Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

L’élection présidentielle anticipée bouleversera-t-elle la situation en Grèce et en Europe ?

de : Philippe Alcoy mercredi 17 décembre 2014 - 21h04 - Signaler aux modérateurs

Source : http://www.ccr4.org/L-election-pres...

La semaine dernière après l’annonce par le premier ministre grec, Antonis Samaras, de la tenue d’élections présidentielles anticipées, il y a eu un vent de panique sur les marchés. Craignant une déstabilisation politique et l’arrivée de Syriza au pouvoir les investisseurs ont commencé à vendre leurs actifs grecs, ce qui a provoqué une chute de 13% de la bourse d’Athènes en une journée. Cela n’arrivait pas depuis 1987. Mais quels sont les enjeux politiques de cette décision du gouvernement ? Quelles perspectives pour les classes populaires face à une éventuelle arrivée de Syriza au pouvoir ?

Avancer les élections présidentielles pour le 17 décembre alors qu’elles devaient avoir lieu en février est sans doute un pari risqué du premier ministre conservateur grec Antonis Samaras. En effet, pour pouvoir faire élire son candidat, Stavros Dimas (un ancien commissaire européen), il lui faut 180 voix au parlement. Or, la coalition au pouvoir (constituée de Nouvelle Démocratie et le PASOK) ne compte qu’avec une majorité de 155 députés sur 300 que compte le parlement grec. Si au bout de trois tentatives, le parlement se révèle incapable d’élire un président le gouvernement devra appeler à des élections parlementaires dans un laps de moins d’un mois. La date limite est le 29 décembre prochain.

Ce qui affole les marchés et l’UE c’est qu’en cas d’élections parlementaires anticipées, les sondages indiquent que c’est la formation d’Alexis Tsipras qui arriverait en tête.

Pourquoi ce « pari risqué » de Samaras ?

Beaucoup s’interrogent sur les motivations de Samaras pour avancer de deux mois l’élection du nouveau président au parlement. On pourrait déjà signaler la détérioration de la situation politique du gouvernement depuis plusieurs semaines, alimentée par une situation sociale et économique catastrophique pour les classes populaires. Samaras comptait sur l’annonce de la fin de la tutelle de la Troïka pour essayer de gagner un peu de crédit politique face à son principal opposant, Syriza. Or, les leaders de l’UE et du FMI ont estimé que ce n’était pas encore le moment et ont prolongé d’au moins deux mois leur tutelle sur la Grèce.

Il s’agissait d’un revers important pour Nouvelle Démocratie (ND). L’écart entre elle et Syriza risquait de s’élargir davantage. En ce sens, puisque de toutes manières il faudra aller à des élections anticipées, il vaut mieux accélérer le processus avant que Syriza ne prenne trop d’avance.

Mais ce « pari risqué » de Samaras pourrait être aussi un moyen de mettre la pression sur la Troïka. En effet, pour débourser la dernière tranche du paquet d’aide financière à la Grèce, on exige au gouvernement grec d’appliquer une nouvelle vague de mesures d’austérité. Ce à quoi Samaras s’oppose, au moins jusqu’à trouver une certaine stabilité politique pour sa coalition. Brandir la menace de l’arrivée de Syriza au pouvoir peut constituer un atout pour que la Troïka cède et fasse certaines concessions à Samaras. Il pourrait ensuite se présenter comme un homme politique qui garde son « indépendance » vis-à-vis des créanciers du pays.

Des élections anticipées sont-elles inévitables ?

Une question se pose : le candidat à la présidentielle de ND a-t-il des chances d’être élu ? En effet, malgré un nombre de députés insuffisant pour faire élire son candidat, la coalition au pouvoir peut encore espérer récolter le nombre suffisant de voix d’ici le 29 décembre.

Actuellement la coalition au pouvoir compte 155 députés (ND et PASOK) et pour élire son candidat elle a besoin de 180 voix. C’est-à-dire qu’il lui manque 25 voix. Pour faire élire son candidat, Samaras compte sur la pression interne et externe sur un groupe de 24 parlementaires « indépendants » (qui ont rompu soit avec ND soit avec le PASOK). Il pense également pouvoir faire pression sur des députés des « Grecs Indépendants » (ANEL – un parti souverainiste de droite qui a rompu il y a quelques années avec ND en s’opposant à la Troïka).

Mais aussi il exercera une pression sur les députés de DIMAR (la Gauche Démocratique), ancien partenaire de coalition qui est parti au moment de la fermeture abrupte de la TV publique en juin 2013. En effet, exemple supplémentaire d’une caste de politiciens professionnels sans scrupules, beaucoup de députés de DIMAR pourraient être tentés de voter pour le candidat de Samaras car en cas d’élections parlementaires anticipées ils risqueraient de perdre leurs postes. Cependant, la presse affirme que DIMAR serait déjà en négociations avec Syriza.

La Troïka veut imposer son choix !

Politiquement, l’élection du candidat de Samaras signifierait une victoire très importante pour les représentants de « la Troïka intérieure ». Ce serait en effet un moyen d’éviter les élections générales anticipées et une possibilité de tenter de garder le pouvoir au moins jusqu’à 2016 et pouvoir continuer à appliquer les mesures d’austérité exigées par la Troïka.

Les créanciers de la Grèce sont conscients de cela et n’ont pas hésité à se prononcer clairement sur leur choix. Ainsi, Jean-Claude Junker, cet homme corrompu et ami des multinationales qui entendent ne pas payer d’impôts, exprimait sa préférence pour « des visages connus » pour la présidence de la Grèce (en faisant référence au candidat de la coalition au pouvoir qui était commissaire européen). Il a également mis en garde les électeurs contre un « mauvais choix ». Le « socialiste » Pierre Moscovici, dans sa nouvelle fonction de commissaire des affaires économiques de l’UE, a lui aussi apporté son soutien à Samaras.

Samaras semble d’ailleurs n’avoir comme axe de campagne que la menace du « chaos » que représenterait l’arrivée de Syriza au pouvoir. Et ce discours est véhiculé aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Une bonne partie de la presse capitaliste se fait écho de ce discours. Par exemple, The Economist donnait une définition fantaisiste de Syriza et de Tsipras affirmant qu’il s’agit d’une organisation « d’extrême gauche » dirigée par un « populiste radical ». Mais le plus caricatural a été le gérant de Capital Group, John Sporter, qui déclarait que l’arrivée de Tsipras au pouvoir « c’est pire que le communisme »…

Quoi qu’il en soit, ces irruptions de représentants du grand capital dans les affaires internes de la Grèce rappellent l’expulsion par la Troïka du poste de premier ministre de Yorgos Papandréou en 2012 après l’annonce d’un référendum sur les mesures d’austérité.

Syriza, un danger pour le capitalisme ?

Cette attitude alarmiste de la part de Samaras et de ses partenaires internationaux est considérée comme démesurée et est critiquée par d’autres secteurs du grand capital. Ainsi, dans un article du Wall Street Journal on pouvait lire une critique affirmant que « Samaras veut effrayer les électeurs plutôt que de les convaincre ».

Concernant la « dangerosité » de Syriza, le Financial Times lui-même cherchait à la nuancer dans un article du 10 décembre : « la panique récente des marchés est en contradiction avec le fait que Tsipras a modéré sa rhétorique depuis que Syriza est arrivée en tête des élections européennes de mai dernier (…) Il exprime une dévotion pour l’euro et parallèlement son équipe économique organise régulièrement des conférences internationales dans un effort de rassurer les capitaux qu’un gouvernement de gauche serait capable de gérer le problème de la dette et ne s’opposerait pas à l’investissement étranger (…) Des responsables de Syriza ont également des contacts réguliers avec certains oligarques grecs ».

Au-delà du fait que ces journaux expriment les intérêts de certains secteurs du capital qui verraient d’un bon œil un peu de déstabilisation de l’UE, ils avancent des éléments objectifs indéniables. Effectivement, depuis les résultats des élections de mai Syriza a accéléré la modération de son discours adoptant de plus en plus une posture de « parti responsable », capable de gérer de façon « réaliste » l’Etat.

Une remise en cause même très partielle et lointaine du capitalisme est inexistante dans le discours des dirigeants de Syriza. Certes, leurs promesses limitées d’annulation de certaines dettes privées des particuliers, d’embauche de fonctionnaires, d’augmentation du salaire minimum, de renégociation de la dette ont été suffisantes pour épouvanter les marchés. Cependant, il est très clair que ce programme de mesures partielles n’est nullement une menace pour le capitalisme grec ou européen.

Il faudrait ajouter à tout cela que dans le cas d’élections parlementaires anticipées, il n’est pas sûr que Syriza obtienne la majorité absolue, même avec le « bonus » anti-démocratique de 50 parlementaires supplémentaires pour la formation arrivée en tête. Cela obligerait Tsipras à trouver des partenaires. Beaucoup parlent d’une possible collaboration avec des secteurs du PASOK ou d’une nouvelle formation centriste-libérale issue du PASOK, To Potami. De telles alliances ne feraient que tirer davantage Syriza vers une voie de modération.

Notre alternative : la mobilisation indépendante de la classe ouvrière et des masses pour imposer leurs revendications

Il y a beaucoup de spéculations autour d’un éventuel gouvernement de Syriza. Certains parlent d’un désastre total, d’une expulsion de la Grèce de la zone euro ; d’autres pensent que Tsipras saura faire preuve de sagesse et pourra conduire le pays tout en négociant avec les créanciers de la Grèce.

On ne peut pas faire de pronostiques sur la voie concrète qu’un tel gouvernement emprunterait mais ce qui est sûr c’est que les responsables de Syriza ne semblent aucunement disposés à avancer sur la propriété capitaliste et sur les intérêts de l’ensemble de la bourgeoisie nationale et internationale dans le pays pour satisfaire les besoins des exploités et opprimés. Ils semblent encore moins pressés de mobiliser les masses dans les usines, les lieux de travail, dans les lieux d’étude pour imposer leurs revendications.

En ce sens, il est plus que probable qu’un gouvernement Syriza fasse beaucoup de déçus. Et cela pourrait avoir des conséquences néfastes pour l’ensemble des opprimés et exploités. En effet, la faillite d’une organisation réformiste pourrait être profitée par des forces révolutionnaires mais à condition que celles-ci soient très claires dès le début dans leurs prises de position vis-à-vis des réformistes et surtout de leur politique concrète et préparation préalable. Cependant, même si on ne peut pas exclure un rebond de la lutte de classes motivé par les déceptions d’un gouvernement Syriza, aujourd’hui celui qui semble le plus à même de capitaliser les déçus du réformisme c’est le parti néo-nazi Aube Dorée.

C’est pour cela que notre alternative n’est pas le gouvernement de telle ou telle organisation réformiste pour « adoucir » les effets des attaques des capitalistes mais la mobilisation indépendante des travailleurs et travailleuses, alliés à la jeunesse précarisée et aux autres secteurs opprimés par le système dans la perspective de la formation d’un gouvernement de travailleurs. C’est la seule alternative réaliste pour faire payer la crise à la bourgeoisie et satisfaire les besoins sociaux et économiques des classes populaires.

16/12/2014.



Imprimer cet article





1.2.3 JUIN à BAR-LE-DUC contre Cigéo, le nucléaire et la criminalisation de nos luttes !
mercredi 21 - 22h54
de : BureBureinfo
L’œil du tigre.
mercredi 21 - 18h56
Avoir 20 ans en 2021 - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 21 - 16h25
de : Hdm
Déconfinement : Emmanuel Macron nous prépare un été gâché par le Covid-19
mercredi 21 - 15h33
FORGES SBFM⚡FDB
mercredi 21 - 12h11
de : de Pierre Le Ménahes
Le Ménilmontant FC 1871 et la Commune de Paris
mercredi 21 - 11h46
de : Par le FC Sankt Pauli
Saccage des Jardins de l’Engrenage : des CRS et des bulldozers contre des arbres fruitiers et des plants de tomates
mercredi 21 - 11h34
de : jean1
Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
6 commentaires
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite