Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

COLOMBIE : Les medias dominants au service de la politique étrangère des Etats-Unis

de : Garry Leech
mercredi 22 février 2006 - 13h19 - Signaler aux modérateurs

de Garry Leech Traduction : Numancia Martínez Poggi

Une série d’événements survenus ces derniers jours illustrent parfaitement la contribution des medias dominants à la propagande des gouvernements états-unien et colombien. Le fait que les medias s’en remettent de façon systématique aux sources officielles, bien que connaissant parfaitement les mensonges et les manipulations de ces mêmes sources officielles, nous donne à penser que les medias dominants sont bien heureux de servir la politique étrangère des Etats-Unis en abreuvant les citoyens états-uniens de désinformation et de mensonges éhontés. Le récent massacre de six membres d’une même famille en Colombie et la publication d’un rapport des Nations Unies ont mis en évidence pour tout le monde la nature propagandistique des medias.

Le 12 février 2006, l’agence européenne Reuters et l’agence espagnole EFE rapportaient la nouvelle selon laquelle des rebelles de gauche appartenant aux Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) avaient massacré six membres d’une même famille, dont une dame de 80 ans. Comme c’est si courant dans ce genre de cas, la nouvelle était entièrement basée sur les déclarations d’un officiel relevant du gouvernement colombien. Comme toujours en Colombie, le gouvernement soutenu par les Etats-Unis a immédiatement attribué le massacre aux FARC, malgré l’évident manque de preuves. Sans aller chercher plus loin, les medias ont servilement publié des articles régurgitant l’accusation officielle selon laquelle les FARC étaient les responsables.

Des medias tels que le Houston Chronicle et ABC News ont immédiatement commencé à publier les dépêches d’agence à propos du massacre. Ennemi principal de Washington dans la guerre contre la drogue et contre la terreur en Colombie -malgré le fait que les forces pro-gouvernementales tuent davantage de civils et malgré le fait que les paramilitaires sont davantage impliqués que les guérillas dans le narcotrafic-, les FARC ont été dûment vilipendées aux yeux des citoyens états-uniens.

Comme cela s’est si souvent produit en Colombie, il a par la suite été révélé que les FARC n’étaient finalement pas les responsables du massacre. Bien que généralement plusieurs semaines passent avant que la vérité ne soit révélée dans ce genre de cas, en cette occasion un officiel gouvernemental a clarifié les choses seulement deux jours après la publication du premier article rapportant le massacre. Le ministre de l’intérieur du département de l’Antioquia, Jorge Mejía, a reconnu après une enquête initiale, que « le mode opératoire indiquait que les coupables étaient des paramilitaires qui se sont démobilisés mais qui sont restés dans la région ».

Et comme cela se produit également souvent les medias dominants, qui ont reporté la nouvelle avec profusion pour condamner les FARC, n’ont pas rendu compte des nouveaux éléments disponibles. Ni Reuters, ni le Houston Chronicle, ni ABC News n’ont pris la peine d’informer le public que les affirmations qu’ils avaient faites antérieurement étaient apparemment fausses et que les éléments de preuves disponibles désignaient plutôt comme coupables les paramilitaires d’extrême droite supposément démobilisés. Seule l’agence de presse espagnole EFE a rendu compte de l’évolution de l’affaire.

La disposition des medias dominants à simplement dégurgiter n’importe quelle affirmation provenant des officiels gouvernementaux sans aller chercher plus loin c’est le modus operandi des correspondants étrangers en Colombie - comme ailleurs dans le monde. Les officiels gouvernementaux savent parfaitement que cela leur offre la chance extraordinaire de réaliser de la propagande et que la vérité, quand elle est finalement connue, ne sera que rarement mise à la connaissance des citoyens. En d’autres termes, les officiels savent bien que les medias ne les tiendront pas pour responsables de ces mensonges.

De son côté l’industrie médiatique affirme simplement que sa couverture est « objective » parce qu’elle ne fait que publier des déclarations émises par d’autres ; sans considération quant à la véracité, ou pas, des affirmations des personnes interviewées. Cependant lorsque les journalistes ou les medias décident de s’en remettre presque exclusivement aux sources officielles pour informer, ils effectuent le choix éditorial délibéré de ne présenter qu’un point de vue aux citoyens. Et, inévitablement, c’est le point de vue du gouvernement, lequel est très soucieux du type de présentation des événements reçue par les citoyens. En d’autres termes, le media choisit alors simplement d’agir en porte-parole du gouvernement, notamment quant aux questions de politique étrangère, lesquelles sont rarement traitées en détail.

La couverture servile des medias lors de ce massacre en Colombie a été davantage mise en perspective le lendemain de la publication des premiers articles. Le 13 février 2006 les Nations Unies ont rendu public leur rapport annuel sur les droits humains dans lequel il est signalé qu’il y a eu une augmentation des exécutions extrajudiciaires de la part de la police et des militaires colombiens durant l’année 2005. Ce rapport indique plus loin que les forces gouvernementales ont souvent couvert les corps des victimes avec des vêtements de guérilleros pour les présenter comme des personnes mortes au combat. Selon ce rapport, « il y a eu des cas où les commandants eux-mêmes ont encouragé l’action de couvrir les victimes comme s’il s’agissait de guérilleros pour cacher la vérité et simuler un combat ».

Le rapport des Nations Unies n’est que la dernière révélation d’une longue histoire de preuves accablantes montrant que le gouvernement travestit la vérité de façon continue afin que les FARC soient accusées de crimes qu’elles n’ont pas commis. Etant donné que les médias savent cela et étant donné qu’ils sont conscients du fait que les officiels font souvent des déclarations qui postérieurement s’avèrent mensongères, on pourrait imaginer que les journalistes et les rédacteurs pussent en venir à songer qu’ils sont simplement utilisés à des fins propagandistiques. On pourrait donc espérer qu’ils devinssent plus prudents quant à la publication d’articles basés exclusivement sur des sources officielles.

Il se trouve, cependant, que les medias ne s’inquiètent pas du tout de la menace qui pourrait peser sur leur crédibilité et ils continuent de se comporter comme ils l’ont toujours fait. Le refus de modifier leur modus operandi, de la part des medias, ainsi que leur refus de tenir les officiels gouvernementaux responsables de leurs mensonges, nous conduit à penser qu’ils ont consciemment accepté leur rôle d’instrument de propagande de la politique étrangère des Etats-Unis.

Source : ColombiaJournal

http://www.colombiajournal.org/colo...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite