Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS

de : PCF
jeudi 29 mai 2008 - 05h15 - Signaler aux modérateurs
31 commentaires

Un an après avoir fait adopter aux forceps la loi LRU, Valérie Pécresse poursuit aujourd’hui son entreprise de démolition avec le démantèlement du CNRS.

La proposition de la Ministre ne correspond à aucune des exigences de la communauté scientifique. A l’opposé du status quo, les scientifiques exige un outil public performant, capable d’intervenir pour contribuer à répondre aux défis considérables de notre temps.

Plutôt que d’engager un dialogue constructif avec la communauté scientifique pour construire une réforme ambitieuse, La Ministre annonce sa volonté de supprimer les sciences humaines et sociales, les sciences du vivants et l’Informatique des domaines de compétence du CNRS. La droite cherche à mettre au pas des exigences du Medef, les sciences humaines et sociales afin d’imposer une idéologie et de combattre toute pensée critique fondamentale du système actuel.

De plus, les sciences du vivant comme l’informatique verront leur développement subordonné aux processus de brevetage et d’asservissement aux logiques financières les plus prédatrices.

Cette nouvelle tentative de coup de force pour asservir la science est inadmissible. Malgré ses récentes déclarations à l’Assemblée nationale, Valérie Pécresse ne défend pas le CNRS, elle organise sa vente à la découpe. Le PCF est pleinement solidaire des actions en cours. Il appelle à la construction d’alternatives progressistes avec l’ensemble des acteurs de la recherche et des forces sociales et politiques attachées à une politique de recherche démocratique, garantissant l’indépendance intellectuelle et la logique du service public.

Parti communiste français

Paris, le 28 mai 2008


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 07h44

Les Sarkosites leur sbires à la solde des ultra libéraux veulent très vite tout démanteler tout ce qui permettrait une veritable alternative .

Ce n’est pas seulement pour le profit immédiat mais pour empêcher toute réversibilité au capitalisme !

Comme l’a si bien écrit keesler , " pour en finir avec 45" !

Sans le CNRS impossible par exemple de constituer un véritable service public du médicament avec d’autres acteurs (secu, hôpitaux, cea etc...) , recherche, fabrication distribution .

Boris



"Vente à la découpe du CNRS" est un bon descriptif
29 mai 2008 - 08h43 - Posté par X

On a vu passer un article demandant la DEMISSION de Valérie Pécresse :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

Les commentaires à cet article nous apprennent qui est en réalité cette ministre. J’en reprends un bout.

D’après Wikipédia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Valéri...

"Valérie Pécresse est la fille de Dominique Roux, professeur d’université et président de Bolloré Télécom. (....) elle est mariée depuis le 6 août 1994 à Jérôme Pécresse (directeur général adjoint d’Imerys, numéro un mondial des minéraux de spécialité)... "

Le président de Bolloré Télécom Dominique Roux :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Domini...

http://www.rezo226.com/dominique_ro...

http://www.bolloretelecom.eu

http://www.lefigaro.fr/emploi/2007/...

enseigne à Paris Dauphine, une université très proche des milieux d’affaires :

http://www.dauphine.fr/

http://www.magisteredegestion.com

Sur Imerys, dont Jérôme Pécresse est directeur général adjoint, voir :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Imerys

http://www.imerys.com/scopi/group/i...

On peut lire sur le site de Bolloré Télécom :

http://www.bolloretelecom.eu

"Bolloré telecom est une jeune société dont l’ambition est de devenir opérateur télécoms et fournisseur d’accès à Internet de premier plan. Rejoindre Bolloré telecom, c’est intégrer une équipe solide, tournée vers l’avenir et l’innovation".

Il paraît évident que Bolloré Télécom a des intérêtes dans le domaine de la recherche. Le groupe Bolloré dispose même de moyens financiers pour se payer une université. Quant à Imérys, qui se présente ( http://www.imerys.com ) comme "leader mondial des minéraux industriels", on trouve dans cette brochure en anglais un paragraphe sur ses activités de recherche :

http://www.imerys-perfmins.com/USA/...

"Imerys’ research and development resources are concentrated on specific markets, ensuring in-depth expertise and a focus on solutions for our customers. Our engineers, scientists and technologists, utilizing the latest in testing and analytical processes and equipment, are engaged in applied research, product development and investigation of mineral applications at laboratories in the United States, Brazil and the United Kingdom..."

Le groupe a également installé des activités de recherche en France :

http://www.limoges.cci.fr/revuepres... (6 mars 2008)

La recherche céramique cible Limoges

"...Tandis qu’Imerys a déjà installé son activité de recherche l’année dernière..."

Si on compare avec les critères de récusation de magistrats prévus par la Code de l’Organisation Judiciaire, on peut se poser des questions. Sarkozy ne semble guère en tenir compte, puisqu’il accepte lui-même des vacances payées par Bolloré et par d’autres.
Mais si on considère que le degré de responsabilité d’un ministre, par la portée de ses décisions et par les intérêts qui peuvent en dépendre, est au moins égal à celui d’un juge et souvent très supérieur, alors il est en effet utile d’examiner l’article 341 du Code de l’Organisation Judiciaire :

http://www.legifrance.gouv.fr/affic...

La récusation d’un juge n’est admise que pour les causes déterminées par la loi.

Comme il est dit à l’article L. 731-1 du code de l’organisation judiciaire "sauf dispositions particulières à certaines juridictions la récusation d’un juge peut être demandée :

1° Si lui-même ou son conjoint a un intérêt personnel à la contestation ;

2° Si lui-même ou son conjoint est créancier, débiteur, héritier présomptif ou donataire de l’une des parties ;

3° Si lui-même ou son conjoint est parent ou allié de l’une des parties ou de son conjoint jusqu’au quatrième degré inclusivement ;

4° S’il y a eu ou s’il y a procès entre lui ou son conjoint et l’une des parties ou son conjoint ;

5° S’il a précédemment connu de l’affaire comme juge ou comme arbitre ou s’il a conseillé l’une des parties ;

6° Si le juge ou son conjoint est chargé d’administrer les biens de l’une des parties ;

7° S’il existe un lien de subordination entre le juge ou son conjoint et l’une des parties ou son conjoint ;

8° S’il y a amitié ou inimitié notoire entre le juge et l’une des parties.

Le ministère public, partie jointe, peut être récusé dans les mêmes cas".



"Vente à la découpe du CNRS" est un bon descriptif
29 mai 2008 - 09h07 - Posté par X

Au juste, je m’aperçois d’une erreur dans les commentaires que j’ai repris. La Code cité est en réalité le Code de Procédure Civile, qui se réfère au Code de l’Organisation Judiciaire. C’est sans incidence sur le contenu.


"Vente à la découpe du CNRS" est un bon descriptif
29 mai 2008 - 10h42 - Posté par Claude

Valérie Pécresse est également un membre du Conseil d’Etat en détachement. Comme Renaud Dutreil. C’est facile à vérifier sur Légifrance.

On y trouve aussi des mises en disponibilité de membres du Conseil d’Etat, Bruno Martin-Laprade et Christian Schricke, pour exercer des fonctions à la Société Générale. Le premier a été secrétaire général de la banque jusqu’en 1998 et Schricke lui a succédé.


"Vente à la découpe du CNRS" est un bon descriptif
29 mai 2008 - 11h17 - Posté par

Avec ce genre de passerelles entre la "haute fonction publique" et le secteur privé, il ne faut pas s’étonner si de plus en plus de "hauts fonctionnaires" soutiennent les privatisations et la casse des services publics.

Précisément, il n’est pas question de réformer la "haute fonction publique". Celle-ci échappe à toutes les "évaluations".


"Vente à la découpe du CNRS" est un bon descriptif
29 mai 2008 - 11h59 - Posté par Chantal

Il me semble qu’il y a un problème avec les mélanges de carrières des hauts fonctionnaires dont ensuite, comme c’est le cas du Conseil d’Etat pour les lois et décrets, on sollicite un "avis indépendant et impartial".

Pour revenir sur l’exemple de la Société Générale, son président Daniel Bouton et le nouveau Directeur Général Frédéric Oudéa provienent les deux de l’Inspection des Finances. Voici une biographie de Bouton (la privatisation de la Société Générale date de 1987, lorsque Bouton était directeur de cabinet de Juppé) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel...

Daniel Bouton (né le 10 avril 1950, à Paris Xe) est actuellement président de la Société générale. Sa femme, Nicole Berckole, est directrice adjointe à la Banque Lazard, chargée en 2004 d’assurer les contacts entre la banque et la bourse.

Après l’élection présidentielle française de 1981, il est nommé chef de bureau à la direction du Budget, puis sous-directeur à l’administration centrale du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie à partir de 1984, jusqu’à devenir directeur de cabinet d’Alain Juppé, ministre délégué au Budget de 1986 à 1988. À la fin de la cohabitation, il reste à Bercy, comme directeur du Budget jusqu’en 1991.

En mars 1991, il quitte Bercy pour la Société générale, en tant que directeur de la présidence, poste créé pour lui, puis directeur général (1993), avant de présider la banque depuis novembre 1997 en remplacement de Marc Viénot.

Il a été secrétaire du bureau de l’association des membres de l’Inspection des Finances, puis administrateur et ensuite trésorier de l’Association des anciens de l’ENA (1981-1983). Il est membre du club Le Siècle.

Il est également président de la Fédération bancaire française (FBF). Il préside le groupe « Croissance », et il dirige la Commission régulation de l’Institut de la finance internationale (IIF), depuis 2002.

Il est également administrateur de Total et Veolia Environnement.

A partir du 12 mai 2008, Daniel Bouton quittera le poste de Président-Directeur Général de la Société Générale et en occupera le poste de Président du Conseil d’Administration.


"Vente à la découpe du CNRS" est un bon descriptif
29 mai 2008 - 12h01 - Posté par Chantal

J’oubliais ce paragraphe sur le début de la carrière de Daniel Bouton (même source) :

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et ancien élève de l’École nationale d’administration (Promotion François Rabelais, 1973) dont il était le benjamin, il commence sa carrière à l’Inspection des finances, comme inspecteur adjoint puis inspecteur des finances (1974), et chargé de mission en 1976. L’année suivante, il est chargé de mission à la direction du budget en 1977, puis intègre en 1980 comme conseiller technique, le cabinet de Maurice Papon, ministre du Budget.


Conseil d’Etat et Inspection des Finances
29 mai 2008 - 12h06 - Posté par Chantal

http://fr.wikipedia.org/wiki/Consei...

Les membres du Conseil d’État, environ 350 dont environ 80 en détachement, forment un corps de fonctionnaires comportant six grades : auditeur de 2e classe, auditeur de 1re classe, maître des requêtes, conseiller d’État, président de section et vice-président (ces deux dernières catégories étant à la fois des grades et des emplois). Les auditeurs de 2e classe sont recrutés exclusivement à la sortie de l’École nationale d’administration. Le Conseil d’État est généralement choisi par les élèves les mieux classés, concurremment avec l’Inspection générale des finances, et devant la Cour des comptes et les autres administrations.


"Vente à la découpe du CNRS" est un bon descriptif
29 mai 2008 - 12h41 - Posté par

Pour Frédéric Oudéa :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Frédér...

Frédéric Oudea, né en juillet 1963, est directeur général de la Société générale.

Etudes secondaires et classes préparatoires au Lycée Louis le Grand à Paris.

Il est ancien élève de l’Ecole polytechnique et de l’Ecole nationale d’administration (promotion 1987). Inspecteur des finances, il a notamment travaillé en 1993 au cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre du budget et de la communication, en charge notamment des questions sociales. En 1995, il entre à la Société générale. Après avoir occupé différentes fonctions à Londres et au siège français de la banque, il devient directeur financier en 2003.

Père de 4 enfants, il est marié à Amélie Castera, ancienne élève de l’Essec et de l’Ecole nationale d’administration (promotion 2004) et auditeur à la Cour des comptes.


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 11h50 - Posté par bipède

"Avec ce genre de passerelles entre la "haute fonction publique" et le secteur privé, il ne faut pas s’étonner si de plus en plus de "hauts fonctionnaires" soutiennent les privatisations et la casse des services publics."

C’est exactement la même chose au niveau des commissaires "européens" d’un gouvernement non élu, qui cassent l’Europe



Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 14h19 - Posté par CD

En France, on a également affaire à la politique défendue par quelques coupoles académiques liées à des universités proches du secteur privé. D’autant plus qu’un certain nombre de "hauts fonctionnaires" sont en même temps des professeurs associés à ces universités.

L’exemple du père de Valérie Pécresse, Dominique Roux, professeur à Paris Dauphine et président de Bolloré Télécom, doit en faire rêver plus d’un.

Avec ce genre de visées, on est loin de la notion de recherche publique. Les intérêts sont ailleurs.


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 18h08 - Posté par Guy

L’exemple de la Société Générale fait réfléchir à ce que des fonctionnaires haut placés peuvent avoir à gagner à une privatisation de la recherche. Je reprends l’extrait de Wikipédia :

Bouton a été "directeur de cabinet d’Alain Juppé, ministre délégué au Budget de 1986 à 1988. À la fin de la cohabitation, il reste à Bercy, comme directeur du Budget jusqu’en 1991. En mars 1991, il quitte Bercy pour la Société générale, en tant que directeur de la présidence, poste créé pour lui, puis directeur général (1993), avant de présider la banque depuis novembre 1997 en remplacement de Marc Viénot".

La Société Générale a été privatisée en 1987. Moins de quatre ans plus tard, elle embauchait l’ancien directeur de cabinet du ministre du Budget qui avait opéré la privatisation de la banque. En deux ans, l’intéressé devient directeur général de la banque et quelques années plus tard, PDG.


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 19h52 - Posté par

Juppé était ministre délégué au Budget de Balladur. C’est ce dernier, Ministre de l’Economie, des Finances et de la privatisation, qui a signé l’arrêté de juin 2007 sur les modalités de privatisation de la Société Générale :

http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf...

Voir aussi les lois de 1986 et les décrets cités par l’arrêté.

Mais Juppé était, en effet, l’un des ministres délégués de Balladur.


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 21h37 - Posté par Michèle

Un article du Figaro Magazine du 8 février :

http://www.lefigaro.fr/lefigaromaga...

qui classe Bouton "dans la lignée de ces serviteurs de l’Etat qui ne font pas de différence entre secteur public et privé", explique que Bouton, devenu directeur de cabinet de Juppé en 1986-88, à été "répéré" par l’administrateur - directeur général (j’ai corrigé l’info d’après le CV) de la Société Générale de l’époque, Jean-Paul Delacour, beau-frère d’Edouard Balladur.

Voir aussi :

http://www.socgen.com/sg//socgen/pi...

http://archives.lesechos.fr/archive...

http://www.humanite.fr/1995-01-19_A...


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 18h25 - Posté par Guy

L’exemple de la Société Générale fait réfléchir à ce que des fonctionnaires haut placés peuvent avoir à gagner à une privatisation de la recherche. Je reprends l’extrait de Wikipédia :

Bouton a été "directeur de cabinet d’Alain Juppé, ministre délégué au Budget de 1986 à 1988. À la fin de la cohabitation, il reste à Bercy, comme directeur du Budget jusqu’en 1991. En mars 1991, il quitte Bercy pour la Société générale, en tant que directeur de la présidence, poste créé pour lui, puis directeur général (1993), avant de présider la banque depuis novembre 1997 en remplacement de Marc Viénot".

La Société Générale a été privatisée en 1987. Moins de quatre ans plus tard, elle embauchait l’ancien directeur de cabinet du ministre du Budget du gouvernement qui avait opéré la privatisation de la banque. En deux ans, l’intéressé devient directeur général de la banque et quelques années plus tard, PDG.


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 19h58 - Posté par

L’exemple du père de Valérie Pécresse, Dominique Roux, professeur à Paris Dauphine et président de Bolloré Télécom, doit en faire rêver plus d’un.

D’un côté le père, de l’autre le mari, tous deux étant à des postes clés dans le secteur privé, même si en parallèle le père est prof à Dauphine, Pécresse n’aurait jamais dû être ministre de l’enseignement supérieur.
Il y a collusion entre les intérêts de l’Etat, et sa vie privée. Elle doit démissionner, tout simplement ! C’est une exigence morale, et une exigence de transparence envers tous les citoyens. La loi c’est la loi, elle s’applique à elle aussi !
Exigeons sa démission, ou alors c’est nous qui sommes trop bêtes pour accepter une telle situation !


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 22h36 - Posté par

L’université de Dominique Roux, Paris Dauphine, http://www.dauphine.fr/, est l’une des universités préférées des milieux d’affaires. Si l’Enseignement supérieur est privatisé, ses professeurs influents n’auront pas à se plaindre.

Voir, plus bas, le commentaire sur Harvard (50.000 dollars US de frais pour une année de scolarité).


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 23h26 - Posté par louise michel

ces gens la n’ont pas de morale, il n’ont qu’un seul souci leur portefeuille pour le reste que les gens soient dans la merde, qu’ils couchent dehors et se nourissent aux restos du coeur ils ne le voient pas soit ils sont dans leurs bureaux , soit dans leurs limousines, soit dans leurs propriétés et ne se mélangent pas avec le peuple !


Le PCF dénonce la vente à la découpe du CNRS
29 mai 2008 - 14h33 - Posté par

"qui cassent l’Europe"... si seulement ils cassaient l’Union Européenne ! pour l’Europe, on pourrait faire... tout autrement que non-humain, commec ’est le cas actuellemnt, commissaires ou pas..


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
29 mai 2008 - 19h56

Certains peuvent espérer gagner beaucoup d’argent avec la privatisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

50.000 dollars US annuels de frais de scolarité et autres dépenses, par étudiant et par année, à Harvard :

http://www.fao.fas.harvard.edu/cost.htm



La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
29 mai 2008 - 22h32 - Posté par

Vers une "université Bolloré" avec des crédits de recherche de l’Etat ?


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
30 mai 2008 - 11h15 - Posté par

Ou vers une université Bettencourt-Schueller. La fondation est déjà là, reconnue d’utilité publique :

http://www.legifrance.com/affichTex...

et avec Silicani (rapporteur sur la fonction publique), Corvol (administrateur du Collège de France), etc... dans son Conseil d’administration. La Fondation Bettencourt-Schueller finance déjà une chaire au Collège de France et décerne des prix à des labos du CNRS, de l’INSERM, du CEA...


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
30 mai 2008 - 22h08 - Posté par

Maintenat que l’avenir des Sciences du Vivant au CNRS est mis en cause, il paraît utile de rappeler des extraits comme ceux-ci :

http://www.rmn.fr/gustavecourbet/08...

"La Fondation Bettencourt Schueller encourage des initiatives et apporte son concours à des programmes rigoureusement

(...)

La recherche scientifique française et européenne en sciences du vivant

Grâce à l’expertise de son Conseil scientifique, composé d’éminents chercheurs, la Fondation Bettencourt Schueller apporte une aide directe aux chercheurs et un appui original à l’enseignement (Prix Liliane Bettencourt pour les Sciences du Vivant, Prix pour les Jeunes Chercheurs, Coups d’élan pour la Recherche française, Chaire d’Innovation technologique-Liliane Bettencourt au Collège de France…)..."

http://www.gazettelabo.fr/2002archi...

"Le Collège de France inaugure une nouvelle Chaire : la Chaire « Innovation Technologique – Liliane Bettencourt »

Le Collège de France a récemment inauguré une nouvelle Chaire en partenariat avec la Fondation Bettencourt Schueller : la Chaire d’Innovation Technologique – Liliane Bettencourt. Le thème des biotechnologies a été choisi pour inaugurer le cycle annuel de ce nouveau programme…"

http://www-dsv.cea.fr/themes-de-rec...

"Prix de la fondation Bettencourt-Schueller

A NeuroSpin (CEA Saclay), le laboratoire de neuro-imagerie cognitive (unité mixte CEA-Inserm) dirigé par Stanislas Dehaene vient d’être primé par la fondation Bettencourt-Schueller pour son projet de recherches sur la magnéto-encéphalographie (MEG).

La magnéto-encéphalographie est l’imagerie des champs créés par les courants circulant dans le corps humain..."

http://www2.cnrs.fr/presse/communiq...

"La Fondation Bettencourt Schueller remet à trois laboratoires du CNRS les prix « Coups d’élan pour la recherche française 2007 »

Liliane Bettencourt, fondatrice et présidente de la Fondation Bettencourt Schueller a remis, pour la 8ème année consécutive, le mardi 22 janvier 2008, les Coups d’élan pour la Recherche française.

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée à l’Institut de France, en présence de Monsieur Gabriel de Broglie, Chancelier de l’Institut et Monsieur Frédéric Dardel, directeur du département Sciences du vivant au CNRS."

http://ist.inserm.fr/basispresse/CP...

"La Fondation Bettencourt Schueller remet à trois laboratoires de
l’Inserm les prix Coups d’élan pour la Recherche française 2006"

[Note : INSERM = Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale]


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
3 juin 2008 - 15h08 - Posté par

La Fondation Bettencourt-Schueller a été reconnue comme établissement d’utilité publique par décret du Ministre de l’Intérieur (Charles Pasqua) du 22 décembre 1987 :

http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf...


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
30 mai 2008 - 23h32 - Posté par

On associe le nom de Liliane Bettencourt à l’Oréal, mais il y a aussi Nestlé :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lilian...

Femme la plus riche de France, elle partage notamment le capital de L’Oréal avec le groupe suisse Nestlé dont elle est aussi actionnaire depuis un échange de capital réalisé peu avant la mort de Georges Pompidou, intime des Bettencourt. Cette participation était depuis 1974 au travers d’un holding dénommé GESPARAL, elle est en direct depuis février 2004.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Narta

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nestlé

Deux multinationales très directement intéressées par la recherche dans plusieurs domaines.


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
31 mai 2008 - 12h57 - Posté par Victor

Les domaines de recherche qui intéressent le tandem L’Oréal - Nestlé (mais ils ne ont pas les seuls parmi les grandes multinationales) vont de la Biologie jusqu’à l’agro-alimentaire en passant par le secteur médical et pharmaceutique, la parapharmacie, les cosmétiques.... et comme par hasard correspondent fort bien au regroupement de la recherche fondamentale réclamé par Valérie Pécresse :

http://www.lemonde.fr/sciences-et-e...

"Pour les sciences de la vie et de la santé et pour la biologie la plus fondamentale, un pilotage conjoint sera assuré avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) – qui pourrait en abriter la coordination –, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA)"


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
31 mai 2008 - 13h07 - Posté par Victor

Juste pour donner un exemple, on trouve dans une vente en ligne de produits de parapharmacie :

http://www.pharma-z.com/index.php?a...

"Le meilleur produit anti-cellulite ?

Conçu avec les recherches avancées en nutrition de Nestlé et en dermatologie de L’Oréal..."

(fin de citation)

La boîte coûte 31 euros.

Nestlé + L’Oréal, un tandem du privé dans la recherche "qui rapporte"...


La privatisation de la recherche et des universités peut rapporter gros à quelques-uns
31 mai 2008 - 13h24 - Posté par Victor

Juste pour donner un exemple, on trouve dans une vente en ligne de produits de parapharmacie :

http://www.pharma-z.com/index.php?a...

"Le meilleur produit anti-cellulite ?

Conçu avec les recherches avancées en nutrition de Nestlé et en dermatologie de L’Oréal..."

(fin de citation)

Le lot de 2 boîtes coûte 31 euros.

Nestlé + L’Oréal, un tandem du privé dans la recherche "qui rapporte"...






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite