Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Addio Berlinguer


de : Philippe Marlière
vendredi 13 juin 2014 - 12h53 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Nous sommes à Padoue, le 7 juin 1984, au terme de la campagne pour l’élection européenne. L’orateur parle à la tribune derrière un pupitre orné de l’insigne du Parti communiste italien (PCI). Il transpire, enlève de temps à autre ses lunettes, les replace sur son visage dans un geste mécanique. Il sort un mouchoir de sa poche, s’éponge le front, puis le porte à la bouche.

Les dernières paroles

La salle est dans l’obscurité. On devine qu’il y règne une chaleur suffocante. Soudain, le débit de la parole ralentit, la voix devient sourde, l’orateur trébuche sur les mots, penche la tête. La foule s’affole. Un homme crie des mots d’encouragement. Les officiels qui entourent l’intervenant sur scène s’approchent de lui dans un geste de défense instinctif.

L’homme, la soixante, porte de larges lunettes. Il reprend son discours, l’air sonné. Le public s’agite et intervient : « Basta, Enrico ! » ; « C’est tout, arrête ! ». Puis tous en cœur, ils scandent : « En-ri-co ! En-ri-co ! En-ri-co ! » Le groupe vient au secours de son leader, lui donne quelques minutes de répit pour qu’il reprenne des forces et ses esprits.

Le leader du PCI esquisse un rictus, boit une gorgée d’eau et achève son discours : « Travaillez tous, de maison en maison, d’usine en usine, de rue en rue en dialoguant avec les citoyens, avec la confiance que vous procure les batailles que nous avons menées, pour les propositions que nous présentons, pour ce que nous avons été et ce que nous sommes, il est possible de conquérir de nouveaux et plus vastes soutiens pour nos listes, pour notre cause, qui est la cause de la paix, de la liberté, du travail, du progrès de notre civilisation ».

Ce sont les dernières paroles publiques prononcées par Enrico Berlinguer, leader du PCI entre 1972 et 1984. Reconduit à son hôtel, il confie se sentir las. Il sombre peu après dans le coma dont il ne sortira plus et décède le 11 juin. Berlinguer a été terrassé par une hémorragie cérébrale qui l’a frappé pendant qu’il prononçait son discours.

Un compromis historique gramscien

Il y a trente ans disparaissait le plus estimé des leaders communistes italiens. Palmiro Togliatti, fondateur du PCI et leader du parti dans l’après-guerre, était surnommé par ses camarades « il migliore » ; Berlinguer était « il più amato ». Il nait le 25 mai 1922 à Sassari en Sardaigne, dans une famille bourgeoise et antifasciste. Il rejoint le PCI en 1943, s’occupe de la Jeunesse communiste sarde, puis son père le présente à Togliatti. Il gravit les échelons du parti : membre du comité central en 1946, député en 1968, il succède à Luigi Longo à la tête du parti en 1972.

Enrico Berlinguer, tout comme Togliatti, était gramscien : il insiste sur la nature originale du communisme occidental, différente du modèle oriental léniniste, puis stalinien. Berlinguer est l’initiateur du mouvement « eurocommuniste » avec les PC français et espagnol à partir de 1975, qui propose un pôle européen sur la base d’un communisme démocratique. Il estime qu’à l’ouest l’État n’est pas tout ; il existe également une société civile dynamique avec laquelle l’État doit composer. Comme Antonio Gramsci, Berlinguer opère une distinction entre la lutte pour le pouvoir politique (la « guerre de mouvement »), longue et parsemée de compromis, et les victoires idéologiques et culturelles au sein de la société capitaliste qui vont permettre la prise du pouvoir (la « guerre de position »). Berlinguer pense que le PCI ne peut prendre le pouvoir avant d’avoir au préalable affirmé son hégémonie idéologique et culturelle dans la société.

En septembre 1978, Berlinguer publie dans Rinascita, l’hebdomadaire théorique du PCI, le premier des trois articles qui vont constituer l’ossature du « compromis historique » qu’il propose aux partis politiques italiens. [1] Marqué par l’échec de la présidence Allende au Chili, Berlinguer estime que le PCI ne pourrait pas gouverner l’Italie avec le soutien de 51% des électeurs. Il ébauche une « alternative démocratique », qui forge une entente entre les forces populaires de tradition communiste, socialiste et catholique. Cette analyse, qui fait débat au sein du PCI, est abandonnée quand Aldo Moro, son interlocuteur et allié démocrate chrétien, est enlevé et assassiné par les Brigades rouges en 1978.

Accusé par certains de vouloir transformer le PCI en parti social-démocrate, Enrico Berlinguer rétorque que son objectif est le dépassement du capitalisme. Il prône une troisième voie entre le socialisme « réel » et la social-démocratie, et réaffirme sa stratégie de « réformes de structures » (anticapitalistes) pour introduire des « éléments de socialisme ».

Ce communisme transalpin, pragmatique et réformiste dans l’action, plaît. Aux élections régionales de 1975, le PCI enregistre 33,40% des voix et aux élections législatives de 1976, il obtient 34,4%, battu de peu par la DCI. Aux élections européennes de 1984 qui ont lieu quelques jours après sa mort, le PCI effectue pour la première et unique fois de son histoire le sorpasso (dépassement) avec 33,33% des voix contre 32,96 à la DCI. Le PCI dirige des régions (Émilie Romagne, Toscane, Ombrie) et au début des années 80, il compte 1,6 millions d’adhérents. Le PCI de Berlinguer est le plus grand parti communiste du monde occidental.

L’adieu à Enrico Berlinguer

La mort de Berlinguer et les adieux au leader communiste constituent l’événement politique-clé dans la gauche italienne de l’après-guerre. On doit au cinéaste Bernardo Bertolucci, proche du PCI, d’avoir filmé l’hommage public et les funérailles de Berlinguer à Rome les 12 et 13 juin 1984. Le documentaire s’intitule L’addio a Enrico Berlinguer. La caméra filme le peuple communiste d’en bas, les petites gens accourus de toutes les régions du pays pour rendre hommage à leur leader. [voir à la fin du billet, l’intégralité de ce documentaire qui débute avec des extraits du dernier discours d’Enrico Berlinguer]

Le réalisateur pose des questions simples et pudiques. Il fait parler les communistes en deuil : enfants, jeunes, vieux, hommes, femmes. Ce sont des visages perdus, sous le choc, écrasés par la tristesse qui se confient. La foule s’amasse devant le siège du parti, via delle Botteghe Oscure. Un Sarde qui a connu le jeune Berlinguer dans la résistance antifasciste confie : « J’ai pleuré deux fois dans ma vie : quand j’ai perdu mon fils et quand j’ai perdu Enrico ». Des hommes tentent de prononcer quelques paroles. L’émotion les étouffe, ils pleurent et se cachent le visage dans un grand mouchoir blanc. Des dizaines de communistes anonymes racontent leur leader, qu’ils ont souvent connu et côtoyé : « Il représentait les ouvriers » ; « un grand homme » ; « j’ai perdu un père » ; « un ami » ; « un homme bon » ; « il partageait les repas avec nous et venait en réunion de section ». Un garagiste membre du parti se souvient : « Il est venu chercher sa voiture au garage. Je lui ai dit, pour toi, c’est gratis, tu es là pour les travailleurs, alors je suis là pour toi ». Une romaine qui vend des légumes sur les marchés : « Il parlait calmement et nous expliquait bien les choses ; ce n’était pas un m’as-tu-vu ». Une femme : « C’est le seul homme politique italien qui se soit intéressé à la cause des femmes ». Un garçon de 7-8 ans lève le poing et dit : « Je serai toujours un communiste ». Un prêtre : « C’était un homme intelligent, de cœur, un altruiste ».

Puis, la foule immense pénètre dans l’immeuble du parti pour saluer le défunt. Le cercueil est gardé par deux rangées de dignitaires du parti. Cette foule, dense, défile toute la journée de manière ininterrompue. Les visages expriment la stupeur. Les personnes font leur adieu à Berlinguer le poing levé, quelques personnes se signent. Yasser Arafat arrive, suivi de Mikhaïl Gorbatchev. Une personne apporte une gerbe de fleurs au nom de Solidarność.

Des dizaines de trains spéciaux sont affrétés de toutes les régions du pays. Rome est communiste ce 13 juin 1984. Les drapeaux rouges tranchent dans le ciel azur. Il fait une chaleur accablante. Le corbillard quitte le siège du parti pour rejoindre Piazza San Giovanni. Trois cortèges différents convergent vers la place. Deux millions de personnes sont dans la rue. Des fanfares jouent des airs funéraires et Bandiera Rossa sur un tempo lent. La foule applaudit à tout rompre, crie « Enrico ! Enrico ! Nous sommes là ! »

La marée humaine Piazza San Giovanni donne le vertige. Nilde Iotti, présidente de la chambre des députés (1979-92) et veuve de Togliatti, fait l’oraison funèbre devant le cercueil. La clameur de la foule ne s’estompe pas, les poings restent levés. Sandro Pertini, le président de la république, est ovationné. C’est un ex-résistant et socialiste héroïque. Il s’approche du cercueil, se recueille, souffle un baiser à Berlinguer, puis à la foule communiste. Enrico Berlinguer est mort, le communisme italien est en sursis.

Les événements vont s’accélérer : sept ans après la mort de Berlinguer, le PCI cesse d’exister, auto-sabordé par Achille Occhetto, son piètre dirigeant. Malgré la chute du Mur de Berlin, l’attachement de millions de femmes et d’hommes à l’identité et au combat communistes était inaltéré. Dans les sections, le projet de changement de nom et de dilution des idéaux communistes était largement mis en minorité. [2] Des dirigeants carriéristes (Occhetto, Napolitano, D’Alema, Veltroni) imposent une social-démocratie tiède, puis blairiste, devenue aujourd’hui, avec le Parti démocrate de Matteo Renzi, une version transalpine du MoDem. Et pourtant, ce peuple communiste existait fièrement ; c’était une communauté organique avec une culture et une identité propres à travers les coopératives, les case del popolo ou encore la festa dell’unità.

Les nouveaux dirigeants du PCI ont abandonné le peuple communiste que Berlinguer comprenait et représentait. [3] Qu’est devenu ce jeune garçon au poing levé qui disait ce 13 juin 1984 : « Je serai toujours un communiste » ?

Notes

[1] Enrico Berlinguer, « Alleanze sociali e schieramenti politici », Rinascita, 12 octobre 1973.

[2] L’historien Fabrice Montebello me signale le documentaire de Nanni Moretti tourné en 1990 : La Cosa (« La chose », nom donné au processus qui devait accoucher d’un nouveau parti, dont on ne connaissait à l’origine ni le nom, ni les caractéristiques). Moretti filme les débats au sein des sections communistes dans les années 1989-91, qui portent sur le changement de nom du parti et la réorientation sociale-démocrate du PCI. On assiste à des discussions politiques sophistiquées. La culture et la réflexion politique de ces militants communistes est impressionnante. L’hostilité générale au projet Occhetto est évidente. http://www.youtube.com/watch?v=eTpQ...

[3] Voir à ce propos le superbe documentaire Il fare politica du journaliste belge Hugues Le Paige qui a interviewé entre 1982 et 2004 plusieurs générations de militants communistes dans la « Toscane rouge ». http://www.youtube.com/watch?v=qru7...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Addio Berlinguer
13 juin 2014 - 17h37 - Posté par Roberto Ferrario

Philippe mais c’est quoi cet article de merde bourré des contrevérités social démocrate des affirmation carrément révisionniste pour trasmormer le personnace en quelqu’un qui ne corrisponde en rient a la réalité que on a vécu en Italie ? Togliatti gramscien le même qui a refusé de libérer Gramsci de la prison le laissant mourir... Togliatti qui a préféré devenir le "burattino" de Moscou voir le petit soldat de Stalin en Italie.... comme occulter la guerre idéologique que Gramsci a fait contre Stalin et donc contre Togliatti.... comme occulter que dans la famille de Berlinguer un certaine Cossiga un de pire réactionnaire dell’histoire italienne recente ete rient d’autre que son cousin... comme proposer positivament le "compromis historique" de Berlinguer occultant la complicité assasine avec la Democragie Cretienne qui se manifesté dans la répression féroce contre le mouvement ouvrier et des étudiants dans le ans de plombe opere par les forces fasciste et d’etat avec la collaboration directe de tout l’apparat berlincuerienne du PCI... Non la tu deconne completament Philippe..... tu fait de la "dietrologie" tu change l’histoire tu la révise pour faire de la propagande pour le réformisme et a la social démocratie de la pense unique des socialistes de Valls....



Addio Berlinguer
13 juin 2014 - 18h12 - Posté par PM

Mais, je ne porte pas de jugement sur le compromis historique et je mentionne en passant le nom de Togliatti sans rien dire de lui. Relis bien, ce n’est pas l’objet de cet article.
Je suis touche par la mort d’un homme, comme les Italiens a l’epoque. D’ou le titre du papier.
Non, Roberto, je rends surtout hommage au peuple communiste italien, et je deplore la destruction par ses dirigeants d’une organisation (certes imparfaite) et une culture unique. C’est ca le coeur de mon article.
C’est evident que le PCI etait dans la pratique devenu social-democrate. Valls est neoliberal et n’a rien a voir a cette tradition.


Addio Berlinguer
15 juin 2014 - 19h51 - Posté par

On a vu avec " l’Eurocommunisme" la validité de la ligne défendue par Berlinguer , cette ligne est encore et toujours critiquée par le PCP (Portugal) un des derniers parti communiste, qui se réclame toujours de la Lutte des classes et de l’Internationalisme.


Addio Berlinguer
16 juin 2014 - 16h09 - Posté par kalos

Berlinguer et le PCI sont morts le jour du compromis historique !!!
Assez d’histoire larmoyante !






Radio praxis : C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 4 - 05h59
de : Hdm
Affaire « Bismuth » : Nicolas Sarkozy est condamné pour corruption
mercredi 3 - 16h03
de : joclaude
La députée irlandaise Claire Daly a décidé de protéger la Russie d’un flot d’accusations ridicules
mercredi 3 - 15h12
de : joclaude
1 commentaire
L’hégémonie culturelle selon Gramsci Par Aurélien Berthier
mercredi 3 - 09h28
de : Roberto Ferrario
« Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »
mardi 2 - 21h24
de : jean1
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
lundi 22 - 18h15
de : Roberto Ferrario
Communiqué CGT : une loi scélérate pour les travailleurs !
lundi 22 - 16h42
de : joclaude
1 commentaire
demandons votre vigilance quant à la véracité de vos sources avant de publier vos articles : la communauté tamoule de Fr
lundi 22 - 13h11
de : TGTE media France
Petite fête du livre de Noir et Rouge
lundi 22 - 12h38
de : Frank
Jérôme Rodrigues Gilet Jaune :la réalité d’une police politique et non de Droit !
dimanche 21 - 17h05
de : joclaude
Covid-19 : Cuba en alerte suite à l’augmentation soutenue des infections 21 Février 2021
dimanche 21 - 15h39
de : nazairien
1 commentaire
En hommage aux héros de l’Affiche Rouge
dimanche 21 - 08h58
de : UJFP
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite