Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Répression féroce d’ouvrières en Argentine hier.

mardi 22 avril 2003 - 15h33 - Signaler aux modérateurs

"Il n’y a pas de suprématie de la vie et de l’integrité physique sur les intérets économiques "

Une phrase issue de la résolution de délogement de Brukman de la part de deux juges Bonorino Peró y Piombo - deux juges qui pendant la dernière dictature étaient juges d’instruction- qui résonne froidement cette nuit après un après midi d’une brutalite inouie.

Depuis la nuit de jeudi, l’usine textile Brukman, occupée par ses ouvrières depuis plus d’une année, a été delogée. Depuis cet instant, toute une partie du quartier Once à Buenos Aires s’est transformée en une véritable zone militarisée, avec en permanence plus de 500 flics qui bloquent la rue sur cinq patés de maisons. Depuis jeudi, les mobilisations vont croissant afin de récupérer l’usine, devenue un symbole dans un pays ravagé par la crise économique et sociale. Aujourd’hui, le gouvernement argentin de Duhalde vient de réprimer sauvagement plus de 55 ouvrieres textiles qui se battent pour changer leur vie d’esclaves salariées et plus de 7.000 personnes qui sont venues prendre la rue pour montrer sa solidarité avec la lutte de Brukman.

Le 18 decembre 2001, un jour avant les évenements du 19 et 20 decembre, les ouvrières de l’usine, qui n’ont plus de salaire minimal depuis des mois (les frères brukman iront jusqu’a les payer deux pesos par semaine, l’equivalent de 0.50 euros ), attendent le patron qui doit leur payer les arrièrés de salaires et qui va fermer la fabrique. Celui- ci n’apparaitra jamais, les ouvrières restent et peu a peu commencent une aventure d’autogestion de l’usine qui dure depuis pus d’une année. Le bruit des machines reprend... Depuis une année et demi, les travailleuses de Brukman, se battent pour obtenir, comme dans le cas de Zanon en Patagonie, l’expropriation définitive de l’usine. Peu à peu, Brukman est devenue un symbole pour tous ceux qui luttent en Argentine. Deux fois déjà, ils ont essayé d’expulser Brukman (mars 2002 et novembre 20029, deux fois de suite, la pression de tous les mouvements en lutte (assemblées populaires, mouvements piqueteros, travailleurs en lutte...) a empeché que se réalise le délogement, et la police a du rétrocéder.

Aujord’hui, à a peine a dix mètres de l’usine textile, la répression brutale s’est dechainée quand quatre ouvrières ont traversé les barrières qui, depuis plus de quatre jours, bloquent toute la zone. A 18 heures, la police fédérale s’est lancée dans une véritable course poursuite de tout manifestant, aboutissant à l’arrestation de 120 personnes, et faisant des dizaines de blessés dans une opération de poursuites de tous les manifestants et ce, jusqu’a trente patés de maisons plus loin. Parmi les détenus, se trouvent des ouvrières de Brukman et Zanon, des journalistes, femmes et mineurs d’âge. Il ne s’est pas seulement agit de tirer des gaz lacrimogenes, de tirer des balles de gommes, de frapper mais aussi de tirer des balles de plomb, qui par chance n’ont tué personne. La répresion a continué jusqu’ aux portes de la Faculte de psychologie ou 350 personnes s’étaient réfugiées, dans l’hopital où ces derniers n’ont pas hésité à tirer des gaz lacrimogènes à l’interieur. Dans toutes les rues aux alentours, des barricades se sont montées pour se defendre comme chacun pouvait.

Dans un article précedent sur Brukman, j’avais donné pour titre "le gouvernement argentin joue avec le feu" signalant dans ce dernier, que la police fédérale disposait de balles de plomb, connues pour être des cartouches rouges par tous ceux qui ont vu les images du meurtre en direct des deux piqueteros le 26 juin dernier. Preuves a l’appui, nous avons les photos des cartouges rouges vides qu’on trouve maintenant dans toutes les rigoles du quartier Once. Le gouvernement de Duhalde, direct responsable de la police féderale, et le gouverenemt de Buenos Aires de Ibarra sont les directs responsables de cette journee de repression. Au cours de l’apres midi, interrogé sur le conflit de Brukman, au moment où tous les mouvements confluaient pour suivre Brukman et Zanon jusqu’aux grillages, le porte parole du gouvernement Alfredo Attanasof s’est limité à dire que le conflit de Brukman était du ressort de la justice, niant le fait que la police serait armée de balles de plomb. A moins d’une semaine du premier tour des élections presidentielles, le gouvernement de Duhalde veut mettre de l’ordre dans la maison pour laisser le champ libre au prochain président. Une mise en ordre qui se concrétise deja depuis plusieurs semaines par l’arrestation de quatre "piqueteros", par une vague de délogements succesifs dans la ville de Buenos Aires. C’est ainsi que le gouvernement entend en terminer avec tous les mouvements issus du 19 et 20 decembre, traversés tous par le fait de prendre en main ce que l’Etat argentin a abandonné depuis longtemps aux appétits féroces du capital. Des prises de terre, des occupations d’usine a la construction dans les bidonvilles de barraques de mouvements de chômeurs jusqu’aux occupations des assemblées populaires, tout ce mouvement multiple est en prise depuis des semaines a ce que, depuis un moment comme Indymedia Argentine, nous qualifions de guerre de basse intensité, est devenue aujourd’hui une guerre ouverte ou le permis de tuer en toute impunité vient d’etre delivré.

Aujourd’hui, les ouvrières de brukman ont reinventé un nouveau chant "vamos a volver" (nous revenons), et c’est ce que l’on va faire de nouveau demain armée de nos citrons.

photos et interviews sur http://www.argentina.indymedia.org/


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite