Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Léon Werth, journal de combat


de : Marc Alpozzo
mercredi 5 décembre 2007 - 16h08 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 25 ko

de Marc Alpozzo

Léon Werth est de ces écrivains méconnus du grand public, et inclassables. Dans une monumentale biographie publiée aux éditions Viviane Hamy, Gilles Heuré appréhende la liberté de l’écrivain, sa lucidité, son incroyable « intempestivité ». Intitulant son ouvrage L’insoumis, Gilles Heuré n’aurait pu choisir meilleur titre. A la fois plume rebelle, et homme réfractaire à l’armée, à tout fait d’armes, Léon Werth est un insurgé permanent, un antimilitariste convaincu. Pas un de ces « couards » qui seraient prêts à vendre papi ou mamie pour éviter le service militaire en temps de paix. Non ! Comme une autre grande plume de son siècle, je veux parler de Louis-Ferdinand Céline, Léon Werth, qui a devancé l’appel en 1914, s’est mesuré à la boue et la saleté, l’ignominie des tranchées, ressenti le dégoût que pouvait inspirer à tout homme, l’infernale machine militaire, n’aurait pas dit mieux que le brillant Bardamu, hurlant à Lola dans son Voyage au bout de la nuit : « Oui, [je suis] tout à fait lâche, Lola, je refuse la guerre et tout ce qu’il y a dedans... Je ne la déplore pas moi... Je ne me résigne pas moi... Je ne pleurniche pas dessus moi... Je la refuse tout net, avec tous les hommes qu’elle contient, je ne veux rien avoir à faire avec eux, avec elle. Seraient-ils neuf cent quatre-ving-quinze millions et moi tout seul, c’est eux qui ont tort, Lola, et c’est moi qui ai raison, parce que je suis le seul à savoir ce que je veux : je ne veux plus mourir. »

Contre les bourrages de crânes à grande échelle, les désastres militaires et les idéologies de morts, ce soldat antimilitariste et anticolonialiste, écrit, proteste, se bat contre l’arrogance et la cruauté des sociétés civilisées, le joug des armées et des colons. Tout l’objet de cet épais journal de plus de 700 pages. A la fois styliste d’une grande précision, généreux en détails, Léon Werth commence son épais au journal au lendemain de la défaite de 1940 pour l’achever le 26 août 1945, au moment où « De Gaulle descend, à pied, l’avenue des Champs Elysées ». Son journal, sobrement intitulé Déposition est une somme d’évènements, de caractères, de dysfonctionnements, de colères : c’est l’inexorable folie collective, la descente vers les abîmes du nazisme et du stalinisme. C’est quatre années de guerre, d’Occupation, de lâcheté pour les uns, de bravoure et de courage pour quelques autres. Manifeste contre la guerre et ses périls, contre la part sombre d’une humanité qui s’oublie dans la violence et les bas ressentiments.

Suite à la débâcle de 40, Léon Werth, juif âgé ne pouvant plus agir autrement que par sa plume, se réfugie dans la campagne jurassienne. Il ne lui reste alors qu’à fumer, attendre et tenir un journal. Un journal d’en face. En face. Face à la guerre. Seul dans la campagne jurassienne. Journal d’un œil avisé et critique qui observe au jour le jour les grands et les petits événements de la Seconde Guerre mondiale. Hélas ! Notre époque ne bénéficie plus d’aucune plume de cette envergure. Probablement parce que cette époque n’est plus secouée par grand-chose.

La collaboration avec l’ennemi que mène Vichy, la presse, les réflexions de paysans ou de quelques intellectuels du coin, ses lectures, un regard posé sur un monde bousculé par l’émergence de nouveaux courants, Werth observe l’histoire agir avec sa grande hache, sur la surface du globe et transformer un ancien monde, balayant une certaine idée de la culture, de la grandeur de la France, en un monde neuf. Ancien monde, celui de Voltaire, de Saint-Simon, de Jules Michelet. Nouveau monde celui de la mort de masse, de l’industrialisation de l’horreur, des atrocités et exactions. Des mesquineries, des lâchetés, de la collaboration et de l’intelligence avec l’ennemi, que restera-t-il après la guerre ? Seul un esprit libre pouvait légitimement se poser la question. Que restera-t-il de ce Paris occupé ? Paris retrouvé : bizarre Paris ! Cette France-là, France des lumières, France de la résistance, France du 18 juin 40.

Un journal qui balaye son époque, mêle des réflexions sur les écrivains : « Mort de Giraudoux. Ce n’était qu’un cagneux, orné d’élégances diplomatiques et littéraires. Je n’ai jamais pu lire dix lignes de lui. Il écrivait pour les primaires du secondaire, avec du vide et de l’ennui ». Un journal qui avoue son profond dégoût pour le maréchal, chef de la France de Vichy : « Le maréchal Pétain reçoit un groupe d’instituteurs. A croire qu’il rédige ses allocutions. […] Sénilité ? Non, pas seulement. Cet accent d’imbécillité blanche ne s’acquiert pas, il est congénital ». C’est également un journal doté d’une vision juste de la politique nihiliste d’un Hitler qui tente d’effacer de l’humanité, l’un des peuples les plus vieux du monde, le peuple juif : « En Allemagne, on supprime, sur les monuments aux morts de la guerre de 14, les noms des Juifs. C’est un symptôme important. L’hitlérisme est puissant par la négation, fût-ce de l’évidence. Par la confusion du signe et de la chose. Il n’y a pas de Juifs morts à la guerre, si on décide qu’il n’y en a pas. Le mensonge et la vérité se valent. »

Philosophe insoumis, esprit libre, esprit critique, laïque et universaliste, internationaliste et patriote, Léon Werth le prouve. Il a brillamment dépeint une époque qui a existé. Si une partie de la France fut muette, elle a tout de même résisté. A sa façon. Avec les armes ou avec son intelligence. Alors que certains furent passifs, que d’autres se compromirent avec l’occupant ou avec Vichy, des écrivains, des intellectuels, des civils continuèrent de combattre un régime hégémonique et nihiliste.

Léon Werth, critique de lui-même, critique d’une époque, d’une page qui se referme, à l’instar des plus brillantes plumes françaises, Voltaire, Victor Hugo, Saint-Simon, s’est enfermé dans sa solitude, et a mené un journal de combat ; combat contre les idées reçues, contre les imbéciles qui pensent en rond, contre le nihilisme passif, l’autodestruction, les esprits moribonds, les universitaires pégreleux, les journalistes corrompus, les hommes politiques sans envergure. Il suit la ligne de l’expérience. Attendre la libération. Pourfendre l’ennui en menant un grand inventaire. Celui d’une époque qui disparaîtra avec l’entrée d’un De Gaulle triomphant dans un France libre, un Paris rendu aux français. Une France qui fera désormais un nouveau pas en avant, franchisant ainsi la ligne du vingtième siècle. Derrière celle-ci, c’était l’avenir d’une négation. Devant, ce siècle se promet peut-être, le siècle de tous les nihilismes, mais Léon Werth est d’un autre temps, d’une autre époque. Il ne pouvait l’anticiper. Son combat et son écriture sont ceux d’un observateur, polémiste et humaniste.

Léon Werth, Déposition, journal de 940 à 1944, Viviane Hamy Editeur, 1992, 736 pages.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Léon Werth, journal de combat
7 décembre 2007 - 09h10

Léon Werth n’est pas un inconnu, ces livres sont souvent en devanture des librairies !






Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
lundi 22 - 18h15
de : Roberto Ferrario
Communiqué CGT : une loi scélérate pour les travailleurs !
lundi 22 - 16h42
de : joclaude
1 commentaire
demandons votre vigilance quant à la véracité de vos sources avant de publier vos articles : la communauté tamoule de Fr
lundi 22 - 13h11
de : TGTE media France
Petite fête du livre de Noir et Rouge
lundi 22 - 12h38
de : Frank
Jérôme Rodrigues Gilet Jaune :la réalité d’une police politique et non de Droit !
dimanche 21 - 17h05
de : joclaude
Covid-19 : Cuba en alerte suite à l’augmentation soutenue des infections 21 Février 2021
dimanche 21 - 15h39
de : nazairien
1 commentaire
En hommage aux héros de l’Affiche Rouge
dimanche 21 - 08h58
de : UJFP
2 commentaires
Interpellation de Jérôme Rodrigues - video
samedi 20 - 15h37
de : joclaude
1 commentaire
Pas de licenciement à la Maison pour tous de Pen-ar-Créac’h (Brest)
vendredi 19 - 13h56
de : azard
Stop à la Désinformation des Médias sur les Tamouls de France
vendredi 19 - 13h16
de : Bharathi CCFT
2 commentaires
C’est beau l’Europe ! Après la France, l’Espagne aussi !
vendredi 19 - 11h52
de : joclaude
1 commentaire
Vaccins : effets secondaires détectés !
jeudi 18 - 17h17
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite