Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Uri Avnery : Portrait d’un Israélien

de : Uri Avnery lundi 27 juin 2005 - 01h41 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 14.3 ko

Ce texte est extrait de l’ouvrage Israël sans sionisme, Uri Avnery (Éditions du Seuil, Paris, 1968, 256 pages) . En 2003, Uri Avnery continue avec le mouvement Gush Shalom - le Bloc de la paix - à lutter pour une paix juste avec les Palestiniens.

de Uri Avnery

Mon nom est un nom biblique. Uri signifie Lumière. Avner ou Abner était le nom d’un maréchal du roi David et c’est un personnage que j’ai toujours aimé. Je ne suis pas né avec ce nom, je me le suis donné à l’âge de dix-huit ans. J’ai changé de nom comme tous ceux qui avaient choisi de vivre en Palestine pour rompre à tout jamais avec le passé. Nous ne voulions plus rien avoir à faire avec la diaspora juive. Nous rejetions le monde de nos parents, leur culture et leur formation. Nous étions un peuple neuf. Une race nouvelle était née le jour où nous avions mis le pied sur le sol de Palestine. Une race d’Hébreux et non pas de Juifs.

Quand mes parents m’emmenèrent en Palestine, j’avais dix ans et la politique me préoccupait déjà. Nous arrivions d’Allemagne où j’avais passé les dix premières années de ma vie. J’avais six ans quand Hitler remporta sa première grande victoire électorale. Depuis ce jour, la montée du nazisme marqua sans arrêt notre vie quotidienne. Je me souviens des interminables parades de chemises brunes et des batailles de rues entre communistes et nazis.

À notre table, la politique avait pris la première place dans les conversations, remplaçant la musique chère à mon père.

Nous appartenions à la grande bourgeoisie aisée. Mon père était banquier. Comme son père avant lui, il était féru de culture grécolatine. Il avait reçu une éducation germanique et toute sa vie il devait conserver un idéalisme d’humaniste allemand.

Mon père était sioniste. Lorsqu’il épousa ma mère, en 1913, l’un de ses amis lui offrit en cadeau de mariage un document prouvant qu’un arbre avait été planté en son nom en terre palestinienne. Mais avant Hitler on ne pensait pas qu’être sioniste impliquait d’aller vivre en Palestine. Le sionisme de mon père était plutôt une marque de son non-conformisme. Dans sa famille, on était pour l’intégration et le sionisme y était exécré. Je le soupçonne de s’être surtout amusé à scandaliser son entourage. Mais son sionisme était aussi une manière pour lui de se solidariser avec la souffrance des Juifs à travers le monde et de prouver sa sympathie aux pionniers, si loin de nous, qui tentaient d’édifier un nouvel État, au Proche- Orient. Et pourtant, c’est le sionisme qui devait nous sauver la vie. Même à présent que je suis devenu non-sioniste, et peut-être même antisioniste, je ne peux pas l’oublier.

J’avais neuf ans quand Hitler prit le pouvoir. La terreur brune se donna libre cours l’année où j’entrai au lycée. J’étais le seul élève juif. Tous les deux jours à peu près, on célébrait une victoire de l’armée allemande. Les élèves devaient se grouper dans le grand hall et entonner des chants patriotiques. Un jour (je crois que c’était celui de la bataille de Belgrade) je ne chantai pas. Je me revois tout petit et solitaire parmi des centaines de garçons allemands qui chantaient l’hymne nazi, le sanglant Horst Wessel. Ils avaient tous le bras levé, je ne les imitai pas. Après la cérémonie, les élèves de ma classe m’avertirent que s’ils me prenaient une fois encore à ne pas lever le bras au cours du nouveau chant allemand « ils me feraient voir... ».

Ils n’en eurent pas l’occasion. Une semaine plus tard, nous quittions l’Allemagne pour toujours.

Je crois que mon père a été l’un des tout premiers Allemands à prendre conscience de ce qui allait se passer. Pour lui l’avertissement était comme écrit sur les murs du jour où les nazis arrivèrent au pouvoir. Peut-être son sionisme l’avait-il éclairé sur la force de l’antisémitisme et sur l’inutilité de tout effort pour le combattre.

C’est ainsi qu’un beau matin de janvier 1933, mon père se rendit à la préfecture de police de Hanovre pour obtenit son permis d’émigration. Les officiers de police s’étonnèrent. « Mais vous êtes allemand, monsieur Ostermann, lui dirent-ils. Vous êtes aussi allemand que nous. Votre famille a toujours vécu en Allemagne. Rien ne peut vous arriver ici. »

Nos amis et nos parents étaient furieux contre mon père. Cette décision était encore un effet de sa bizarrerie. « Vous êtes complètement fou, s’écrièrent-ils. On n’a pas idée de fuir comme ça ! Que peut-il vous arriver ? Nous vivons dans un pays civilisé. Ce Hitler s’agite beaucoup mais il sait bien qu’il n’est rien sans nous. À la rigueur il se débarrassera de quelques Juifs polonais (et ce ne serait pas un mal) mais sans plus. »

Nous, les enfants, nous écoutions ces discours et nous n’avons pas oublié. Mon père était obstiné. Sans pouvoir le prouver, il était sûr d’avoir raison. Il vendit tout ce qu’il possédait et prépara notre départ.

Nous avons vécu nos derniers jours en Allemagne dans une agitation fiévreuse. Mon père soupçonnait l’un de ses associés de nous avoir dénoncés à la Gestapo. Et la famille se sépara, pour passer la frontière sans éveiller de soupçons. Chacun des parents se chargea de deux enfants. J’étais avec ma mère qui perdait sans cesse quelque chose. Quand nous atteignîmes la frontière, les fonctionnaires nazis vérifièrent nos passeports et firent un signe de la main. C’était fini. Le train roulait déjà en territoire français. Pour l’enfant que j’étais, c’était une nuit de grande émotion. Depuis ce jour, la France est restée pour moi un symbole de liberté. J’aime la France. Je l’aimais même quand je constituais un Comité de libération de l’Algérie et que j’appuyais le FLN dans sa lutte contre les Français.

Deux semaines plus tard, nous étions tous réunis sur le pont du bateau et nous regardions se rapprocher les rivages de la Palestine. Pour nous, les enfants, c’était une expérience exaltante. Nous allions aborder à ce monde neuf dont on nous avait tant parlé. Mais je me suis souvent demandé par la suite ce que mes parents avaient pu ressentir à ce moment-là. Quel courage il leur a fallu ! Mon père avait quarante-cinq ans. Il avait toujours connu une vie paisible et voilà qu’encombré d’une femme et de quatre enfants, il se trouvait jeté dans un pays inconnu, face à une existence totalement différente, aux prises avec une langue étrangère qu’il ne réussit jamais à maîtriser.

C’était un pays rude. Le petit capital ramené d’Allemagne fut rapidement englouti dans quelques tentatives malheureuses. Mon père ne voulait pas investir d’argent dans les affaires immobilières du nouveau pays. Il ne voulait pas faire de spéculation ni de commerce. Il ne voulait pas avoir affaire aux banques. La première année écoulée, notre situation se trouva être des plus précaires. Mes parents ouvrirent alors une blanchisserie livrant à domicile. Ils y travaillèrent tous les deux dix heures par jour et ceci pendant dixhuit ans, jusqu’au jour où mon père mourut.

Entre-temps, il avait appris la perte de tous nos amis et parents, disparus au cours des années terribles de l’Holocauste. Plus tard, j’eus l’occasion de suivre le procès d’Eichmann à titre de journaliste. Durant l’interrogatoire, mes pensées allaient vers mon père dont l’intuition nous avait sauvé la vie et je lui en étais profondément reconnaissant.

Je le revois encore sur sa bicyclette, transportant le linge, épuisé mais de bonne humeur, plus heureux qu’il ne le fut jamais dans son fauteuil directorial de Hanovre. C’était un homme vrai.

http://www.france-palestine.org/art...



Imprimer cet article





Avoir 20 ans en 2021 - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 21 - 16h25
de : Hdm
Déconfinement : Emmanuel Macron nous prépare un été gâché par le Covid-19
mercredi 21 - 15h33
FORGES SBFM⚡FDB
mercredi 21 - 12h11
de : de Pierre Le Ménahes
Le Ménilmontant FC 1871 et la Commune de Paris
mercredi 21 - 11h46
de : Par le FC Sankt Pauli
Saccage des Jardins de l’Engrenage : des CRS et des bulldozers contre des arbres fruitiers et des plants de tomates
mercredi 21 - 11h34
de : jean1
Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
4 commentaires
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite