Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?

de : François Houtart
dimanche 5 novembre 2006 - 12h54 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 69.2 ko
François Houtart au stand de Bellaciao/Rifondazione Comunista

François Houtart soutient Bellaciao... Merci François. Soutenez Bellaciao en signant ici un don ici

A la veille des élections, on peut se demander s’il existe réellement une gauche au Nicaragua. Cependant, cette interrogation dépasse les frontières de ce pays d’Amérique centrale et pose le problème de l’ensemble des pays latino-américains.

de François Houtart

Dans la campagne électorale nicaraguayenne, quatre partis se présentent de façon prédominante : deux partis libéraux et deux partis qui se réfèrent au sandinisme. Les deux partis libéraux sont clairement de droite. Il s’agit d’une part du parti libéral qui a pour candidat Montealegre et l’autre, le Parti Libéral Constitutionnaliste (PLC, Partido Liberal Constitucionalista), dont le candidat est Monsieur Rizo. Le premier parti est lié à l’actuel président de la République, Enrique Bolaños, propriétaire terrien et chef d’entreprise d’origine conservatrice et l’autre se situe dans la lignée de Monsieur Alemán, de sinistre réputation. La division entre ces deux partis est plus personnelle qu’idéologique. Le parti de Montealegre a une base traditionnelle de type clientéliste beaucoup plus grande que l’autre parti libéral.

Malgré les efforts des Etats-Unis pour arriver à l’unité des deux partis libéraux, ce qui pourrait amener à la victoire électorale de la tendance politiquement proche d’eux et économiquement en accord avec la logique néolibérale, les deux partis n’ont pas pu se s’unir jusqu’à maintenant. Face à la division de l’opposition sandiniste, une telle unité pourrait garantir la consolidation du processus actuel.

Les courants sandinistes sont représentés par le Front sandiniste de Libération Nationale (FSLN, Frente Sandinista de Liberación Nacional) et par l’alliance Mouvement Rénovateur Sandiniste (MRS, Alianza Movimiento Renovador Sandinista). Ce dernier est gratifié dans les sondages de plus ou moins 15 % des voix. Le MRS se présente comme une force de gauche, inspirée par la grande tradition de la lutte de Sandino. En fait, les déclarations de ses dirigeants et les documents du parti ne permettent pas d’être très sûr du caractère de gauche de ce parti. Le candidat à la présidence est un ancien fonctionnaire de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) et tant la politique intérieure que les positions face à la conjoncture latino-américaine d’aujourd’hui n’offrent beaucoup de garanties dans ce sens.

Ses principales critiques envers le Front sandiniste sont l’autoritarisme qui prévaut à l’intérieur du parti (le danielisme, en référence au leader du FSLN, Daniel Ortega) ; le manque d’éthique de plusieurs dirigeants, l’alliance douteuse établie avec le parti de l’ex-président Alemán (le Pacte) et sa réconciliation à sens unique avec une hiérarchie ecclésiastique qui ne reconnaît aucune erreur. Il ne fait aucun doute que ces critiques sont en grande partie pertinentes. Cependant, elles auraient plus de crédibilité si le MRS présentait une réelle perspective de gauche, comme le Parti du Socialisme et de la Liberté (PSOL) au Brésil. On ne peut accuser le mouvement d’être un laquais des Etats-Unis, comme celal a été dit. Cependant, il ne fait pas de doute que le fait de diviser l’opposition ne peut que favoriser le projet impérial sur la région. C’est ce qui s’est manifesté avec la visite en septembre du sénateur Burton (célèbre pour la loi Helms-Burton qui renforce l’embargo contre Cuba), durant laquelle il exprima clairement le désir de ne rencontrer que le Parti libéral de Montealegre et le MRS.

Analyser la situation en termes de gauche ne permet pas d’abandonner une analyse de classe. De fait, le MRS est avant tout une initiative de classe moyenne et moyenne haute, avec des personnalités de haut niveau intellectuel et moral, où la dimension éthique immédiate prédomine sur le politique.

Pour sa part, le Front sandiniste a été lésé par plusieurs facteurs. Le premier a été le manque d’éthique de plusieurs de ses actuels et anciens dirigeants. La deuxième raison a été la logique des alliances politiques constituantes de la démocratie parlementaire, afin de garantir des quotes-parts de pouvoir, qui ont amené à des contradictions insupportables politiquement et éthiquement. Cependant, le Front sandiniste a un soutien populaire réel. Il a aussi un programme de gouvernement plus clairement de gauche qui inclut un rapprochement avec l’axe progressiste latino-américain. Dans la situation actuelle de l’Amérique centrale, un tel aspect politique est fondamental face à la domination néolibérale promue par les intérêts nord-américains alliés aux classes compradoras [1] en Amérique centrale.

A titre de conclusion nous pouvons proposer quelques considérations. De fait, il n’existe pas de partis vraiment de gauche au Nicaragua, mais celui qui s’approche le plus de cette perspective est le Front sandiniste. Laisser la voie ouverte au triomphe du libéralisme politique dans le pays et de la ligne néolibérale des Etats-Unis dans la région, serait suicidaire pour ceux qui veulent construire une société sur d’autres bases, c’est à dire une alternative de gauche.

La problématique nicaraguayenne pose, de plus, un problème de fond : quelle est la logique de la démocratie parlementaire, qui dans son fonctionnement tue les objectifs (transformer la société) pour privilégier les moyens (accéder au pouvoir), ce dernier devenant un objectif ? C’est la logique électorale qui s’impose, les partis (même ceux qui se disent de gauche) agissent en fonction des élections, oubliant tant la réflexion de fond sur ce qu’est un projet de gauche, que la formation de ses cadres.

Les élections nicaraguayennes permettent aussi de réfléchir à l’importance centrale de l’éthique en politique, qui peut se situer à trois niveaux.

En premier lieu, l’éthique de la vie, c’est à dire, comme le dit Enrique Dussel, la reproduction et le développement de la vie humaine. Le système actuel est un facteur de mort. Au Nicaragua, ses effets sont dramatiques. Face à un développement spectaculaire de 15 à 20 % de la population, se sont créées une vulnérabilité forte de la classe moyenne et une extension de la misère et de la pauvreté dans la paysannerie et dans les populations urbaines du secteur informel. C’est l’ensemble du système néolibéral qui construit ce modèle, non seulement son système économique mais aussi politique et culturel. La lutte contre le néolibéralisme est l’impératif moral le plus important. Il s’agit du niveau éthique qui doit orienter tous les autres et qui constitue la base de toute gauche quelle qu’elle soit.

L’éthique interne aux systèmes politiques (partis), est un second niveau qui a aussi son importance. L’opinion populaire est sévère sur ce point. Le manque d’éthique politique a eu un prix, tant au Brésil qu’au Nicaragua pour le Front sandiniste. Il s’agit autant de l’organisation démocratique interne que du rejet de toutes les pratiques de corruption ou d’alliances qui contredisent les principes.

Le troisième niveau est l’éthique personnelle des acteurs politiques. Nous avons vu dans de nombreux cas, et particulièrement au Nicaragua, que cette éthique-là compte aussi et que le prix politique de son absence peut être élevé.

Pas de doute que pour une position de gauche, les trois niveaux de l’éthique comptent. Cependant, c’est le premier niveau qui doit être la base fondamentale de tout jugement politique. Les deux autres doivent être revendiqués de façon permanente, mais en subordination au premier niveau. Ceci a des conséquences pour les élections au Nicaragua, où l’accent mis par le MRS sur les deux derniers niveaux de l’éthique pourrait en finir avec le premier, c’est à dire une victoire de la droite.

Cet article de François Houtart, publié d’abord en espagnol, a suscité des réactions :

 Mónica Baltodano, de l’Alliance Mouvement rénovateur sandiniste : ¿Nicaragua sin izquierda ?, Rebelion.

 Sergio Ramirez, fondateur du Mouvement rénovateur sandiniste, ancien vice-président du Nicaragua : Élections au Nicaragua 2006 : péchés véniels, La Insignia / Tlaxcala. NOTES :

[1] [NDLR] Elite locale d’un pays en voie de développement qui s’enrichit des liens tissés avec les métropoles.

http://risal.collectifs.net/article...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?
5 novembre 2006 - 13h53

ÉTRANGE QUESTION ?

Ma réponse est oui : le Front Sandiniste de Libération Nationale avec Daniel Ortega.
L’héritage sandiniste est incontestable !
Et j’espère très intensément la victoire du candidat sandiniste aux prochaines élections, pour parfaire encore les transformations à l’oeuvre en Amérique latine.

NOSE DE CHAMPAGNE



> Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?
5 novembre 2006 - 20h49 - Posté par

Cela fait plusieurs années que D.Ortega et le FSLN n’ont plus grand chose à voir avec le Sandinisme.

Je conseille la lecture d’un article édifiant d’Ernesto Cardenal, prètre, poète et ancien ministre de la culture des années 80 qui a rejoint le Mouvement Rénovateur Sandiniste, créé par des anciens du FSLN face aux dérives et l’autocratisme de D. Ortega. On le trouve en francais sur le site Bellaciao :

http://www.bellaciao.org/fr/article...

Au Nicaragua "Sandino vit, la lutte continue" mais pas avec D. Ortega et ses amis, liquidateurs de la pensée de Sandino.

Jacques
brigadiste au Nicaragua en 1984 et qui s’y rend régulierement.


> Existe-t-il une gauche au Nicaragua ?
6 novembre 2006 - 22h31

Daniel Ortega élu dés le premier tour !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite