Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Ca commence avec Bob Marley, "No woman no cry".

de : Séverine Capeille
lundi 5 mars 2007 - 12h12 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 26.3 ko

de Séverine Capeille

Incontestablement. Ca ne peut pas commencer autrement. "Oh ma petite sœur, ne verse pas de larmes". Regarde-les bien dans les yeux et "Let them talk" dit Garnett Silk, celui dont "la voix de soie" se déchira dans un cruel attentat et qu’on retrouva, dans le brasier de la maison enflammée, enlacé à sa mère qu’il avait tenté de sauver. Il avait vingt-neuf ans.

Ca commence avec la sœur qu’on console et la mère qu’on implore : "teach me to love again" ("Like a mother", Garnett Silk). Ca commence comme ça, les rastas et les sistoeurs. Avec des refrains qui s’éclairent aux lumières de la mort. "I gave you everything" (Garnett Silk). Avec le don de soi, de soie...

Le reggae est évanescent comme la "vibes" qu’il poursuit, insaisissable comme "du bois d’amour brûlant pendant la nuit" ("No Woman no cry", Bob Marley). Quelle femme peut résister à l’appel de Garnett Silk et Dennis Brown (reconnu comme Le Prince du Reggae) quand ils entonnent "Sing with me" ? "I shall sing" répondrait immédiatement Marcia Griffiths.

Il n’est certes pas donné tous les jours de suivre un Prince dans un "Rub a Dub Style" ou une "Revolution". Non. Pas fréquent d’entendre « Je t’emmène là où le chat et l’oiseau peuvent se donner rendez-vous » (« Je t’emmène », Saël) et de répondre favorablement à la proposition. « Here I come » (Barrington Levy) se surprend-t-on à dire. Et on se laisse emporter dans la spirale des contraires, dans le dialogue d’une « Complaint » où la légèreté de Garnett Silk se confronte à la pesanteur de Buju Banton, où l’aérien fait face au poing. Et puis on se laisse guider par les « Visions » de Luciano. On est bien. Les paupières commencent à se fermer… quand Glen Washington nous secoue et dit : « open your eyes and see » (« Rise and Shine »).

Alors on ouvre les yeux. « So much confusion » (Morgan Heritage) ; « Confusing situation » (Groundation) et « Problems » (Horace Andy) assaillent notre quotidien. Glen Washington et Luciano ont beau demander « Why ? » et dire que « we need an answer »… Rien. Il faut attendre la caravane d’Alpha Blondy pour entendre japper un chien (« ouah ouah, ouah ouah, le chien aboie de jalousie, il se glorifie dans l’hypocrisie »). On cherche la « Promised Land » avec Aswad, se disant que « Soon we’ll be free » (Jah Cure) et on pousse un cri, un « Peace cry » avec Beres Hammond, Bounty Killer et Jr Kelly. On y croit. « Rasta Man Chant » (Jah Cure) et c’est tellement profond, tellement…

Il faut parler des voix. Non. Il faut parler des tripes. Il faut parler des puissances, des violences et des transes. De la force des prières. De l’absolu de l’éphémère. Il faut parler de la lumière : « Sunny Days » (Jah Cure). Expliquer ce que représentent trois minutes et vingt-trois secondes avec Sizzla, Capleton et Queen Omega. Les aigues et les graves. Le sucré et le suave. Le « Slavery » de Ras Shiloh, la revanche des esclaves.

Il y a tant à dire, et encore plus à faire (« Works to do », Bushman)… Alors, Chezidek donne le coup d’envoi : « Go at it », nous propulsant dans le combat. On se retrouve, « All for a cause », avec Richie Spice, luttant pour des droits égaux (« Fighting for equal rights », Lutan Fyah), pour la liberté (« Freedom », Ijahman et Madge), plein d’espoirs pour une « Younger generation » (Gentleman) qui mérite mieux que le « Build and Destroy » (Morgan Heritage & LMS) incessant de Babylon. On imagine une vie de sourires et on fait confiance à Capleton : « That day will come », même si ça prend « Long long time » (Jah Mali). Oui, c’est sûr, « So much to come » (Morgan Heritage)…

On s’abandonne. Là. C’est là qu’on s’abandonne avec Beres Hammond. Car quelle femme résisterait à sa demande (« Dance 4 me », Beres Hammond Feat. Wyclef) après l’avoir entendu chanter : « your eyes show me everything » (« Angel eyes ») ? Le reggae, c’est la magie des contes où les « Brothers and sisters » (Dennis Brown) se rencontrent. Il suffit d’écouter Ijahman et Madge (« My love ») pour comprendre. Car c’est indéniable : « We need love » (Johnny Osbourne), « Love and affection » (Anthony B.), et quand Jah Cure explique ce qu’est l’amour (« Love is »), sa voix cassée recoud les lambeaux de nos cœurs. Ou les déchire encore. Selon l’humeur.

C’est ainsi que le reggae éveille à la vie les Belles au bois dormant. Entre la mélancolie d’Horace Andy (« Ain’t no sunshine ») et les plus beaux serments (« If loving you is wrong i don’t want to be right », Glen Washington), il y a l’impossibilité des désirs, la nudité des sentiments. Il y a le souffle des promesses (Sizzla « I’ll be there for you »), la respiration des caresses et la légèreté du vent.

« Virtuous woman » (Warrior King), « Homely Girl » (George Nooks), « Lonely Girl » (Bascom X), ou « Ghetto Girl » (Richie Spice), toutes rêvent d’un « Gentleman » (MC Janik), « d’un homme qui sache parler aux dames ». C’est vrai. Mais plus encore, elles se pâment pour tous ceux qui savent encore parler aux âmes.

http://www.sistoeurs.net/ss/article...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite