Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis

de : Romain Migus dimanche 27 mai 2007 - 12h34 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Paolo A. Paranagua se trouverait donc à Caracas si l’on en croit la mention "envoyé spécial" qui accompagne ses récents articles de propagande contre le gouvernement bolivarien.

Cette fois, c’est le portrait d’une "grande vedette de la télévision vénézuélienne", qu’il nous dresse dans Le Monde du 25 mai 2007 (1). Il s’agit de Miguel Angel Rodriguez, présentateur de l’émission "La entrevista" diffusée tous les matins sur RCTV, le TF1 vénézuélien.

Cette émission n’est pas critique par rapport à l’action du gouvernement, elle est carrément hostile. Tous les moyens sont bons pour discréditer le gouvernement. Du trucage médiatique aux plus grosses calomnies.

Le 5 mai au matin, les Vénézuéliens qui se réveillent avec Miguel Angel Rodriguez ont été témoins d’une manipulation de la sorte. Le présentateur commente un extrait de la conférence de presse du directeur du Corps d’Investigation Scientifique, Pénale et Criminelle (CICPC, l’équivalent vénézuélien du FBI). Lors de sa déclaration, le directeur du CICPC, Marcos Chavez, énumère les 219.000 DELITS (delitos en espagnol) commis au Venezuela depuis 2004. Une légère baisse, mais le chiffre reste élevé.

Mais Miguel Angel s’emballe, il a déjà son scénario tout prêt : "Chers téléspectateurs, nous allons repasser en image cette déclaration." On peut alors réécouter Marcos Chavez parler de 219.000 délits commis. Miguel Angel regarde alors la caméra fixement et, avec une rage quasi-hystérique, il hurle au téléspectateur : "Rendez-vous compte ! 219.000 homicides depuis 2004, mais dans quel pays vivons-nous ?"

Peut-il se tromper alors qu’il vient lui-même de diffuser deux fois l’extrait de la conférence de presse, qu’il vient d’écouter, par deux fois, le directeur du CICPC parler de "délits" et non d’homicides ? Jusqu’à preuve du contraire, le vol d’un téléphone portable, même si cela reste un acte punissable, n’est en rien comparable à un assassinat.

Autre exemple des pratiques de notre présentateur – star… Peu avant les élections présidentielles de décembre 2006, le Conseil National Electoral (CNE) interdit aux médias nationaux de publier des sondages à la sortie des urnes. Cette pratique a été une tactique essentielle des diverses "révolutions oranges" en Europe de l’Est et au Caucase, où l’entreprise étatsunienne Penn, Schoen & Burland, diffusait des sondages trompeurs présentant toujours le camp pro-étatsunien comme largement vainqueur. (2)

Au Venezuela, la même tactique avait déjà été utilisée durant le référendum révocatoire en aout 2004. Penn, Schoen & Burland donnait l’opposition gagnante avec 60%. En réalité, ce fut Chavez qui obtint ce chiffre, les résultats officiels étant confirmés par tous les observateurs internationaux.

Devant cette interdiction de diffuser des sondages sortie des urnes, Miguel Angel Rodriguez s’insurge. Il y a de quoi, le pouvoir électoral vient de couper l’herbe sous le pied de l’opposition putchiste : "Mais enfin, la publications des sondages à la sortie des urnes est une pratique UNIVERSELLE !", prétend-il.

Chers lecteurs français, il ne sert à rien que vous écriviez à ce "grand journaliste" pour l’informer qu’en France aussi, c’est interdit. Miguel Angel - qu’on ne peut qualifier d’idiot - le sait très bien. Mais il a ainsi injecté à ses téléspectateurs un sentiment d’injustice flagrante. Les amenant à soupçonner la préparation d’une fraude généralisée.

De tels exemples, nous pourrions les multiplier.Nous pourrions rajouter que les partisans du gouvernement sont régulièrement qualifiés de "milices", de "guérilleros urbains", et "d’envahisseurs" dans le cas des paysans sans terre. En fait, Miguel Angel Rodriguez, bien loin d’exercer la noble profession de journaliste, est un acteur politique sans scrupules à qui RCTV a offert deux heures de grande audience.

Visiblement, l’envoyé spécial du Monde, Paolo A. Paranagua n’a pas pris le temps de visionner l’émission de RCTV avant de faire l’éloge de son présentateur. Ou alors partagerait-il les mêmes valeurs d’information partiale et réactionnaire de son homologue vénézuélien ? Cette partialité serait alors inquiétante pour le droit à être informé dont tous les citoyens français devraient jouir.

Comment expliquer cette partialité de Rodriguez ? L’avocate Eva Golinger (3) s’y est attachée. Elle vient de dévoiler des documents déclassifiés des Affaires étrangères étasuniennes. Ces documents établissent que le héros de Monsieur Paraguana a reçu, comme une quinzaine de journalistes de l’opposition, une bourse de ce ministère.

Miguel Angel Rodriguez a recu un financement de 6.085 US$. L’intéressé ne démentira pas. Comment le pourrait-il ? Il se contentera de souligner que 6.085 US$, ce n’est pas une grosse somme (juste vingt fois le salaire minimum vénézuélien). Il ajoutera que cette somme à laquelle se rajoutent ses nombreuses notes de frais lui a été allouée pour participer à un programme du Département d’Etat nommé "The Role of Media in US Society" (le rôle des médias dans la société étasunienne).

Certes, il ne s’agit que d’une bourse émanant du gouvernement des Etats-Unis. Mais sur ce point la loi étasunienne est formelle : "Les personnes ou organisations qui reçoivent des financements, des bourses ou des dons d’une agence des Etats-Unis sont considérés comme du personnel et protégés par la loi comme employés ou contractés du gouvernement des Etats-Unis." (5 U.S.C. § 552 (b)(6), Norwood v. FAA, 580 F.Supp. 994 (WD Tenn. 1983).

Pourquoi donc Paolo A. Paranagua, quand il fait l’éloge de Miguel Angel Rodriguez, omet-il de préciser qu’il défend un employé du gouvernement des USA, lequel est impliqué dans un coup d’Etat contre le gouvernement bolivarien ? Pourquoi donc le Monde ne publie-t-il pas un rectificatif ou une modération de l’article de Paranagua ? Pourquoi donc les citoyens français doivent-ils être manipulés de la même manière que les Vénézuéliens le sont par leurs médias commerciaux ?

Les révélations d’Eva Golinger ne s’arrêtent pas là. En effet, un autre document déclassifié du département d’Etat, datant de mars 2001, indique : "Comme dans presque tous les programmes du "journalisme IV" [le programme mis en place par le département d’Etat qui concerne ces journalistes vénézuéliens], notre objectif est d’informer le participant sur les pratiques et règles du journalisme aux Etats-Unis, particulièrement dans le domaine du journalisme civique, pour pouvoir influer sur la manière, et plus tard, sur la couverture donnée sur des sujets importants de la politique extérieure étasunienne, et pour consolider le processus démocratique aux Venezuela."

Les objectifs de ce type de programme d’échange sont donc limpides. Il s’agit ni plus ni moins que de s’installer confortablement au cœur des médias commerciaux vénézuéliens pour orienter l’opinion vénézuélienne en faveur des intérêts du gouvernement US. Ainsi, Paolo A. Paraguana nous indique que Miguel Angel Rodriguez "verrait bien le chef de l’Etat comparaître devant des tribunaux ou devant une cour internationale pour "violation des droits de l’homme". Rien que ça ! Cette Cour sera-t-elle financée par les Etats-Unis comme le Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie ? Chavez pourrait-il alors mourir en prison avant d’être jugé, comme Milosevic ? En tout cas, cette remarque de l’employé du Département d’Etat n’a pas choqué l’envoyé spécial du Monde. Quant à la "consolidation du processus démocratique au Venezuela", ce sont précisément les Etats-Unis et leurs employés qui l’ont à maintes reprises bafouée, notamment en organisant le coup d’Etat de 2002.

Encore plus éclairant, et permettant de dissiper les derniers doutes : le rapport émis par le Département d’Etat sur Enrique Reynaldo Trombetta, un autre participant au programme "journalisme IV" : "Nous espérons que la participation de Mr. Trombetta comme boursier de type IV sera directement reflétée dans ses reportages sur des thèmes politiques et internationaux. Au cours de son ascension dans sa carrière, nos liens profonds avec lui signifieront un ami potentiel important en position d’influence éditoriale. (…) Ceci veut dire qu’il aura une influence significative sur les autres journaux en ce qui concerne les sujets importants pour l’ambassade, comme l’ALCA et la politique anti-terroriste. Cela pourra se traduire par une compréhension meilleure et une sympathie pour les positions des Etats-Unis, et ça se reflétera dans ses reportages." (Document déclassifié du Département d’Etat datant d’août 2002, soit quatre mois après le Coup d’Etat).

L’objectif est clair et la technique n’est pas neuve, elle a déjà fait ses preuves dans d’autres pays avec d’autres "journalistes indépendants". Nous imaginons certainement que Paolo A. Paraguana - qui ne débute pas dans le métier - a déjà entendu parlé de ce type de pratique du gouvernement des Etats-Unis. Alors pourquoi avoir dressé une telle hagiographie d’un employé du gouvernement des Etats-Unis ? Le rôle du Monde ne devrait-il pas être d’informer les lecteurs français sur ce qui se passe vraiment au Venezuela ?

Le journaliste du Monde, dont l’objectif de la présence à Caracas nous échappe, n’a donc pas assisté à la conférence de presse où l’avocate Eva Golinger a dévoilé ces documents du Département d’Etat que nous mentionnons. Certainement trop occupé à se faire le porte-parole de l’opposition vénézuélienne radicale, Paranagua n’a même pas lu tous les journaux qui se font l’écho de cette conférence de presse. Le lecteur du Monde n’en saura donc rien.

Pourquoi ?

Romain Migus

Notes :

(1) Paolo A. Paranagua, "Miguel Angel Rodriguez, une voix de trop pour Hugo Chavez", Le Monde, 25/05/07. http://www.lemonde.fr/web/article/0...

(2) Voir Romain Migus, "Derrière le masque démocratique de l’opposition vénézuélienne", Risal, http://risal.collectifs.net/article...

(3) Auteur en français de l’ouvrage incontournable : Code Chavez : CIA contre Venezuela, éd. Oser Dire, 2006. Ouvrage disponible en écrivant à nessa.kovic@skynet.be



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
27 mai 2007 - 12h46

le programme de la NED (CIA) pour le Venezuela :

http://www.ned.org/grants/05programs/grants-lac05.html#Venezuela

CubaLibre



un autre point de vue
27 mai 2007 - 14h10

Le président Hugo Chavez s’est moqué, avant-hier, des motions adoptées par le Parlement européen et par le Sénat américain condamnant sa décision de ne pas renouveler la concession du principal canal de télévision vénézuélien, RCTV, qui doit disparaître des ondes demain. Six mois après sa triomphale réélection, Chavez veut accélérer la conversion du Venezuela au « socialisme du XXIe siècle », provoquant une concentration croissante du pouvoir entre ses mains.

Depuis qu’il a rencontré Graciela, David n’est plus le même. Le beau garçon aux cheveux gominés veut en finir avec sa réputation de don Juan pour se dédier corps et âme à sa belle. Mais il apprend que Graciela est gravement malade. Leur amour suffira-t-il à la sauver ? Les téléspectateurs vénézuéliens ne le sauront jamais. Comme toutes les émissions du canal RCTV, la télénovela « Mi Prima Ciela », qui fait fureur depuis des mois, sera interrompue demain. En décembre, le président Hugo Chavez, vêtu de son uniforme vert olive et de son béret rouge de parachutiste, a annoncé qu’il ne renouvellerait pas la concession de la plus ancienne chaîne de télévision du pays. Si dans les médias et dans les quartiers aisés de Caracas la nouvelle a provoqué des protestations indignées sur le thème de la liberté d’expression, les habitants des « barrios », les zones déshéritées qui rassemblent 60 % de la population, se plaignent surtout de la disparition des émissions de divertissement, inexistantes sur le réseau public. Les patrons de RCTV l’ont bien compris : à chaque coupure publicitaire, une femme au foyer apparaît à l’écran en demandant à Hugo Chavez « de laisser (sa) télénovela en paix ». Réunis dans l’amphithéâtre orange de l’université centrale de Caracas (UVC), à la sortie d’un débat sur le « socialisme du XXIe siècle » promu par le régime, une poignée de professeurs discute des conséquences de la disparition de RCTV, sans parvenir à une opinion tranchée. Car, sur le plan légal, le gouvernement est dans son droit. Il ne s’agit pas de la fermeture d’un canal mais du non-renouvellement d’une concession. « C’est une décision souveraine, l’espace télévisuel est public, pas privé, et faire de RCTV le représentant de la démocratie est une blague », insiste le sociologue Luis Lander.

Pendant des années, la chaîne a ouvertement conspiré contre le président en place en relayant les appels à renverser le régime. Lors du coup d’État du 11 avril 2002, le canal annonçait qu’Hugo Chavez avait démissionné et accepté que le dirigeant du patronat local, Pedro Carmona, assure l’intérim à la tête de l’État. En réalité, le président était maintenu au secret dans une île au large du Venezuela par des militaires putschistes. La stratégie n’a pas fonctionné : les dizaines de radios communautaires des « barrios » ont convoqué le peuple dans la rue pour protester. Moins de quarante-huit heures plus tard, les militaires putchistes capitulaient et Hugo Chavez revenait au palais présidentiel de Miraflores. Jamais il n’a pardonné. « Le discours des patrons de RCTV est hypocrite : ils ont agi en tant qu’acteur politique contre le régime et aujourd’hui ils cherchent la protection internationale au nom de la liberté d’expression », estime Antonio Gonzalez, un jeune professeur de la UCV. « Ils ne méritent pas d’administrer une chaîne, mais il faut à tout prix qu’on maintienne la pluralité dans les médias », ajoute-t-il.

Or, le Venezuela pourrait basculer d’un extrême à un autre. Pendant des années, le secteur privé, contrôlé par l’opposition, a dominé le paysage de la presse écrite et télévisuelle, avec cinq chaînes - Venevisión, RCTV, Globovisión, Televen and CMT - et neuf des dix principaux quotidiens. À chaque offensive pour déloger Hugo Chavez, les médias ont perdu de la crédibilité, alors que le chef de la révolution bolivarienne en profitait pour concentrer les pouvoirs.
Chavez bâillonne la télé d’oppositionCaracas (Venezuela) LAMIA OUALALOU. Publié le 26 mai 2007

Le coup d’État avorté d’avril 2002 et la grève du patronat de la fin de cette même année lui ont permis de prendre le contrôle de l’armée et de l’entreprise pétrolière nationale PDVSA. En emportant le référendum révocatoire organisé à son encontre en 2004 et les élections législatives de 2005, Hugo Chavez a installé ses hommes dans toutes les institutions. En jouant les pauvres contre les riches face à une élite aveugle des réalités du pays, le président a pris le contrôle du pouvoir judiciaire, électoral, législatif et d’une grande partie de l’économie du pays. « Avec la puissance financière de l’État et de grandes compagnies comme PDVSA, le gouvernement est de très loin le premier annonceur dans la presse », rappelle Andres Canizales, directeur de l’institut Presse et Société, à Caracas. Conséquence, toutes les télévisions, hormis RCTV, ont baissé le ton, préférant faire de bonnes affaires avec le pouvoir. « Avec la disparition de RCTV, la critique va disparaître de la télévision, on ne va plus voir que Hugo Chavez fait des discours, sans même connaître les divisions au sein de son propre camp », dit Andres Canizales.

La création du Parti socialiste unifié vénézuélien (PSUV), il y a deux mois, symbolise l’intolérance ambiante. Tous les partisans de Chavez sont sommés d’y adhérer, sous peine d’être considérés comme traîtres ou dissidents. « Hugo Chavez a parfaitement compris l’importance des médias. C’est avec l’armée et le pétrole, son outil principal pour diffuser la révolution bolivarienne, analyse le politologue Alberto Garrido. Il va donc en prendre le contrôle, mais de manière progressive, avec des arguments technicojuridiques, comme dans le cas de RCTV. » En attendant, le président a convoqué dans l’urgence des professionnels du feuilleton à l’eau-de-rose pour proposer le plus vite possible un programme remplaçant l’écran noir de RCTV. Même chavistes, les familles des « barrios » ne lui pardonneraient pas de les laisser sans télénovelas.



un autre point de vue
27 mai 2007 - 15h51 - Posté par

Pouvez-vous citer un exemple, dans le Monde, ou une chaine de télévision ayant participé à un coup d’état raté ait survécu ? et combien de temps ? un jour ? une semaine ?un mois ?un an ? cinq ans ?

CN46400


un autre point de vue
27 mai 2007 - 16h15 - Posté par

A quand une manif aux portes du Monde, pour demander qu’il rende des comptes ????


un autre point de vue
27 mai 2007 - 16h44 - Posté par

Ce n’est pas pour rien que Colombani s’est fait virer par les employés !

Quand la pourriture dirige les médias, ça donne RCTV et Le Monde.

Vivement que ça change.
A noter aussi que RCTV pourra toujours émettre, mais sur le cable. Ca ne vous rapelle rien ? Zalea TV ?
Chavez a juste appliqué la loi, alors que Chirac et Sarkozy, eux, l’enfreignent !

Et juste pour votre gouverne, RCTV a massivement menti au peuple par le biais des ondes, notamment en 2002, où ils se réjouissaient du coup d’état formenté contre Chavèz...

Je suis Vénézuelien et je suis libre. J’aime beaucoup Chavèz car il a donné a beaucoup de monde une conscience politique qui était nécessaire à l’ouverture, a la culture, et à l’esprit critique nécessaire pour mener à bien l’idéal d’un pays où la pauvreté n’existe pas, où le simple fait de vivre rempli de bonheur.

Ya encore de la corruption, mais c’est par ces actions là qu’on l’éradiquera.

A la poubelle, le capitalisme, vive le peuple


un autre point de vue
27 mai 2007 - 18h57 - Posté par

A 82 67,
A la poubelle, le capitalisme, vive le peuple,

Bravo pour votre article vous aves parfaitement raison à votre dernière phrase j’aurais ajouté.

A LA POUBELLE (LE MONDE) LE CAPITALISME ET BIEN SUR VIVE LE PEUPLE.

UN PUEBLO UNIDO NUNCA SERA VENCIDO ,HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !!!A L deTOULOUSE


VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
27 mai 2007 - 17h29

Ben oui Romain, c’est du grand Paranagua. Ça vaut largement Christine Legrand pour le cône sud. A ne pas rater non plus.

JMH



VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
27 mai 2007 - 17h43 - Posté par

Pour info, l’éditorial du Monde "Censure à la Chavez" a été repris tel quel et publié (traduit bien sur) par le quotidien d’oposition El Universal.

Le but est simple : prétendre que même un journal français "sérieux et objectif" condamne la mesure. Or cette éditorial, bourré d’inexactitude, reprends les mensonges de l’opposition vénézuélienne.

"Circulation circulaire de l’information", disait un grand sociologue ....

Romain Migus


VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
27 mai 2007 - 17h52 - Posté par

Il ne reste plus qu’à Libé de retraduire l’Universal et on sera certain d’être bien informé, surtout si Pujadas et Chabot s’en mêlent à la télé...

JMH


VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
27 mai 2007 - 18h15 - Posté par

Excellent, l’article de Romain Migus !

Ces journalistes du Monde et de Libé oseraient-ils accepter un débat public, à égalité de chances, sur la façon dont ils travaillent ? Les lecteurs n’ont-ils pas le droit de savoir si de telles bourdes journalistiques - qui leur vaudraient un zéro à n’importe quelle école de journalisme - sont dues à :

a. ignorance

b. travail bâclé

c. préjugés politiques

d. pire ?

Les lecteurs n’ont-ils aucun droit ?

MICHEL COLLON

Depuis Caracas
(et j’ai souvent regardé, en direct, ce clown haineux de Rodriguez. Jamais les médias français qui le supportent n’oseraient montrer comment ce type "travaille" !)


VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
27 mai 2007 - 18h10

Nous on voudrait bien capter la TV Vénézuélienne cela nous changerait de ce que l’on subit tous les jours,et qui repasse en boucle.A quand un faisceau en français de RTCV ?

Roger bretagne



VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
28 mai 2007 - 09h42 - Posté par

Oh, M6 me paraît être un bon faisceau français de RCTV !! (je crois qu’il y a eu comme une confusion, là, non ?)

En revanche, nous n’avons, c’est vrai, ni VTV, ni TVes....

Math


VENEZUELA - Le Monde encense un journaliste de RCTV employé par le gouvernement des Etats-Unis
27 mai 2007 - 20h52

Si s’informer est un droit pour tout citoyen, alors informer est un "devoir" pour la presse, pas une "liberté".

La liberté de la presse et mon hamster à moi
http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=1733






Est-ce que la drogue tue ou bien le trafic de drogue ?
lundi 19 - 21h51
de : jy.D
Le secteur de l’animation se met (à son tour) en lutte
lundi 19 - 08h16
J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
2 commentaires
Un seul cri : Libérez le Professeur Fourtillan !
dimanche 18 - 17h32
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque : Fin de l’ENA et vive l’ISP : CQFD !
dimanche 18 - 17h15
de : joclaude
1 commentaire
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Crise du Covid-19, une aubaine pour "l’oligarchie mondialiste" ?
dimanche 18 - 16h19
de : joclaude
1 commentaire
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
7 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite