Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

« Les nouvelles idées peinent à émerger »

de : Francis Wurtz
samedi 22 septembre 2007 - 16h04 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Par Francis Wurtz, président du groupe GUE-GVN au Parlement européen.

(Partie de son intervention lors du débat sur l’Europe à la Fête de l’Huma, publié dans l’Humanité du 21.09.2007)

Le combat pour l’émancipation humaine a commencé bien avant nous. Il continuera bien après nous. Il a toujours traversé des périodes plus ou moins longues de crise. Dans ces moments-là, les anciennes idées ne suffisent plus, et les nouvelles idées peinent à émerger. Nous sommes dans une telle période. Il faut le reconnaître.

Il y a dans ces périodes des moments de rupture qui révèlent l’exigence de changement, de nouvelles réponses. L’une de ces ruptures, dont nous ne devons pas sous-estimer l’effet, s’est produite avec la chute du mur de Berlin. Avec cet événement, le communisme du 20ème siècle est devenu caduc, de même que le capitalisme du 20ème siècle a tourné la page. C’est une dialectique. Avec cette rupture, ce sont les conditions d’ensemble du combat transformateur qui ont changé, qui ont basculé jusque dans les esprits. Avant cet événement, il existait une solution de rechange au capitalisme. On pouvait l’aimer ou la haïr, mais elle existait dans les esprits. On raisonnait en fonction d’une situation où il y avait le capitalisme, et autre chose. Cette rupture a nourri, dans un premier temps, une formidable illusion : celle de la « fin de l’histoire ». On voit, aujourd’hui, ce qu’il est advenu de cette illusion. La recherche d’une autre perspective demeure bien vivante. Cela nous interpelle.

Dans cette situation, nous, militantes et militants des forces de transformation sociale, devons faire montre de détermination. Détermination à tout faire pour trouver des idées neuves, sans jamais se fermer, a priori, à aucune piste de recherche. Nous devons aussi faire preuve d’humilité, de modestie, ne pas croire qu’existerait une réponse clés en main à nos problèmes. Il n’y a pas de prêt-à-porter en la matière. Il y a un travail de fond à mener. Un travail sérieux, transparent, à l’écoute de tous ceux qui veulent la transformation sociale, qu’ils soient en France ou dans d’autres pays. Tout nous intéresse pour trouver les bonnes réponses. Il nous faut, enfin, un solide esprit de responsabilité. Faire table rase de nos acquis serait une erreur énorme, j’en suis convaincu. Nous sommes le produit d’une histoire. Il faut, je pense, « dépasser » ces acquis. C’est-à-dire intégrer ce qui reste valable, et laisser de côté ce qui ne l’est plus. Nous devons faire, je crois, ce que l’on appelait autrefois une « assimilation critique » de notre passé. Ce qui est vrai pour nous est vrai pour l’ensemble de la gauche européenne.

Pour le Parti communiste français, ce qui s’est passé à la dernière élection présidentielle est tout sauf un coup de tonnerre dans un ciel serein. Depuis plusieurs décennies, nous nous battons pour freiner ce recul. Sans stopper cette érosion de notre influence, malgré les efforts considérables que nous avons faits pour nous rénover. Nous avons renouvelé en permanence nos analyses et nos pratiques. Néanmoins, la désagrégation du pouvoir d’attraction de ce que l’on appelait le « camp socialiste », jusqu’à la crise complète, a eu de sévères répercussions sur notre propre influence. Une approche lucide de tout ce qui s’est passé durant cette période est indispensable.

Pour reprendre un concept cher à Gramsci, cela signifie-t-il que l’hégémonie culturelle est désormais du côté du capitalisme ? Le peuple français est-il désormais massivement acquis aux idées du capitalisme ? Je ne le crois absolument pas. En 1995, peu de temps après la chute du mur, un inimaginable mouvement social devenait le théâtre de l’osmose entre les grévistes et la grande majorité du peuple. Il y avait alors une ambiance extraordinaire dans notre pays. Plus récemment, la nouvelle génération s’est engagée dans la formidable bataille contre le CPE, une lutte qui rejoignait nos valeurs, pas celles du capitalisme. On peut aussi citer l’expérience inédite du référendum sur le projet de traité constitutionnel. Ce fut, au-delà de la victoire du « non », une magnifique démonstration de démocratie citoyenne, de cette maturité politique dont on fait preuve des millions de Français. Je ne crois donc absolument pas que nous soyons dos au mur.

Il existe une attente de réponses communistes modernes, même si cette attente coexiste avec un doute sur notre capacité à apporter des réponses pertinentes aux problèmes d’aujourd’hui. Pour travailler cela, il faut, à mon avis, éviter trois écueils. Le premier consisterait à conduire ce débat en vase clos. C’est impossible, car la vie continue. Les gens subissent tous les jours les effets de la politique impitoyable de la droite au pouvoir. Ils subissent aussi quotidiennement les effets de la bataille idéologique menée par la classe dirigeante. Nous devons donc mener ce débat en liaison étroite avec les luttes quotidiennes, aux côtés du mouvement social. Deuxième écueil à éviter : celui qui consiste à mettre la charrue avant les boeufs en posant, comme je l’entends déjà, la création d’un nouveau parti comme préalable. Rien ne doit être exclu de notre réflexion. Nous devons engager une exploration sans tabous et sans a priori. Mais la priorité, à mes yeux, doit être le débat de fond sur ce qui ne va pas, et ce que nous devons inventer ensemble. Enfin, troisième écueil : évitons à tout prix le risque d’un festival des ego. Laissons ce triste spectacle à d. Pour notre part, nous n’avons besoin ni d’homme ou de femme providentiels, ni de gourous, ni de maîtres à penser. Nous sommes face à un enjeu historique. Tâchons d’en prendre la mesure pour être à la hauteur. J’en suis convaincu : nous en sommes capables. »


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
à propos de peiner que tu nous fais de peine
23 septembre 2007 - 00h21

à propos de peiner que tu nous fais de peine.

à force de doutes, d’incertitudes, de sentiments de si grande humilité et cette volonté de marier ceux qui sincèrement luttent aux arrivismes forcenés des bobos des beaux quartiers, oui, nous en sommes arrivés là.

N’est-ce pas ces renoncements successifs, qui justement nous ont ainsi dépossédés de notre parti, de ses congrès, de ses choix.

Des directions successives ont tellement regardé leurs socquettes qu’ils ont oublié l’essence : l’idéal. La société sans classe que nous appelons socialisme.

Alors viendra-t-il ? Ou avons nous lutter pour placer certains en position d’élus pour qu’ils nous renvoient, oublieux, leurs désirs de rester avec une morgue si grande.

"Tempête dans un ciel serain..." Pourquoi parle-t-on d’halucinations, de bouffée délirante (ce sont les mots de Charcot pour définir cette pathologie psychiatrique) alors que nos camarades du KKE en Grèce, et du PCP renouent avec les succès électoraux et avec la jeunesse.

Foin de la fatalité !

Il faut se remettre au turbin, avec la lutte des classes comme exercice de la pensée.

Salut fraternel camarade.

Le Renard Rouge







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite