Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

On achève bien la SNCF

de : Alain
lundi 15 septembre 2014 - 18h49 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Alors que tous les regards sont tournés vers les pilotes d’Air France, les Français ont un peu trop tendance à oublier le sort réservé à la SNCF par un gouvernement qui se prétend de gauche et la présidence de Guillaume Pepy. Véritable bien national, la SNCF est sacrifiée depuis trop longtemps sur l’autel du libéralisme. La réforme ferroviaire passée en juillet dernier n’est que la dernière pierre d’un édifice libéral qui signe la fin du service public et le début des troubles pour les usagers, oops pardon les consommateurs… !

JPEG - 32.6 ko

L’Union européenne n’aime pas les services publics. Pas assez de concurrence, pas assez de libéralisme ! Toutes les structures de l’économie et de la société doivent être entre les mains du privé et on force à coups de lois et de directives européennes les services publics à s’agenouiller un à un devant la toute puissance du marché. La SNCF ne fait pas exception avec à sa tête un Guillaume Pepy ambitieux qui n’a pour obsession que de plaire au gouvernement. Le gouvernement, lui, fait tout pour plaire aux eurocrates bruxellois qui honnissent les services publics. La boucle est bouclée et la SNCF devient l’objet des attaques déguisées les plus sournoises. La mort de la SNCF est voulue et sera si rien n’arrête le train fou du libéralisme eurocrate.

Le drame de Brétigny n’a-t-il donc servi à rien ? En juillet 2013, sept personnes trouvent la mort dans le déraillement d’un train en gare de Brétigny-sur-Orge. Condoléances et recueillement, mais nulle leçon tirée pour éviter qu’une telle catastrophe ne se reproduise. On le sait, cela a été dénoncé à de multiples reprises, l’accident aurait pu, non, aurait dû être évité. Mais aujourd’hui, la maintenance du réseau n’est pas la priorité de l’équipe dirigeante. Le temps est à la communication et à l’affichage des performances. 210 millions d’euros par an en communication. Voilà de l’argent qui paye grassement des communicants alors qu’il devrait aller intégralement au service des usagers.

La réforme, si elle revient en partie sur la séparation entre la SNCF et RFF (réseau ferré de France) n’est pas une bonne réforme. Elle sert uniquement des objectifs comptables pour cacher la dette. Les usagers ? Qu’ont-ils à voir dans cette histoire s’interrogent la direction de la SNCF et le gouvernement. En 2022 (au plus tard) le marché de la concurrence pour le transport de passagers aura commencé son carnage et les accidents vont grimper en flèche comme cela a été (est) le cas en Grande-Bretagne. Le temps est au « risque calculé ». Que fait-on pour tirer un maximum d’argent en investissant le moins possible ? Quels risques (soi-disant calculés) doit-on prendre pour maximiser les profits ? Philosophie mortifère qui causera une maintenance de moins en moins performante, un je-m’en-foutisme coupable et de nouveaux accidents horribles.

Ils veulent l’argent, et ils l’auront, mais avec des morts sur la conscience. La SNCF est en sursis et c’est l’ensemble des services publics qui sont menacés. Quand un commissaire européen déclare que la réforme du ferroviaire français va dans le bon sens il est certain qu’il ne parle pas de la sécurité et de services rendus au public. Le tout libéral doit triompher même si cela passe par des morts innocents. Le PS aurait-il vraiment perdu toutes ses valeurs fondamentales ? Il faut croire que oui, malheureusement.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
On achève bien la SNCF
15 septembre 2014 - 22h51 - Posté par quelq’un quelque part

Le PS aurait-il vraiment perdu toutes ses valeurs fondamentales ?

ah bah merde il a perdu ses valeurs !

non c’est pas vrai ?

euh au fait, vous savez ce qui s’est passé en juillet 1914

là est la mort définitive des "socialistes" ; le reste n’est que le spectacle donné au peuple pour le divertir







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite