Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Insulte "bamboula" : pas de sanction pour le policier syndicaliste... (video)

vendredi 10 février 2017 - 12h03 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 7.4 ko

Jeudi soir, un policier syndicaliste a dérapé, sur le plateau de C dans l’air. Il a estimé que l’insulte "bamboula" était "encore à peu près convenable". Il a ensuite présenté ses excuses.

Les propos de Luc Poignant, délégué syndical d’Unité SG Police avaient instauré une forte gêne, sur le plateau de C dans l’air, jeudi. Invité dans l’émission afin de participer à un débat sur les violences policières, une semaine après l’interpellation très violente de Théo à Aulnay-sous-Bois, le policier a dérapé, face à la journaliste Caroline Roux.

Son interlocutrice lui soumet le témoignage d’une jeune femme qui relatait avoir été "traitée de bamboula" et s’être fait "cracher dessus" par les forces de l’ordre. Réponse du syndicaliste : "La version, j’ai la même, je veux rester poli. Parce que les mots ’bamboula’ (...) d’accord cela ne doit pas se dire, cela reste encore à peu près convenable".

"Si on veut renouer les liens, ce n’est certainement pas en s’invectivant"

Contacté par plusieurs médias le soir même, le policier a présenté ses excuses. "Le mot convenable ne convient pas. Le terme de ’bamboula’ est tout aussi condamnable de la part de mes collègues que lorsque nous sommes traités d’enculés de flic. L’un comme l’autre est parfaitement inacceptable", a-t-il déploré auprès de RTL. "Je présente mes plus plates excuses. On regrette à partir du moment où l’on peut blesser des gens. C’était absolument pas mon état d’esprit et ce n’est absolument pas l’état d’esprit de mon syndicat. Si on veut renouer les liens, ce n’est certainement pas en s’invectivant. Bien au contraire", ajoute Luc Poignant.

Jeudi soir, ses propos avaient déclenché la colère de son interlocutrice. "Non !", lui avait rétorqué Caroline Roux, lorsque le policier avait légitimé l’emploi de "bamboula". "Enculé de flic, c’est pas convenable non plus", s’était justifié le syndicaliste. L’intervention de Luc Poignant, invité initialement par C dans l’air pour désamorcer la grogne actuelle contre les violences policières, a été largement critiquée par la suite. La vidéo de 30 secondes a été partagée plus de 13 000 fois en quelques heures.

"Un coup de fatigue"

Egalement contacté par France Info, le délégué Unité SG Police dit "comprendre l’emballement" que ses propos ont provoqué. "Je tentais de démontrer que pour renouer les liens dans ce contexte tendu, il fallait du respect provenant des deux côtés", assure-t-il.

Dans la soirée, le secrétaire général du syndicat, Yves Lefebvre, a indiqué à France Info qu’il condamnait les propos de son collègue, tout en lui apportant son soutien. "Il a eu un mot malheureux, mais je sais qu’il n’est pas raciste. Je vais mettre ses propos sur un coup de fatigue", a-t-il commenté auprès de France Info.

Pas de sanction du syndicat

Le ministre de l’Intérieur a lui aussi fustigé les propos du policier syndicaliste. Dans un communiqué, Bruno Le Roux a insisté sur le fait qu’"en toutes circonstances, l’exemplarité, l’éthique, le respect des personnes et celui des valeurs de la République, doivent guider l’action et le comportement des forces de l’ordre". Il ajoute : "Le lien de confiance entre les Français et les policiers et les gendarmes chargés de les protéger doit reposer sur une exigence absolue de respect mutuel".

L’association SOS Racisme a, elle aussi, diffusé un communiqué, en réaction aux propos de Luc Poignant. Elle dénonce des paroles "intolérables" et "s’assurera que le syndicat Unité SGP Police prenne ses responsabilités de sanction immédiate" contre son auteur. Yves Lefebvre, le secrétaire général du syndicat, a pourtant affirmé qu’aucune sanction ne serait prise à l’encontre de son collègue.

http://www.lexpress.fr/actualite/so...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite