Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
1 commentaire
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La conquête du pouvoir des fascistes en Italie


de : md
vendredi 17 octobre 2014 - 17h56 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Mussolini et la Marche sur Rome

Il existe un mythe largement répandu. Mussolini et les fascistes italiens se seraient emparés du pouvoir en 1922 après que 100 000 chemises noires aient marché sur Rome. La réalité est bien différente.

Au cours de l’année 1922, les squadristi passent du saccage et de l’incendie des permanences socialistes locales à l’occupation par la force de villes entières sans que les autorités ne s’y opposent sérieusement (Fiume en mars, Bologne en mai, Ravenne en juillet, Trente début octobre). Les fascistes offrent l’avantage de nettoyer les villes qu’ils occupent en écrasant les grèves et en réduisant à néant la présence des rouges. Début octobre 1922, les chemises noires ont acquis un tel élan qu’il semble que Rome soit la prochaine à tomber. Le 24 octobre 1922, Mussolini donne l’ordre aux squadristi de converger vers Rome.

Le gouvernement italien est très mal préparé pour faire face à ce défi. Une crise politique profonde frappe l’Italie. Depuis 1919, la droite (1/3 des députés) gouverne sans disposer d’une majorité au Parlement. De plus, elle est traversée par des dissensions internes. Elle doit composer avec le centre (1/3 des députés) qui est représenté par le Parti populaire italien, un parti démocrate-chrétien. Le dernier tiers des députés est socialiste. Les socialistes sont divisés au sujet de la question réforme ou révolution. En 1921, la droite a formé une éphémère coalition avec Mussolini pour disposer d’une majorité parlementaire en se passant des députés du PPI et pour domestiquer les fascistes tout en profitant de leur dynamisme politique. En octobre 1922, le premier ministre est Luigi Facta, un homme de droite modéré. Son gouvernement a perdu la majorité en juillet 1922 et depuis, il se contente d’expédier les affaires courantes en attendant de nouvelles élections législatives.

Dans ce contexte de chaos politique, Facta n’en prit pas moins des mesures énergiques pour contrer la marche des chemises noires sur Rome. La police arrête les trains qui transportent 20 000 squadristi. Toutefois, environ 9 000 d’entre eux réussissent à échapper aux policiers et ils se présentent aux portes de Rome le 28 octobre. Ils sont mal armés, habillés de costumes improvisés, ils manquent d’eau et de nourriture et ils tournent en rond dans la ville sous une pluie battante. « Que ce soit dans l’Histoire ancienne ou contemporaine, il n’y eu pratiquement jamais de tentative pour s’emparer de Rome qui n’échouât aussi lamentablement dès son début » selon les mots de l’historien allemand Martin Broszat.

Facta demande au roi Victor Emmanuel III de signer la loi martiale pour réprimer les 9 000 fascistes présents dans les rue de la capitale. L’Italie est une monarchie parlementaire. Le roi posséde une partie du pouvoir exécutif et il nomme le chef du gouvernement. Le roi refuse de signer la loi martiale, il congédie Facta et il propose le poste de premier ministre au parvenu du jour, Mussolini. Celui-ci n’a pas participé à la Marche sur Rome. Il est resté à Milan pour observer la tournure des évènements. Le futur Duce arrive fièrement à Rome le 30 octobre 1922.

Victor Emmanuel III n’a pas signé la loi martiale car il a craint que les soldats et les policiers ne fraternisent avec les chemises noires. Ensuite, il a proposé le poste de premier minitsre à Mussolini dans l’espoir de mettre un terme à la crise politique. Ses choix sont appuyés par la droite conservatrice qui espére gouverner avec les fascistes tout en les contrôlant.

Finalement, les fascistes ne s’emparent pas du pouvoir en Italie. Ils ont été porté aux pouvoirs par les élites conservatrices. La Marche sur Rome est un gigantesque coup de bluff réussi au point qu’elle est restée « la prise du pouvoir par Mussolini » dans l’imaginiaire d’une grande partie de l’opinion publique. Les complicités des conservateurs

Les fascistes italiens n’ont remporté que 35 sièges sur 535 lors de la seule élection parlementaire libre à laquelle ils ont participé, le 15 mai 1921. À l’inverse, Mussolini n’arrive pas au pouvoir par un coup d’État. Il ne s’empare pas du pouvoir par la force même s’il l’utilise avant d’être au pouvoir dans le but de destabiliser le régime politique existant puis une fois au pouvoir afin de transformer son gouvernement en dicature. Mussolini est invité à occuper le poste de chef du gouvernement par un chef d’État dans l’exercice de ses fonctions, le roi Victor Emmanuel III. Le chemin du pouvoir pour le fascisme est toujours passé par la coopération avec les élites conservatrices.

Une fois que les fascistes ont acquis trop d’importance pour être ignorés, les dirigeants conservateurs doivent décider s’il vaut mieux coopter le fascisme ou prendre les moyens de le marginaliser. En Italie, si quelques préfets ont tenté de réfréner les désordres fascistes, les dirigants nationaux ont préféré tenter de le transformer.

Les complicités conservatrices dans l’arrivée du fascisme au pouvoir en Italie sont de plusieurs ordres. En premier lieu, il y a la tolérance des violences fascistes contre la gauche. Les squadristi de Mussolini auraient été impuissants si la police et l’armée italiennes n’avaient pas fermé les yeux, quand elles ne leur apportaient pas carrément leur aide. Deuxième geste de complicité, le fait d’accorder de la respectabilité au fascisme en l’incluant dans une coalition électorale en mai 1921. Troisièmement, Mussolini reçut une importante assistance financière de la part de hauts fonctionnaires, de dirigeants militaires, de grands propriétaires terriens et de grands industriels.

Ces complicités s’expliquent aisément. Un mouvement fasciste fort offre de préciseuses ressources à une élite ne sachant plus à quel saint se vouer. Il dispose en particulier d’une quantité suffisante de partisans pour permettre aux conservateurs de constituer une majorité parlementaire capable de prendre des décisions vigoureuses, sans avoir besoin de faire appel au soutien inacceptable de la gauche. De plus, il offre des visages nouveaux et plus jeunes à une opinion publique lassée d’un establishment vieillissant. Les fascistes apportent une fontaine de jouvence aux conservateurs. Aussi, ils ont trouvé la formule magique pour détacher les ouvriers du marxisme. Depuis le temps que Marx avait affirmé que les travailleurs n’avaient pas de patrie, les conservateurs avaient été incapables de trouver un moyen de le refuter. Grâce aux fascistes, la nation allait être plus forte que la classe. Pour finir, les fascistes sont un moyen de mettre un terme au climat de désordre économique et social créée par la gauche dans les usines et dans les exploitations agricoles.

Nous avons déjà noté que les fascistes arrivent au pouvoir dans un contexte de crise politique intense. Ils arrivent au pouvoir dans un contexte général de crise post Première guerre mondiale en Italie. Dans cette situation, la gauche révolutionnaire est en croissance rapide. Il est essentiel de rappeler à quel point paraissait réelle, dans l’Italie de 1921-1922, la possibilité d’une révolution communiste. Le pays venait juste de connaître le biennio rosso (les « deux années rouges »), à la suite des élections de novembre 1919 qui avaient vu le PSI tripler son électorat d’avant guerre et obtenir près d’un tiers des sièges au Parlement. L’élection de maires socialistes dans de nombreuses communes s’est accompagnée de grèves et d’une occupation massive des usines et des terres agricoles. En arrière plan se profilait l’exemple de la Russie.

Dans ce contexte général de crise et de perspective d’une révolution communiste, les conservateurs et toute la bourgeoisie tremblent. Les fascistes deviennent un moindre mal pour résoudre la crise et pour éviter le pire. De plus, les conservateurs sont convaincus qu’ils contrôleront les fascistes. Ce blanc-bec de Mussolini, ex-socialiste devenu agitateur, n’aura pas la moindre idée de ce qu’il faudra faire une fois à son poste. Il sera incapable de gouverner sans le savoir faire des dirigeants conservateurs, expérimentés et cultivés.

La révolution fasciste après la prise du pouvoir

Une fois nommé premier ministre, Mussolini ne dispose en principe que de pouvoirs conférés par la constitution au chef de l’exécutif. Ses pouvoirs sont d’autant plus limités qu’il a à gouverner dans le cadre d’une coalition. Mais le chef fasciste ne va pas tarder à transformer cette situation en dictature déclarée. Achever sa mainmise sur le pouvoir, autrement dit transformer un poste quasi constitutionnel en autorité personnelle illimitée, telle est réellement sa « prise du pouvoir ».

La révolution qu’entame Mussolini après son accession au pouvoir est progressive. Pendant près de deux ans, il paraît réconcilié avec l’idée de gouverner comme un premier ministre légitime, dans une coalition où entrent des conservateurs, des libéraux et quelques Popolari.

Cependant, la base de son mouvement veut une « seconde révolution ». À chaque fois que Mussolini donne l’impression de trop se « normaliser », les squadristi ne manquent pas de lui envoyer un message. Ils manifestent à Turin les 18 et 21 décembre 1923 et assassinent 11 personnes. Si Mussolini essaye parfois de réfréner les ardeures belliqueuses de ses partisans, il lui arrive aussi de trouver leur pression utile pour faire passer des lois au Parlement ou pour faire pression sur les italiens lors des élections.

La période de « normalité » prit fin à la suite d’un incident impliquant les chemises noires. Cet incident est l’assassinat de Giacomo Matteoti, l’éloquent secrétaire de l’aile réformiste du PSI. Le 30 mai 1924, Matteoti présente au Parlement des preuves détaillées de corruption et d’actions illégales de la part des fascistes. Dix jours après, le leader socialiste est enlevé dans une rue de Rome. On retrouve son corps quelques semaines plus tard.

Cet assassinat scandalise la plupart des italiens et même certains conservateurs. À partir de là, une forte opposition, menée par le PSI, exige le départ de Mussoloni du poste de premier ministre. Ce dernier riposte en mettant en mouvement ses milices. Celles-ci terrorisent les membres de l’opposition et attaquent les locaux et les journaux des partis politiques qui demandent le départ de Mussolini. La « Révolution fasciste est en marche » et au cours des années 1926-1927, le Parlement, dominé par les fascistes depuis les élections truquées du 6 avril 1924, vote une série de lois pour le défense de l’Etat qui renforcent les pouvoirs de son administration, remplacent les maires élus par des fonctionnaires nommés, soumettent la presse et la radio à la censure, rétablissent la peine de mort, donnent aux syndicats fascistes le monopole de la représentation ouvrière et prononcent la dissolution de tous les partis, sauf le PNF. Au début de l’année 1927, l’Italie est devenu une dictature fasciste appuyée sur un parti unique. La majorité des conservateurs sont toujours là mais on ne leur demande plus que d’acquiescer et ils acquiescent.

Johan Paris

http://www.npa32.fr/spip/spip.php?a...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La conquête du pouvoir des fascistes en Italie
20 octobre 2014 - 14h57 - Posté par BZDC

il est étonnant que pas un mot ne soit dit du Parti communiste d’Italie fondée à Livourne en janvier 1921.

A en croire l’article seul le PSI se serait opposé à la montée du fascisme.
Or le PSI ne pouvait s’opposer à la montée de mussolini. Son indécrottable réformisme, pacifisme et légalisme ne le préparait pas à constituer une opposition efficace contre un mouvement fasciste dont les actions illégales (violences assassinat..) étaient protégees ou minimisées par les forces légales de l’Etat. Les forces legales de l’Etat (police armées administration) étaient déjà contaminées par l’idéologie fasciste et la peur de la révolution.

Reclamer une intervention de l’état bourgeois pour mettre fin aux crimes fascistes étaient donc un non sens et contribuaient de facon particulièrement tragique au renforcement de la confusion des esprits et désarmait le prolétariat italien.

Le fascisme et à la démocratie bourgeoise devait être combattus également par les forces révolutionnaires. Au fascisme et la démocratie ne pouvait s’opposer que les mots d’odre de la révolution communiste , de la dictature du prolétariat et la mobilisation des ouvriers en arme.

Pour lutter efficacement contre le fascisme il ne fallait faire aucune concession à la démocratie parlementaire qui est une autre forme de domination de la bourgeoisie.
Le fascisme et la démocratie en tant que forme de domination bourgeoise se complètent ou se substituent l’une à l’autre suivant les circonstances historiques et
l’intensité de la lutte de classe.

Le fait que la bourgeoisie et une grande partie des forces de droites dans une période révolutionnaire ou de crise sociale de grande ampleur se rallient aux forces paramilitaires fascistes ne doit pas nous surprendre.

Le fait que les forces armées de l’état : polices et militaires (bandes armées du capital pour reprendre engels) au mieux laissent les fascistes réprimer de manière violentes et sanglantes les ouvriers au pire les appuient cela ne doit pas nous surprendre.

L’état aussi démocratique qu’il soit n’incarne pas un appareil "neutre" de Justice (avec un grand J) qui serait au dessus des intérêts de classe.
Il est avant tout un instrument de pouvoir au service des intérêts capitaliste et de protection de l’ordre bourgeois et cela se verifient pleinement dans les époques où les masses laborieuses relèvent la tête et tentent de briser leur oppression.

Le parti communiste d’italie en formation dans une période extremement difficile à tenter en vain de relever le défit fasciste. S’il n’a pu empêcher la victoire du fascisme au moins a-t-il sauver l’honneur révolutionnaire en
1) proclamant haut et fort qu’à la violence fasciste il fallait opposer la violence révolutionnaire des ouvriers en arme,
2)en montrant le rôle actif de l’état bourgeois (démocratie parlementaire) dans la montée du fascisme et
3)en dénoncant la politique de flottement des socialistes, leur réformisme, leur pacifisme, leur légalisme et donc le fait que les réformistes sociaux démocrates représentent toujours un obstacle à la lutte contre le fascisme






Etat Islamique, et comment il passa sous contrôle des USA. !
lundi 12 - 11h24
de : joclaude
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Faibles ou puissants les jugements de cour vous ferons blanc ou noir:J.De La Fontaine
samedi 10 - 10h05
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Fake news chez CNews : Pfizer plus dangereux qu’AstraZeneca ?
vendredi 9 - 17h06
de : joclaude
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
1 commentaire
Vaccin Russe : L’Allemagne entre en liste ! Des "toutous" suivront-ils ?
mercredi 7 - 16h58
de : joclaude
Vaccin Chinois : Une alternative pas chère, stockable et disponible ! Nouveau supplice à l’impéralisme !
mercredi 7 - 16h53
de : joclaude
1 commentaire
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D
Origine du Sars-Cov2 : des fissures dans la muraille de Chine
jeudi 1er - 23h15
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
COVID-19 : la Chine alerte l’OMS pour être émergé d’un laboratoire militaire américain !
jeudi 1er - 21h23
Allocution Macron : Un effort de plus aux soignants pas apprécié !
jeudi 1er - 20h58
de : joclaude
Vaccin CUBAIN : Un pont aérien serait ouvert ?
jeudi 1er - 20h28
de : joclaude
1 commentaire
JEAN-LUC MELENCHON répond à Macron (video du direct sur Youtube)
jeudi 1er - 15h59
de : joclaude
Grains de sable - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 31 - 20h49
de : Hdm
Le virus et le président, interview des auteurs
mardi 30 - 17h14
de : Claude Janvier
Pendant la pandémie, le sacage de l’Hopiltal continu
mardi 30 - 15h06
de : Alain Collet
Réponse à la déclaration de l’EMA sur l’ivermectine pour la Covid-19
mardi 30 - 11h37
de : pierrot
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 - 17h40
de : FRONT POPULAIRE
La Marche pour une vraie Loi Climat
lundi 29 - 16h57
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
1 commentaire
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite