Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Tous les livres sur l’école ne racontent pas la même histoire...


dimanche 31 août 2014 - 16h49 - Signaler aux modérateurs

Nous avons le plaisir de vous informer de la sortie du troisième titre de la collection N’Autre école.

JPEG - 5.4 ko

L’École des barricades, c’est, à travers 25 textes qui ont marqué l’histoire de l’école et de sa contestation – de 1814 à 2014 –, la découverte d’une autre pédagogie, engagée et révoltée : une éducation des opprimés pour les opprimés.

Loin des récurrentes querelles sur l’école ou des débats de spécialistes, cet ouvrage nous propose un autre regard sur l’école et esquisse ce que pourrait être, aujourd’hui, une pédagogie subversive et émancipatrice.

Il s’agit, en renvoyant dos-à-dos les tentations réactionnaires et les adaptations du système éducatif à l’air du temps, de tracer des perspectives en pensant à la fois « contre » l’École et pour une autre éducation en mettant les combats et les expériences d’hier et d’aujourd’hui au service des luttes sociales et pédagogiques de demain.

L’École des barricades
Vingt-cinq textes pour une autre école

Collection « N’Autre École »,
Éditions Libertalia, 193 p., 10 €, disponible en librairie à partir du 28 août 2014.
Ou à commandersur le site de la revue

Quatrième de couverture

L’école des barricades
Combats sociaux & pédagogiques (1789 - 2014...)

« L’instruction est comme la liberté, elle ne se donne pas, elle se prend... » (Jacotot).

25 textes, mis en perspective et en contexte, pour explorer deux siècles et demi de réflexions et de pratiques qui tissent les liens entre contestation de l’ordre scolaire et de l’ordre social.

De Charles Fourier à la revue N’Autre école, en passant par Bakounine, Célestin Freinet, les établissements autogérés ou l’insurrection du Chiapas, se lisent les continuités et les ruptures de ces luttes sociales et pédagogiques pour une autre éducation dans une autre société.

Et si cet ouvrage consacre une large place à ces trente dernières années, c’est aussi pour mettre en exergue la permanence et l’actualité de ces combats face aux résignations et aux tentations réactionnaires.

Sommaire :

Introduction : un choix de classe

1 Charles Fourier : éduquer pour un nouveau monde

2 La révolution de Jacotot

3 L’école-atelier de Proudhon

4 Bakounine, l’éducation intégrale et sociale

5 Et la Commune inventa l’école du peuple

6 Fernand Pelloutier : « Instruire pour révolter »

7 Francisco Ferrer : une école de combat

8 Quand les « maîtres » rêvaient aussi de s’émanciper !

9 Albert Thierry et la pédagogie d’action directe

10 Madeleine Vernet : un autre futur social

11 Freinet, un engagement social et syndical

12 Korczak : la pédagogie au jour le jour

13 Helena Radlinska : aux sources de la pédagogie sociale...

14 Espagne 36 : l’école dans la révolution

15 Simone Weil et l’éducation ouvrière

16 La pédagogie institutionnelle : insurrection contre l’institution ?

17 Mai 68 et l’autogestion pédagogique

18 Les collèges et lycées autogérés, oser une autre école ?

19 Les Écoles populaires Kanak

20 L’école des réac-publicains

21 Noëlle De Smet, pédagogique, donc politique !

22 Petites écoles zapatistes : la rébellion éducative

23 Charlotte Nordmann : contre la fabrique de l’impuissance

24 Laurent Ott : chantiers de pédagogie sociale

25 N’Autre école continuer à tracer le chemin en marchant

Conclusion : ce n’est qu’un début...

Introduction de l’ouvrage

Tous les livres sur l’école ne racontent pas la même histoire...

Parce qu’elle est une institution ambiguë, traversée par de nombreuses contradictions – entre domination et émancipation -, l’école est l’objet de multiples controverses et polémiques. La récurrence même de ces débats nous dit déjà peut-être quelque chose de leur stérilité. Une chose en tout cas est à peu près certaine, ils éclairent rarement les pratiques et le quotidien de celles et ceux qui y vivent, souvent confrontés à d’autres défis.
Après vingt années d’enseignement dans des collèges de la région parisienne, toujours en lien avec un engagement pour un syndicalisme de combat et de rupture, la recherche d’une cohérence entre les luttes sociales pour une autre société et l’engagement pédagogique reste, pour moi, une préoccupation fondamentale.
Cette cohérence, qui voit dans le partage des savoirs une forme du partage des richesses, je l’ai recherchée dans le collectif – syndical et pédagogique -, dans les échanges avec les collègues et les militants. J’ai alors découvert qu’elle s’inscrivait dans une histoire – elle aussi collective – dans des réflexions et des expérimentations qui ont traversé l’histoire de l’école, qui est aussi l’histoire de sa contestation. Une histoire populaire, méconnue et marginalisée parce qu’elle s’inscrit dans le combat des dominés contre les dominants.
« L’école des barricades », c’est donc une école « contre », engagée et révoltée contre les inégalités et leur légitimation, contre les dominations et leur perpétuation. Mais c’est aussi une école « pour » : l’émancipation, qu’elle se fixe comme horizon, se conçoit comme une lutte pour se libérer des aliénations et des dominations, celles qui oppriment tout autant les « éduqués » que les « éducateurs ».
« Apprendre toujours, partager ce savoir, soulager la misère et pour cela prêcher la révolution » : en quelques mots, Louise Michel, égérie libertaire mais aussi institutrice de profession, résume cette ambition émancipatrice du mouvement ouvrier révolutionnaire. Culture de soi – mais non « pour soi » – dont Proudhon, l’autodidacte, demeure la figure emblématique ; conviction que l’appropriation et la subversion du savoir – confisqué ou détourné par la classe dominante – est un complément et un prolongement à l’engagement dans les luttes sociales… autant de principes qui appellent l’avènement d’une pédagogie collectivement et individuellement émancipatrice.

C’est ce projet, son histoire et ses réalisations, que j’ai voulu retracer à partir de la présentation d’un certain nombre de textes. Tous expriment, chacun à leur manière, cette espérance d’hommes et de femmes luttant pour « réaliser l’instruction par la révolution et la révolution par l’instruction », selon l’heureuse formule de Maurice Dommanget (1).

Cette exploration des territoires de la pédagogie n’est certes pas inédite. Elle se veut cependant singulière. D’abord dans son projet, qui est de transmettre et de réactiver un héritage, aujourd’hui encore ignoré et masqué et pourtant d’une éclatante actualité. « On ne demande pas à un arbre s’il a du feu » nous avertit un proverbe africain : tant que c’est à l’école elle-même que l’on confiera la tâche de nous raconter son histoire, la richesse des réflexions et des pratiques de celles et ceux qui l’ont contestée resteront dans l’ombre. Ce souci de réactualisation critique se manifeste par le choix de prolonger cette anthologie jusqu’à nos jours : les deux tiers des textes présentés ici ont été rédigés après la Première Guerre mondiale, et une dizaine lors de ces quarante dernières années ; preuve que la lutte pour une pédagogie sociale, égalitaire et émancipatrice n’a r ien perdu de sa pertinence. Les pratiques inspirées de Freinet ou de la pédagogie institutionnelle sont encore aujourd’hui le quotidien de milliers d’élèves. Ailleurs, au Chiapas, dans le sillage de l’insurrection zapatiste de 1994, s’invente une éducation communautaire autogérée. Quant aux étudiants chiliens, au printemps 2013, ils ont défilé pendant plusieurs mois derrière une banderole proclamant : « Nous luttons pour étudier, nous étudions pour lutter ». Cette histoire s’ouvre pourtant au lendemain de la Révolution française, alors qu’émerge progressivement un mouvement ouvrier pour qui la question éducative est tout sauf une affaire de « spécialistes » ou même de « pédagogues ».

Chez Fourier, Proudhon, Bakounine, Pelloutier... l’éducation est d’abord un enjeu révolutionnaire et un engagement militant. Avec la Commune de Paris, première réalisation concrète d’un enseignement publique et laïque, le rêve de bâtir une éducation du peuple par le peuple semble, l’espace d’un printemps, à porter de main... Tous espèrent que l’éducation se mettent enfin au service des opprimés à travers l’avènement de cet enseignement « intégral » (la formule est de Fourier, popularisée par Proudhon et défendue par Bakounine) visant à « cultiver à la fois dans le même individu l’esprit qui conçoit et la main qui exécute. (2) »

Dix ans plus tard, l’instauration de l’École de la République, par les fossoyeurs mêmes de la Commune, en décidera autrement. La diffusion du savoir peut aussi se révéler un instrument de domination redoutable à l’heure où, souligne Fernand Pelloutier, « ce qui manque à l’ouvrier, c’est la science de son malheur » et que le syndicalisme, à travers les Bourses du travail, cherche à « instruire pour révolter. » La question de l’institution scolaire devient a lors centrale : les tentatives libertaires et/ou syndicales de construire une éducation en marge de l’école officielle se soldent, pour diverses raisons, par des échecs. C’est de l’intérieur que les instituteurs révolutionnaires, et parmi eux un certain Célestin Freinet, voudront subvertir cette école « fille et servante du capitalisme » ; ils œuvreront donc pour la révolution en la préparant aussi dans leurs classes...

Voilà ce que l’histoire à l’école ne nous raconte pas. Comme elle ne nous dit pas non plus, y compris dans ses instituts universitaires, que la pédagogie n’est pas seulement l’œuvre de « figures », de « grands noms » mais fut et demeure une aventure collective. La Commune de Paris, la révolution espagnole de 1936, les établissements expérimentaux autogérés ou encore les Écoles populaires Kanak sont là pour en témoigner et occupent une large place dans cette anthologie : « le choix d’une éducation libératrice des classes dominées s’inscrit, bien sûr, dans une histoire collective : ce choix ne peut émerger que parce qu’on développe avec d’autres, et pas seulement des enseignants, l’analyse critique des projets d’éducation et des enjeux de société qu’ils contiennent. (3) »

Cette citation, de Noëlle De Smet est l’occasion de souligner combien les femmes sont les grandes oubliées de l’histoire de la pédagogie. Une mise à l’écart assumée et constitutive de notre système éducatif, si l’on en croit Jules Ferry qui opposait les « grands hommes pédagogues » aux « institutrices restées filles » qui n’ont qu’à se laisser guider par leur nature profonde… une autre réalité de notre école (4) que la présence en ces pages de Madeleine Vernet, Simone Weil, Helena Radlinska, Noëlle De Smet, Charlotte Nordmann mais aussi Louise Michel dont les propos ouvrent cette introduction, entend définitivement dénoncer.

Grégory Chambat

1. Maurice Dommanget, Les Grands socialistes et l’éducation, Armand Colin, 1970.
2. Édouard Vaillant.
3. Noëlle De Smet, Au front des classes, face à la classe, aux côtés des élèves, dans les luttes sociales, Couleur livre et Cgé, coll. L’école au quotidien, 2009.
4. Sur ce sujet, voir « Femmes pédagogues et pédagogues femmes », N’Autre école n° 36, automne 2013.



Imprimer cet article





8 mars : la lutte féministe partout et tout le temps
lundi 8 - 18h34
Les "Guerrilléros en sandales" (Houthis) avec armée Ansarallah du Yemen, font trembler l’empire (vidéos)
lundi 8 - 17h06
de : nazairien
1 commentaire
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 - 15h06
de : Roberto Ferrario
Hommage à Giorgio Forti
dimanche 7 - 10h57
de : UJFP
Message urgent des occupants du théatre de l’Odéon
samedi 6 - 23h51
de : Alain Collet
Les sables radiologiques du désert
samedi 6 - 21h50
de : AIPRI
1 commentaire
Dossier : Penser et lutter avec Rosa Luxemburg
samedi 6 - 21h08
de : contretemps
3 commentaires
Regards sur CUBA, pays des Humbles et Humaniste !
samedi 6 - 10h51
de : joclaude
L’économie « post-covid » : Neuve ou d’occasion ??? – “Le Crime du Garagiste” – Le Casse Banco-centraliste !
vendredi 5 - 16h16
de : Lepotier
3 commentaires
Rojava : la révolution des femmes
jeudi 4 - 20h51
de : jean1
Radio praxis : C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 4 - 05h59
de : Hdm
Affaire « Bismuth » : Nicolas Sarkozy est condamné pour corruption
mercredi 3 - 16h03
de : joclaude
La députée irlandaise Claire Daly a décidé de protéger la Russie d’un flot d’accusations ridicules
mercredi 3 - 15h12
de : joclaude
1 commentaire
L’hégémonie culturelle selon Gramsci Par Aurélien Berthier
mercredi 3 - 09h28
de : Roberto Ferrario
« Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »
mardi 2 - 21h24
de : jean1
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
1 commentaire
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
1 commentaire
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
4 commentaires
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite