Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
1 commentaire
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

En Italie, la campagne de Silvio Berlusconi tourne au populisme

de : J.J Bozonnet
jeudi 30 mars 2006 - 00h09 - Signaler aux modérateurs

de Jean-Jacques Bozonnet

Le ton de la campagne électorale menée par Silvio Berlusconi résonne jusqu’à Pékin. Le gouvernement chinois a réagi, mercredi 29 mars, par une note furibonde à l’une des saillies du chef de gouvernement italien. Lors d’un récent meeting à Naples, "il Cavaliere" s’en était pris à sa cible préférée et quasi obsessionnelle : le communisme.

"Il Cavaliere" accueille à Rome le congrès du Parti populaire européen Le parti populaire européen (PPE), offre une tribune de choix à Silvio Berlusconi, à deux semaines des élections législatives italiennes prévues les 9 et 10 avril. La formation, qui regroupe les principaux partis de droite de l’Union européenne, dont l’UMP présidée par Nicolas Sarkozy, tient son XVIIe congrès à Rome, jeudi 30 et vendredi 31 mars, pour célébrer le 30e anniversaire de son existence. Celui-ci est précédé par deux journées d’études organisées par le groupe parlementaire du PPE au Parlement européen, présidé par le démocrate chrétien allemand Hans-Gert Pöttering.

Le chef du gouvernement italien devait y accueillir ses hôtes, dans la matinée du mercredi 29 mars, pour une première table ronde consacrée à la situation politique en Italie. Le reste des travaux portera sur les valeurs et l’identité de l’Europe, l’Europe face à la globalisation, et les changements démographiques.

[-] fermer

"On m’accuse d’avoir dit que les communistes mangeaient les enfants, mais lisez Le Livre noir du communisme et vous verrez que, dans la Chine de Mao, ils ne mangeaient pas les enfants, mais ils les faisaient bouillir pour s’en servir comme engrais dans les champs", a-t-il déclaré. Le "mécontentement" des Chinois n’a eu aucun effet sur le président du conseil, qui persiste et signe : "Mais c’est un fait historique, ce n’est quand même pas moi qui les ai fait bouillir !"

"Nous sommes discrédités à l’extérieur et privés de croissance à l’intérieur", a soupiré Romano Prodi, l’adversaire de M. Berlusconi pour les élections législatives des 9 et 10 avril. Mais ce dérapage n’est pas un cas isolé. Silvio Berlusconi a choisi de radicaliser son discours depuis le 16 mars, au lendemain d’un face-à-face télévisé dont il n’était pas sorti vainqueur. Il a commencé par attaquer le patronat, accusé de "défaitisme". Puis sa bête noire, la magistrature.

Au fil de ses interventions, il tente d’instiller un climat de tension, suggérant que "la gauche fomente des troubles" et que "la démocratie est en péril". Le programme de la coalition de centre gauche aurait déjà, selon lui, déclenché une "fuite massive des capitaux". "Ceux qui cocheront sur leur bulletin de vote la case de l’Unione feront une croix sur leurs économies", a-t-il expliqué aux petits épargnants.

Le chef de l’Etat, Carlo Azeglio Ciampi, a cru bon d’intervenir pour demander aux deux camps de "modérer le ton". En vain, pour l’instant. Dans son offensive, Silvio Berlusconi s’en prend aussi à ses partenaires : Gianfranco Fini, numéro deux du gouvernement et dirigeant d’Alliance nationale, et surtout Pier Ferdinando Casini, président de la Chambre des députés et patron de l’Union des démocrates du centre (UDC). Les deux hommes avaient vertement critiqué la prestation télévisée de leur dirigeant face à Romano Prodi.

M. Fini répète à chaque meeting que le leadership du centre droit devra être "reconsidéré à la lumière des résultats" des législatives. Il appelle de ses voeux une coalition "différente", dans laquelle il y aurait "plus de droite". Les centristes de Pier Ferdinando Casini ont été les plus rebelles au cours de la législature, et rêvent de la recomposition d’un grand centre.

"RÔLE DE PYROMANE"

Agacé par les deux quinquagénaires, qui se projettent ostensiblement dans l’après-Berlusconi, "il Cavaliere" crie à la trahison. "Je ne souhaite pas parler de mes alliés en "ini"", a-t-il lâché récemment, signifiant ainsi qu’Umberto Bossi, le leader du parti populiste et xénophobe de la Ligue du Nord, est son partenaire le plus loyal. "L’UDC a commis beaucoup d’erreurs ces derniers temps, je ne pense pas que ces messieurs récupèrent une seule voix supplémentaire, étant donné leur comportement", a-t-il ajouté. Aucun meeting commun à l’ensemble des formations de la Maison des libertés (coalition de centre droit) n’est prévu d’ici à la fin de la campagne.

En dramatisant le débat, Silvio Berlusconi joue son va-tout en solitaire, pour mobiliser les siens et marginaliser ses partenaires. "Désormais seul, il ne lui reste que le rôle de pyromane", estime le quotidien économique Il Sole 24 ore. Plus que la victoire du centre droit, il souhaite un redressement électoral de son parti, Forza Italia, en baisse constante lors des récentes élections. Pour La Stampa, "il écrase ses alliés sous le poids de son ego, souhaitant, sinon gagner les élections, du moins triompher au sein de sa coalition et garder ainsi son statut d’intouchable".

http://www.lemonde.fr/web/article/0...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite