Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Liban : pourquoi la France hésite...


de : Alain Gresh
jeudi 24 août 2006 - 18h31 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 7.8 ko

de Alain Gresh

OTAN. José María Aznar, ancien premier ministre espagnol, partisan de la guerre en Irak en 2003, est aussi un fervent défenseur de l’entrée d’Israël dans l’OTAN.

Dans un récent entretien à la radio, il affirme que l’OTAN devrait bombarder le Liban "si nécessaire... Parce que je considère qu’Israël est une partie essentielle du monde occidental. Et je considère que mes intérêts, ma démocratie, ma liberté, ma prospérité, passent actuellement dans une large mesure par l’existence d’Israël... et cette lutte est une lutte vitale pour le... pour l’existence de uhmmm de... pour Israël, elle est vitale pour son existence... et ils combattent le terrorisme... et moi je soutiens cette idée qu’il est nécessaire de garantir l’existence d’Israël... Israël est une partie du monde occidental".

Interrogé par le journaliste pour savoir s’il pense sérieusement que l’OTAN pourrait faire une telle chose sans cesser d’être une organisation stable et cohérente, il répond : « Avec les règles actuelles de l’OTAN, l’article 5, qui considère une attaque contre un membre de l’OTAN comme une attaque contre tous les membres de l’OTAN, la réponse est volontairement...

C’est une raison... D’un autre côté... Précisément c’est pour cette raison que je considère que la garantie du monde occidental autour d’Israël... Israël, comme membre de l’OTAN, est bon pour notre stabilité, notre prospérité, et pour le reste de la région, du Moyen-Orient, l’OTAN serait une garantie de stabilité.

Mais permettre, permettre qu’Israël puisse être attaqué par des terroristes... sans réaction de la part de l’Occident, de l’Europe, du monde occidental, est de mon point de vue une erreur très grave. »

http://fr.groups.yahoo.com/group/al...

Procès. Le procès de Saddam Hussein pour génocide contre les Kurdes à la fin des années 1980 a commencé. Au-delà de tous les problèmes posés par la forme même de la justice irakienne, et que souligne l’organisation Human Rights Watch, une des questions posées est de savoir si les complicités avec le régime irakien à l’époque, notamment celles de la France et des Etats-Unis, seront aussi débattues.

Depuis quelques jours, la presse nationale et internationale se gausse de Jacques Chirac et de ses hésitations à prendre le commandement de la force internationale des Nations unies au Liban et à envoyer un contingent important de soldats. Pourtant, la seule question qui mérite d’être posée est celle-ci : une force internationale, pour quoi faire ? Tout le monde a souligné le caractère ambigu de la résolution 1701 des Nations unies, adoptée à la suite de marchandages américano-français, et du refus du gouvernement libanais d’une première mouture du texte trop favorable à Israël. Le texte de la 1701 reste, malgré tout, peu clair. Il rend le Hezbollah responsable de la guerre, demande « une cessation immédiate des hostilités » (pas un cessez-le-feu), se félicite du déploiement de l’armée libanaise au Sud et « demande au gouvernement israélien, alors que ce déploiement commence, de retirer en parallèle toutes ses forces du Sud-Liban ». Sur la question du désarmement du Hezbollah, le texte se félicite de la décision du gouvernement libanais d’étendre son autorité sur tout le territoire, « de sorte qu’aucune arme ne s’y trouve sans le consentement du Gouvernement libanais et qu’aucune autorité ne s’y exerce autre que celle du Gouvernement libanais » : la formulation est pour le moins ambiguë : il faudrait que le gouvernement de Beyrouth demande explicitement le désarmement du Hezbollah, ce qui est impossible dans le contexte actuel.

D’autre part, sur toutes les autres questions litigieuses, la résolution adopte une position floue : elle demande la libération « inconditionnelle » des deux soldats israéliens, tout en affirmant qu’il faut encourager les efforts « visant à régler d’urgence la question des prisonniers libanais détenus par Israël ». Elle affirme aussi la nécessité de fixer les frontières internationales entre le Liban et Israël, et affirme qu’il faut régler le problème des fermes de Chebaa, mais sans préciser comment.

Quant à la Finul, dont le nombre d’hommes est porté à 15 000 (maximum), elle aura pour rôle de contrôler la cessation des hostilités, d’« accompagner et appuyer les forces armées libanaises à mesure de leur déploiement dans tout le Sud, y compris le long de la Ligne bleue [frontière entre Israël et le Liban], pendant qu’Israël retire ses forces armées du Liban... ». Elle coordonnera ses activités avec les gouvernements libanais et israéliens. Si Washington et Tel-Aviv voudraient voir la Finul désarmer le Hezbollah, aucun pays n’est prêt à envoyer des effectifs pour imposer cet objectif.

On comprend donc que, dans le cadre du flou de la résolution 1701, la France hésite. Mais une autre raison pousse Paris dans ce sens : il est peu probable que les troupes françaises soient bien accueillies au Sud (lire l’article de Joseph Samaha, dans le billet du 18 août). Paris n’oublie pas les événements de 1983, quand un attentat-suicide contre ses forces sur la base du Drakkar au Liban avait coûté la vie à 58 soldats (241 soldats américains avaient été tués dans d’autres attentats) : Paris était perçu comme allié d’un gouvernement de droite libanais proche d’Israël dans sa lutte contre la Syrie alliée aux Palestiniens et aux forces dites « islamo-progressistes ».

La situation est-elle différente aujourd’hui ? La France est perçue comme « partie prenante » du conflit : le gouvernement français a rompu ses relations avec Damas, est à la pointe du combat contre le nucléaire iranien, s’est rapproché d’Israël et a dénoncé à plusieurs reprises le Hezbollah. Dans ces conditions, ses troupes risquent de devenir une cible en cas de reprise des combats. On comprend que Paris hésite... * * *

Le tournant de la France - Article paru dans Al-Akhbar, Beyrouth, 22 août 2006, en arabe, dont voici la traduction.

« A ceux qui ne s’en seraient pas aperçus, les événements des dernières semaines au Proche-Orient ont confirmé le tournant pris par la politique française. Bien qu’il ne soit pas encore total, on constate une rupture avec la politique traditionnelle de Paris telle qu’elle avait été définie par le général de Gaulle. Cela ne signifie pas un alignement pur et simple sur les Etats-Unis, ni la renonciation à tout discours autonome. Mais les événements en Palestine comme au Liban montrent une coordination de plus en plus étroite avec Washington et une difficulté à définir une ligne indépendante qui lui permettrait de jouer un rôle politique autonome, se bornant parfois à une diplomatie “humanitaire”.

Ainsi la France, qui, comme les Etats-Unis, a suspendu son aide directe à l’Autorité palestinienne après la victoire des candidats du Hamas aux élections législatives de janvier, cherche des moyens d’alléger les souffrances des populations, qu’elle contribue elle-même à aggraver. Elle accepte de voir se déliter les institutions de l’Autorité palestinienne et se borne à envoyer des fonds pour éviter une famine des populations. De plus, depuis le 28 juin et l’offensive israélienne sur Gaza - marquée par des attaques contre les infrastructures civiles, contre les bâtiments publics, contre les maisons, tout ce que l’on définit en droit international comme “crime de guerre” -, elle s’est bornée à appeler les parties à la “retenue” et à demander la libération “immédiate et sans condition” du soldat Gilad Shalit.

Sur le Liban, la position adoptée par la France (et par tous les membres du G8) est sans précédent. En insistant sur le droit d’Israël à se défendre, elle justifie l’opération israélienne, comme si celle-ci n’avait pour objectif que de libérer deux soldats faits prisonniers lors d’une action militaire. Tout en soulignant le caractère “disproportionné” de l’attaque israélienne, elle la justifie politiquement, en affirmant que la priorité est la libération des deux soldats sans aucune contrepartie. Paris n’a commencé à réagir que devant l’ampleur sans précédent de la destruction des infrastructures du Liban - un pays dirigé par un gouvernement “ami” de la France ! Il a fallu une semaine pour qu’elle commence à se démarquer du discours américain en appelant à un cessez-le-feu immédiat. Pourtant, son but stratégique rejoint celui des Etats-Unis et d’Israël : désarmer le Hezbollah, comme si celui-ci était la cause essentielle de l’instabilité dans la région.

A d’autres époques, la France savait agir sur le plan politique de manière autonome. Ainsi, au printemps 1996, le président Chirac envoyait le ministre des affaires étrangères Hervé de Charrette, qui allait passer près de deux semaines dans la région : “Je ne partirai pas tant qu’il n’y aura pas un cessez-le-feu et un accord.” Malgré les réticences américaines et israéliennes, Paris réussissait, et l’essentiel des propositions formulées par la France étaient adoptées lors de l’accord de cessez-le-feu du 27 avril, qui préservait le droit de la résistance à poursuivre la lutte contre l’occupation du sud-Liban et garantissait la sécurité des villes du nord d’Israël ... “Pour pouvoir réussir, disait Hervé de Charrette à l’époque, il faut pouvoir parler à tout le monde.” A cette époque, la France avait des contacts avec toutes les parties, de la Syrie au Hezbollah, d’Israël aux Etats-Unis et ne se limitait pas au “camp occidental”. Le comité de surveillance du cessez-le-feu sera d’ailleurs composé de la France, du Liban, des Etats-Unis, de la Syrie et d’Israël.

Refusant de parler à la Syrie, coupée du Hezbollah, la France a abandonné sa position “équilibrée” traditionnelle : elle appartient désormais à un camp et on voit mal comment elle pourra jouer un rôle positif dans l’“après-guerre” instable qui se dessine au Liban.

L’infléchissement français est parallèle du rapprochement avec Israël, marqué par la visite de M. Ariel Sharon à Paris en juillet 2005. Désormais, le problème palestinien est relégué au dernier rang de l’ordre du jour du dialogue bilatéral. Paris, bien sûr, maintient ses positions de principe sur la création d’un Etat palestinien indépendant, mais se garde de contrarier Israël.

La campagne menée dès 2002 aux Etats-Unis et en Israël sur “la France, pays antisémite” a aussi lourdement pesé. Les dirigeants et les responsables de plusieurs partis politiques français vont chercher à se dédouaner et à obtenir la caution des grandes organisations juives américaines. Lors de son voyage à New-York, en septembre 2003, le président Jacques Chirac se fait accompagner par les représentants d’organisations juives françaises pour rencontrer leurs homologues américaines. Celles-ci ne se privent d’ailleurs pas d’intervenir directement en France et d’y exporter leur savoir-faire. Ainsi, l’American Jewish Committee a organisé un voyage d’une vingtaine de députés français en Israël, dirigés par M. François Fillon, proche conseiller de M. Sarkozy. A l’issue d’entretiens avec les participants, l’agence Guysen Israel News notait, le 5 février 2006, que ce qui avait frappé le plus, c’est qu’“Israël et la France - en tant que démocraties parlementaires - sont dans une même position face à l’islam”.

Dans un discours prononcé à Herzliya, en Israël, le 16 décembre 2004, M. Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, et l’un des principaux candidats à la succession du président Chirac, salue le combat commun menés par “nos soldats” en 1956, lors de la triste expédition coloniale contre l’Egypte de Nasser et pour “récupérer” le canal de Suez, combat qui se poursuit grâce à l’action “de nos services de renseignement”...

Le général de Gaulle est bien mort. C’est lui qui déclarait, prophétique, au lendemain de la guerre de juin 1967 : Israël “organise, sur les territoires qu’il a pris, l’occupation, qui ne peut aller sans oppression, répression et expulsions ; et il s’y manifeste contre lui une résistance qu’à son tour il qualifiera de terroriste”. Quarante ans plus tard, la Cisjordanie, Gaza, Jérusalem-Est et le Golan restent occupés, mais la France semble désormais considérer que l’instabilité de la région ne réside plus dans l’occupation, mais dans le “terrorisme”... »

http://blog.mondediplo.net/2006-08-...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Liban : pourquoi la France hésite...
24 août 2006 - 20h33

BIEN VU !

NOSE DE CHAMPAGNE



> Liban : pourquoi la France hésite...
25 août 2006 - 11h34

Dire que les Libanais ou les Palestiniens sont des terroristes parce qu’ils défendent leur état contre un envahisseur, Israël, c’est étrange. Si je traduis bien, nos Résistants français qui se battaient contre l’Allemagne en 40 étaient des terroristes. Et les Républicains Espagnols en 36 qui se sont battus contre Franco étaient des terroristes. Alors pourquoi le Roi d’Espagne Juan Carlos est-il venu en personne demander pardon à tous ces terroristes dont leur gouvernement s’était exilé à Toulouse ??? Alors, arrêtons de traiter les gens de terroristes parce qu’ils défendent leur pays. Et puis s’ils veulent se choisir une politique plutôt qu’une autre c’est une affaire interne. Quand l’Autriche a eu choisi un président issu de l’extrême droite l’Europe ne lui a pas fait la guerre pour autant.
Enfin, si Aznar défend avec autant de force Israël, c’est qu’il a des attaches profondes.



> Liban : pourquoi la France hésite...
25 août 2006 - 12h34 - Posté par

aznar est beaucoup d’autres pensent surtout à leur carieres politique soutenir israel pour lui comme pour beaucoup d’autres c’est avoir un avenir politique a travert ses loobis dans la presse international,les mileux financiers dans tout les grandes pays , du moment q’un dictateur militaire soutien israel il n’est plus dictateur ex:moubarak,les 2 abdellah,jordanie,et arabie saoudite.moucharef du pakistan n’est plus un dictateur militaire,meme chey nous barozo s’il n’a pas soutenue est organisé le sommet de la guerre d’iraq il n’obtient pas ce poste de chef en europe,vilier ici en france pourquoi il soutien israel ?pour leur dire aidey moi maintenent je serai votre serviteur demain,sarko devent les loobi israeliens souveney vous de la polimique en usa consernent l’antisemitisme en france ,il a eu honte d’etre francais car la france tolere l’antisemitisme donc l’antisrael , quela france ne soutienne pas assey israel
en gros c’est ca,s’il est soutenue pour etre président il sera lui aussi le serviteur,mais donons donos.
tout ces "démocrates" ne soutien pas le peuple paletiniens pouqoi ?alors que tout le monde sait que c’est israel qui tue qui occupe qui assassine,le liban ,les massacres les francais n’ont presque rien vu sauf ceux qui cherchent à savoir par l’internet.


> Liban : pourquoi la France hésite...
25 août 2006 - 20h59 - Posté par

cet article est remarquable . Il lève bien des ambiguités sur la politique réelle menée au Liban.

mais je suis étonnée que les intervenants semblent ignorer qui est Aznar :

l’homme n’a jamais fait mystère de ses sympathies franquistes, sa campagne a été financée par la fondation cubaine de Miami, un mélange de gangsters, de vrais terroristes qui ont sévi dans toute l’Amérique latine, d’affairistes et de trafiquants y compris de drogue, c’est Miami vice. ces zozos ont été dans tous les mauvais coups, l’assassinat de Kennedy, trois "plombiers" sur cinq dans le watergate, trafic d’armes pour les contras qui ont fait 30.000 morts au Nicaragua... etc... Azanar donc a eu sa campagne financée par eux et le leur a rendu par une aide sans faille aux Etats-Unis, et une haine de Cuba totale, le soutien en Europe de toute cette racaille. Si la participation des USA au coup d’Etat contre Chavez est avérée, celle de l’Espagne d’Aznar l’est tout autant...

Il faut voir encore ce que représente le franquisme en Espagne, il n’a jamais été éradiqué et pénètre partout, la police, la justice... Aznar c’est ce monde là... Si Zapatero n’est pas un socialiste et mène une politique néo-libérale, a été le premier à reconnaître l’élection scandaleuse du Mexique, son élection a été un véritable soulagement tant son prédecesseur était redoutable en tant qu’homme des basses oeuvres de Etats-Unis et réactionnaire dans son propre pays...

Je signale que tandis que nous nous interrogeons gravement sur "les dictatures" du Moyen orient, nous ne mesurons pas ce que nous avons en Europe. Haider que l’on nous peignait comme le nazi dirige actuellement son fief de Carinthie en alliance avec les sociaux démocrates, personne ne pose de questions sur la nature du pouvoir qui s’est installé en Pologne....

Danielle Bleitrach


> Liban : pourquoi la France hésite...
25 août 2006 - 22h34 - Posté par

Que nenni ! Je n’ignore pas qui est Aznar ainsi que son père.
Mais c’est moins sa personne que les idées infammantes qu’il véhicule qui m’intéresse.
Par ailleurs je n’ignore pas non plus les autres forfaitures de par le vaste monde, mais je réponds à l’article en question.
Salut.


> Liban : pourquoi la France hésite...
25 août 2006 - 20h19

C’est d’abord avec incrédulité puis stupeur que j’ai découvert les propos de Mr Aznar . Je n’arrive pas à m’habituer à ce genre de « philosophie » brutale et cynique – en train de gangrener le monde occidental - et ceci me révolte toujours autant. Que de telles personnes (comme lui, Bush et d’autres du même acabit) dirigent ou aient dirigé des nations qui se prétendent civilisées doit interpeller quelque part.

Tous ces pays impérialistes et colonialistes (USA et Israel - son satellite moyen oriental - en tête) se considèrent-ils comme faisant partie de « la race des seigneurs » ?
Ceci me rappelle de sinistres souvenirs.
Car les propos de Mr Aznar ne sont rien moins que la négation de l’humanité et il n’y a pas lieu d’être fier de cette civilisation de la barbarie à l’arrogance dominatrice. Civilisation qui dénie aux autres le droit à l’existence et prône leur inféodation voire leur extermination. Répugnant.

Jeunes et … moins jeunes ne méprisons pas l’Histoire car elle est riche d’enseignements et de leçons profitables.
Souvenez-vous qu’après avoir subit la terreur nazie la France se déshonorait dans ses ex colonies.
Israel, qui justifie légitimement son existence par l’extermination de son peuple, prendrait-il le même chemin ?
Souvenez-vous de Guernica et de l’expérimentation par les nazis de la guerre infligée aux populations civiles.

En spoliant ignominieusement, après la partition de 1947, les palestiniens de ce qui leur restait de terres donc de leur droits ils ont eux-mêmes créé les « résistants » qu’ils appellent « terroristes ». Tout comme les USA le font avec les révoltés qui leur résistent et comme l’ont fait avant eux tous les conquérants.
La ficelle est grosse mais elle fonctionne depuis des siècles. Je le répète : ne méprisez pas l’Histoire.

Et pour conclure, en quoi les assassinats génocidaires perpétrés par des armées surpuissantes et infatuées de « leur » droit sont-ils moins terroristes que la riposte désespérée des dominés sans moyens qui refuse le joug de leurs oppresseurs ?






Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle (XXe) les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune »Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D
Origine du Sars-Cov2 : des fissures dans la muraille de Chine
jeudi 1er - 23h15
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
COVID-19 : la Chine alerte l’OMS pour être émergé d’un laboratoire militaire américain !
jeudi 1er - 21h23
Allocution Macron : Un effort de plus aux soignants pas apprécié !
jeudi 1er - 20h58
de : joclaude
Vaccin CUBAIN : Un pont aérien serait ouvert ?
jeudi 1er - 20h28
de : joclaude
1 commentaire
JEAN-LUC MELENCHON répond à Macron (video du direct sur Youtube)
jeudi 1er - 15h59
de : joclaude
Grains de sable - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 31 - 20h49
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
5 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite