Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le dilemme de Dieterich

de : Numancia Martínez Pog
samedi 7 janvier 2006 - 02h13 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 9.3 ko

de Numancia Martínez Poggi

Durant les années 1990, les militants antiimpérialistes étaient friands des articles publiés par Heinz Dieterich. Quand la confusion emportait les amis, quand la droite la plus réactionnaire s’imposait lourdement, quand l’égoïsme s’emparait des meilleures âmes, une poignée d’intellectuels ont impassiblement maintenu la flamme de l’espoir. Commentant l’évolution de l’Amérique latine avec une érudition précieuse, offrant ses idées à la lutte, Dieterich étaient de ceux-ci. Il demeure un militant, intellectuel, précieux. Ses articles sont toujours aussi éclairants pour les militants soucieux de saisir l’évolution de l’Amérique latine d’aujourd’hui. Dieterich, se tenant à l’écart du verbiage prétendument idéologique, inopportun, souvent encombrant, est cependant doté de la plus classique formation marxiste, politique, philosophique et historique. Les instruments du marxisme, recours indispensable, ne sont jamais loin derrière les éclairages apportés par Dieterich. Défendre la plus large unité du mouvement souverainiste latino-américain, si longtemps attendu, lui paraît cependant le plus important.

Le mouvement souverainiste de l’Amérique latine trouve dans tous les pays les expressions les plus diverses comme il est naturel ; parfois encore à peine embryonnaire, parfois déjà solidement installé comme au Venezuela. Le cas de la Colombie est atypique. La modalité du paramilitarisme, instrument de répression de prédilection de l’oligarchie colombienne, est tellement ancrée dans la culture politique que le président actuel, Alvaro Uribe Vélez, est issu de ses rangs. Le paramilitarisme est au pouvoir en Colombie, le narcoparamilitarisme pour être précis. Les compromissions d’Uribe Vélez dans le narcotrafic sont de notoriété publique. En dehors des para-militaires, les militaires états-uniens sont également présents en Colombie, militaires proprement dits et mercenaires employés par les agences de sécurité spécialisées dans les interventions armées à l’étranger. Trois mercenaires de cette engeance sont d’ailleurs aujourd’hui détenus, prisonniers de guerre, par les Insurgés des FARC-EP.

La gauche non armée, héroïque et tenace, converge aujourd’hui vers la construction de l’espoir unitaire de tout le peuple colombien en résistance. Elle doit déployer des trésors de patience, œuvrer avec la plus grande précision, contourner tous les obstacles pour pouvoir exister légalement. Elle affronte un dispositif répressif multiforme parfaitement rodé : la répression légale détient en prison des dizaines de milliers de militants populaires pacifiques, le plus souvent accusés de rébellion ; la répression illégale, le fléau du paramilitarisme, assassine de façon systématique, et dans la plus totale impunité, des centaines de militants syndicalistes, des leaders étudiants, des leaders paysans, des organisateurs populaires. Les massacres de villages considérés, à tort ou à raison, amicaux envers les Insurgés sont monnaie courante.

C’est dans ce panorama qu’existent les FARC-EP, Forces Armées Révolutionnaires de Colombie, armée du peuple colombien en résistance pour sa souveraineté et pour la justice sociale. Bien des cadres des FARC-EP sont des survivants du génocide dont ont été victimes les militants de l’Union Patriotique (UP), mouvement de gauche non armé. Cas emblématique, Simón Trinidad, bien né, militant inlassable de l’UP, très en vue, qui pour échapper au grand massacre a dû poursuivre à la montagne le combat pour la justice sociale. Devenu guérillero intrépide et discipliné, cadre mesuré et avisé, il participe aux Dialogues FARC-EP-Gouvernement jusqu’en février 2002. Capturé en civil lors d’une mission à Quito, en Equateur, il a été déporté aux Etats-Unis il y a un an par le servile Uribe Vélez. Ce dernier, narco-paramilitaire parfaitement identifié par les services états-uniens, déporte Simón Trinidad -militant anti-impérialiste, civil contraint à la vie de guérillero- sous l’accusation de narcotrafic ! avec bien entendu le soutien enthousiaste des medias dominants. Les FARC-EP appartiennent au Forum de Sao Paolo, regroupant l’ensemble des forces communistes et progressistes de l’Amérique latine. Les FARC-EP sont une véritable armée populaire, elles cohabitent avec le paysannat modeste dont elles sont l’expression politique ; elles sont présentes sur l’ensemble du territoire colombien comme une véritable armée nationale. Malgré toutes les fanfaronnades du président Uribe Vélez la guérilla colombienne est aujourd’hui plus forte qu’il y a trois ans, plus forte que jamais. Les analystes proches de l’oligarchie admettent à l’occasion que les FARC-EP sont invincibles.

Aujourd’hui, dans l’article ‘‘Evo Morales, el socialismo comunitario y el Bloque Regional de Poder’’, Diario Vea et Rebelión, jeudi 5 janvier 2006, Dieterich, fait remarquer que « les commentaires de Fidel concernant les FARC ont été très clairs, tout comme la position du commandant Chávez, lequel a déclaré lors de sa récente rencontre avec Uribe Vélez à Santa Marta : ‘‘nous voulons que les mouvements armés se pacifient’’ ». Plus loin Dieterich considère que « La décision stratégique de tous les présidents du BRP pour la voie institutionnelle -qui provoque un sérieux dilemme pour les FARC- a joué un rôle clé dans la grande alternative de cette année en Bolivie concernant un soulèvement armé à la façon de la révolution de 1952 ou la prise du pouvoir par la voie électorale. »

Ce commentaire de Dieterich, au détour d’un article concernant la Bolivie, concerne particulièrement la guérilla colombienne. Pour le reste du continent l’éventuelle décision stratégique des présidents du BRP n’a pas beaucoup d’intérêt, vu l’absence de forces armées révolutionnaires insurgées, hors l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) dans le sud du Mexique. La décision stratégique de tous les présidents du Bloc Régional de Pouvoir, si elle existe, n’aura aucune influence sur la situation colombienne. Le choix de la lutte armée pour le peuple colombien est un choix par défaut. Depuis l’assassinat de Jorge Eliécer Gaitán le 9 avril 1948 par la CIA la Colombie populaire combat par tous les moyens possibles, y compris par la lutte pacifique. La stratégie des FARC-EP élaborée par Jacobo Arenas, la combinaison de toutes les formes de lutte, constitue la meilleure réponse possible aux conditions de répression de la Colombie depuis un siècle. L’évaluation du sacrifice du peuple colombien a été faite au cours de l’histoire : la gauche anti-impérialiste est beaucoup plus en sécurité dans la montagne derrière les fusils de l’émancipation que sur la tribune publique occasionnellement et chichement concédée par l’oligarchie politique.

Durant les années 1990, si les FARC-EP avaient cédé, militairement et politiquement, le continent se serait retrouvé ouvert à tous les vents de la furie interventionniste gringa. La Révolution bolivarienne au Venezuela, la Revolución Bonita, isolée à ses débuts, aurait pu se retrouver avec les forces interventionnistes à ses frontières, alliées aux paramilitaires les plus sanguinaires du continent. D’autres guérillas auraient pu céder, renoncer, se ranger, accepter des postes de consolation pour ses guérilleros, mais les FARC-EP sont une armée populaire bolivarienne, basée sur des principes simples mais solides. La résistance offerte par le peuple colombien, y compris non armé, face à l’interventionnisme états-unien, représente un apport conséquent à la défense de la souveraineté continentale. Sans la résistance tenace du peuple colombien la Zone de Libre-échange des Amériques (ZLEA - ALCA) serait probablement une réalité aujourd’hui. Le poids de l’intervention gringa en Colombie, une sorte d’Irak non médiatique, complique déjà en soi tout nouveau projet d’intervention sur le continent. De plus la guérilla colombienne empêche les forces impérialistes de transformer la Colombie en base sûre à partir de laquelle pourraient être menées toutes les opérations, toutes les interventions, sur le continent.

L’option d’issue pacifique au conflit serait bien entendu la moins douloureuse pour le peuple colombien. Le conflit colombien étant un conflit politique les Négociations seront nécessairement de nature politique. Le Processus de Paix traîtreusement sacrifié en février 2002, dès mai 2002 les FARC-EP ont déclaré qu’elles étaient disposées à reprendre les Négociations de Paix avec le gouvernement à tout moment, pour peu que ce dernier en finisse avec le paramilitarisme et démilitarise les départements de Caquetá et Putumayo. Faute de reprise des Négociations, les FARC-EP proposent un Echange Humanitaire qui concernerait les militaires et personnalités politiques détenues par elles et les guérilleros détenus par l’Etat colombien. Pour cet Echange humanitaire le dégagement de deux municipalités, Pradera et Florida dans le Valle del Cauca, est indispensable. Ce sont les tergiversations de l’armée et de l’oligarchie qui empêchent sa réalisation.

Les guérilleros des FARC-EP ne renonceront à leur lutte que lorsque la Colombie sera émancipée, débarrassée de l’oligarchie et de la domination impérialiste. C’est une décision évaluée depuis longtemps et c’est le prix de la loyauté aux principes bolivariens. C’est aussi la meilleure façon d’honorer les combattants tombés, tous les combattants latino-américains. L’autorité des FARC-EP sur le continent et leur enracinement dans le peuple colombien les placent à l’abri d’éventuelles décisions stratégiques hâtives. Modestes, et respectueuses des forces anti-impérialistes sur le continent et dans le monde, les FARC-EP malgré leur prestige accumulé n’auront quant à elles certainement jamais l’arrogance d’impliquer des forces alliées, des forces amies, dans leurs choix stratégiques et politiques.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Le dilemme de Dieterich
7 janvier 2006 - 18h48

Bravo et grand merci pour ces lumineux éclaircissements sur la Colombie et surtout sur les FARC.
Voilà pourquoi il faut mettre à plat la propagande mensongère et grossière véhiculée par les médias occidentaux sur les FARC-EP.
VIVE LA LUTTE DES FARC !
Raul



> Le dilemme de Dieterich
8 janvier 2006 - 16h08

je ne suis pas sur, a la lecture de l’article original de Dieterich dans rebelion.org, que l’ami Heinz ai prôné la reddition inconditionnelle des Farc, Ezln ou autre mouvement armé, il a, a mon sens évoqué une idée ou possibilité émise y compris par le Pdt Chavez dans le cadre de sa délicate politique avec son voisin colombien...
En tout cas cela permet a Numancia de nous offrir cet article d’informations que l’on ne voit pas tous les jours et plutot jamais et qui remet les pendules a l’heure.
C’est meme pas la peine de l’envoyer a maitre renard-renaud qui desormais est au dessus de tout ca.

Je suis bien entendu pour la liberation d’Ingrid et de tous les prisonniers détenus par les farc, mais aussi de tous les prisonniers guerrilleros, militants politiques, syndicalistes etc etc détenus par l’etat colombien et le préalable du désarmement effectif des paramilitaires assassins qui sévissent toujours impunément dans ce pays.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite