Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?

de : Albert
lundi 12 janvier 2009 - 22h45 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires
PNG - 104 ko

La commission pour la libération de la croissance, dite « commission Attali », a fait 316 propositions, en début d’année 2008, concernant les relations sociales, l’emploi, la fiscalité ou la protection sociale.

Les propositions de ses membres (43 personnalités dont 17 PDG ou anciens PDG...) reprennent largement tous les poncifs du libéralisme économique et aucune d’entre elles ne concerne véritablement la lutte contre la précarité du travail ou l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés. Ce qui a fait dire à Jean-Luc Mélenchon qu’il ne faut garder de ce catalogue que "le papier pour le recycler"...

Mais quelques rares mesures sont cependant tout à fait justifiées comme celle qui consiste à faire disparaître progressivement l’échelon départemental pour éviter des gaspillages financiers énormes et améliorer l’efficacité de la gestion publique.

Le département est devenu en effet aujourd’hui complètement inutile car pris en étau entre le développement des structures intercommunales et la région. Et cette dernière devrait, depuis longtemps, se voir dévolue toutes les compétences exercées par le conseil général…

Le département est une division administrative, mise en place sous la Révolution française et qui date du 15 janvier 1790. L’objectif était à l’époque de remplacer les provinces liées à l’Ancien régime et de casser tout provincialisme. Afin que l’autorité administrative soit rapidement informée de ce qui se passait à l’autre bout du département, un émissaire à cheval devait pouvoir atteindre n’importe quelle zone du territoire en une seule « journée de voyage ». C’est ainsi qu’aujourd’hui, les superficies de chaque département sont très proches.

Depuis 1985 et la loi de décentralisation, le département est également une collectivité locale dirigée par un conseil général renouvelé par moitié tous les trois ans.. Les transferts de compétences de l’Etat aux départements se sont multipliés au fil des ans avec notamment le 1er décembre 1988 la prise en charge d’une partie de la politique du RMI puis de nouveaux transferts organisés par la loi d’août 2004. Ses compétences s’exercent aujourd’hui sur les collèges, les routes et sur de nombreuses aides sociales comme l’APA.

On compte 96 départements en métropole et 4 à l’outre-mer (DOM) et il existe par ailleurs 26 régions, 36.000 communes et 18.000 groupements intercommunaux (communautés de communes ou d’agglomérations) et de près de 2 500 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).

La question de la suppression des départements souvent abordée mais jamais traitée...

Cette question « trotte » dans les esprits depuis longtemps mais aucune majorité politique n’a jamais vraiment tenté de supprimer cet échelon administratif.

En 1906, Clemenceau prononça un discours à Draguignan, dans le département du Var, où il préconisait d’adapter la carte des collectivités locales en tenant compte de l’évolution des réalités économiques et sociales.

En 1947, Michel Debré proposa de créer 47 grands départements.

Valéry Giscard d’Estaing porta un bon diagnostic en indiquant qu’« un jour il faudrait choisir entre la région et le département car il ne saurait y avoir entre l’Etat et la commune deux collectivités intermédiaires ».

En 1982, lors du lancement de la décentralisation, Pierre Mauroy et Gaston Defferre auraient volontiers envisagé la suppression des départements mais François Mitterrand s’y est fermement opposé.

En 1995, la loi Pasqua a introduit la notion de « pays », bassin de vie et d’activité plus réaliste que le département technocratique mais le pays n’a gagné aucune compétence juridique et les départements ont été conservés.

En 2002, Jean-Pierre Raffarin initia « l’acte II de la décentralisation » et commença par esquisser l’idée que l’armature territoriale française devait reposer sur le couple Etat-Région, développant ainsi les propos tenus par Jacques Chirac dans un discours prononcé à Rennes, discours d’où il ressortait qu’il y avait trop de niveau de collectivités locales en France.

Plus récemment, l’ancien Premier ministre Edouard Balladur et l’actuel chef de gouvernement François Fillon se sont aussi prononcés pour la suppression du département mais n’ont pris aucune initiative politique fixant notamment un calendrier et des modalités concrètes.

S’il n’est pas étonnant que la droite fasse preuve de conservatisme, il est plus surprenant que la gauche soit autant timide dans ce domaine. Ainsi, Claudy Lebreton, président de l’assemblée des départements de France et président (PS) du Conseil général des Côtes d’Armor, pointe bien du doigt certaines anomalies mais sans aller jusqu’à remettre en cause cet échelon administratif. « Et si l’on supprime le département, qui va assurer ses fonctions actuelles et comment va-t-on transférer le personnel qui y travaille ? », s’interroge-t-il. Selon lui, l’urgence n’est pas de supprimer le département mais de mieux clarifier les compétences entre les collectivités locales !

Pour Jean-Pierre Chevènement, la suppression du département est une « fausse bonne idée ». Il fait valoir que dans certains autres pays européens, comme l’Allemagne ou l’Italie, il y a au moins trois niveaux de collectivités locales. L’ancien ministre de l’Intérieur loue également « la relative proximité du département, enraciné dans la tradition républicaine ». « Les besoins sociaux - RMI, personnes âgées, enfance - sont mieux traités au niveau du département qu’ils ne le seraient à celui des régions » conclut-il.

Quant à Arnaud Montebourg, jadis partisan de la fusion des départements et régions mais n’étant pas à une contradiction près (porte-parole de Ségolène Royal au cours de la dernière campagne présidentielle, il a soutenu Martine Aubry lors du dernier congrès de Reims...), il est devenu depuis peu Président du Conseil Général de Saône-et-Loire... Ah, qu’il est loin le combat pour la VI ème République et le non-cumul des mandats !

Au cours de la dernière campagne présidentielle, seul François Bayrou s’était prononcé clairement pour leur suppression, précisant en outre à juste titre que le personnel des conseils généraux devait être intégré au personnel de la région.

Six niveaux de pouvoirs publics : une véritable aberration administrative

Si chaque collectivité locale est censée avoir des domaines d’action spécifiques, de nombreux doublons existent entre collectivités locales en matière de développement économique, sport, culture, tourisme et jeunesse ainsi qu’entre départements et Etat dans les affaires culturelles ou l’action sociale et sanitaire. Et même, il arrive que chaque collectivité intervienne dans des domaines qui relèvent en principe d’autres échelons administratifs. De surcroît, il n’y a pas de hiérarchie entre ces différents échelons.

La carte territoriale française offre ainsi trop de niveaux institutionnels et, dans chacun de ces niveaux, trop de collectivités. Elle n’offre pas non plus, sur le territoire, des entités politiques et administratives suffisamment puissantes pour qu’on leur affecte de manière efficace des compétences de gestion des politiques publiques transférées vers elles en provenance de l’Etat.

Trop d’intermédiaires entre le citoyen et la puissance publique renchérissent fortement les budgets de fonctionnement mais induisent aussi une difficulté de compréhension du système par les Français.

Est-il pertinent de maintenir par exemple le département du Rhône, intégré géographiquement, dans la communauté urbaine de Lyon ?

Est-il fonctionnel de découper la gestion publique de l’île de Beauté entre deux départements, chapeautée par une région pour faire plaisir aux seuls élus locaux au détriment de l’intérêt collectif ?

Le problème de la fiscalité locale

Une telle organisation des pouvoirs publics à six niveaux suffirait à elle seule à justifier la suppression des départements mais les modalités actuelles de la fiscalité locale plaident aussi en faveur de la disparition de l’échelon départemental.

Les collectivités territoriales financent aujourd’hui 72% des investissements publics de la Nation et les départements représentent plus du tiers de cette part. Ils pèsent 56 milliards d’euros par an d’investissements et de fonctionnement dans les politiques publiques.

En principe, ils sont responsables de la construction et de l’entretien des collèges, de l’action sanitaire et sociale et de la gestion du RMI (sur les 56 milliards d’euros qu’ils ont à gérer, les départements en dépensent près de 28 milliards dans l’action sociale). De même, les conseils généraux ont en charge une grande partie des routes nationales et des personnels techniques de l’éducation nationale.

Pour financer tous ces dispositifs, on fait appel bien sûr à aux impôts locaux qui représentent une part de plus en plus importante du total des impôts payés par les Français : 12 milliards d’euros pour la taxe d’habitation (particuliers), 15 milliards d’euros pour la taxe foncière (particuliers et entreprises) et 22 milliards pour la taxe professionnelle payée par les seules entreprises. Avec la décentralisation et les transferts de compétences de l’Etat vers les collectivités locales, cette pression fiscale va crescendo.

Mais ces impôts indirects sont également très injustes car ils touchent de la même façon les personnes les plus aisées comme les plus modestes. Ils ne sont pas payés en fonction des revenus des contribuables et il n’est pas rare aujourd’hui, pour un salarié de « sortir » un mois de salaire pour payer la taxe foncière ou la taxe d’habitation dont les bases, complètement archaïques, datent respectivement de 1961 et de 1970.

C’est pourquoi, la suppression des départements serait une bonne occasion pour réformer la fiscalité locale en l’intégrant dans l’IRPP puis en reversant une quote-part à chaque collectivité locale. Car la France se distingue par une fiscalité particulièrement injuste avec 83% des recettes de l’État provenant de la fiscalité indirecte et seulement 17% provenant de l’impôt progressif sur les revenus ! Un système d’imposition, pratiquement unique parmi les pays occidentaux et qui accroît considérablement les inégalités sociales.

Mais alors que leur suppression aurait pu être faite facilement en 1982, lors du lancement de la décentralisation, la gauche ne l’a pas voulu et la France s’est retrouvée – la région étant devenue, par la loi du 2 mars 1982 une véritable collectivité locale – dotée d’une organisation des pouvoirs publics à six niveaux.

Aujourd’hui, l’identité régionale vaut bien l’identité départementale et certains élus, notamment de l’Ouest de la France, sont également favorables à une réorganisation des régions. Une grande région « Massif central », une vraie région Alpes, Bretagne, Bassin Méditerranéen ou la réunification de la Basse et de la Haute Normandie (divisée à l’origine pour un vulgaire partage de gâteau électoral entre la majorité et l’opposition…) permettraient d’avoir des régions à dimension européenne et plus conformes à la situation géographique réelle.

Mais jusqu’à présent, trop nombreux sont les élus locaux, parmi les 550 000 au total, qui font de la résistance et bloquent en fait toute évolution. Le lobby des présidents et des conseillers généraux est puissant et dispose de plusieurs relais, notamment au sénat où droite et gauche se sont entendues pour que les conseillers généraux conservent le plus longtemps possible leurs prérogatives et les petits avantages qui vont avec…

Photo par Wikimedia (http://commons.wikimedia.org/wiki/F...)

 Copyright Réformer Aujourd’hui
 http://reformeraujourdhui.blogspot.com/


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
12 janvier 2009 - 23h09

Les départements sont un acquis de la Révolution française. Leur but était que chaque département soit traité à égalité. Pour contrer la prédominance de Paris, par exemple.



Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 10h31 - Posté par Claude Deloume

La suppression des départements et des communes participe de la même volonté des capitalistes d’éloigner les citoyens-travailleurs des centres de pouvoirs.

En effet, alors que des études, il a une dizaine d’années, montraient que les institutions politiques auxquelles les Français se sentaient le plus "appartenir" étaient, dans l’ordre : la commune, la nation, le département, des campagnes étaient menées (et continuent) tambour battant pour mettre en avant : les communautés de communes, les régions et l’Europe...

Et ce n’est pas par méconnaissance incurable de ces dernières que les Français ne leur donnent pas priorité, c’est parce qu’ils savent, de manière plus ou moins active, que ce sont des "structures" qui ne leur permettent pas de contrôler ce qui s’y fait et décide.

Par ailleurs, quand on voit le maillage inextricable de ce que l’on appelle les "zonages géographiques" (parcs naturels, appellations contrôlées, zones franches, secteurs sanitaires, zone d’éducation, zone d’emploi...etc - il en existe des centaines) Voir ici un rapport du Conseil Économique et Social d’Aquitaine , on s’aperçoit que face à cette incohérence, les échelons auprès desquels on pourrait le plus se rapprocher pour connecter l’intérêt de ces zones avec les lieux de pouvoirs réels pour les mettre en œuvre sont... les communes et les départements actuels....

De là à dire que la situation actuelle est satisfaisante, que les communes ont les moyens financiers et légaux de répondre aux besoins démocratiques des populations, de même que penser que la "cohabitation", dans les départements, entre l’Etat national (Préfecture, Directions Départementales de l’administration nationale...) et les services dépendant du Conseil Général élu par les habitants du département, sont au top, il y a un pas que je ne franchirai pas.

Dernier point, celui de la comparaison avec d’autres pays européens et, notamment sur la question des Régions : comment comparer des Landers allemands ou des Régions espagnoles, ayant depuis des siècles une gouvernance relativement autonome au sein d’un système fédéral, avec des régions comme elles sont définies en France, c’est à dire de manière tout à fait artificielle et technocratique sans aucune base historique pour la plupart d’entre elles ?
En effet, si des régions telles que le Bretagne, la Bourgogne ou l’Auvergne peuvent correspondre à une histoire et une culture propre et reconnue spontanément par leurs habitants (et encore, les "aborigènes" !!!) que dire de l’Aquitaine qui n’a cessé, au fil des siècles de changer de forme (elle est montée jusqu’à Orléans et Bordeaux n’en a pas toujours fait partie !... Quoi de commun entre les Basques et les Périgourdins ?), ou Poitou-Charentes dont le Nord est tourné traditionnellement vers la Touraine et le sud vers l’Aquitaine ? Que dire de la Normandie qui, pour des raisons « curieuses », est séparée en deux régions administratives (Haute et Basse !) ?...

L’enjeu des réformes voulues, favorables au « glissement » des communes vers les communautés de communes, les départements vers les régions et l’état vers l’europe (je ne mets pas de majuscule volontairement au nom de cette "chose") est un enjeu de classe, visant à déposséder le citoyen-travailleur de son pouvoir de contrôle et de décision aux échelons géographiques qu’il peut plus aisément maîtriser.



Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 11h35 - Posté par

"La suppression des départements et des communes participe de la même volonté des capitalistes d’éloigner les citoyens-travailleurs des centres de pouvoirs."

Oui, peut-être et même certainement mais ce qui fait s’opposer les politiciens à cette mesure c’est les privilèges qu’ils puisent dans les féodalités locales que sont de venues les départements... l’exemple de l’Ariège en est une éclatante confirmation et bien d’autres départements sont dans ce cas.


Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 11h43 - Posté par Claude Deloume

...et qui empêche les Ariègeois d’aller demander des comptes à leurs élus ?


Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 13h40 - Posté par

"...et qui empêche les Ariègeois d’aller demander des comptes à leurs élus ?"

La plupart sont tenus par la bêtise, le conservatisme, le clientèle, phénomène général pas propre à l’Ariège mais qui fait que nous ne sommes plus réellement dans une société au fonctionnement démocratique... le département est un fromage pour les féodalités locales c’est pour cela qu’elles s’y opposent !

Demander des comptes à un élu ? Tu as déjà essayé ? Sinon fais le on en reparlera !


Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 19h33 - Posté par Claude Deloume

Si tu penses que je t’ai attendu...passons.

Donc, si je te suis bien, au lieu de faire intervenir la population pour faire cesser les agissements des élus, toi, tu préfères qu’on supprime les départements et tu trouves qu’avec le renforcement des pouvoirs des régions, ce sera plus démocratique et transparent ?

C’est la Commission de Bruxelles qui t’a soufflé ça ?


Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 12h58 - Posté par Pedrox

Qu’attend on pour supprimer la bourgeoisie ?
Ca fait longtemps qu’on en parle et ça n’avance pas...



Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 20h05 - Posté par Copas

Qu’attend on pour supprimer la bourgeoisie ? Ca fait longtemps qu’on en parle et ça n’avance pas...

Par départements ?


Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
13 janvier 2009 - 21h43 - Posté par

Yes !!! Par départements.

On pourra le faire dans l’ordre. En commençant par le 01.

Mais avant faudra aussi éradiquer les ânes qui plongent dans tous les pièges de cette même bourgeoisie.

L’exemple même d’un débat qui peut sembler futile mais qui agite la queue du renard dans l’ombre.

La création des "régions" c’est la vieille rengaine des "Länders" allemands chers au coeur des nazis. Afin de réactiver les vieilles haines locales et mieux manipuler les populations les unes contre les autres.

Devant un pareil niveau de déculturation et de désinformation c’est pas des "écoles" qu’il faut recréer. c’est carrément des missions apostoliques révolutionnaires.

Quand je mesure le niveau d’analyse et comment les gens se font promener je mesure aussi le travail que doit faire Chavez dans un pays qui est soi-disant dix fois plus inculte que la France.

A moins que les "campesinos" vénézueliens ne soient moins "cultivés" mais bien plus intelligents que le Français moyen ?

G.L.


Qu’attend-t-on pour supprimer les départements ?
14 janvier 2009 - 08h05 - Posté par Copas

Mais avant faudra aussi éradiquer les ânes qui plongent dans tous les pièges de cette même bourgeoisie.

Vaste programme....

Je n’ai pas de religion sur les départements, comme avec les régions... Quand aux landers, la référence aux nazis ne me semble pas suffisante (la construction de l’Allemagne, comme celle de l’Italie, est arrivée assez tard dans l’histoire et les questions de répartition géographique des pouvoirs, que tout système aurait, se pose différemment d’un état comme la France, hyper-centralisé depuis des siècles, héritant d’un pouvoir absolutiste également, qui a de redoutables problèmes de concentration.

Il existe divers chemins que l’histoire nous a légué sur les questions d’organisation territoriale et ces questions il faut les aborder d’une façon pragmatique . Le seul point sur lequel je n’ai pas trop de pragmatisme c’est sur la nécessité de la disparition de la bourgeoisie comme classe exploiteuse (je n’ai rien contre les individus).

Et cette dernière se saisit de tout système pour y faire son beurre, que ce soit des systèmes hyper-centralisés que dans des systèmes régionalisés.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite