Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Nantes : Période faste pour les expulsions


de : Isabelle Rimbert
vendredi 15 août 2014 - 13h16 - Signaler aux modérateurs

La violente expulsion du squat de la Moutonnerie fin juillet a laissé une centaine de migrants à la rue, pour la plupart des demandeurs d’asile, régularisés ou sans papiers. Sans toit ni ressource, ils se trouvent dans une situation alarmante de détresse et de précarité. Mais cela ne semble pas concerner les pouvoirs publics : pour la préfecture, il est urgent de ne rien faire, avec l’espoir secret que les migrants, chassés de lieux en lieux, vont finir par miraculeusement disparaître du paysage idyllique nantais. Quitte à les y aider un peu par l’acharnement policier.

Face à l’incapacité et l’inhumanité criante de l’Etat, des associations et des militants tentent d’apporter renfort et soutien aux personnes expulsées. Comme dans les locaux du Gasprom* en plein coeur de la ville.

JPEG - 127 ko
Dans les locaux du Gasprom, Nantes.

Milieu de matinée, dans la salle d’accueil du Gasprom. Une salle vitrée, donnant sur la rue : en face, une place vide, un resto fermé, grand soleil et silence d’août.

A l’intérieur, une dizaine de personnes squattent des chaises, des canapés. Certains dorment, d’autres discutent, écoutent la radio ou s’accrochent à leur téléphone portable comme à une balise de détresse. Derrière une table, Evelyne, militante de l’asso collégiale "un toit pour toutes et tous", tape la discussion avec ceux qui passent, autour d’un café.

Au mur, des affiches. L’une d’elles représente la carte de France avec cette phrase : "Terre d’accueil ? Pour que le mythe soit réalité". On en est encore loin, visiblement : "ici, précise Evelyne, il y a des gens d’Afrique du Nord, d’Erythrée, du Soudan, du Tchad. Ils sont sans papier ou demandeurs d’asile. Certains sont sensés être logés en CADA (centre d’accueil de demandeurs d’asile), mais il n’y a actuellement plus aucune proposition, et, après l’expulsion par l’Etat de leur lieu de vie (le squat dit de la Moutonnerie), ils se retrouvent SDF. Pour eux, le quotidien est très compliqué : les structures d’aides sociales sont vite saturées, et les organismes tels que Resto du Coeur ou Croix Rouge ne suffisent pas et les possibilités de logement sont quasi nulles."

Ils survivent à coups de bons valables pour 10 repas, mais dans certains endroits, sans papier, pas de possibilité de manger. Heureusement, même en août, des militants essaient de faire face et de parer à l’urgence.

Résistance et solidarité

"Alf", 49 ans, est bénévole de longue date : il vient au Gasprom depuis 1985. "La période d’été est toujours propice aux expulsions, car il y a moins de militants présents pour réagir. La plupart des migrants ici sont des hommes seuls. Si il y avait des familles, peut être que les autorités bougeraient". Pour lui, l’amélioration de la situation passe par l’action, et par la visibilité. "Des solutions ? Il y a plein de logements vides ici, mais la préfecture préfère laisser les gens dormir dans la rue en espérant les voir disparaître, et la répression et les provocations policières sont constantes. il n’y a aucune perspective. A part la résistance et la solidarité".

La solidarité, pas vraiment le fort de la mairie qui s’est abstenue de soumettre la liste des logements vacants à ses collègues de la préfecture. Les délégations de migrants et de militants reçues par la mairie et la préfecture les 7 et 8 août n’ont obtenu aucune solution pérenne pour la mise à l’abri des expulsés. Concernant la procédure d’expulsion de la Moutonnerie le 30 juillet (il s’agissait d’une ordonnance sur requête), la préfecture a répondu que tout s’était déroulé "dans les normes".

Un point de vue que ne partage pas Me Ferrand, avocat en charge du dossier, joint par téléphone : " il s’agit d’une procédure autoritaire extrêmement brutale. Ils ont utilisé une ordonnance sur requête pour avoir les mains libres. On est à la limite de l’escroquerie au jugement : normalement une ordonnance sur requête n’est possible que si il n’y a pas moyen d’identifier les personnes installées dans le lieu. Or des personnes étaient parfaitement déclarées comme habitantes, et identifiées auprès de la mairie. C’est une décision exécutoire, qui peut donc prendre effet rapidement, sans prévenir personne et c’est ce qui s’est passé : les bulldozers sont arrivés et certaines personnes n’ont même pas eu le temps de récupérer leurs affaires. C’est une procédure de lâches, un classique déjà utilisée à NDDL".

Bereha, 35 ans, fait partie des rares femmes que compte le groupe de migrants. Assise près de la table,elle masse ses chevilles en grimaçant, visiblement épuisée. " Lors de l’expulsion de la Moutonnerie, j’ai pu récupérer quelques affaires, mais ce n’est pas le cas de tous : certains ont perdu le peu qu’ils avaient, et d’autres encore n’ont même pas pu récupérer leurs papiers ! Quand j’ai demandé à la police où aller, ils m’ont répondu "c’est pas notre problème, vous n’avez qu’à rentrer chez vous. Je suis réfugiée politique d’Erythrée. Depuis bientôt deux ans, je suis ici, à la rue. Avec des solutions pour 2 nuits, par-ci, une nuit par-là, proposées par le 115. J’ai un contact au CCAS mais l’assistante sociale est en vacances… J’ai des problèmes de reins, de circulation, je suis vidée physiquement et moralement, car rien ne change. En tant que réfugiée politique, j’ai une carte de séjour, mais le problème, c’est le logement. Ma situation ici n’est pas meilleure qu’au pays. Mais ici les gens parlent beaucoup de démocratie, de droits de l’homme. Où sont-ils ? L’administration nous renvoie d’une structure d’accueil à une autre et puis à la rue. Nous sommes traités comme des animaux. "

"L’autonomie ? L’état français nous la refuse"

David, 32 ans, vient de RDC. "Après l’expulsion de la Moutonnerie, J’ai dormi deux nuits par terre devant la préfecture avec une quarantaine de personnes. Vendredi, à 5h du matin, la police nous a encerclés et nous a dégagés un par un avec contrôle d’identité. Les personnes sans papier ont été embarquées, il y a eu 9 GAV, 2 sont passés en procès lundi dernier pour outrage, et une personne est encore en centre de rétention à Rennes. Moi, je suis arrivé ici en février 2012, j’ai fait une demande de papiers et d’asile qui n’a pas abouti. Je me suis installé au squat du Radisson, jusqu’à sa fermeture en mai. Et depuis l’expulsion de la moutonnerie, c’est encore pire pour trouver où dormir et où manger chaque jour."

Pour lui comme pour les autres migrants, c’est un véritable parcours du combattant. " Mais bon, je garde la pêche et je continue à me battre". Il sourit. "Je suis courageux, polyvalent, je demande simplement d’avoir la possibilité de bosser pour m’en sortir : j’ai vraiment envie de vivre ma vie ici, à Nantes. Mais pas de papiers, pas de droits ! On est bloqué, réduit à l’état de mendiants. L’autonomie ? L’Etat français nous la confisque. Est-ce qu’on a le droit de vivre dans ce monde ou pas ? Non : les frontières et les Etats nous refusent ce droit. On ne veut pas être des assistés, juste avoir une autre alternative que la rue. Beaucoup sont au bout du rouleau. Ce système nous bouffe toute énergie".

Amélie, militante, vient prêter main forte régulièrement : Elle renchérit : "C’est désespérant, car non seulement, aucune solution n’est envisagée par la préfecture et la mairie pour ceux qu’elles ont mis dehors, mais en plus la police et la justice ne cessent de leur mettre des bâtons dans les roues . Et les migrants se heurtent à un mur d’indifférence, quand ce n’est pas à des remarques rabaissantes ou des insultes racistes de la pat des flics. Sur Nantes, pas loin d’une dizaine de squats ont été expulsés depuis le mois de juin, sans parler de ce qui se passe à Calais. Ca expulse à tout-va, un peu plus chaque été. Il faut replacer ça dans le contexte plus général d’une répression accrue..."

Se mobiliser et se battre

Entre deux coups d’oeil à son téléphone mobile, David attrape puis repose un sac en plastique rempli de sandwichs :" j’ai amené ça pour tout le monde, mais j’ai même pas faim". Il bidouille son téléphone qui crache soudain un air de musique enjoué. Son visage s’illumine d’un coup : "C’est de la musique du pays, Congo, Kinshasa ! ". Sur la table, une brochure touristique incongrue attire l’oeil : "Nantes et le littoral : spécial belles villas du bord de mer". Hassan, 40 ans, vient d’Algérie. Il est en France depuis 13 ans, n’a toujours pas de papiers. Bénévole, il passe du temps au Gasprom et propose des traductions arabe-français : "il y a très peu de régularisation pour les migrants, ils n’ont aucun statut. C’est un système global qui est pourri, celui de la CE. La situation ne fait qu’empirer, les gens sont laissés à la rue et crèvent de faim dans l’indifférence générale." Quelle piste envisager dans de telles conditions ? "Il faut que les gens se politisent et revendiquent leurs droits. Seul, on ne peut rien changer, on a besoin d’agir dans la globalité".

Pour Me. Ferrand, "la ville de Nantes participe activement au mouvement général qui consiste à vider les squats et lieux d’accueil pour les migrants. Ca fait partie d’une politique urbaine globale. Les prochains sur la liste sont des lieux culturels cpmme les ateliers artistiques autogérés de Bitche, pour lequel on a obtenu un report de procès au 11 septembre."

Lottie, 30 ans, militante estime que le salut ne peut pas venir seulement de la voie légaliste : "dans le collectif d’asso et de militants impliqués avec les migrants, on voit de plus en plus de personnes qui viennent avec la culture du squat. Quand tu vois que l’Etat attaque et se défausse, qu’il n’y a rien à attendre, que les personnes se font dégager une fois, deux fois, trois fois, tu cherches une alternative. Il y a une nécessité d’asseoir un discours politique fort. Les migrants sont en mode survie. C’est aussi à nous, les assos, les militants, les occupants de squats, à porter politiquement cette question : comment se réaproprier les espaces nécessaires pour ceux qui en ont besoin ?" Pour elle, c’est clair : "Par la réquisition populaire."

Comme elle, plusieurs militants rêvent d’une mobilisation permettant de faire émerger des formes d’autogestion émancipatrices pour les exclus de la belle ville de Nantes. Mais en auront-ils le temps, face aux matraques de la police, aux pelleteuses l’Etat et au rouleau compresseur judiciaire ?

* Gasprom : association de solidarité avec les immigrés.

Source : http://nantes.indymedia.org/article...



Imprimer cet article





Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
lundi 22 - 18h15
de : Roberto Ferrario
Communiqué CGT : une loi scélérate pour les travailleurs !
lundi 22 - 16h42
de : joclaude
1 commentaire
demandons votre vigilance quant à la véracité de vos sources avant de publier vos articles : la communauté tamoule de Fr
lundi 22 - 13h11
de : TGTE media France
Petite fête du livre de Noir et Rouge
lundi 22 - 12h38
de : Frank
Jérôme Rodrigues Gilet Jaune :la réalité d’une police politique et non de Droit !
dimanche 21 - 17h05
de : joclaude
Covid-19 : Cuba en alerte suite à l’augmentation soutenue des infections 21 Février 2021
dimanche 21 - 15h39
de : nazairien
1 commentaire
En hommage aux héros de l’Affiche Rouge
dimanche 21 - 08h58
de : UJFP
2 commentaires
Interpellation de Jérôme Rodrigues - video
samedi 20 - 15h37
de : joclaude
1 commentaire
Pas de licenciement à la Maison pour tous de Pen-ar-Créac’h (Brest)
vendredi 19 - 13h56
de : azard
Stop à la Désinformation des Médias sur les Tamouls de France
vendredi 19 - 13h16
de : Bharathi CCFT
2 commentaires
C’est beau l’Europe ! Après la France, l’Espagne aussi !
vendredi 19 - 11h52
de : joclaude
1 commentaire
Vaccins : effets secondaires détectés !
jeudi 18 - 17h17
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite