Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Erri De luca et le “sabotage” de la ligne Lyon-Turin : la prison contre le droit d’expression ?

de : #IoStoConErri
mardi 27 janvier 2015 - 19h08 - Signaler aux modérateurs

Après avoir appelé à “saboter” le projet de TGV Lyon-Turin, l’écrivain italien doit comparaître en justice. Erri De Luca s’explique sur le sens de ses propos.

L’écrivain italien Erri De Luca comparaît ce mercredi 28 janvier 2015 au tribunal de Turin pour « incitation au sabotage » du projet de construction ferroviaire de la ligne TGV Lyon-Turin. Pour avoir donné une interview, en septembre 2013, au site italien du Huffington Post et déclaré que la ligne à grande vitesse devait être « sabotée », il risque une peine de cinq ans de prison.

On vous accuse d’incitation à un délit, on répète le mot « sabotage » que vous avez exprimé, que répondez-vous aujourd’hui, à l’heure du verdict ? Mais m’incriminer pour des mots que j’ai pu dire, c’est le « sabotage » même de mon droit constitutionnel à la liberté de parole. De « paroles contraires » en particulier. Saboter, dans le sens de vouloir empêcher, entraver, ne se réduit pas au seul sens de dégradation matérielle. C’est un mot qu’on utilise quand un gréviste veut « saboter » la production ou quand une opposition parlementaire veut « saboter » une loi, en faisant obstruction. Ce mot a un sens plus large.

C’est votre liberté de parole qu’on met en cause ? C’est le fait que j’ai, à travers mes livres, un écho public. Et je l’emploie pour donner la parole à ceux qui sont réduits au silence : les sans voix, les détenus, les diffamés, les immigrants qui ne connaissent pas la langue, les communautés qui se battent pour garder leur région.

Comme au Val de Suse où l’on cherche à préserver la santé des habitants et des lieux en s’opposant un chantier inutile et nocif. C’est une lutte légitime pour se défendre contre une agression tragique – le percement d’un tunnel sous les Alpes dans une roche qui contient de l’amiante et un matériau radioactif. Il ne s’agit pas cette fois d’un pont que l’on construit ou que l’on ne construit pas mais d’une vallée qui risque de disparaître. Et il n’y aura pas de vallée de rechange.

Pourquoi cet emballement juridique autour de vous ? Durant ces deux dernières années, le procureur de Turin a incriminé plus de mille personnes autour de la résistance contre la ligne à grande vitesse. Il y a eu accélération de la répression contre un mouvement de masse. Mes mots ont été pris pour cible pour empêcher ce mouvement d’avoir un écho public. Je ne suis pas un porte-parole mais quelqu’un qui écoute les autres et qui partage ensuite. Ce que je dis ici, ce n’est pas simplement une opinion mais une conviction.

“Je défends mon droit à la parole dans ce que j’écris, pas dans une salle de tribunal, où mes mots sont menottés.”

Vous risquez cinq ans de prison et vous dites que vous ne ferez pas appel après la sentence, pourquoi ? Mon droit à la parole, je le défends dans ce que j’écris, pas dans une salle de tribunal, où mes mots sont menottés. Ma défense est à l’extérieur, dans mon pamphlet (La Parole contraire, éditions Gallimard). Je n’ai aucun autre moyen pour agir. J’accepterai la sentence, je n’irai pas dans un autre tribunal qui pourrait être plus favorable, plus juste.

Jamais, en France, je n’aurais été inculpé pour ça. Mais il se passe quelque chose en ce moment, dans toute l’Italie : des groupes s’organisent pour faire des lectures publiques de mon livre. Et c’est la meilleure défense que je puisse offrir. Il y a plus d’une centaine de manifestations de lecteurs. C’est inouï et unique, car jamais on n’a vu un écrivain passant en justice, défendu directement par ses lecteurs.

A côté de ça, ce qui se passera dans cette cour de justice est une formalité pour moi. Et au-delà, il y a les éditeurs étrangers qui traduisent mon livre et le diffusent pour rendre plus difficile le travail de désinformation. Ces mouvements de lecteurs, d’éditeurs qui s’engagent, sont un moment de confrontation entre la liberté de parole contraire et la négation de ce droit.

Avez-vous peur d’être condamné ? Peur ? Non. Je suis assez ancien pour me foutre complètement de passer du temps en prison.

Mais être condamné pour des paroles, pour un délit d’opinion, tout de même ! L’Italie est un pays qui réserve bien des surprises. Un pays corrompu. Mais on va vivre un moment de vraie confrontation entre la liberté de « parole contraire » et la négation de ce droit. C’est, à travers ma condamnation, une manière de réduire la marge de la liberté d’expression. Je n’espère qu’une chose : que l’occupation militaire du Val de Suse soit levée et que l’on comprenne que cette ligne Turin-Lyon est inutile.

Outre le pamphlet intitulé La Parole contraire (chez Gallimard), Erri de Luca vient de publier un nouveau roman, Le Tort du soldat (également chez Gallimard).

http://www.telerama.fr/livre/erri-d...

#NoTAV #IoStoConErri


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite