Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Florence AUBENAS parle de l’Arche

de : Ben59 samedi 10 novembre 2007 - 19h59 - Signaler aux modérateurs

« Pourquoi ils ont volé sans demander ? »

Trafic d’organes, traite des Noirs... Les habitants de N’Djamena accusent l’Arche de Zoé des méfaits les plus sombres. Et dénoncent les pressions de la France sur leur justice. Reportage de Florence Aubenas dans une capitale en proie à toutes les rumeurs Ce n’est pas la peine de chercher un coin de banc pour s’asseoir dans les salles d’attente des dispensaires de N’Djamena en ce moment. Tout est plein.

« comme au théâtre », dit Djamila. Il n’y a que des femmes. Peu ont l’air souffrantes. « En réalité, on vient ici parce que l’endroit est discret pour causer entre mères de famille », dit Eulalie.

Le sujet dont elles veulent parler est de ceux qu’on considère au Tchad comme plutôt délicats à aborder en public. « C’est un peu comme discuter de h police ou des élections, du top secret-défense, les plus hautes autorités ont posé leur main dessus. Une gaffe, et c’est la prison. » Djamila en est sûre.

L’infirmière passe la tête dans le couloir en béton brut. On se tait aussitôt. Djamila chuchote : « On vient parler de l’Arche de Zoé. » Et Eulalie : « C’est notre feuilleton, personne ne peut plus s’en passer. » Djamila est persuadée que les 103 enfants que l’association humanitaire française s’apprêtait à embarquer clandestinement « devaient être vendus comme esclaves dans les pays arabes ». Eulalie n’est pas d’accord. « Ils devaient être élevés comme des moutons dodus pour mieux leur prélever ensuite tous leurs organes un par un. » Elles l’ont entendu à la télé, « de la bouche même d’un dignitaire » dont elles n’osent prononcer le nom, même à voix basse. « Mais est-ce qu’il nous dit toute h réalité ? Ici tout est caché. » Depuis « l’affaire », Eulalie ne laisse plus ses enfants « dans les seules mains de Dieu » pour aller à l’école : elle les accompagne en personne. Elle se rengorge : « Hier, les fils ont mangé de h viande. » Dans la salle d’attente, les autres se cachent dans leurs mains pour rire. Elles sont persuadées qu’Eulalie ment. « Son mari est professeur :sa famille dîne de boules de mil trempées dans du jus, comme tout le monde. Même le riz est devenu un luxe pour les middle class, dit Djamila. Une seule ethnie vit à l’aise : celle de cet homme que nous ne pouvons nommer. » L’infirmière ouvre la porte. On se tait.

Dans la rue passe un de ces gros 4x4 blancs qu’utilisent les fonctionnaires internationaux ou les ONG. Sur les flancs se distingue la trace fraîche des autocollants qui viennent d’être décollés. Pour un Français, s’afficher dans les quartiers nord de la ville, majoritairement peuplés de gens de l’Est, serait aujourd’hui considéré comme une provocation. Plus loin, la pancarte d’un marchand de rue annonce : « Ici carburant pour tout le monde : essence, recharge de portable, nouvelles fraîches de l’Arche de Zoé. » Cela va faire quinze jours que N’Djamena ne respire plus qu’au rythme de « l’affaire ». Le visiteur en quête de renseignements sur la politique tchadienne à l’enfance est orienté vers un petit bâtiment trapu, une des directions du ministère des Affaires sociales. A l’intérieur, la poussière recouvre tout, comme si les portes n’avaient pas été ouvertes depuis des années. Le service compte une centaine d’employés. On ne croise que le gardien du parking et Fortuné, sous-chef de bureau, qui finit un « petit travail personnel sur son ordinateur ». Onze heures sonnent. Beaucoup de ses collègues sont partis pointer à leur « deuxième boulot ». Ce service est-il chargé des dossiers d’ONG, type Arche de Zoé ? Un second employé vient de surgir. Il se défend : « Non, non, je vous assure. Ici, on ne fait rien du tout. » Fortuné précise qu’il y a parfois « des projets, mais jamais de réalisations, sauf si elles sont financées par des aides internationales, et encore. On a zéro crédit public. Je dis bien :zéro ». Toute la vie du service semble s être concentrée denors, près du parking, où une quinzaine de chaises s’imbriquent en un casse-tête savant pour tenir toutes dans l’unique et minuscule flaque d’ombre. Ca chahute. On parle de quoi ? « L’Arche de Zoé », résume Fortuné. Les employés expliquent que « beaucoup de papas n’arrivent plus à nourrir toute h famille, surtout à l’est du pays ». C’est une terre de misère que ravage, en plus, un double conflit : l’un au Darfour, juste de l’autre côté de la frontière, et un autre au Tchad même. « Les parents sont désespérés. Es sautent sur tout ce qu’ils trouvent pour sauver leurs enfants. »

Une habitude s’est peu à peu créée, surtout avec l’installation des grands camps de réfugiés ou de déplacés. Des émissaires font des tournées en se recommandant d’une tribu, d’une famille ou d’une ONG. Ils proposent d’« emmener les enfants pour les éduquer ». Fortuné explique qu’il faut faire attention. « Parfois, l’enfant se retrouve à travailler dans les champs ou comme un presqueesclave chez un riche cousin. Les humanitaires étaient les derniers dont on pensait encore qu’Us n’avaient pas de mauvaises choses derrière la casquette. Il faut voir les bousculades des parents pour qu’Us prennent leurs enfants. » Il y a quelques mois, un programme financé par deux grandes ONG a été pris d’assaut : il s’agis- sait de réinsérer dans la vie civile 400 enfants-soldats enrôlés dans les troupes rebelles au régime tchadien. « Les parents suppliaient les rebelles défaire passer leurs enfants pour des combattants », explique l’associatif. Pour eux, c’était la garantie d’école, de soins médicaux, de trois repas par jour. Les rebelles appréciaient aussi cette situation, un moyen d’avoir l’air de faire repentance tout en gardant les vrais enfants-soldats dans leurs rangs.

La course au « placement des enfants » a gagné N’Djamena. Jean-Baptiste a eu « la chance », comme il dit, qu’un orphelinat accepte deux de ses enfants à la mort de sa femme. Les voisins l’envient, « mais ce n’est pas facile, il y a des centaines de dossiers. Il faut au moins un des deux parents décédés et du piston ». Jean-Baptiste dit avoir « eu l’eau à la bouche » à l’idée d’une adoption à l’étranger. « Qui dans la misère n’y voit pas l’assurance d’une vie meilleure ? » A l’orphelinat, les employées font la lessive en parlant de l’Arche de Zoé. L’une dit : « L’Arche aussi avait envoyé des émissaires. On a l’impression d’être tombés dans le piège. Pourquoi ils ont volé et pas demandé ? »

Au Tchad, Samory Ngaradoumbé, 50 ans, est un journaliste vedette. Selon lui, dans l’affaire de l’Arche, la presse nationale « s’est surtout rythmée sur h façon dont les autorités géraient l’affaire. Ici, la politique dévore tout ». Son hebdomadaire, « l’Observateur », considéré comme indépendant, tire à 2 500 exemplaires avec six journalistes. En 2005, il a fait trois mois de prison pour la publication d’une « lettre ouverte » critiquant la police et émanant d’« une ethnie hostile à la présidence ».

A l’époque, Reporters sans Frontières et Robert Ménard avaient largement contribué à le sortir de là. Mais le même Samory s’est senti pris entre deux feux quand RSF et Robert Ménard sont venus l’autre jour à N’Djamena expliquer la situation des trois reporters français embarqués dans le dossier de l’Arche. La conférence de presse est tendue. « C’est juteux pour vous, ce genre d’affaire ? », lance un journaliste tchadien. Un autre : « Vous passez votre temps à nous donner des leçons sur l’Etat de droit et l’indépendance de la justice, mais aujourd’hui vous vous faites complice de ce que vous dénoncez : des pressions politiques pour sortir vos journalistes à votre convenance. » William Bourdon, avocat du reporter de Capa, se sent coincé à ce « bal des hypocrites » : « Ils n’ont pas tort. Cela peut être meurtrier pour nous et nos valeurs, on court le risque de nous décrédibiliser. »

Le palais de justice de N’Djamena est devenu une sorte de champ de course où toute la ville parie chaque jour à qui gagnera, entre la présidence ou les juges. Cela a commencé sérieusement à tanguer l’autre weekend, avec l’annonce de la visite surprise de Nicolas Sarkozy. « Il était convenu qu’il repartirait avec les journalistes et les hôtesses », explique un juge. Le substitut en charge du dossier ne voulait pas trancher leur sort avant le lundi 5 novembre, au lendemain de la visite du président français. Il est destitué en pleine nuit. En catastrophe, une troisième magistrate est littéralement sortie de sa douche le dimanche matin. Ses protestations pour aller à la messe ne sont pas davantage entendues. « On ne lui donne qu’un conseil : accélère. » Un juriste propose un jeu. « Je vais vous dire exactement ce qui va se passer : l’instruction va être réglée en quelques semaines pour stopper les pressions. Les gens de l’Arche prendront cinq ans de travaux forcés mais partiront vite les faire en France. Ici, tout est toujours arrangé entre puissants. »

Ce dimanche-là, parmi la foule massée à l’aéroport de N’Djamena, personne ne hausse le ton, mais une rage froide a tout recouvert : « La venue de Sarkozy signifiet-elle que notre président est un sous-préfet à ses ordres ? s’écrie un homme. Voilà des années que les Français nous imposent nos présidents. Et si ça ne nous plaît pas, on ne peut même pas demander de visa pour nous. » Quelqu’un murmure : « Ils ont fait la traite des esclaves, maintenant ils font la traite des enfants. » La rumeur court que Sarkozy va évacuer tout le monde en cachette. « Quelqu’un a des jumelles ? Si ceux de l’association ne sont pas jugés ici, il y aura des émeutes. »

Florence Aubenas Le Nouvel Observateur



Imprimer cet article





Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite