Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine

de : Séverine Capeille
mercredi 1er novembre 2006 - 16h34 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 23.5 ko

de Séverine Capeille soutenez Bellaciao en signant ici

Un communiqué de l’USM-CGT. C’est dire à quel point les tournants Historiques émergent parfois de l’anecdotique. Qui aurait pu penser que la "Flibusterie des temps modernes" mettrait à ce point le feu aux claviers ? En relayant l’information syndicale du 16 septembre 2005 le site Bellaciao ne faisait qu’accroître l’accessibilité d’un document au plus grand nombre.

C’est-à-dire Rien. Il n’empêche qu’il est aujourd’hui mis en examen.

La première absurdité (déjà soulignée par Alina Reyes et Franca Maï) de cette procédure consiste à tenir Roberto Ferrario pour unique responsable d’un collectif. L’étonnement atteint son paroxysme lorsqu’on découvre l’objet de la plainte : les "Chantiers Navals de St Nazaire" ne contestent pas les faits, mais le langage utilisé dans le communiqué. A défaut de savoir-vivre voici une leçon de savoir-écrire qui ferait presque rire si elle ne faisait pas pleurer.

Pleurer avec Duras. Elle qui répétait encore dans Ecrire que « Rien n’y fera jamais. Ce qui dominera toujours, et ça nous fait pleurer, c’est l’enfer et l’injustice du monde du travail. L’enfer des usines, les exactions du mépris, de l’injustice du patronat, de son horreur, de l’horreur du régime capitaliste, de tout le malheur qui en découle, du droit des riches à disposer du prolétariat et d’en faire la raison même de son échec et jamais de sa réussite. » [1]

Pleurer de rage, parce qu’aujourd’hui il faudrait taire la vérité.

Dans ce monde contemporain craintif, déserté par la quête du sens, tourné vers le bonheur privé plutôt que vers l’action collective, d’irréductibles internautes osent pourtant sortir du bien-disant ou du bien-bêlant du troupeau. Tandis que le politiquement correct va de soi, ils imposent le marteau de la critique, restent insoumis, indisciplinés, révoltés. Des impudents qui remettent en question le fonctionnement du système en place, dénoncent les injustices, le conformisme, la médiocrité, l’hypocrisie. Des insolents qui combattent l’immobilisme et la résignation, les faux principes et les idées reçues, les formes d’arrangement et de renonciation. Des gens indignés, qui s’écartent des chemins balisés de la pensée et qui participent, avec leurs claviers, à l’élaboration de nouvelles idées. Ainsi, on comprend aisément que le collectif Bellaciao soit en danger car :

« Aucun bénéficiaire d’un système n’aime l’insolent qui analyse et démontre les logiques dont procèdent ses avantages ; aucun nanti n’apprécie l’empêcheur de jouir entre complices et comparses, qui prouve le fonctionnement violemment inégalitaire du système en place ; aucun individu comblé par le marché n’applaudit l’impudent qui dénonce la manière injuste dont s’effectuent les partages : on transforme vite en victime émissaire le penseur qui dit la vérité, dévoile, arrache les décors et montre dans une pleine nudité critique la douceur du monde pour un petit nombre et sa dureté pour la plupart. » [2]

Victime émissaire Bellaciao. Et bientôt, quelques trois millions de bloggeurs français. Le « journalisme citoyen » a pris un tel essor qu’il fait peur en hauts lieux. Il est devenu un bouillonnement trop dangereux. Le projet RDDV ne vise qu’une chose : le contrôler.

C’est toute la liberté d’expression sur Internet qui est menacée.

Ca ne rate jamais. A chaque fois que la transmission collective de l’information s’accélère, que les idées circulent plus vite, que la parole s’échange plus facilement, que la production écrite est plus importante, la répression du discours critique apparaît. Ca commence à Rome avec Ovide, exilé sous prétexte qu’il aurait fait preuve d’immoralité dans « L’art d’aimer » ; avec Socrate, soupçonné de corrompre la jeunesse, condamné à boire la ciguë. Puis le XIIIème siècle voit l’essor des universités (et l’élargissement du cercle de ceux qui peuvent être touchés par des idées nouvelles), et l’Occident chrétien impose illico une surveillance systématique de ce qui se dit et s’écrit. Du plus loin de notre histoire, et méthodiquement, la mise en place d’une censure rigoureuse côtoie les débats intellectuels les plus fins.

Pas étonnant de voir cette vieille Anastasie (Allégorie de la censure) ressurgir sur le web. Relookée pour l’occasion par l’émission « Ca se dispute » (enregistrée à l’Assemblée) elle a troqué ses ciseaux contre une carte de presse. Sa mission : décrédibiliser le contenu qu’elle ne contrôle pas. Le webzine qui aimerait encore « parler quand tout le monde se tait » (Bernanos) devrait désormais compter avec elle. Anastasie d’aujourd’hui. Ancienne soixante-huitarde peut-être, qui voudrait remodeler le monde comme on lift un visage, en éliminer tout élément gênant pour le rendre uniforme. Silencieuse Anastasie, qui permet de perpétuer les mensonges institués bien plus efficacement que par les vacarmes de la propagande. Le combat millénaire de la Liberté et de l’Arbitraire se joue online. Les réseaux s’organisent. L’enjeu est colossal.

C’est de notre liberté de penser dont il est question.

Le net est l’ultime espace pour la diversité des opinions. L’expression populaire s’affiche à longueur de forums, les sites alternatifs enregistrent des records de fréquentation. Les connexions sur Bellaciao se comptent en millions. Tandis que la machine devait l’asservir, le citoyen s’est approprié l’outil pour terrasser Anastasie. Chaque nom sur les pétitions est la marque d’une main sur sa joue. Chaque nuit passée à relayer des informations est un coup porté à son cheval de bataille nommé Ignorance. Sans aucun moyen, avec du bric et du broc, et beaucoup de bonne volonté, des particuliers font reculer la vieille acariâtre. Ils « font face », selon l’expression qui représente le « mot d’ordre de ceux qui tiennent debout » (Gaétan Picon). Face à l’exploitation et à l’aliénation, à la domination et aux discriminations.

Face au tout sécuritaire.

Car quand Anastasie faiblit, il y a le Karcher. Et quand le Karcher fait trop de bruit, il y a le Taser. C’est pour notre bien. Il est nettement plus rapide de mourir d’une décharge électrique que d’un cancer. Ainsi en ont décidé les autorités sanitaires. Et si le Taser ne suffit pas, il y a les camps militaires. Et des messages en boucle, pour vanter les mérites d’un monde bipolaire, merveilleux pour ceux qui sont du bon côté de la barrière. On donne des cachets aux derniers réfractaires. On prescrit des calmants aux enfants de six ans et du Prozac aux mères. Mais le silence ne se décrète pas sans risques. Partout des voix s’élèvent et rappellent aux « Chantiers Navals de St Nazaire » qu’« on ne bâillonne pas la lumière » (Hugo)

Soutenez Bellaciao en signant ICI

[1] Marguerite Duras, Ecrire, Gallimard, 1993, p.50

[2] Michel Onfray, Célébration du génie colérique, Editions Galilée, 2002, p.18

http://www.sistoeurs.net/


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
1er novembre 2006 - 19h04

Et les nouvelles des médias "normaux" ne sont pas très bonnes...

J’ai vu que le "Parisien" allait devoir augmenter son rendement de profit,
on peut se douter de ce que cela veut dire.

A "Libé", une fois les équipes réduites, le journal pourra enfin devenir un support publicitaire comme un autre.

j’ai vu récemment qu’une journaliste d’AFP a été "écartée" en raison d’un article sur l’intervention de la police aux Mureaux.

La presse écrite payante une fois morte, l’étape suivante, c’est effectivement Internet.

Combien de temps encore avant que le contenu des sites soit directement censuré,
sous les fameux pretextes modernes ;

 Protection de l’image des firmes et des individus (puissants cela va de soi).
 Hygienisme moral et politique ; pas de vague, pas de violence, sauf contre les individus sans défense.
 Et surtout, la règle numéro 1 , rentabilité des supports. Consommation avant tout.

Quelques chanceux parmis nous ont encore accès à des infos relativement libres grace à Internet,
alors que Presse, Radio, Télévision sont toutes détenues par de grands groupes financiers et/ou industriels.

Mais cette situation n’est due qu’au fait que ce média est très peu utilisé.

Alors oui, d’accord avec cet article, profitons en encore pendant qu’il est temps.

Un jour ou l’autre, il faudra une autorisation pour éditer un site sur Internet.

Et alors il faudra trouver autre chose...

jyd.



> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
1er novembre 2006 - 22h59

Après, Alina et Franca, je trouve qu’il est de mieux en mieux entouré, Roberto.

Je commence à avoir envie de me retrouver dans le box des accusés avec lui.

T’en dis quoi, Esteban ?

JMH



> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
2 novembre 2006 - 00h38 - Posté par
> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
2 novembre 2006 - 01h27 - Posté par

J’avoue que je ne comprends pas bien la question puisque j’ai répondu à cet article. J’en ai d’ailleurs écrit un qui a été retiré de la publication, avec ma totale approbation, car j’y mêlais Media-Ratings et je me suis pris une volée de bois vert immédiate. Renseignements pris auprès des responsables de ce site, je continue de penser que les commentaires incendiaires auxquels j’ai eu droit ne le méritait pas. Media-Ratings a perdu son procés, il est en appel. Et si Roberto perd le sien, est-ce pour autant qu’il a tort ? Je ne le crois pas non plus.

JMH

NB : Mon chèque de soutien à Roberto est en instance de départ depuis Santiago du Chili


> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
2 novembre 2006 - 02h24 - Posté par

 :)

j’avoue que je ne comprends pas bien la question

juste qu’Esteban trouvera certainement Jo le Guen moins excitant qu’Alina Franca ou Séverine !!

http://bellaciao.org/fr/article.php...


> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
2 novembre 2006 - 02h49 - Posté par

Bon alors, si c’est avec le sourire, ça change le ton.

J’aime bien Jo Le Guen, mais bon...

Franca me paraît sympa, aussi, mais j’aurais plutôt tendance à vouloir m’y coller.

JMH

NB : Bon, Esteban, tu dis quoi dans tout ça ? On n’est pas au Fou de Bassan, on est sur BELLACIAO !!!


> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
2 novembre 2006 - 08h56 - Posté par

JMH je crois bien que tu viens de lever le voile sur les dessous de cette affaire, le pourquoi de cette poursuite abusive ...
La Juge serait une femme qui, en réalité, poursuit Roberto de ses assiduités.
Aurions-nous déniché là un vice de procédure ?

Léa.

PS. Tu sais Esteban est resté scotché au Fou devant Juliette qui chantait "déshabillez-moi". Alors tu peux toujours l’appeler ...


> Anastasie & Cie : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
2 novembre 2006 - 11h00 - Posté par

Ça me laisse tout sens dessus- dessous...

JMH






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite