Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Picard : pas de crise pour le surgelé

de : BOP
samedi 4 octobre 2008 - 19h47 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 70.1 ko

Ceci est un texte uniquement a lire par des syndicalistes.

Il est écrit par un planqué du clavier favorable à la LCR et peut-etre à un nouveau parti de gauche, NPA.

J’avais décidé de ne plus rien publié sur Bellaciao, mais j’ai encore une fois renié ma parole.

Mais comme c’est juste pour essayer de rendre la réalité plus lisible à la gauche, et comme en plus je demande même pas du pognon en échange, je pense que c’est pas grave.

C’est pour expliquer en quoi un planqué du clavier (militant même pas virtuel, disons juste publieur occasionnel sur Bellaciao) peut faire avancer les choses.

Une chose avant tout, je suis d’accord avec le fait qu’Internet ne sert pas à grand chose d’autre de diffuser des idées entre personnes déjà d’accord au départ.

Ensuite, j’ai une première remarque pour ceux qui disent que c’est réserve à l’élite :

Connerie.

En fait, Internet est actuellement ce qu’a été la télé dans les années 1970.
Un média de masse, sauf que pour l’instant il suffit d’être connecté pour donner son avis.
Ce n’était jamais arrivé avant, car avant Internet, seuls les gens autorisés par la loi pouvaient publier des choses.

C’est donc un réel changement, et pas une simple mode.
Qu’importe que des conneries soient relayées.

Ce qui change, c’est que la connerie n’est pas forcément officielle.

Picard vend du Surgelé aux vieux dans le sud de la france.

C’est dans cette région qu’ils ouvrent le plus de magasins, raison simple, il y a des clients pour cela.

Plus le climat se réchauffe, il plus il y a de Picard qui ouvrent dans des communes touristiques du sud de la France.

En gros Plus de 700 magasins en France actuellement. Des ouvertures régulières, comme révé par un type comme Attali.

En constante progression, malgrè tout ce qu’on entend en ce qui concerne une hypothétique baisse de la consommation de la bouffe de merde.

Le poisson mort surgelé, la pizza surgelé, cela se vend très bien.

Comme d’habitude, on entend parler juste des grêves, ou de la malbouffe à ce sujet.

Mais pas d’un autre sujet, les PME qui travaillent pour construire cette usine à distribuer du Surgelé.

Donc j’entre dans le vif du sujet, non sans avoir re-dit que c’est juste pour les syndicalistes de terrain, et que ce que j’écris n’ai pas le résultat de ce que j’ai lu ou entendu, mais ce que j’ai vu concretement.

Déjà au niveau des conditions de travail, c’est courant qu’il n’y ait pas de toilettes à disposition des travailleurs.
En règle général, les plus mal lotis sont les maçons qui doivent débuter les travaux.
Normalement, au moins des toilettes publiques provisoires devraient être installés, mais c’est à la charge de l’entreprise et pas du client final, et c’est donc pas rare qu’il n’y ait rien du tout.

Donc obligé de chier ou de pisser ou on peut.

Il arrive aussi que des toilettes existantes soient fermées sur ordre du client, pour ne pas risquer que le lieu soit salit (par les ouvriers, forcément sales, comprenez vous ?).

Vous savez aussi sans doute que de plus en plus, ce sont de petites entreprises qui sont utilisées pour faire les travaux.
Une entreprise d’architectes (DPLG) retient en général 10% du chiffre d’affaires des entreprises qui font le travail réel (maçonnerie, plomberie, climatisation, électricité, peinture), alors que la coordination des travaux est bordélique car les responsables sont rarement sur les lieux.

En règle générale, les conneries dues à l’incompétence des donneurs d’ordre sont à la charge des entreprises, et en fin de compte, c’est les ouvriers qui doivent faire du boulot gratuit pour réparer des erreurs imprévues.

La pression constante sur les prix a comme résultat des situations idiotes, comme par exemple des livraisons qui arrivent en retard, et des travailleurs qui doivent attendre et supporter seuls les critiques du retard qui en découle, alors que les seuls responsables sont les incapables qui en amont n’ont pas donné les bonnes instructions.

Les petites entreprises doivent supporter la charge des déplacements, et souvent cela équivaut à plusieurs centaines de kilomètres. En effet, cela vous surprendra, mais le fait que des entreprises moyennes ne soient pas utilisées n’implique pas que des petites entreprises locales soient choisies.
En fait, il est possible qu’une petite boite de Paris accepte un chantier à Marseille juste par trouille de perdre d’autres contrats.

Résultat, hotel pourris ou pas d’hotel du tout, et ouvriers fatigués dès le matin.

Cela instaure un certain climat, ni de révolte, ni de colère, mais d’accablement.

Mais en fin de compte, après tout ce travail sous payé, après les menaces voilées aux entreprises d’être virées si elles ne supportent pas des conditions de plus en plus insupportables, le magasin ouvre, et le poisson mort est vendu à des clients fidèles avec parking réservé à la clientèle.

Je n’ai jamais vu de syndicaliste qui venait visiter un chantier Picard.

Pourtant, comme ils ne sont pas planqués derrières leurs PC, ils pourraient faire un gros coup médiatique, juste avec une petite caméra numérique.

Mais cela nuirait peut-être à la croissance.

D’autre part, c’est vrai que j’ai pas encore vu d’ouvriers prônant la révolution.

La dernière image que j’ai, c’est un type qui s’est blessé à l’œil et qui a continué à travailler.

Obligé, l’ouverture du magasin était programmée, pas de plaisanterie à ce sujet.

Alors la crise financière, vous imaginez comment ils s’en tapent ?


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Picard : pas de crise pour le surgelé
5 octobre 2008 - 10h47

Ouais bof,une évidence de plus,que chacun vit tous les jours dans sa vie quotidienne.Travailler plus (mal),pour...des nèfles.



Picard : pas de crise pour le surgelé
5 octobre 2008 - 16h07 - Posté par kounet

ça ne doit pas etre ou devenir une évidence : il faut beugler et plus vite et plus fort que ça, merde !


Picard : pas de crise pour le surgelé
5 octobre 2008 - 11h21

Article très intéressant : nous ne sommes pas tous soumis aux mêmes pressions pour travailler plusss pour gagner moinss. Nous pourrions avoir tendance (c’est ce que veut la division orchestrée par la propagande gouvernementale) à penser que le voisin est mieux loti, ou que c’est de sa faute s’il en bave.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite