quotidien et la vie de plus en plus de personnes, détruisent le Service Public, menaçent le tissu social et tout cela au nom du Marché.

Ajourd’hui, la CGT-E dit non aux diktats du marché. Nous n’acceptons, ni ne signons les élucubrations (expédients) de Régulation de l’Emploi, les dégraissages « sans traumatismes » qui bientôt peupleront le monde du travail de jeunes précaires ; nous nous opposons aux délocalisations du capital, tant intérieur, que les délocalisations directes et la cession en contrats et sous-contrats comme ceux qui relèvent du Code du Travail de pays sans niveau à minimum de protection sociale.

La CGT E s’oppose aux réformes du travail et aux pactes sociaux (que signent habituellement l’UGT, les CCOO,et le patronat) parce qu’ils sont uniquement favorables à la compététivité du Marché Unique que consacre la Constitution Européenne.

La CGT E déclare un « NON » définitif à la « Constitution Européenne ». Ce rejet se doît d’être visible dans les centres du travail (ANPE espagnole), dans les rues et touts lieux possibles, incluant le « NON » - que nous désirons massivement ­ à propos du référendum proposé par le gouvernement au 20 février 2005.

Depuis la CGT E dénonce le « OUI » médiatique prôné par le patronat, les CCOO, l’UGT et la majorité des partis politiques qui tentent d’omettre sans argument ce que nous défendons dans l’oppositon active à la «  Constitution Européenne ».

La CGT E, en conséquence, défend les droits sociaux, de tous : salariés ou non et pour toutes ces personnes nous disons « NON » à la Constitution Européenne.

Nous sommes face à face à une « Constitution Européenne » qui garantie le marché unique européen, dernière étape d’une chaine de traités qui sont conformisés à l’actuelle Europe dédiés au capital.

En 1993 le traité de Maastrich établissait les règles pour l’implantation totale de la monnaie unique dès 2002. La convergence européenne consista dans la stabilité des prix, les types d’intérêts et la parité de la monnaie. C’est le marché unique européen.

En 1997 le traité d’Amsterdam et le Pacte pour la stabilité et croissance, refusèrent le marché unique (déficits publics à moins de 3% du PIB) et établirent des accords de coopérations policières, douanières, frontières, politiques d’immigration, etc...

En 1999, il est crée la Banque Centrale Européenne et le système des banques Centrales Européennes, en totale autonomie et sans aucun contrôle démocratique.

Le mal-être social et les différences locales s’amplifient avec l’entrée, dans l’Union Européenne des 10 derniers pays (auparavant pays de l’est). Les obligations de fléxibiliser le marché du travail, de mettre en place des reconversions industrielles et aussi de moderniser les Services Publics, revient à dire, réduction de main d’oeuvre, privatisations, et, réformes fiscales qui comportent quelques « petits frais » sociaux.

Le traité de « Constitution Européenne » règlemente les politiques et les fondements de l’Union Européenne, est dédié à plus des 2 tiers de son fonctionnement au marché intérieur, à la politique économique et financière, à la sécurité et défense commune.

La Constitution Européenne oblige les Etats membres à légiférer de façon unanime pour garantir la sécurité et la confiance des grands investisseurs et multinationales, auxquels il est offert un marché de 450 millions d’euros et quelques règles de jeu qui auront de graves conséquences sociales, jusqu’à imposer la réduction généralisée du coût du travail (augmentation du temps de travail journalier et de la précarisation), de même que le rappel des coûts sociaux (pensions ­ chômage).

La « Constitution Européenne » ne reconnaît pas le droit aux Services Publics fondamentaux : retraites, santé, chômage, dépendance vieillessee et handicap, éducation, propriété intellectuelle, patente commerciale, eau, politiques contre la pauvreté et l’exclusion, etc...

L’accord sur le commerce des services (AGCS) et la directive Bolkenstein promeuvent la privatisation et la commercialisation de tous les Services Publics.

La « Constitution » considère que des millions de personnes (immigrants) ne peuvent-être citoyennes, et, de plus sans droit, finalisant en tant que politique commune la gestion des flux migratioires, blindant leurs frontières et supervisant la régularisation de la main d’oeuvre étrangère aux nécessités de l’économie.

La « Constitution Européenne » ne garantie pas aux femmes le droit de décider de leur vie. (relations afffectives, capacités de reproduction,droit à vivre sans violence) et invisibilité du travail domestique, fait généralement par les femmes.

La « Constitution » consacre la compétivité comme unique et absolu objectif, sans reconnaître les nécessités et les droits sociaux des personnes.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite