Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le dilemme de la lutte armée dans le sud globalisé

de : Garry Leech
mardi 14 février 2006 - 04h59 - Signaler aux modérateurs

Par Garry Leech Traduction : Numancia Martinez Poggi

L’entreprise danoise Fighters and Lovers [Combattants et Amants] vend un tee-shirt qui fait la promotion de deux groupes armés du sud globalisé : les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) et le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). Non seulement l’entreprise de mode produit des vêtements avec les sigles de ces deux groupes armés, mais 6 dollars sur chaque vente seront donnés aux organisations armées en question. Il s’ensuit que les fonds provenant du tee-shirt portant le nom des FARC financeront une station de radio rebelle tandis que les tee-shirt portant le nom du FPLP apporteront un soutien financier à un studio graphique dans les territoires occupés. Ces deux organisations se trouvent sur les listes européennes et états-uniennes des organisations terroristes. Par voix de conséquence, aussi bien l’entreprise que ses clients sont accusés de soutenir le terrorisme. Le geste de l’entreprise, cependant, soulève des questions plus larges, quant à savoir qui décide qui est terroriste, et quelles sont les méthodes qui peuvent être utilisées dans le combat pour la justice sociale.

Des années 1950 à la fin des années 1980, la lutte armée dans les pays du sud globalisé était généralement acceptée comme une stratégie légitime dans le cadre de la recherche d’un changement politique et social. Il existait également une tolérance de la part de beaucoup de gouvernements du nord globalisé envers leurs propres citoyens qui organisaient la solidarité avec les organisations armées de libération comme l’Armée de Libération Palestinienne (sic, ndt), les Sandinistes du Nicaragua et le Front Farabundo Martí de Libération Nationale (FMLN). L’acceptation de la lutte armée comme stratégie légitime pour le changement politique et social a commencé à baisser avec la fin du socialisme à la soviétique et avec la fin de la Guerre froide. L’arrivée du nouveau système économique de libre-échange globalisé a coïncidé avec les politiques états-uniennes de « promotion de la démocratie ». Donc la lutte armée, argumentait-on, deviendrait largement illégitime parce que les citoyens disposeraient des urnes pour effectuer les changements désirés.

Naturellement, le genre de démocratie promue était un modèle libéral occidental basé sur des principes économiques de libre-marché. En fait, cela n’offrait aux citoyens guère plus que le droit de voter pour des dirigeants qui ne s’en remettaient pas tant à leurs électeurs mais plutôt aux institutions internationales -le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce- responsables de la gestion de l’économie globale de libre-marché. En effet, les élus étaient contraints de gérer l’économie de leur pays conformément aux linéaments du libre-marché établis par les institutions internationales. Sans surprise, la participation électorale dans beaucoup de pays, notamment en Amérique latine, déclina tout au long des années 1990 à mesure que les citoyens réalisaient que la « démocratie » ne s’intéressait pas à leurs besoins fondamentaux. Pour la majorité des habitants de l’Amérique latine qui vit dans la pauvreté, cela signifiait un échec de la part des dirigeants nationaux élus pour améliorer leur situation économique. L’attaque terroriste du 11 septembre contre les Etats-Unis s’est produite à une époque où la foi en la démocratie et en la doctrine du libre-marché était peu populaire en Amérique latine. La nouvelle guerre contre la terreur du gouvernement Bush, cependant, a davantage assuré que la lutte armée ne reviendrait pas comme une stratégie tolérée internationalement en soulignant que les organisations anti-capitalistes comme les FARC se trouvaient sur la liste états-unienne des organisations terroristes et que donc elles ne pouvaient pas être considérées comme des acteurs légitimes.

Mais « la promotion de la démocratie » et la guerre à la terreur ne sont pas toujours parvenu à garantir que tous les pays d’Amérique latine jouent de façon soumise le jeu des intérêts de Washington. Un exemple, le Venezuela, où une majorité des citoyens a rejeté les partis politiques traditionnels et le modèle de libre-marché en élisant Hugo Chávez à la présidence en 1998. Les Etats-Unis ont réagi énergiquement en cherchant à isoler et même à renverser le gouvernement démocratiquement élu du Venezuela, en soutenant des grèves générales et un coup d’Etat manqué. Le leader vénézuélien a été qualifié de personne autoritaire qui gouverne de façon anti-démocratique, malgré le fait que Chávez a remporté clairement la majorité lors de deux élections présidentielles et lors d’un referendum national, tous déclarés loyaux et libres par des observateurs internationaux. Washington a également accusé Chávez d’être une force déstabilisatrice dans la région et a déclaré sans preuve qu’il soutient des organisations « terroristes », telles que les FARC. Il est clair que du point de vue de Washington la démocratie n’est perçue comme légitime que lorsque les citoyens élisent des leaders du goût des Etats-Unis.

Avec Chávez au pouvoir au Venezuela et Evo Morales en Bolivie, les années qui viennent seront décisives pour savoir si les pays d’Amérique latine et du sud globalisé peuvent vraiment parvenir à la souveraineté économique et politique et pour savoir si Washington acceptera et soutiendra ces objectifs. Dans le cas contraire, et si les citoyens croient que les Etats-Unis sont responsables de l’affaiblissement et du renversement de leurs gouvernements élus, ils ne seront pas loin de perdre complètement la foi dans les processus démocratiques. Beaucoup de citoyens en Amérique latine pourraient en venir à la conclusion que la lutte armée est la seule voie pour parvenir à la justice économique, sociale et politique. Il y aurait donc non seulement résurgence de la lutte armée menée par des organisations se battant pour la justice sociale, mais également résurgence d’organisations violentes criminelles ne recherchant que leurs intérêts propres.

Nous percevons déjà ce processus dans l’augmentation dramatique de la violence criminelle en Amérique latine quand des individus et des gangs enracinés dans la pauvreté ont perdu la foi dans les processus démocratiques. Finalement, le résultat probable serait une plus grande quantité d’Etats inachevés dans la région, alors que les structures sociales seraient brisées, ce qui se produit déjà en Haïti et dans certains pays d’Afrique. Cependant, dans un tel scénario, ces groupes armés du sud globalisé recherchant la justice sociale trouveraient un surcroît de soutien parmi les peuples du nord globalisé. De ce point de vue, peut-être que l’entreprise de mode Fighters and Lovers est juste un peu en avance sur son temps.

http://www.colombiajournal.org/colo...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite