Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

In Memoriam Simone Iff

de : antoine (Montpellier)
jeudi 1er janvier 2015 - 00h58 - Signaler aux modérateurs

Simone... la dignité à toute épreuve d’une "salope" !

PNG - 33.1 ko

Pas très catholique tout ça...

Il m’est tombé entre les mains (en fait sur l’écran de mon ordinateur) un article de 1971, paru peu après la publication du "Manifeste des 343 salopes", dans un journal catholique (lire ici) qui met en évidence deux lignes force de sa structure argumentative, antagoniques entre elles mais sans que, curieusement, l’une, celle de l’idéologie traditionnaliste sur le rôle de "la" femme, qui est ici ... la matrice de l’orientation défendue, prenne vraiment le dessus sur l’autre, la reconnaissance que le manifeste des 343 salopes ne pouvait être écarté d’un revers de main, rejeté dans les flammes de l’enfer, en somme ne pouvait être diabolisé. Ce duo thématique en tension montre en fait l’impact que ce document en faveur de l’avortement libre a eu, y compris, à leur corps défendant (!), dans certains des milieux les moins disposés à transiger sur l’ordre moral mais qui se retrouvaient en quelque sorte sur la défensive par l’onde de choc du mouvement féministe affirmé en 1968 mais aussi piégés par le contact qu’ils prétendaient conserver avec un vécu des femmes qui "discordait" des dogmes catholiques en matière de sexualité. Cette position en déséquilibre était visiblement à l’oeuvre dans cette "Chronique n° 32 parue initialement dans France Catholique – N° 1273 – 7 mai 1971." et produisait un assez étonnant jeu baroque où (maléfice de la perversité féminine marquant cette époque ?) le Diable flirtait avec le bon Dieu...

Notons, à titre d’exemple, dans ces lignes, l’énormité de la riposte aux "salopes" qui fait le détour par la sexualité des oies (les singes aussi sont convoqués), certes en prenant la précaution de reconnaître que "Ces dames de l’Observateur objecteront sans doute que chacun a sa nature et que celle de l’oie n’est pas forcément celle de la femme. Certes ! rien de plus vrai. " ou encore "L’oie n’est pas l’homme, c’est entendu. Mais il est difficile d’échapper à des rapprochements." Cette méthode par "rapprochement" fera aujourd’hui éclater de rire ou bondir de colère mais c’est surtout la conclusion qui vaut d’être remarquée pour mesurer le défi des mentalités que les 343 relevaient : "Maintenir le lien de la femme avec l’homme hors des périodes fécondes telle est donc la fonction de la sexualité humaine permanente, et non la « libération du ventre ». Cette « libération » n’est qu’un moyen. Le lien constant tissé par elle entre l’homme et la femme intègre l’homme dans le monde familial et l’y attache (on sait que chez de nombreuses espèces le mâle abandonne complètement à la femelle toute fonction familiale). C’est grâce à ce lien, et à la famille qui en découle, que l’espèce humaine a pu traverser les hasards de sa préhistoire."

Pourtant, comme en face à face inconscient, s’élève dans le même texte réactionnaire, cette conclusion si peu péremptoire : "Peut-on impunément pour l’avenir de l’espèce humaine transformer la sexualité de moyen en but ? L’affirmer semble pour le moins téméraire. Là encore, on nous presse au nom d’idéologies scientifiquement controuvées de faire des choix dont les conséquences demeurent inconnues. Sautez, sautez, puisqu’on vous dit qu’il y a un parachute ! Il y est peut-être, Mesdames, mais on préférerait le voir un peu. Les savants, eux, ne l’ont pas trouvé, et vous me permettrez de leur faire, plus qu’à vous, confiance." Eh oui, "il y est peut-être" ce "parachute" métaphorique non pas tant du salut de l’espèce humaine que de celui des femmes par la possibilité d’avorter... Il ne manque pas de sel que ce soit un journal catholique qui finisse par lâcher une telle reconnaissance d’incertitude, certes de biais et enrobée de défiance, dans l’instant même où étaient rameutés un maximum de "preuves" et de certitudes catholico-compatibles pour riposter à ce que Simone Iff et ses camarades venaient de "commettre" !

C’est bien le jour de mettre en évidence que le courage de ces femmes a pu déplacer les montagnes les plus inexpugnables. Simone Iff c’était, c’est cela : le refus de se plier à l’air du temps, la capacité à prendre les risques, à quelques unes, d’être incomprises, avec l’intuition et le pari que leur raison minoritaire se découvrira raison majoritaire ! Leçon qui vaut probablement pour une lutte des femmes qui n’est jamais définitivement gagnée, c’est le moins que l’on puisse dire en ces temps où l’arrogance capitaliste travaille à pulvériser les acquis pour imposer, en faisant des femmes ses première victimes, les chaînes d’inégalités nécessaires à l’établissement de la profitabilité maximale. Mais leçon qui vaut aussi, en refus des conformismes et autolimitations pseudoréalistes, pour enclencher, à quelques uns et quelques unes si nécessaire, le combat de tous, femmes et hommes du peuple unis, pour une société solidaire, libérée de l’exploitation et des oppressions.

A l’évidence le combat de Simone n’était qu’un début, il continue ! Non, Simone Iff n’est pas morte...

A suivre ici

www.npa34.org


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite