Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le destin inespéré des "miraculés" de Mai 68

de : Luc Bronner samedi 2 avril 2005 - 12h39 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 67.7 ko

de Luc Bronner

On savait que Mai 68 avait durablement marqué la vie politique et intellectuelle nationale. On savait qu’il avait fait évoluer en profondeur la société française. Mais on ne savait pas qu’il avait permis à une génération de jeunes, candidats au baccalauréat cette année-là, d’accéder assez miraculeusement à l’Université et de profiter d’une ascension sociale exceptionnelle. On imaginait encore moins que cet épisode de l’histoire conduirait leurs enfants à mieux réussir à l’école.

Une note rédigée par les économistes Eric Maurin et Sandra McNally sur "les bénéfices de long terme de 1968" démontre que la simplification et la désorganisation des examens après la crise ont permis à un nombre important de jeunes d’intégrer l’Université, alors qu’ils n’y seraient jamais parvenus dans des conditions normales. Ces miraculés de Mai ont eu une carrière professionnelle et des revenus largement supérieurs à ce qu’ils pouvaient attendre. Et, près de quarante ans plus tard, il apparaît que leurs enfants ont moins redoublé à l’école.

"EXPÉRIENCE DE LABORATOIRE"

La note, qui doit être publiée début avril par La République des idées (www.repid.com), un club de pensée présidé par Pierre Rosanvallon et Olivier Mongin, traite une thématique rarement abordée à propos de Mai 68. Une des conséquences immédiates de la crise fut, en effet, l’organisation d’examens "allégés", beaucoup moins sélectifs. A la demande des lycéens, inquiets à l’idée d’être pénalisés par leur engagement, le baccalauréat fut réduit à de simples épreuves orales. La conséquence est connue : le "bac 68" s’est caractérisé par un taux de réussite supérieur de 30 % aux sessions précédentes et à celles qui ont suivi.

Cet épisode de l’histoire peut apparaître anecdotique. Mais il fournit aux économistes le cadre d’une expérience "grandeur nature" sur un sujet éminemment politique : quels sont les effets sur la société de l’ouverture, en l’occurrence accidentelle, de l’enseignement supérieur ?

"La désorganisation des examens en Mai 1968 s’apparente à une expérience de laboratoire permettant d’évaluer les effets d’une formation universitaire pour les personnes qui, en temps ordinaire, seraient restées aux portes de l’Université", expliquent les économistes Eric Maurin, de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), et Sandra McNally, de la London School of Economics.

A travers une analyse économétrique très détaillée, les deux chercheurs constatent que le "relâchement" des procédures d’examen après Mai 68 a surtout bénéficié à des élèves issus des classes moyennes. A l’époque, ceux-ci n’avaient statistiquement que peu de chances d’obtenir un diplôme largement réservé aux classes favorisées et pratiquement interdit aux jeunes issus de milieux populaires. L’assouplissement des conditions d’examen leur a permis d’accéder à l’Université.

Ces chanceux du mois de mai ont ensuite obtenu des diplômes de l’enseignement supérieur. "Lorsqu’on suit ces "élus dans le temps, on s’aperçoit que cette opportunité s’est traduite, des années plus tard, par un surcroît de salaire et de réussite professionnelle par rapport aux étudiants qui, nés un an plus tôt ou un an plus tard, n’avaient pas eu la chance de se trouver au bon endroit du système éducatif au bon moment de son histoire", écrivent les deux auteurs.

Etudiant en particulier le devenir des générations nées en 1948 et 1949, c’est-à-dire les élèves qui avaient 20 ans et 19 ans en 1968, Eric Maurin et Sandra McNally chiffrent précisément le gain obtenu. Ils constatent, en s’appuyant sur les enquêtes emploi réalisées par l’Insee dans les années 1990, que "chaque année supplémentaire passée à l’Université a eu pour effet causal d’augmenter le salaire d’environ 14 %". Dans le même temps, la probabilité de devenir cadre s’est accrue de 10 % par année d’études validée. Les deux auteurs parlent de "destin économique et social inespéré" pour ces jeunes passés à travers les mailles de la sélection habituelle.

"COBAYES HEUREUX"

Plus étonnant, la note montre que le bénéfice acquis a été transmis aux enfants. Les auteurs se sont penchés sur le niveau scolaire des élèves dont les pères ont passé leur baccalauréat en 1968 et l’ont comparé avec celui des enfants des générations précédentes et suivantes. Conclusion : les fils et filles des bacheliers de Mai 68 ont beaucoup moins redoublé que leurs camarades des autres années.

Ils estiment que chaque année de formation supérieure suivie par les pères se traduit mécaniquement par une diminution de 30 % du risque de redoublement pour les enfants, un résultat bien supérieur à des études antérieures. Cette constatation autorise les auteurs à parler de transmission du "capital humain" entre les générations.

Les économistes tirent de leur étude une analyse plus générale. "Le fait que cet impact soit aussi particulièrement élevé et persistant à travers les générations est un argument de poids pour ceux qui aujourd’hui militent pour une expansion nouvelle de notre enseignement supérieur", affirment Eric Maurin et Sandra McNally. "Au fond, une des leçons les moins repérées de Mai 68 se trouverait dans la réussite aussi formidable qu’accidentelle d’une émancipation par la formation supérieure", ajoute Thierry Pech, secrétaire général de La République des idées, qui commence, avec cette note, la publication gratuite de documents sur Internet et s’apprête à lancer, sur abonnement, une revue mensuelle d’information sur les débats intellectuels internationaux (La Vie des idées).

Quarante ans plus tard, on en revient aux sources du mouvement de Mai 68, qui portait d’abord sur la place de l’Université dans la société.

"L’histoire sociale des "élus de Mai donnerait ainsi raison à tous ceux qui, révolutionnaires alors, pensaient que l’Université ne devait pas s’adapter à la société, mais la transformer. Ceux-là auront été, pour une part, les cobayes heureux de leurs propres idées", ajoute M. Pech, pour qui l’analyse démontre l’efficacité d’un "supplément de formation" du point de vue de la "justice sociale" et de la "performance économique". Vive la révolution !


Eric Maurin, 42 ans, est directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Elève à Polytechnique et à l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique (Ensae), il a fait l’essentiel de sa carrière à l’Insee, jusqu’à son arrivée, en 2004, à l’EHESS. Economiste, il aborde les questions de société à partir de statistiques inédites. Son dernier ouvrage, Le Ghetto français (La République des idées/Le Seuil, 2004, 96 p., 10,50 euros), décrit les mécanismes de ségrégation en France.

Sandra McNally, 32 ans, est économiste au Centre for Economic Performance à la London School of Economics (Londres) et coordonnatrice du Centre for the Economics of Education. Elle est l’auteur de nombreux articles, dont plusieurs sur les politiques éducatives de Tony Blair.


Dans leur note sur "les bénéfices de long terme de 1968", Eric Maurin et Sandra McNally utilisent une méthode scientifique originale. Dans les sciences sociales, en effet, il est impossible de procéder à des expériences, comme le font les chercheurs en "sciences dures". Pour dépasser cette difficulté, les économistes cherchent des "expériences naturelles" qui permettent d’étudier l’effet d’une variable sur la société.

Eric Maurin et Sandra McNally se sont intéressés aux conséquences d’une plus grande ouverture de l’Université du fait de l’allégement des examens après Mai 68. Pour cela, ils ont étudié le parcours des personnes ayant passé le baccalauréat en 1968 à travers les enquêtes emploi de l’Insee réalisées entre 1990 et 1999. La réussite scolaire de leurs enfants à l’âge de 15 ans a été étudiée à partir des enquêtes emploi entre 1990 et 2001.


http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Le destin inespéré des "miraculés" de Mai 68
27 mai 2005 - 19h15

Cet article est une belle connerie ! J’ai passé mon bac en 1969, et je l’ai obtenu avec une minuscule mention ASSEZ BIEN. Puis, je ne suis jamais entré dans une université. Rappelez-vous l’époque... Les rêves de Révolution dans un contexte d’encore grande prospérité économique. Personnellement, je suis allé jusqu’en Inde, au Népal, plus précisément, en stop, avec 300$ U.S. en poche, pour payer les visas. Et ces voyages nous prenaient en moyenne cinq semaines pour rejoindre KATHMANDOU ou GOA, au départ de ROME. Entre 1969 et 1976, je "faisais la route". Puis, lassé de ne plus croiser quiconque qui ait entendu parler de KEROUAC, d’Alan GINSBERG ( que j’eus le bonheur de rencontrer ) et des autres, je passais à une aventure différente. Ouvrier d’usine, je rentrais comme Maître Auxiliaire à l’Education Nationale, grâce à mon bac. Puis, par le biais de concours internes, je finis par être aujourd’hui instituteur.

Ceux qui étaient alors à l’université travaillaient durement, quelque "bradé" qu’ait pu être le baccalauréat qui leur avait permis d’y accéder. Les diplômes qui suivaient n’étaient pas offerts. Il est donc tout à fait légitime que celles et ceux qui étudièrent alors, soient parvenus à accéder à une situation professionnelle satisfaisante. Je ne comprends pas vraiment le sens de votre article. Je vais cependant le relire lentement.

A vous, François VECHART.



> Le destin inespéré des "miraculés" de Mai 68
28 mai 2005 - 07h16

...le "bac 68" s’est caractérisé par un taux de réussite supérieur de 30 % aux sessions précédentes et à celles qui ont suivi...” Tiens donc : on inclut là-dedans les résultats du bac d’aujourd’hui ? En cas d’erreur de ces savants messieurs, c’est tout leur l’article qui se trouve invalidé.



En mai 68 il y eut 99% de reçus aux examens !
22 mars 2006 - 22h01 - Posté par

En mai 68 il y eut 99% de reçus aux examens !





FORGES SBFM⚡FDB
mercredi 21 - 12h11
de : de Pierre Le Ménahes
Le Ménilmontant FC 1871 et la Commune de Paris
mercredi 21 - 11h46
de : Par le FC Sankt Pauli
Saccage des Jardins de l’Engrenage : des CRS et des bulldozers contre des arbres fruitiers et des plants de tomates
mercredi 21 - 11h34
de : jean1
Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
4 commentaires
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite