Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Fred Vargas. S’est muée en Pasionaria du cas Cesare Battisti


de : Pascale NIVELLE
samedi 26 juin 2004 - 18h26 - Signaler aux modérateurs

Fred Vargas, alias Frédérique Audoin-Rouzeau, 47 ans. Auteure de romans policiers humanistes à gros tirage quand elle n’est pas archéologue. S’est muée en Pasionaria du cas Battisti.

Par Pascale NIVELLE

l ne s’est pas trompé, le gros chat éclopé. Il a repéré la silhouette gracile sur un boulevard du XIVe arrondissement, l’a suivie au travers des ruelles et s’est faufilé dans sa maison. C’était il y a trois jours, le voilà endormi entre le piano et la bibliothèque, fondu dans le décor clair-obscur de l’ancien atelier, adopté. « Il a choisi son moment », constate Fred Vargas.

Un moment trouble, d’angoisses et d’insomnies. Rien à voir avec les nuits blanches passées à composer la petite musique de ses polars, rien à voir non plus avec ses immersions solitaires dans les vestiges du Moyen Age. Jusque-là, elle était double et unique. Fred Vargas, romancière idolâtrée, en même temps que Frédérique Audoin-Rouzeau, archéologue au CNRS. La médiéviste publiait des traités érudits et confidentiels sur la peste, Fred rêvait dans ses « rom-pol », des romans policiers humanistes, planants, drôles. Frédérique avait assisté au succès de Fred, les prix littéraires, les 300 000 exemplaires de Pars vite et reviens tard, neuvième rom-pol, où la peste menace Paris. Fred mettait Frédérique en lumière, c’était doux, étrange, plutôt paisible. Son monde était balisé : ses ossements du XIIe siècle, l’inspecteur Adamsberg, son doux héros, double dit-on du père de son grand fils. Et sa soeur jumelle Jo, sa mère, ses amis... Il n’y avait de place pour rien d’autre, pas même un chat sans toit.

Puis l’orage a éclaté. Une tempête dans le petit monde des « polardeux » parisiens, son cercle. Cesare Battisti, l’ex-activiste italien protégé par la doctrine Mitterrand, est rattrapé par les années de plomb, menacé d’extradition. Lorsque l’écrivain est arrêté, le milieu catalyse la résistance : « En deux semaines, nous avons récolté 24 000 signatures, le gouvernement ne s’attendait pas à cette révolte des petits », raconte Fred Vargas qui connaissait à peine Battisti. Et, en douze jours, elle rédige un pamphlet de 230 pages, recueil de textes intitulé sobrement la Vérité sur Cesare Battisti et signé Fred Vargas, sans ambiguïté. « Ça me rend dingue, s’exclame-t-elle, la tignasse en bataille sur son museau de chat. Cette affaire est un déni de droit, un déni de parole et un déni de vérité... Je connais bien le problème : au Moyen Age, on profitait de la peste pour faire passer des abus de pouvoir. Là, on joue sur la peur, on diabolise. Mais je ne laisserai pas Battisti aller au bûcher. » Ces mots ont traversé les Alpes, allumé en Italie une kabbale contre les intellectuels parisiens, « ignorants et bien-pensants ». Beaucoup de journaux français, à genoux devant ses romans, ont renié le combat de la Pasionaria. Des amis, son frère ont désapprouvé. Des lecteurs auraient même boycotté son dernier polar. Fred Vargas, acclimatée à la pénombre de son laboratoire et de sa table de travail, a reçu le coup de projecteur en plein visage, comme une torture.

La politique, jusque-là, c’était une affaire privée. Pas question de « faire la fiérote » avec des faits d’armes ni de donner dans la littérature engagée, même si elle se déclare d’extrême gauche. Dans ses romans, les héros sont minuscules, les décors invariablement délabrés et le bien l’emporte toujours : « Je distille la politique au brumisateur, par des gouttelettes imperceptibles. Ce n’est pas une ambiance de droite, c’est peu de le dire. Mais ce n’est pas un combat frontal, je n’y crois pas dans les livres. » Avec Battisti, la romancière a débordé la prudente historienne, elle est passée de l’indignation à la conviction militante. « J’ai assisté à l’éveil de Fred et de sa conscience, s’amuse le romancier Patrick Mosconi, ami de Battisti. Elle a réagi comme Zola avec l’affaire Dreyfus. » Son éditrice Viviane Hamy, de la petite maison d’édition du même nom, a dû décider de publier en quelques heures, emportée par l’ouragan. « C’est Fred, avec son immense amour de la vie, son humanisme extraordinaire. Les gens qu’elle aime, elle veut les voir comme des êtres purs. En même temps, elle est dans la justification à outrance. Elle a un besoin incroyable de convaincre. » L’éditrice ajoute : « Je l’ai connue toute timide, elle est devenue volubile... » « Ce n’est pas ma nature, reconnaît Fred Vargas, je ne me reconnais pas. » Elle ne relâchera la pression qu’après le 30 juin, jour où Battisti sera fixé sur son sort. « Après, il faut qu’elle disparaisse, on craint pour son matricule, affirme Patrick Mosconi, cette histoire a déclenché beaucoup d’hostilité autour d’elle. » L’écrivain Marc Dugain, ami d’enfance, embarrassé comme d’autres de la voir « utiliser sa notoriété pour une cause comme celle-là », affirme : « Chez elle, c’est du romantisme plus que de la politique. » Elle dit : « Maintenant, je suis lancée. J’aimerais bien, après, voir une campagne sur les conditions de détention. » Elle promet : « Après le onzième rom-pol. »

Marc Dugain voudrait qu’elle ne change jamais, fidèle aux centaines de lettres qu’ils ont échangées à l’adolescence, précieusement gardées : « Elle est étanche au succès, c’est rare. » Fred jouait de l’accordéon, rêvant de « faire danser les gens dans les bals », et s’effrayait de son ombre. Elle parle de son père, surréaliste érudit au métier sans importance, et de sa mère chimiste, comme une petite fille en adoration. Mais c’est surtout Jo qui compte. Sa « jume », comme elle dit, son aînée de dix minutes. « On s’est partagé la tâche, dans la vie. Elle coud, je bricole, elle est bonne en maths et moi en orthographe. » Jo est toute en féminité, Fred a toujours l’air d’un garçon manqué, en baskets et treillis adolescents. C’est Jo qui a trouvé Vargas, nom d’Ava Gardner dans la Comtesse aux pieds nus. L’une est devenue artiste peintre, l’autre a beaucoup écrit avant de devenir écrivaine. Quand Viviane Hamy l’a connue en 1993, Fred n’écrivait plus, n’y croyait plus. « Ses romans avaient fait le tour de Paris et été refusés par tous les éditeurs. Je débutais, elle m’a envoyé le manuscrit de Ceux qui vont mourir te saluent, refusé depuis 87. J’ai adoré. » L’année suivante, elle écrit Debout les morts, où naît son trio d’évangélistes historiens. L’un est médiéviste comme elle, l’autre est contemporanéiste, comme son frère. Le troisième plonge dans les temps profonds des débuts de l’humanité. « J’aime me promener dans le temps, explique Fred Vargas. Je ne donne pas de repères à mes lecteurs. Pas de marques de voiture, pas de musiques connues. J’écris des histoires intemporelles. » Elle saisit l’écume, la roche et le magma, injecte des terreurs médiévales dans des squats parisiens, compose un univers devenu familier au fil des romans. L’histoire vient vite, en quelques jours, puis elle passe des mois à la mettre en musique, obsédée par le rythme. Comme Rousseau, son troisième grand amour après Proust et Hemingway.

Elle saute du fauteuil de cuir fatigué ou elle s’était pelotonnée, pioche un livre sur un rayonnage encombré et lève l’index comme un métronome. « Ecoute : "Quelque faible influence que puisse avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d’y voter suffit pour m’imposer le devoir de m’en instruire..." C’est l’équivalent sonore de Bach ! Je n’arrive pas à comprendre comment il y est arrivé, ce salaud de Rousseau. C’est à la fois beau et intelligent ! » Elle a oublié le chat, Battisti et Dominique Perben. On dirait qu’elle vole.

http://www.liberation.fr/page.php?A...



Imprimer cet article





Affaire « Bismuth » : Nicolas Sarkozy est condamné pour corruption
mercredi 3 - 16h03
de : joclaude
La députée irlandaise Claire Daly a décidé de protéger la Russie d’un flot d’accusations ridicules
mercredi 3 - 15h12
de : joclaude
L’hégémonie culturelle selon Gramsci Par Aurélien Berthier
mercredi 3 - 09h28
de : Roberto Ferrario
« Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »
mardi 2 - 21h24
de : jean1
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
lundi 22 - 18h15
de : Roberto Ferrario
Communiqué CGT : une loi scélérate pour les travailleurs !
lundi 22 - 16h42
de : joclaude
1 commentaire
demandons votre vigilance quant à la véracité de vos sources avant de publier vos articles : la communauté tamoule de Fr
lundi 22 - 13h11
de : TGTE media France
Petite fête du livre de Noir et Rouge
lundi 22 - 12h38
de : Frank
Jérôme Rodrigues Gilet Jaune :la réalité d’une police politique et non de Droit !
dimanche 21 - 17h05
de : joclaude
Covid-19 : Cuba en alerte suite à l’augmentation soutenue des infections 21 Février 2021
dimanche 21 - 15h39
de : nazairien
1 commentaire
En hommage aux héros de l’Affiche Rouge
dimanche 21 - 08h58
de : UJFP
2 commentaires
Interpellation de Jérôme Rodrigues - video
samedi 20 - 15h37
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite