Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Toilette intime

de : Séverine Capeille
mardi 23 mai 2006 - 19h03 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 7.1 ko

de Séverine Capeille

Il y a bien quelques bruits. Lointains. On entend sans doute les ronflements de la vie extérieure, plus ou moins perceptibles, pareils à des battements de cœur. Les sons arrivent déformés, non pas tant par l’épaisseur de la paroi que par la présence du liquide dans lequel on baigne. On est comme un fœtus de quelques semaines.

L’eau, c’est notre entrée en matière...

La tête s’incline légèrement vers l’arrière. Doucement. Un geste qu’on fait, sans y penser, comme pour balancer sa vie sous la buée. Un geste de lassitude et d’abandon. Un peu perdu, au milieu de l’odeur du savon. On ne pense à rien. Il y a ce ralentissement du temps, et on entre dans le mythe. On s’invente une lagune. Diane, Déesse des sources et de la lune. C’est elle qui nous revient. Au creux de soi. Au gant de crin. Elle qui maintenant rayonne. Loin du regard des hommes. Jeune fille éternelle dont la complexité fait le pouvoir de séduction.

Et puis Actéon. On se souvient très bien du nom. Actéon. On fronce les sourcils. Le nom de la transgression. On est Diane, tout à coup, dans sa nudité. On prend une moue de vierge effarouchée. L’image est amusante. Eh puis non. Le mythe nous prend à la gorge, comme un chien se jetant au cou de l’animal sauvage. On se dit que c’est dommage, qu’il n’était pas méchant, Actéon ; qu’il voulait juste dépasser les limites de sa condition. On se dit qu’il avait raison. Et on se jette de l’eau sur le visage.

Les larmes coulent de l’éphémère...

Il suffit parfois de quelques gouttes, et c’est la métamorphose, ou le naufrage. Mais on s’en moque pour le moment. On se laisse emporter, en faisant des associations d’idées. On passe de Diane à Ariane sans trop savoir comment. La Belle du Seigneur remplace la Déesse de la chasteté. Et c’est Solal qu’on attend.

« Dans la baignoire, elle jouait à sortir ses orteils et à les remuer, à se raconter qu’ils étaient ses dix enfants, cinq petits garçons à gauche et cinq petites filles à droite, à les gronder, à leur dire d’aller vite prendre leur bain et se coucher, et elle les rentrait alors dans l’eau chaude. Ensuite c’était de nouveau les récits à elle-même, et que dans une heure il serait là, si grand, avec ses yeux, et elle le regarderait, et il la regarderait, et il lui sourirait. Oh, comme il était intéressant de vivre ! » [1]

On remue les orteils. Une ou deux fois, juste comme ça. A la surface de l’eau. Sans trop y croire. Dans la petite salle de bain aux volets fermés, on plonge dans l’intime, on se raconte des histoires. Solal. Cinq lettres. On compte sur les doigts fripés par l’eau chaude. Et puis on invente une forme de petit train en rejoignant les deux mains, on trace un sillon dans le bain. Ils sont là, dans la cavité, au creux de soi, prêts pour « départ ivre mer soleil ». On respire profondément. Les yeux fermés. Peu importe que la baignoire puisse déborder. Ariane et Solal voguent dans la chaleur de midi, ils ne sont qu’au milieu de leur journée. L’insolence frappe les tempes. Ils flottent à la surface des secrets, et des ombres, et des absolus. Et le corps se soulève, se rapproche de la source de lumière, jusqu’à cette brûlure dans la poitrine. On se laisse retomber. Elle, fatiguée, qui le supplie. Lui, désabusé, meurtri. Les larmes. On ouvre les yeux. L’eau a éclaboussé le sol.

La buée de nos rêves solitaires...

On a ce sourire insensé du désespoir. Cette petite lueur qui fait peur dans le regard. Les extrémités sont couvertes de ridules qu’on ausculte avec une curiosité de médecin légiste. On touche, on palpe, on insiste. Il est déjà tard. Le temps a métamorphosé les matières, rattrapé les fuyards. On cherche la possibilité d’une baignoire. Peut-être parce que, une île, c’est un peu grand. Ou parce que, c’est amusant, d’appeler « baignoire » un objet blanc. On tire la petite chaîne du bouchon videur en caoutchouc, et on fixe le mouvement du typhon. Il fait presque froid. Pas encore. Les mirages des possibles ne sont pas tout à fait partis. Il y a Henri. Et il y a Lucie. Ils tournent en rond. Séquestrés. Désagrégés dans un processus accéléré. Ils glissent hors du monde. Ce n’est plus qu’une question de secondes. Il dit : « À propos, Lucie, je t’aimais. Je te le dis à présent parce que ça n’a plus d’importance. » [2]. La mousse qui flottait encore en surface commence à entrer dans la danse. Une java bleue comme les lèvres. Silence. Lucie se sent sèche. Ses rêves sont pleins de vapeur formée par condensation, mais elle n’a plus de larmes et sait qu’elle touche le fond. Dans les derniers instants, on observe l’accélération des mouvements circulaires, et puis quelques rebonds. La baignoire finit par se vider dans un râle venu de ses tréfonds. D’une sépulture dans le siphon.

Lucie (criant) : « J’aimais vivre, j’aimais vivre ! » [3]

[1] Albert Cohen, Belle du Seigneur, Gallimard, 1968, p.475

[2] Jean-Paul Sartre, Morts sans sépulture, Gallimard, 1947, tableau I, scène I, p. 114

[3] Jean-Paul Sartre, Morts sans sépulture, Gallimard, 1947, tableau IV, scène III, p. 215

http://www.sistoeurs.net/ss/article...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite