Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard

de : Gérard Filoche lundi 25 septembre 2006 - 21h46 - Signaler aux modérateurs
26 commentaires
JPEG - 12.2 ko

Retour sur le bilan de Lionel Jospin Contribution à "l’inventaire" de 1997-2002

de Gérard Filoche

La défaite historique de la gauche le 21 avril 2002 n’était pas un "accident", ni un "malentendu". A l’heure où Lionel Jospin se présente à nouveau, y revenir n’est pas superflu.

Car, pour que le Parti socialiste soit passé ainsi derrière l’extrême droite, il a fallu que se creuse une terrible incompréhension entre ses dirigeants et la majorité écrasante de sa base sociale naturelle. D’autant que la menace perdure.

Que s’est-il passé ? Que faut il se rappeler ?

Il faut réviser des fausses notions, passées depuis en préjugés banalisés mais à tort, à propos du 21 avril lui-même.

Ce jour-là, ni la droite ni l’extrême droite n’ont gagné de voix en chiffres absolus. Elles en ont perdu ! C’est-à-dire que dans les intentions des électeurs, dans la réalité sociale profonde, il n’y avait pas de mouvement, de déplacement contre la gauche...

Chirac et la droite perdaient 4 millions de voix par rapport à 1995 et Le Pen et Megret réunis avaient moins de voix que n’en avaient eu le « périmètre » composé Le Pen, Boutin, Pasqua et De Villiers en 1995.

C’était loin d’être une victoire de la droite et de l’extrême droite. Les deux reculaient ! C’est important de le comprendre car la lecture en pourcentage ne donne pas la vérité de l’électorat, elle ne photographie qu’un résultat déformé de ce qu’ont voulu les électeurs.

1°) le 21 avril et la conscience sociale majoritaire, profonde, réelle : Il s’en est fallu de seulement 194 558 voix pour que Lionel Jospin ne soit au second tour. Ce jour-là, la gauche était majoritaire en voix par rapport à la droite : 42,96 % des voix contre 40, 56 % des voix à la droite.

Mais c’était la première fois que le Parti socialiste était minoritaire au sein de la gauche, son total de voix étant inférieur au total de celui des autres candidats.

Est-ce à cause de la division, comme on le dit si souvent depuis ? Non.

Car il y avait autant de candidats en 1995 a gauche qu’en 2002. Il n’y avait pas plus ni moins de division. Or en 1995, au premier tour, Lionel Jospin était arrivé en tête avec 23,5 % des voix.

Il y a eu un déplacement entre 1995 et 2002. Pas de la gauche vers la droite ! Mais au sein de la gauche.

Ce jour-là, la gauche plurielle gouvernementale perdait 1,6 million de voix tandis que l’extrême gauche en gagnait 1,9 million : le centre de gravité de la gauche se déplaçait nettement vers la gauche !

Evidemment, les grands médias se gardent d’expliquer une analyse si contraire, en apparence, aux résultats en pourcentage : le 21 avril ce n’était pas une poussée à droite, mais une poussée à gauche.

Paradoxal ? Oui. Mais en chiffres absolus, c’est incontestable : sinon qui pourrait expliquer qu’il y ait 11 % des voix dans ce pays pour les candidats trotskistes ?

Des socialistes ont attribué le 21 avril à "la faute aux autres" : en vrac, aux "abstentionnistes", à "ceux qui ont dispersé leurs voix", à la "diversité de la gauche", aux "gauchistes qui divisent", à tous ceux qui n’ont pas compris, ne se sont pas rendu compte, n’ont pas vu le danger, etc.

Mais le vrai problème clef c’était celui de la coupure entre la direction principale de la gauche, socialiste, et sa base populaire.

Ce n’était pourtant pas faute de signes avertisseurs : lors des élections municipales de mars 2001, déjà, nous avions été nombreux, dans le Parti socialiste à tirer le signal d’alarme. Nous avions insisté avec force sur la nécessaire fusion, tôt et dans de bonnes conditions maîtrisées, entre le Parti socialiste et le mouvement social, entre la gauche institutionnelle et la gauche militante, "motivée".

D’autant que lors de nombreux scrutins européens, la social-démocratie s’était vue, parallèlement, sanctionner pour des raisons semblables, l’Europe rose laissant la place à une vague bleue... La gauche était au pouvoir dans 13 pays sur 15, au sein de l’Union européenne, en 1997, et si, peu à peu, cette situation s’est inversée, ce n’était pas le résultat d’une fatalité. C’est qu’au lieu de répondre aux attentes des peuples et d’engager le chantier de l’Europe sociale, les différentes directions des partis sociaux-démocrates, ont subi l’Europe libérale, monétaire, marchande, laissant les pouvoirs aux multinationales toutes puissantes, et aux technocrates libéraux soucieux de déréglementer les services publics, de rogner les interventions économiques des états et des citoyens.

Il a fallu le « choc » du « non » du 29 mai 2005 pour que cela ré apparaisse comme explication !

Car les forces populaires des différentes gauches n’étaient pas vaincues, ni réellement minorisées : ni en France comme on l’a vu, ni en Europe où il y avait une grande combativité : de Porto à Goteborg,, de Nice à Laeken, de Gênes à Barcelone, Séville et Rome, depuis 1997, c’étaient chaque fois des centaines de milliers de manifestants, parfois des millions qui ont défilé pour l’Europe sociale, avec leurs syndicats et leurs associations, type Attac.

Il était quand même contradictoire de constater que les mobilisations montaient et que le cours politique à gauche en Europe semblait inversé. C’est bien la faute aux partis socialistes qui ne "prenaient" pas "le vent" des impatiences sociales !

Cela a été vérifié sans cesse depuis : deux millions de manifestants le 1er mai 2002 dans les rues, ce n’était ni un signe d’atonie sociale, ni un signe de recul a gauche. Le Pen a mobilisé ses vieilles badernes habituelles devant la statue de Jeanne d’Arc. Ce pays est socialement disponible en avril 2002, notamment sa jeunesse. Trente millions de jours de grèves en 2003, 140 jours de luttes pour les retraites, 11 journées nationales enseignantes, 9 journées interpro-fessionnelles, 4 jours de manifestations avec plus de 2 millions de participants. A la fin, même après la trahison de la direction de la Cfdt qui signe avec Raffarin il y a encore 66 % de l’opinion contre la réforme des retraites. La preuve que ce mouvement a subi un échec sans avoir été vaincu, c’est que ce sont Chirac et Chérèque qui en ont payé le prix : Chirac a perdu toutes les élections ensuite et Chéréque a perdu 100000 adhérents, 13 % de membres et 6 à 7 % des voix aux élections professionnelles. Mobilisation électorale le 28 mars avec 7 % de participants de plus, à des élections cantonales et régionales qu’on disait peu mobilisatrices : 21 régions sur 22 à la gauche, 51 départements sur 100, raz-de-marée contre la droite. Mobilisation électorale le 13 juin pour les européennes, le Parti socialiste obtient le score record de 30 % des voix. Mobilisation pour le referendum du 29 mai, grande politisation et la gauche l’emporte au sein des « 55 % » de « non » qui refusent la constitution ultra libérale en même temps que la politique de la droite. Toute l’année 2005 est une année de mobilisations sociales importantes (20 janvier fonctionnaires, 4 février 35 h, 5 mars Gueret, 10 mars grève, 16 mai Pentecote, Carrefour, Sncm, 4 octobre...) De janvier à avril 2006, raz de marée opiniâtre contre le Cpe, à la fin 3 ?5 millions de manifestants... unité de toute la gauche, même pas de « oui » de gauche au Cpe...

Si le 21 avril avait été une victoire de la droite en profondeur, en réalité, on n’aurait pas eu tout cela ensuite...

Il est rare, dans un pays, qu’en 4 ans, il y ait une telle conscience profonde et répétée contre la politique libérale. Il n’y a que les médias superficiels qui peuvent faire semblant de croire que tout cela est éphémère et qu’il y a des hésitations dans l’opinion profonde. Les mobilisations de ce type expriment mieux la conscience populaire que n’importe quoi d’autre. C’est l’énergie, la créativité, la conscience populaires qui se manifestent ainsi.

C’est un éclairage a posteriori sur le 21 avril : le mouvement électoral ce jour-là, indiquait un glissement à gauche, un rejet plus grand du libéralisme ET du social-libéralisme, c’est-à-dire qu’une partie plus grande d’entre eux, au sein de la gauche, réclamait une politique qui fasse moins de concessions au libéralisme.

C’est déjà l’origine des bons résultats qu’avait eus Lionel Jospin en 1995 et de sa victoire en1997 : il avait acquis cette victoire du 1er juin 1997, dès le premier jour, lorsque Chirac avait dissous l’Assemblée, et que dans l’émission 7/7, il avait annoncé « les 35 h sans perte de salaires ». C’était un objectif phare, mobilisateur et le peuple de gauche ne s’y était pas trompé.

Et, il faut le dire, Lionel Jospin a dirigé un gouvernement parmi les meilleurs gouvernements de la gauche, comparable au premier gouvernement Mauroy. Il a tenu cinq ans avec une opinion favorable. Dans les trois premières années, les choses ont avancé dans le bon sens. Mais moins bien dans les deux dernières années. Il avait encouragé, en faisant régresser le chômage, des espoirs populaires de « sortie du tunnel » qu’il n’a malheureusement pas satisfaits dans la dernière période et encore moins fortifiés dans sa campagne électorale de 2002.

Lionel Jospin disait souvent dans ses discours, de 1998 à 2002 qu’il "reconnaissait des impatiences sociales". Ce sont ces impatiences sociales qui se sont révélées le 21 avril. Des millions d’électeurs ont voulu lui faire savoir qu’ils voulaient que la gauche aille... plus à gauche. Ils ont voté Besancenot ou Laguillier, pour donner un « signe » en ce sens et s’apprêtaient à voter « Jospin » au deuxième tour. Nul ne peut le prouver, mais dans un duel Chirac-Jospin le 5 mai, c’était Jospin qui était élu : cette certitude a d’ailleurs nui à la campagne du candidat qui était tourné vers le deuxième tour, avant le premier. Malheureusement cela s’est terminé par le « gap » de 194 558 voix que l’ont sait.

Tout cela a été oublié trop facilement par certains, mais pas par la majorité des Français : la gauche, c’était mieux, il n’y a pas photo, que la droite. Cela nécessite d’y revenir après cinq ans de tsunami libéral Chirac-Raffarin-Sarkozy-Villepin.

Car, en vérité, la France allait mieux après cinq ans de gouvernement de gauche...

La France, oui, mais pas tous les Français.

La croissance, le recul du chômage rendaient encore plus intolérable, à ceux qui la subissaient, la misère sociale créée par la crise antérieure : ceux qui n’avaient pas bénéficié du progrès des années 1997-2000 souffraient d’autant plus intolérablement, et ils demandaient un volontarisme, un interventionnisme de l’état dans l’économie, que le gouvernement Jospin n’avait malheureusement pas voulu avoir. Il n’avait pas frappé assez fort pour faire face aux urgences sociales, pour combler les inégalités, pour redistribuer les richesses.

2°) Sur le fond, il y a deux causes profondes au 21 avril : La première, c’est le bilan du gouvernement Jospin qui était nettement partagé, positif et négatif, pas unilatéral. On a pu, certes, souligner qu’il était "le plus à gauche d’Europe". Mais au plan intérieur il était pourtant en dessous des exigences sociales des salariés français, ce qui l’a perdu.

La deuxième est dans la campagne de Lionel Jospin : elle n’a pas su dessiner un projet de transformation sociale assez radical pour séduire ceux auxquels il était vraiment censé s’adresser. Pas de projet de changement de société, pas d’idéal socialiste, pas de souffle global, pas de mesure-phare pour le salariat.

En matière de bilan, qui nous occupe ici, il faut combattre le simplisme selon lequel Lionel Jospin aurait "agi comme la droite", et qu’il aurait "été social-libéral comme Blair". C’est de bon ton de la part de ceux pour lesquels « tout est gris » et qui ne regardent que leur nombril, leurs indignations, leurs impatiences, mais pas les nuances de la vie politique concrète vécue par des dizaines de millions de gens.

Dans le rapport de force français et mondial, le gouvernement "rouge-rose-vert" de Lionel Jospin avait des caractéristiques plus avancées, qui le distinguait significativement des tenants de la "troisième voie" Clinton-Blair. Il était davantage proche de ce que fut le premier gouvernement de la gauche en 1981-82. Il a opéré certains choix volontaires que le reste de la social-démocratie européenne refusait à cette époque les "35 h sans perte de salaire", des droits nouveaux du travail, le maintien des retraites, la CMU, l’APA, mais aussi le PACS, la parité, l’IVG à 14 semaines, des pas vers le non-cumul des mandats...

La France était, après novembre-décembre 95, la défaite de Chirac en 97, et au terme des cinq ans de la gauche, en 2002, un des pays au monde les plus avancés socialement, Cela provenait d’un rapport de force, qui est lui-même un "résultat différé" de la grande grève générale de novembre-décembre 1995 et de la mise en place d’un gouvernement de coalition rouge rose verte.

Cela provenait aussi de ce qu’au cours des années 1997 - 2000, la combativité des salariés (nombre de jours de gréve, durée des grèves, caractère massif des grèves, priorité revenue aux revendications salariales, etc.) avait été remarquablement dynamique et croissante : pour la première fois depuis les années 70, l’activité sociale se re-développait à un rythme très fort (Cf. Le Monde, 7 mars 2000).

En cinq ans, le salariat s’était renforcé et non pas affaibli.

La masse salariale globale a ré augmenté par rapport au capital. Pour la première fois depuis deux décennies. De 1977 à 1997, la politique de développement du chômage et de précarisation de l’emploi avait pesé sur les salaires et obtenu une hausse importante de la part des profits dans la valeur ajoutée : elle était passée, en France, de 31 % à 41 %. De 1997 à 2002, le gouvernement Jospin a stoppé cette régression de la part des salaires dans la valeur ajoutée : elle n’a pas ré augmenté, mais elle a stagné à 59 %.

Les inégalités qui se creusaient sous la droite, ont été freinées (cf. "CAC 40 des inégalités" d’Alternatives économiques) puis ont stagné elles-aussi. Ce gouvernement a favorisé délibérément la croissance, et fait reculer le chômage de masse : 1 742 000 emplois créés en cinq ans dont 643 000 dans la seule année 2000, record historique sans précédent (+ 4,3 %). Le taux de chômage des jeunes est passé de 28 % en 97 à 18,7 en 2000.

Il a imposé une avancée majeure avec la réduction du temps de travail par la loi à 35 hebdomadaires : 400 000 emplois créés, 21 millions de salariés concernés, même si, hélas, un sur deux en a réellement bénéficié, et encore un sur trois, parmi ceux-là, en a vraiment profité comme une conquête sociale (2 à 3 millions de salariés). Une loi pleine de contradictions mais nettement plus avancée que n’importe où ailleurs.

Il y a même eu un petit début de recul de la précarité (- 0,4 % environ) des CDD (- 33 000 soit une baisse de 1,5 % entre mars 2000 et mars 2001) temps partiels (- 0,6 %) en fin 2000, début 2001 et une forte baisse du chômage partiel (-64 % en 1999) y compris des "emplois aidés" (de 455 000 à 408 000). L’intérim baisse fin 2000-2001 mais il ré augmente en 2° semestre 01. Il y a eu aussi une hausse du nombre et de la durée moyenne des CDI.

Tout cela a réellement distingué Lionel Jospin du reste de la pratique social-démocratie européenne. Ceux qui ont intérêt à le nier ou à le sous-estimer privent notre gauche française d’autant de point d’appui, de référence sur ce qui est possible, et d’espoir d’aller plus à gauche.

Ni Laurent Fabius, ni Dominique Strauss-Kahn n’avaient apprécié à l’époque et ne l’avaient fait savoir, les aspects les plus avancés des 35 h ou de la loi de modernisation sociale. Seul Laurent Fabius est revenu depuis, et l’a expliqué sur l’appréciation de ce qu’il défendait en matière de baisse d’impôts et en matière sociale.

En vérité, à l’heure du bilan, en 2002, il y avait de quoi se féliciter de ce que le socialisme français ait plutôt été un pôle de résistance au social-libéralisme, et à "la troisième voie" façon Blair... même si, encore une fois, cela n’a pas été suffisant pour répondre au niveau des exigences sociales. Et c’est tout le drame du 21 avril.

Regardons-y de plus prés :

L’Europe :

D’Amsterdam (juin 1997) à Barcelone (mars 2002), l’acceptation de compromis, sans bataille ouverte, sans orientation compréhensible, par le gouvernement Jospin a abouti à laisser en permanence l’Europe libérale l’emporter. Parce que la situation économique était bonne, il n’y avait pas d’inflation, le commerce extérieur était excellent, les déficits limités, une politique de relance était possible, les critères de Maastricht et d’Amsterdam ont été relativisés pendant cette période.

Mais dés qu’au milieu 2001, des nuages noirs se sont amoncelés dans la situation économique internationale, le carcan des critères maastrichiens s’est refait re-sentir, les mises en garde contre les déficits, ont recommencé, l’échéance de 2004 est réapparue. Et à Barcelone, le 23 mars 2002 en pleine campagne électorale, Lionel Jospin est obligé de côtoyer, comme en juin 1997, Jacques Chirac en faisant mine de s’entendre avec lui... et d’accepter des mesures indignes sur les retraites et contre les services publics ! Pire : Lionel Jospin a même engagé la polémique électorale en accusant Chirac de faire des promesses incompatibles avec le "déficit-zéro" exigé par les libéraux à Barcelone !

Il fallait accuser Chirac du contraire : de ne pas se battre pour desserrer l’étau du "déficit-zéro" fixé en 2004. D’autant qu’en Europe nous n’étions pas les seuls à vouloir le faire !

Les 35 h :

Il a fallu cinq ans, deux lois, des dizaines de décrets et de circulaires, des dizaines de milliers d’accords ad hoc, 105 milliards, une "usine à gaz" juridique, pour permettre à une partie trop restreinte des salariés d’obtenir les 35 h. Autant le projet était grand et conquérant, historique, autant il a été géré petit bras, en multipliant les concessions à un patronat pourtant délibérément hostile et décidé à saboter le projet par tous les moyens. Ainsi, il apparaît dans les sondages, une perception mitigée des 35 h : tous les maux du monde leur ont été attribués (gel des salaires, flexibilité, annualisation, augmentation des cadences, non embauche, "travail à deux vitesses, forfaits-jours, etc. selon la taille des entreprises, les branches, ou le secteur privé ou public...)

L’article n°1 des deux lois "Aubry" - la durée légale à 35 h - est pourtant une avancée fantastique, aussi importante que les 40 h en 36, les 39 h et la cinquième semaine en 82. Les jours de réduction du temps de travail s’ajoutent aux congés payés : on est ainsi passé, grâce à la gauche, entre 1936 et 2002 de deux semaines à six semaines de congés payés, record dans le monde.

La réduction du temps de travail était conçue à juste titre comme l’instrument privilégié de lutte contre le chômage de masse : si elle n’a créé que 400 000 emplois, c’est en raison des timidités d’application et, bien sûr, du sabotage, de la "guerre" déclarée menée par le patronat. Mais il aurait été possible à tout moment de faire autrement et mieux : la Gauche socialiste, n’a cessé de le redire, de proposer des aménagements juridiques précis, argumentés, réalistes, aux deux lois du 13 juin 1998 et du 19 janvier 2000.

Le pire est que le Parti socialiste et son candidat aient même donné l’impression de "tourner" sur le bilan des 35 h et ont décidé de ne pas mener campagne sur ce thème. Ainsi s’explique "l’oubli" incroyable pendant la campagne électorale, de ces 35 h, réduites en une ligne, page 4 du programme du candidat : contresens, erreur politique et pédagogique considérable alors que 9 millions de salariés (4,5 millions dans les entreprises de moins de 20 salariés 4,5 millions dans le secteur public) ne "découvraient" lesdites 35 h qu’à partir du 2 janvier 2002, en février et mars, en pleine campagne.

Il avait même proposé un "assouplissement" des 35 h pour les entreprises de moins de 20 salariés : c’est ainsi que des millions de salariés des petites entreprises n’ont vu que du feu en guise de 35 h... ce sont pourtant ceux-là au bas de l’échelle du salariat qui souffrent le plus et ne voient jamais rien venir des réformes de la gauche... Il aurait fallu une politique offensive, convaincue et pratique pour développer tous les avantages des 35 h : avoir fait l’impasse sur cette mesure emblématique (celle-là même qui avait permis de gagner en juin 97) fut une immense erreur - encore sous-estimée gravement par la direction du parti.

La question des retraites :

Elle fut tout aussi mal utilisée. Pourtant Lionel Jospin a eu un rôle concret positif : il a protégé nos retraites pendant cinq ans, dans la foulée de la grande grève de novembre-décembre 1995 qui les avait déjà vigoureusement défendues contre le gouvernement Chirac-Juppé.

Finalement, en abrogeant la loi Thomas sur les fonds de pension (tardivement, 17-1-02, loi de modernisation sociale), en défendant la retraite par répartition (intervention en mars 2000, rapport du COR, décembre 2001), et l’âge de départ officiel à 60 ans, (y compris après Barcelone, 23 mars 2002) en demandant des rapports différents de l’erroné "livre blanc" de Michel Rocard, en mettant en place un "fonds de réserve", en refusant toutes les pressions, pourtant forcenées, du Medef contre les retraites complémentaires, (blocage du 31-12-00, accord du 11 février 2001 avec détournement de 16 milliards, trois mois de cotisations !)

le gouvernement rouge, rose, vert, répondait en partie aux attentes des Français.

La question des retraites, comme celle du Smic, de l’Ecole et de la "Sécu" comptait et compte parmi les grandes questions décisives dans l’opinion, la culture, les "réflexes sociaux" profonds des Français. Elle est même au "palmarès" des préoccupations et elle avait, rappelons-le, suscité encore une fois, la plus grande manifestation de la législature, le 25 janvier 2001. Mais, paralysé par ceux, qui estimaient qu’il était "aussi courageux d’aligner les fonctionnaires sur les 40 années de cotisation du privé... que d’être contre la peine de mort en 1981", ou qui proposait dans Le Monde de faire reculer les fonctionnaires à 40 annuités, Lionel Jospin, pas aidé par ses proches, laissait percer des intentions contradictoires, inquiétantes pour des millions de salariés !

Paradoxe : le gouvernement refusa en novembre 2001 le principe de verser une retraite à taux plein à ceux du privé qui avaient travaillé 40 ans... et le candidat le proposa en mars 2002.

Pourtant, la Gauche socialiste avait argumenté en temps utile sur l’importance de cette question (comme sur d’autres) et de nombreux votes dans les fédérations avaient démontré qu’une immense majorité du Parti socialiste (et de toute la gauche, et de la France...) étaient favorables à un retour aux 37,5 annuités pour tous, privé et public.

La question de la sécurité et de la justice avaient été aussi des terrains de débats en grande partie ratés. Les avancées sociales de la législature "rouge rose verte" n’avaient pas suffi à faire reculer les dégâts antérieurs de la crise économique. Trop de misères, trop de chômage de longue durée, trop de jeunes sans emploi, trop de quartiers ghettos, trop d’économie parallèle, trop de délinquance, le cancer était profond dans nos villes, nos écoles, nos hôpitaux. Il fallait non seulement que la France "aille mieux" mais que les Français sentent massivement que l’immense majorité d’entre eux "allait s’en sortir"...

Dégradation des quartiers, zones de non droit, recul des services publics, policiers tués, accidents du travail en hausse, accidents de la route catastrophique, violences à l’école, drogue... L’insécurité était multiforme et plus gravement ressentie en période de sortie de crise, de relance. Des années de destruction du tissu social, de la vie associative, syndicale, politique, de l’encadrement de la jeunesse, des espoirs ne pouvaient s’effacer par simple effet de la croissance.

L’insécurité libérale avait mis en péril le modèle républicain : peur du lendemain, peur de la perte d’emploi, du logement insalubre, de la banlieue grise, peur des "vieux jours", peur de l’isolement, de "l’autre", de l’étranger, de la petite délinquance de proximité qui met en jeu les maigres et rares biens, tout cela a été longuement exploité par l’extrême droite et la droite chiraquienne. Tout comme l’immigration, c’était un leitmotiv réactionnaire prégnant.

Au lieu d’y faire face, frontalement la gauche et Lionel Jospin se sont enlisés sur la défensive, allant même jusqu’à dire que, sur ce terrain, il n’y avait « pas de différence droite et gauche ».

Le gouvernement aurait pu répondre plus activement contre « l’insécurité sociale » et satisfaire aux "urgences sociales" : mais c’était se heurter frontalement l’idée que, "pour gagner il fallait baisser les impôts" ! Alors qu’au contraire, il ne fallait pas se placer sur la défensive à propos d’une "cagnotte publique", il fallait s’en prendre à l’immense "cagnotte privée" produite par la croissance et en engager la redistribution.

Il fallait, plus frontalement une politique de "sécurité globale", tout azimut, incluant prévention, éducation des jeunes, école, insertion, emploi, réhabilitation des logements, redéploiement des services publics (dont la police républicaine, les éducateurs sociaux, une justice plus efficace).

On aurait du prôner une sécurité globale, sociale, détaillée, avec tous les éléments de prévention, d’éducation et de fermeté nécessaires. Au lieu de cela, on laissa accréditer l’idée qu’il n’y avait "pas de différence" avec la droite sur ce terrain et... celle-ci finit par réduire les réponses à l’insécurité sociale à la seule répression policière. Jusqu’à ce que Raffarin et Sarkozy remplacent "l’état social" par "l’état pénal"... aidés par des médias que la gauche a laissés presque entièrement contrôlés par les toutes-puissances financières hostiles.

La question du droit du licenciement (c’est aussi une question de sécurité et de justice) est de même nature dans le bilan et dans la campagne électorale. Lionel Jospin avait repris, en mai-juin 97, la proposition de rétablir une forme de contrôle administratif sur les licenciements. Elle figurait dans son discours d’investiture devant l’Assemblée nationale.

J’avais proposé et cela avait été adopté unanimement par le Parti socialiste, un dispositif adapté, de type nouveau pour permettre à la puissance publique de venir en appoint aux luttes syndicales, aux institutions représentatives du personnel et pouvoir dire "stop" aux licenciements dits de convenance boursière, y compris aux licenciements abusifs individuels qui minent la vie de tant de "petits" salariés...

Cette promesse ne fut pas mise en oeuvre alors que plusieurs fois la question rebondit négativement : lors des licenciements Michelin (automne 1999 : "l’état ne peut pas tout") et lors des plans "sociaux" Danone et Marks & Spencer (forte baisse de la popularité de Lionel Jospin consécutive au printemps 2001 au refus de faire intervenir l’état : "nous ne sommes pas pour une économie administrée").

Est-ce que l’état est là seulement pour subventionner sans contrôler ?

Est-ce qu’il est là pour distribuer les aides à l’embauche mais ne peut dire "stop" lorsque les licenciements sont visiblement abusifs ? Est-ce que l’état ne peut "rien" en économie ? Donner le sentiment d’impuissance publique en la matière a été un terrible affaiblissement. D’ailleurs l’effet dans les sondages au printemps 2001, lors des grandes manifestations contre les plans sociaux en série (Danone, etc.) a été dramatique, et chaque fois que le sujet est réapparu, l’opinion était constante à reprocher l’inaction du gouvernement. Jusque dans la campagne électorale où le Premier ministre ne sait répondre au salarié de chez LU, en Essonne, devant les caméras.

La loi de modernisation sociale, dernière occasion, sinon d’interdire, mais de freiner et de rendre plus difficiles les licenciements massifs abusifs, ne fut même pas adoptée en procédure d’urgence, elle traîna de juin 2001 au 17 janvier 2002, ne fut pas mise en oeuvre sérieusement avant le 21 avril. Il n’y eutaucune tentative pourcontrer la censureéhontée du Conseil constitutionnel. Même le doublement des indemnités individuelles de licenciement ne rentra en application... que par un décret du 7 mai 2002 ! Il faut dire que cette loi avait l’opposition de Laurent Fabius et de DSK qui y voyaient une "gêne" pour les entreprises !

C’est parce qu’il n’a pas réduit suffisamment les inégalités, pas assez corrigé les effets de la crise antérieure, pas assez redistribué les richesses que Lionel Jospin a été battu.

La Gauche socialiste avait fait, au Congrès de Brest, un thème central de "l’urgence sociale", de la nécessité de renverser le cours des choses. Nous n’avons pas mené ce débat en vain. Il y a eu une lutte autour de cette question.

Hélas, la recherche de "l’équilibre", souci permanent de Lionel Jospin ne donne pas la clef d’une vraie politique sociale : la France était dans un état ou il ne lui suffisait plus d’une politique d’amélioration économique avec des effets sociaux, il fallait des mesures d’urgence, de correction volontariste du fossé, de la fameuse fracture sociale qui avait été créée, développée, tout au long des années de crise.

La masse salariale a augmenté de 1997 à 2002. Mais les salaires individuels n’ont pas suivi : il fallait une redistribution massive des richesses pour compléter le tout, donner un sens aux cinq années et introduire les possibilités de victoire pour cinq autres années. Pour cela il fallait affronter le Medef, pas concilier avec lui.

Tout le reste de la politique contradictoire du gouvernement est un peu comme cela : un pas vers la taxe Tobin in fine, mais hésitation, un pas contre la mondialisation, pour rencontrer Attac, mais pas de voyage à Porto Alegre, et meeting discret avec Lula à Bordeaux, clivage à Malmö au sein du PSE en début de mandat, mais silence à Berlin en 2001, signature avec Chirac à Barcelone etc.

Cette recherche paralysante d’"équilibre" si difficile, a souvent gâché des chances : par exemple, sur les questions des sans papiers, de la double peine, et quelques autres sujets comme le droit de vote à 16 ans, et l’allocation-autonomie pour la jeunesse.

Tous ces points constituent un ensemble inséparable : le "succès" de Lionel Jospin, dans l’opinion, réussissant brillamment, à la surprise générale, à "tenir" cinq ans, est aussi, paradoxalement, la cause de son échec. Il a encouragé des espoirs qu’il ne s’est pas donné les moyens de satisfaire. À la différence de ses prédécesseurs, il avait fait avancer les choses dans le bon sens et à cause de cela, il avait encouragé une opinion qui s’est mobilisée, il améliorait les rapports de force, mais il n’avait pas suivi cette nouvelle "donne". Entouré de "technos", pas assez de militants de terrain, il n’avait pas senti ou trop tard, cette immense attente à gauche.

D’où le "gap". 194 558 voix.

D’où ce "gap" particulier ou il part gagnant, et où il perd tragiquement.

Conclusion : Le pire, c’est que tout se passe comme s’il n’y avait pas de mémoire de tout cela. On ne pourra ignorer « l’inventaire » de 1997-2002 dans la campagne électorale à venir. On ne peut pas partir avec une candidate oublie-tout, à côté du parti et de ses bilans, comme si il ne s’était rien passé et comme si elle n’y avait pas été impliquée elle-même.

L’inventaire est nécessaire.

Pour Lionel Jospin comme pour tous les autres candidat(e)s. L’ardoise doit être lue, comprise, avant de l’effacer et d’y réécrire.

Ignorer ce qui a pêché en détail sur les 35 h, le licenciement, la droit du travail, l’Europe, les salaires, n’est pas de bon augure pour repartir et gagner. Surtout il faut comprendre ce qu’est le rapport des forces profond, le 21 avril et depuis, ce qui s’est passé avec les retraites en 2003, lors des scrutins de 2004, le 29 mai 2005 et la grande bataille victorieuse contre le Cpe. Le 4 avril 2006 : il y avait 3,5 millions de manifestants dans les rues de toutes les villes de France. Pas seulement des jeunes : j’ai été surpris d’entendre plusieurs fois des manifestants âgés, venir me dire « tu vas voir, on va aussi leur reprendre nos retraites ! ». Aspiration populaire de fond ! Comme l’aspiration sur les salaires !

Le peuple français est de gauche, mais il faut que la gauche soit à sa hauteur. C’est ça la conclusion de l’inventaire.

http://www.democratie-socialisme.or...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Retour sur le bilan de Lionel Jospin
25 septembre 2006 - 22h41

En effet, M. Filoche, il y a de grandes chances pour que le peuple français soit de gauche. S’il n’est pas entendu en 2007, je crains que le terrain des explications soit la rue. J.



> Retour sur le bilan de Lionel Jospin
26 septembre 2006 - 21h15 - Posté par

De quoi as-tu peur ?


> Retour sur le bilan de Lionel Jospin
25 septembre 2006 - 23h40

GERARD FILOCHE CANDIDAT DE L’A.U ?

Lisant la longue et documentée contribution du camarade FILOCHE sur ce site, et par les temps qui courrent, n’y a-t-il pas lieu de se poser quelques questions :
- veut-il servir de Mr BONS OFFICES entre le PCF et la LCR....bizarre....
- prépare-t-il le terrain de FABIUS ?

Mais sont-ce les bonnes questions ?

Ou n’est-ce pas LA démonstration que la France souhaite des gouvernants vraiment à gauche ?

Si c’est le cas camarade Gérard : viens avec nous...à l’A.U....on t’y attend.

Jean-Claude COUALAN



> Retour sur le bilan de Lionel Jospin
26 septembre 2006 - 06h31 - Posté par

j’adhère à 100% à l’analyse sociologique et politique de Filoche et je ne vois aucune manoeuvre dans celle-ci...

Je comprends même qu’avec une telle analyse il ne soit pas tenté par les Comités unitaires. A tort ou à raison ces comités ne répondent en rien à son analyse sur la rupture avec les couches populaires et encore moins avec la constitution d’un rassemblement populaire majoritaire, la gauche "anti-libérale" semble actuellement avoir à coeur de caricaturer le PS.


> Retour sur le bilan de Lionel Jospin
26 septembre 2006 - 09h25 - Posté par

Mr Filoche fait une analyse intéressante à gauche, avec le glissement vers les partis de la gauche trotskiste. Sur l’estrème droite, l’analyse est plus délicate.

Gérard Filoche prend des groupes, en mettant DeVilliers et LePen dans la même équipe en 1995. Le FN a toujours revendiqué son isolement et continu de le faire. Dire que Lepen à perdu des voix en 2002 n’est pas exact.
1988 : Le Pen 4.376.000
1995 : Le Pen 4.571.000
2002 : Le Pen 4.804.000

La progression du FN est donc constante, ce malgrès l’abstention, qui semble toucher plus les autres formations que le FN. Le voix de DeVilliers en 1995 étaient plus proche d’un RPR dur que d’un FN, puisqu’a l’époque, de Villiers n’était pas encore dans sa croisade intolérante.

Le risque pour 2007 est grand, puisque le candidat du "NON" à la constitution le mieux placé risque bien d’être LePen avec un score avoisinant les cinq millions de voix. L’incapacité d’une candidature commune des nonistes de gauche laisse actuellement la voix au socialiste du "Oui".
La Perspective d’un trio de tête Sarko, Ségo, Lepen laisse que peu de choix aux nonistes.

Imaginons un second tour :

Sarko-Royal : La victoire du Oui à coup sur.
Sarko-Lepen : Sarko gagne logiquement, les socialos votant contre Lepen, c’est la victoire de l’Europe qu’a refusé le peuple
Ségo - Lepen : Là, le résultat est moins sur. Ou iront les voix sarkozistes chauffées à coup d’immigration controlée par le ministre de l’intérieur ? Ou iront les voix des nonistes de 2005 face à une ségolène pro européenne ?

Le seul recours ? Une candidature unique dans la gauche noniste !

A.D.


> Retour sur le bilan de Lionel Jospin
26 septembre 2006 - 09h32 - Posté par

...hélas, cher intervenant, le PS n’a besoin de personne pour se caricaturer, il n’était que d’entendre Hollande ce matin sur France Inter dire à propos des régimes spéciaux :
"qu’il fallait remettre à plat les régimes de retraite"...ben oui, évidemment, ces privilégiés et nantis à 1000 € par mois au lieu de 800, c’est insupportable...

Et que les régularisations de sans papiers " devaient se faire au cas par cas"....

...du Sarkozy dans le texte....à cette exception, c’est que ce n’était "pas admissible d’annoncer à l’avance le nombre de régularisations" comme l’a fait Mr.Sarkozy....

Caricature disiez vous ?...

Onvaltrouver


> Retour sur le bilan de Lionel Jospin
26 septembre 2006 - 10h30 - Posté par

Hollande a dit aussi qu’il était pour un grand service public de l’énergie, dans le respect des directives de Bruxelles bien entendu !

Décidément, que fait Filoche et les socialistes sincèrement à gauche dans ce parti démocrate à la mode US ?


jospin , un autre socialiste sioniste et pro-américain
26 septembre 2006 - 10h48

Les arabes ne voteront jamais pour Jospin,ce un socialiste français sioniste et pro-américain

http://www.ism-france.org/news/arti...



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 10h50

et pas un mot sur les privatisations de Jospin. Bravo Filoche ...
Jospin, qui a plus privatiser que Balladur et juppé réunis, ça merite un petit débat non ?



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 11h03 - Posté par

Tout merite débat , c’est sur !
Mais ou etaient les donneurs de leçons d’aujourd’hui , entre 97 et 2002 , quels grands mouvements pour une vraie politique de gauche ont ils impulsés ?
c’est facile aprés coup de critiquer ce que la gauche plurielle à fait , mais qu’avons nous fait tous ensemble pour qu’elle aille plus loin , nous les antiliberaux pur jus , avons nous par exemple exercé une pression politique sur les députés socialistes ?
poser la question , c’est y répondre , nous avons comme dab attendu que tout vienne du sommet , alors un peu plus de modestie dans la critique !
Et tout bien pesé , je prefere et de loin les cinq années de la gauche plurielle que les cinq (presque) années qui ont suivi .
claude de Toulouse .


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 11h45 - Posté par

c’est quand même gonflé de faire porter la responsabilité de l’orientation libérale du gouvernement Jospin sur nous !
Le PCF a fait la connerie de participer à ce gouvernement alors même qu’il était évident que le rapport de force en 97 ne permettait pas de mettre une pression suffisante sur Jospin pour qu’il mène une politique qui s’écarté de l’intégration libérale de l’europe, dans la droite ligne de Maastricht. On a eu Amsterdam, Nice, etc ...
SAns compter que Robert Hue, relayé par certaines organisations de la CGT, a tout fait pour que le rapport de force soit inexistant comme lorsqu’il avait tenté de faire applaudir la privatisation de France-Telecom à la fète de l’huma. Il n’a obtenu que des sifflets en retour. Faire peser la responsabilité du sinistre bilan du gouvernement Jospin sur les militants anticapitalistes qui n’auraient pas suffisament bougés alors que le PCF de l’époque sous la houlette de Hue s’acharnait à les faire taire ou à les marginaliser, c’est un peu fort !
C’est quoi ton but ? dédouanner Robert Hue et la direction de l’époque ainsi que le PS de ses responsabilités ?

Jips


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 10h58

les arabes ne voteront jamais pour lionel jospin (suite) :

"En tant qu’individu, en tant qu’amoureux de la beauté et de l’Histoire, je préfèrerais de beaucoup que la capitale soit à Jérusalem plutôt qu’ à Tel Aviv" Jospin

source : http://users.skynet.be/suffrage-uni...



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 11h02

Quant à faire le bilan autant le faire complètement . Lionel Jospin avait dit qu’il se retirait de la vie politique après le 21 avril . Que fait il ici ? Je n’aime pas les gens qui disent une chose et en font une autre .
Pour ma part une des raisons de l’échec de 2002 est le thème de la campagne ...L’INSECURITE . Ce thème est un thème du FN et personne à gauche n’a dénoncé la volonté populiste de Chirac.
Pourris par la télévision (toutes chaines confondues) les francais ont eu un réflexe sécuritaire et c’est pour cela que nous avons eu deux canditats de droite au deuxième tour.
D’autre part je ne pense pas que la politique de Jospin pendant cinq ans a été une vraie politique de gauche. La preuve est qu’aujourd’hui nous avons deux gauches une socialiste et une autre anti libérale Beaucoup de gens de gauche n’ont pas voulu voter Jospin au premier tour pour signifier leur mécontentement de sa politique et votant pour lui au 2ème tour persuadés qu’il y serait..Mais les francais ont choisi une autre voie . Tout le monde à cru que le danger c’était Le Pen or Chirac est tout aussi dangereux . (la preuve...actuellement) dans le cas d’un duel Le Pen Sarko au second tour appeler à voter Sarko contre LePen est une erreur monumentale ...le vote blanc existe pourquoi ne pas l’utiliser ? Avec 81 % des gens qui ont voté pour lui Chirac a les mains libres de la légitimité populaire . Avec 35 % de votes blancs son étoile serai déjà plus terne ... Pour ma part je ne vote pas contre les gens mais pour les gens. Entre LePen et Sarkozy je choisis ni l’un ni l’autre et c’est là toute la valeur du vote blanc.
A propos.... le candidat qui décideras de réabliliter le poids politique du vote blanc aura ma voix ,dans le cas contraire comme disais je-ne-sais-plus-qui entre les élections et la campagne je choisis la campagne
A.R.



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
27 septembre 2006 - 00h26 - Posté par

Tout à fait d’accord : Jospin avait déclaré, devant la France entière qui l’écoutait, bouche, oreilles et yeux ouverts : "Je quitte définitivement la vie politique". C’était courageux. C’était digne. C’était frontal. C’était responsable.

Dans la position où il était, les mots ont un sens. Et une parole aussi clairement exprimée devant les électeurs, nécessite -et c’et un minimum- d’être fermement tenue. Il en va, non seulement de sa propre crédibilité, à lui, mais aussi de la crédibilité de ceux qui vont lui succéder.

Cette déclaration en effet ne l’engageait pas que lui, mais engageait tous les socialistes derrière lui. Je trouve qu’on ne le dit pas assez.

Abdel-Kader.


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 11h55

et voilà, nous savons pourquoi filoche est bien resté au ps : il veut que jospin reprenne sa place et soit le candidat du ps libéral, d’ailleurs il en avait parlé lors d’un repas avec des militantEs ici dans le coin en février dernier.

mais dans ce (très) long texte il "oublie" certains éléments :
 jospin est celui qui a lancé la tolérance zéro et donc l’état pénal nécessaire au libéralisme.
 

En cinq ans, le salariat s’était renforcé et non pas affaibli.

 : faux !! le ps a piégé les gens dans des bas salaires avec leur prime pour les bas salaires.

autrement je trouve qu’effectivement et je crois que nous en avons tous bien conscience la majorité des gens de gauche veut une gauche antilébérale et non pas libérale appuyée par un état pénal. filoche nous montre bien que les "têtes" au ps le savent bien, mais leur choix politique est définitivement ailleurs de toute évidence.

j’ai grandement honte d’un sarko réactionnaire et facho qui a besoin des médias et de 220 personnes pour en arrêter 12 personnes (dont 3 mineurs) ; qui mets les enfants en prison comme toute réponse et qui clame à coup/coût de sondages qu’il le fait en notre nom, mais j’ai encore plus honte des gens comme jospin et ceux du ps libéral pour avoir trahi la population française mais aussi avoir trahi un véritable socialisme.

je ne voterai jamais plus pour le ps quelque soit la situation, ces gens sont incapables de se remettre en question. AucunE d’eux n’est un chef d’état politique, ce sont des marionnettes du show bizz politique, il suffit de voir comment les médias (qui ne sont absolument pas neutres) ont "lancé" la star politique avec royal qui s’est trompée de parti semble-t-il.

l’unique possibilité sera un vote massif pour l’alternative non libérale si elle réussit à se consolider et à exister vraiment, sinon ce sera l’abstention massive et il faudra bien que "ça pète" au final. nous allons avoir du pain sur la planche pour trouver tous les moyens afin de les empêcher de "gouverner".

satya



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 20h19 - Posté par

D’accord avec toi, Satya.

J’ajoute : c’est sous Jospin qu’a été concocté et mis en oeuvre le PARE pour le contrôle des chômeurs et le dégraissage des chiffres. MEDEF et CFDT cul et chemise. C’est grâce à lui qu’aujourd’hui le MEDEF fait la loi et que 40 000 chômeurs sont chaque mois radiés.

Rose


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 16h48

Sur la présence de Le Pen au 2ème tour de 2002, on peut ajouter le coup de main final de Pasqua, qui s’est retiré pour laisser ses voix au facho en prétextant qu’il n’avait pas ses 500 signatures !! Pasqua, président de CG des Hauts-de Seine, ancien ministre de l’intérieur, fondateur du RPR et du SAC, qui ne peut réunir les signatures nécessaires, vous arrivez à croire à une pareille énormité ?? Moi pas, et dès le premier jour ! Mais on aura pas eu un journaliste pour éventer l’affaire ! A mon avis, parce que tout ça sent le coup monté entre Pasqua et Chirac qui n’avait plus , le pôvre, que ça pour éviter d’être battu et de voir les juges lui coller de trop près aux baskets. Et dans leur magouille, Chirac a bien dû promettre à Pasqua quelques non-lieux dans ses propres affaires judiciaires ! Je me trompe ?



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
26 septembre 2006 - 21h05

Prend ta retraite Jospin, tu l’as bien mérité en raison même de tout ce que tu as réussi, à en croire ce que tu dis. Repose-toi, mon gars, et ne t’en fais pas pour nous, on va continuer à se battre là où on est, la route de l’ile de Ré est coupée, il n’y a pas d’échappatoire pour nous, on ne peut pas se retirer, on est deadnas, quoi qu’il se passe et bien obligé de se battre, quoiqu’il nous en coûte. si tu connais la combine pour aller se reposer à l’arrière, tiens-nous au courant, sacré dégonflé !

Le tire-au-flanc qui s’ignore



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
27 septembre 2006 - 12h40 - Posté par

Gérard tu oublies la vieille proposition de loi des Communistes enfin inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée un peu avant la débâcle prévisible,( parce que beaucoup s’apprêtaient déjà à ne pas voter PS au second tour) sur l’interdiction des licenciements boursiers après l’affaire des LU et MICHELIN qui fut expurgée de sa partie la plus importante : l’interdiction... J’ai connu d’ électeurs PS votant Le Pen pour faire peur à la "gauche "de l’époque, d’autres révoltés contre les privatisations passées et annoncées sans "faiblesse"voter trotskystes pour donner un avertissement et pas pour la Révolution ;; ;


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
27 septembre 2006 - 20h53 - Posté par

EST-CE QUE NOUS NOUS RENDONS COMPTE QU’UNE CANDIDATURE ANTILIBÉRALE PEUT ARRIVER EN TÊTE DE LA GAUCHE AU PREMIER TOUR ? L’échec de Jospin et du PS évoqué par Gérard est aussi le sien. Le PS est allé trop loin dans la complaisance avec le libéralisme, au point que le doute de l’identité de gauche de ce parti persiste surtout chez les salariés victimes de sa politique.


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
27 septembre 2006 - 23h53 - Posté par

Cher Gérard Filoche

Quelques uns demandent pour qui tu "roules", aujourd’hui.

Hélas, ils ne le savent pas encore, c’est pour FABIUS, que tu as pris soin d’inviter à ton université de rentrée et dont tu as reproduit le discours pour le diffuser largement, ce qui marque, on en conviendra, si ce n’est un "ralliement" au moins une forme "d’attachement".

Tu veux depuis des années "ancrer à gauche le Parti Socialiste".

Avec Fabius ???

Risible...

Tu étais mieux à la LCR. Tu vieillis plutôt mal.

Un ami, quand-même


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
27 septembre 2006 - 23h53

Tres réconfortant toutes les réponses à G.Filoche, (qui filoche un mauvais coton) personne n’est dupe de cette pitoyable demonstration, ou la mauvaise foi le dispute à la malhonnetetée, si j’ai bien compris le peuple d’en bas est indigne d’un homme aussi vertueux , cela ferait rire si la situation n’était pas aussi grave,avec ce que nous preparent Sarkosy et S.Royale,

Claude

ps : L.Jospin n’est pas un grand commis de l’etat c’est un petit valet du capital



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
28 septembre 2006 - 08h51 - Posté par

Grâce à ton action au PS, les socialistes de gauche, vont dans l’unité servir à un ou une membre de l’oligachie des Maîtres du Oui.Tu démontres qu’il n’y a plus de place pour la Gauche dans ce parti déguisé en socialiste. Avec toi et tes camarades la taupe trotskyste de myope, est devenue aveugle.On ne tirera rien de "révolutionnaire" dans l’orientation de ce parti bâti pour conquérir et garder des places, avec un langage de gauche pour séduire militants de base et électeurs dans les limites des règles de l’Europe du Marché qu’il a contribué ardemment à construire.
Nous avons encore une chance d’arriver en tête au premier tour devant le PS des Éléphants et des parvenus de l’ENA, de SCIENCES PO, et de HEC fils et filles de "familles"( hauts fonctionnaires devenus patrons et actionnaires, et vice versa, patrons bénéficiaires de marchés publics passés à "gauche"...) qui le dirigent et en profitent grassement .Il est encore temps de rompre avec la gauche caviar. Nous sommes dans une période qui devient dangereuse par et l’injustice profonde qu’ engendre l’enrichissement d’un côté et la misère sociale et matérielle de l’autre. Le PS n’est plus crédible pour la Gauche JdesP


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
28 septembre 2006 - 10h54 - Posté par

Deuxième coïtus-interruptus de Jospin : il ne sera pas candidat.

Gérard Filoche ne l’ignorait sans doute pas quand il a écrit ce "bilan".

Son analyse me semble donc valable et non intentionnelle.

Flash


> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
28 septembre 2006 - 08h16

j’adhère tout à fait à l’analyse socio politique de Gérard Filoche.

Le pire de tout c’est que l’on a l’impression, que la leçon n’a pas été assez sévère en 2002.

Ségolène Royale ne m’est pas antipathique, mais je n’arrive pas à ôter de ma mémoire son commentaire hautain et méprisant lors de sa participation à une émission télévisée après la victoire du "non" au projet de traité européen : "la France a perdu ses enfants" ....a t-elle dit.Cela m’a beaucoup choquée. on ne peut pas se contenter de mépriser les personnes qui ne pensent pas comme vous.

Je n’ai toujours pas entendu - mais peut-être ne suis- pas assez attentive - ce que nos candidats proposent au sujet de l’europe sociale -
Par contre, j’observe au quotidien, qu’au nom de la rentabilité, on supprime chaque jour des services publics (réduction d’heures d’ouverture des bureaux de postes, suppression de postes d’enseignants, EDF/GDF, suppression du numéro unique pour les renseignements téléphoniques, remplacé par une kyrielle d’autres numéros dont personne ne peut se souvenir ...

Ah, C’est vrai, j’oubliais, il faut il faut de la RENTABILITE. J’ajouterais, malheur à celui qui se coupe de sa base électorale.



> Bilan de Lionel Jospin : Gérard Filoche soutient Bellaciao... Merci Gérard
28 septembre 2006 - 16h53 - Posté par

tout n’est pas contestable dans le bilan de Jospin, en un certain sens il a même été un bon premier ministre.... social-libéral . Une alouette de gauche , un cheval d’ultralibéralisme ça finit par se voir. Pour l’avoir éliminé- sans y être poussés par la LCR ou chevènement ou je ne sais qui encore- au premier tour en 2002 il faut croire que nous étions assez nombreux à porter le même jugement sur son action gouvernementale.
je n’aurais pas plus voté pour lui en 2007.
GA





1.2.3 JUIN à BAR-LE-DUC contre Cigéo, le nucléaire et la criminalisation de nos luttes !
mercredi 21 - 22h54
de : BureBureinfo
L’œil du tigre.
mercredi 21 - 18h56
Avoir 20 ans en 2021 - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 21 - 16h25
de : Hdm
Déconfinement : Emmanuel Macron nous prépare un été gâché par le Covid-19
mercredi 21 - 15h33
FORGES SBFM⚡FDB
mercredi 21 - 12h11
de : de Pierre Le Ménahes
Le Ménilmontant FC 1871 et la Commune de Paris
mercredi 21 - 11h46
de : Par le FC Sankt Pauli
Saccage des Jardins de l’Engrenage : des CRS et des bulldozers contre des arbres fruitiers et des plants de tomates
mercredi 21 - 11h34
de : jean1
Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
6 commentaires
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite